En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 4 min 54 sec
décryptage > Economie
Destruction massive de productivité

Pourquoi les booms immobiliers sapent notre futur économique

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 2 heures 35 sec
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 17 heures 44 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 23 heures 1 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 23 heures 34 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 1 jour 15 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 44 min 37 sec
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 1 heure 43 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 17 heures 4 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 18 heures 43 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 21 heures 36 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 22 heures 44 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 23 heures 24 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 23 heures 56 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 1 jour 23 min
© Reuters
Et la championne est...
© Reuters
Et la championne est...
Course en tête

Pourquoi l’Allemagne doit autant son double excédent commercial et budgétaire au poids qu’elle fait peser sur l’Europe qu’à sa seule vertu

Publié le 13 avril 2015
Excédent commercial, excédent budgétaire... l'Allemagne pousse toujours plus loin son avantage en alignant les réussites économiques dans une zone euro taillée sur mesure. Et tant pis pour les autres.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Excédent commercial, excédent budgétaire... l'Allemagne pousse toujours plus loin son avantage en alignant les réussites économiques dans une zone euro taillée sur mesure. Et tant pis pour les autres.

Pour la troisième année consécutive, l’office allemand de statistiques annonçait le 7 avril dernier que le gouvernement d’Angela Merkel sera en mesure de présenter un excédent budgétaire pour l’année 2014, pour 7.2 milliards d’euros. Soit 0.25% du PIB. Une victoire personnelle pour le très orthodoxe ministre des finances Wolfgang Schäuble. Mais cet excédent n’est pas le seul « exploit » de l’économie allemande, puisqu’il ne fait qu’accompagner le nouveau record de près de 217 milliards d’euros d’excédent commercial pour cette même année 2014. Soit 7.45% du PIB.  Après les déficits jumeaux américains, le monde fait aujourd’hui face aux excédents jumeaux allemands. Et malgré les apparences, il ne s’agit pas d’une bonne nouvelle.

L’excédent budgétaire

Dans un contexte de faible activité économique au sein de la zone euro, certaines voix avaient d’ores et déjà demandé à l’Allemagne de modifier son comportement budgétaire. C’est ainsi que Mario Draghi, Président de la Banque centrale européenne, avait pu déclarer en octobre dernier :

« Pour les gouvernements qui ont des marges de manœuvre budgétaires, alors bien sûr, il fait sens de s’en servir. A vous de décider à qui s’applique cette phrase. ».

L’accusation est à peine voilée. La volonté du gouvernement Merkel, de faire passer la réduction de l’endettement du pays avant toute autre considération, agace. Et ce, malgré le fait que l’Allemagne est en capacité d’emprunter à des taux négatifs sur une échéance allant jusqu’à 8 ans. Les marchés financiers sont prêts à payer l’Allemagne pour que le pays émette de la dette. L’incitation est maximale, et la rationalité économique de ses dirigeants laisse perplexe.

Avec un seuil d’investissement sur PIB inférieur à 19%, le pays est en queue de peloton de la zone euro. Il s’agit ici d’une chance historique pour le pays de remettre à jour son niveau d’infrastructure afin de conserver et d’améliorer sa position de champion industriel exportateur. Et ce, pour un coût de financement négatif. Wolfgang Schäuble préfère investir sur sa crédibilité budgétaire que dans l’avenir du pays.

Un choix qui paraît tout aussi déroutant aux pays du sud de l’Europe, eux qui ont permis à l’Allemagne de sortir la tête de l’eau dans les années 2000, en surconsommant et  en surinvestissant, permettant ainsi le redressement progressif de l’industrie allemande. En affichant un « noir budgétaire » (équilibre budgétaire), l’Allemagne indique à ses partenaires européens que le retour d’ascenseur ne fait pas partie du programme.

Le « manque à gagner », pour la croissance de l’Allemagne, et donc pour celle de la zone euro est de 90 milliards d’euros, soit 3% du PIB du Pays. Un niveau de dépenses qui aurait le double avantage de soutenir la croissance européenne tout en ayant un impact nul sur l’endettement de l’Allemagne. Le meilleur des deux mondes. Mais le choix effectué est différent.

L’excédent commercial

Avec ses 217 milliards d’excédents, l’Allemagne affiche la plus large balance commerciale mondiale, et passe même devant la Chine. Pourtant, la mécanique comptable de ce montant record pose un sérieux problème à la zone euro. C’est ainsi que dès 2013, la Commission européenne décidait de lancer une procédure contre l’Allemagne, pour excédents excessifs, c’est-à-dire supérieurs à 6% du PIB. Une procédure qui n’empêchera pas, une nouvelle fois en 2014, l’excédent commercial  d’atteindre 7.5% du PIB.

Parce que le plus souvent, de tels excédents sont perçus comme étant la traduction chiffrée de la supériorité industrielle d’un pays, la condamnation semble impossible. Cela donnerait l’impression de punir le « bon élève ». Mais cette approche est viciée. Car l’accroissement progressif de la balance commerciale allemande a surtout été le résultat de la compression des salaires, et non d’une hypothétique supériorité. Comme le dit Ben Bernanke dans un article récent :

"Pourquoi l’excédent allemand est-il si important ? Sans aucun doute, l’Allemagne fabrique des produits de bonne qualité que les étrangers veulent acheter. Pour cette raison, de nombreux commentateurs pointent cet excédent commercial comme le signe du succès économique. Pourtant, d’autres pays font de bons produits sans afficher de tels excédents."

La réalité est que la production allemande progresse au fil des années alors que les salaires stagnent. Le résultat pour le pays est qu’il va produire bien plus qu’il ne consomme, ce qui crée un déséquilibre. Les salariés ne bénéficient tout simplement pas d’un juste retour de leur travail, leur rémunération est inférieure à la production. Et cette production excédentaire doit être exportée puisque la demande intérieure est incapable de l’absorber.

Comment peut-elle être exportée? Très simplement. Les nouveaux profits réalisés par les entreprises allemandes, notamment grâce à la part qui aurait dû être versée aux salariés, permettent de financer les exportations allemandes vers l’étranger. Parce que si l’Allemagne a des excédents, cela doit se traduire par des déficits dans d’autres pays. Et ces déficits doivent être financés. Les entreprises allemandes jouent à « chacun mon tour » avec l’appui des politiques du gouvernement.

En restreignant sa demande intérieure de cette façon, le pays a pu bénéficier de la croissance européenne et mondiale pour restaurer ses comptes lorsque cela s’avérait nécessaire. Mais à partir du moment où les comptes étaient redressés et que la stratégie a été poursuivie, le paradigme a changé. Désormais l’Allemagne est le passager clandestin européen.

La problématique posée par cette stratégie est l’intégration de l’Allemagne dans la zone euro. Si le Deutschemark était encore en vigueur, il aurait progressé au rythme des excédents commerciaux jusqu’à ce que ceux-ci se réduisent pour disparaître. Le « marché » ne serait pas laissé faire, et cette stratégie n’aurait eu pas d’autres incidences. Mais l’existence même de la monnaie unique rend possible la poursuite indéfinie de cette politique, et la destruction progressive de l’outil industriel des partenaires européens de l’Allemagne. Ce qui n’est pas réellement une stratégie visant « l’intérêt général  européen».

Dans les deux cas, excédent budgétaire et excédent commercial, l’Allemagne agit non pas comme un leader responsable de la zone euro et visant l’intérêt général, mais ne fait que suivre ses propres intérêts. Cela n’est pas condamnable en soi, mais cela ne correspond tout simplement pas à ce que devait être l’Europe. La coopération a gentiment laissé place à la compétition. Chacun pour soi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zeliclic
- 16/04/2015 - 08:47
hmrmon
S'il paraît cohérent qu'une région riche comme l'Ile de France participe aux besoins d'une région en difficulté comme le Nord Pas de calais, pourquoi n'en serait il pas de même avec les pays membre de l'UE ?
Si cette solidarité n'existe pas, il n'y a aucune raison que la monnaie soit commune. De-facto, les ajustements monétaires permettent alors d'atténuer les différences de performance.
hmrmon
- 13/04/2015 - 20:57
Allemagne.
D'abord,l'intérêt général de l'Europe? Comme si un pays s'en souciait ou s'en est jamais soucié. Ensuite, si les consommateurs européens ou d'ailleurs dans le monde ont aidé l'Allemagne à se refaire une santé économique en achetant ses produits, ce n'était pas pour agir dans son intérêt dont ils n'avaient cure, mais bien parce que ces produits sont de bonne qualité et ont une excellente réputation de fiabilité. Que l'Allemagne donne la priorité à ses intérêts, quel pays ne le fait pas? L'Europe fédérale, qui y croit encore? C'est déjà une vieille lune et personne n'empêche personne de copier les méthodes allemandes pour redresser son pays, plutôt que de la critiquer sur la façon dont elle gère ses finances et assume les responsabilités dont on l'affuble et dont elle n' a que faire.
Ganesha
- 13/04/2015 - 17:41
Benvoyons, Assougoudrel
J'ai l'habitude d'ajouter dans ma propagande pour le ''Revenu Universel'' qu'il devra évidemment être réservé, dans chaque pays, aux seuls citoyens (carte identité) et que cela constituera un excellent moyen de stopper l'immigration et même de rendre la situation ''invivable'' aux étrangers : c'est ce qui se passait dans les anciens pays communistes. Une caractéristique du système proposé est, contrairement au communisme, de laisser la place à l'initiative individuelle, et même de la faciliter et de l'encourager. Il faudra tout de même prévoir un éventail maximum des revenus (proposition de Mélenchon) et à mon avis, des patrimoines. Une caractéristique du Bouddhisme, c'est que très clairement personne n'est forcé d'y croire. Que fera-t-on dans les pays qui auront adopté le Revenu Universel, des opposants qui veulent à tout prix vivre une ''expérience capitaliste'' ? Leur conseiller d'émigrer ? Si je fais de la ''sociologie des commentateurs d'Atlantico'', c'est pour secouer les papys pendant leur sieste...