En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 19 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 19 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 15 heures 27 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 18 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 3 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 19 heures 34 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 11 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 31 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 12 heures 34 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 48 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 46 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 11 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 43 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 13 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 51 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 20 min
© Wikimédia
Geoffroy Didier, cofondateur de la Droite forte
© Wikimédia
Geoffroy Didier, cofondateur de la Droite forte
Grand entretien

Geoffroy Didier : "La République est accueillante, mais ses valeurs et son mode de vie ne se négocient pas."

Publié le 12 avril 2015
Si Nicolas Sarkozy affirme regretter le débat sur l'identité nationale mené lors de son quinquennat, la question de l'intégration/l'assimilation et des valeurs françaises qui s'y rattachent reste toujours d'actualité.
Geoffroy Didier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Geoffroy Didier est député européen et secrétaire général délégué des Républicains. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si Nicolas Sarkozy affirme regretter le débat sur l'identité nationale mené lors de son quinquennat, la question de l'intégration/l'assimilation et des valeurs françaises qui s'y rattachent reste toujours d'actualité.

Atlantico : Nicolas Sarkozy s'est confessé mardi 7 avril : "quand j'étais président de la République, je n'aurais pas dû parler d'identité nationale mais dire que je voulais défendre les valeurs de la République". Quelle différence sémantique établissez-vous entre les deux expressions ?

Geoffroy Didier : Aucune véritablement. Si le débat sur l'identité nationale a, il est vrai, été improvisé et donc facilement caricaturé entre 2007 et 2012, son principe était en réalité précurseur. L'avoir associé exclusivement à la question migratoire était une erreur. Le sentiment d'appartenance à une nation n'est pas seulement le résultat d'une immigration réussie, mais aussi d'une éducation, d'une transmission d'une culture et de valeurs et du respect de lois et de leur autorité. Il est temps que les responsables politiques regardent la France en face: beaucoup d'immigrés devenus Français ou Français depuis une, deux ou trois générations ne se sentent toujours pas chez eux en France. Et beaucoup de Français depuis toujours ne se sentent plus chez eux dans notre pays. Qu'est-ce qu'aujourd'hui être français? Telle est la question que se pose chacun d'entre nous et à laquelle chaque responsable politique doit présenter sa solution. L'identité sera bel et bien au coeur du débat présidentiel de 2017.

En tenant ces propos, quelle est la stratégie politique de l'ancien président de la République ?

Faire triompher la Republique, une, indivisible et laïque à un moment où certains ont décidé de la défier, portant des desseins communautaristes et n'hésitant pas à instrumentaliser des religions à des fins politiques. La République est accueillante, mais ses valeurs et son mode de vie ne se négocient pas. La France est vivante et en mutation permanente, mais je refuse que ses valeurs puissent être vécues à la carte. C'est la raison pour laquelle nous avons eu raison, par exemple, d'interdire le port de la burqa dans l'espace public. Et je n'oublie pas que ceux qui nous donnent aujourd'hui de grandes leçons de République, Francois Hollande et ses amis socialistes, étaient contre cette loi, tout comme celle qui assène des discours prétendument patriotes: Madame Le Pen. Oui, le Front National a refusé l'interdiction par la loi de la burqa en France. Quelle crédibilité a Madame Le Pen aujourd'hui aux yeux de tous ceux qui, comme moi, veulent préserver notre mode de vie? Son patriotisme à elle est de pacotille.

Quel rapport de force installe Nicolas Sarkozy avec Alain Juppé ?

J'ai du respect pour Alain Juppé qui est une référence de la vie politique. Mais je suis opposé à son diagnostic selon lequel la France serait "une identité heureuse". Le bonheur collectif ne se décrète pas, il se conquiert. Et c'est même un combat permanent. Chacun sent bien aujourd'hui que le défi de la France n'est pas celui d'une identité heureuse mais bien d'une identité retrouvée et assumée.

Que peut-on en déduire des liens idéologiques de Nicolas Sarkozy avec Patrick Buisson aujourd'hui ?

La question n'est pas celle des hommes tout comme il ne s'agit pas de céder à quelque idéologie car toute idéologie emprisonne. Avec puis sans Patrick Buisson, Nicolas Sarkozy saisit le réel et mesure la colère. Je suis totalement sarkozyste lorsqu'au meeting de novembre dernier à Paris, Nicolas Sarkozy parle pour la première fois d'un nouveau modèle: celui de l'assimilation. Notre modèle d'intégration a échoué. Il n'était pas suffisamment exigeant. Une personne qui vient en France, en respecte les lois et les valeurs doit pouvoir accéder à la citoyenneté française sans rejeter ni oublier ses racines. Mais devenir membre de notre communauté nationale, c'est hériter de la France tout entière, de son passé, de son histoire, de son patrimoine, de ses églises qui font sa culture, de ses gloires et de ses déboires. Chaque étranger qui s'installe en France doit pouvoir devenir un jour membre de l'Académie française mais il lui faudra préalablement faire sienne cette vérité de Romain Gary: "je n'ai pas une seule goutte de sang français et pourtant la France coule dans mes veines".

Aborder en France la question de l'identité nationale sans complexe et en évitant l'indignation est-il un vœu pieux ?

Non, et c'est même précisément mon objectif. On peut tout dire mais il faut le dire bien. On peut être ferme sans outrance. Mais ne nous trompons pas : le refus de l'amalgame n'est pas un objectif en soi, mais une manière d'agir. L'objectif, c'est la République. L'immense majorité des musulmans de France vivent leur foi dans le respect de la République. Et la meilleure manière de lutter contre les amalgames et de les protéger est d'imposer la République sur chacune des parcelles de notre territoire. Et qu'enfin, les discours se transforment en actes...

Propos recueillis par Rachel Binhas

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOCE64
- 14/04/2015 - 00:38
benvoyons
Dis... sans rire tu es serieuse là ?
Vincennes
- 13/04/2015 - 10:14
@Toupoilu "on l' vu à l'oeuvre"......et alors!!
vous préférez celui qui est à l'œuvre actuellement ??? la Cour des comptes dénonce la politique d'asile en France qui coûte aux Français la bagatelle de 2 milliards/an en hausse de 60% et ce n'esst pas fini (putain encore deux ans), car chaque demande coute 13.724€........... Nous sommes dirigés par des "drogués" à la dépense publique, déconnexés de la réalité et préoccupés par eux mêmes
Benvoyons
- 13/04/2015 - 09:40
Hugues Couper- 12/04/2015 - 19:21 Franchement c'est ton
délire du dimanche après beuverie!!! Si pour toi la République Française ne veut rien dire pourquoi aller voter???Pourquoi rester en France????