En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 57 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 56 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 4 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 52 sec
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 40 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 11 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 48 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 9 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 11 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 26 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 23 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 48 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 20 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 50 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 57 min
© DR
L'ancien président américain Francklin Roosevelt.
© DR
L'ancien président américain Francklin Roosevelt.
Flashback

70ème anniversaire de la mort de Roosevelt : petit rappel à ceux qui croient que c’est le New Deal qui a sauvé l’économie américaine

Publié le 12 avril 2015
Le quadruple président des Etats-Unis, Franklin Roosevelt, est mort le 12 avril 1945 à l'âge de 63 ans d'une hémorragie cérébrale. Au cours des années 1930, il a engagé le spectaculaire redressement économique de son pays.
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le quadruple président des Etats-Unis, Franklin Roosevelt, est mort le 12 avril 1945 à l'âge de 63 ans d'une hémorragie cérébrale. Au cours des années 1930, il a engagé le spectaculaire redressement économique de son pays.

Atlantico : 70 ans après la mort du 32ème président des Etats-Unis Franklin Roosevelt, on retient principalement de son héritage le New Deal, cette grande campagne d'investissement public et de modernisation industrielle qu'il a lancée en 1933. Quelle part de la reprise économique américaine peut-on lui attribuer? Quels en ont été les effets ?

Jean-Marc Daniel : La politique menée par Roosevelt avait plusieurs axes : un volet agricole dont l’objectif était d’éviter la poursuite de la chute des prix dans un pays dont un tiers des emplois était encore des emplois agricoles ; un volet monétaire qui reposait sur la dévaluation du dollar par rapport à l’or, dont l’objectif était plus d’augmenter la masse monétaire que de trouver des débouchés à l’exportation ; un volet bancaire dont le « Glass/Steagall act » est devenu l’élément le plus célèbre ; et un plan de grands travaux financés par déficit budgétaire. On parlait déjà à cette époque « d’investissements d’avenir »

Sur cette dimension de l’action de Roosevelt, le bilan le plus sûr est probablement celui-ci fait par son secrétaire au Trésor et ami de longue date, Henry Morgenthau.  Celui-ci s’est  vite persuadé que le déficit budgétaire conduisait à ce que les économistes appellent un "effet d'éviction", c'est-à-dire à une hausse des taux d'intérêt qui pénalise l'investissement privé. On parle d’ailleurs à l’époque à la gauche du parti démocrate de « grève du capital » pour dénoncer la baisse des investissements privés sans voir que cette baisse  est liée à l’augmentation des dépenses publiques.

Après la réélection de Roosevelt en 1936, Morgenthau propose de revenir à l'équilibre budgétaire. Il argumente en mettant en avant un taux d'endettement public de 40 % du produit intérieur brut (PIB) et le fait que, réélu, le président doit désormais mener sa politique en songeant aux générations futures. Dans un discours célèbre, prononcé le 10 novembre 1937 devant l'Academy of Political Science, il déclare notamment: « Nous avons essayé de dépenser le plus d'argent possible pour lutter contre la crise. Résultat, aujourd'hui, nous avons le même taux de chômage qu'au moment de notre arrivée au pouvoir, mais avec une énorme dette en plus » !!

La dépression de 1937 n'a-t-elle pas montré ses limites ?

Quand Morgenthau tient ses propos, la situation est en effet en train de se détériorer à nouveau. Keynes écrit d’ailleurs début 1938 à Roosevelt pour qu’il augmente les dépenses publiques et poursuive la politique de relance. Mais Roosevelt s’y refuse, ayant des doutes certains sur la pertinence des remèdes que Keynes propose. A la même époque, le directeur du Trésor anglais, un économiste très célèbre qui s’appelle Ralph Hawtrey, ironise sur les politiques de grands travaux en disant que tous les chômeurs n’ont pas une formation de maçons ou d’ouvriers du BTP. Pour lui, la relance viendra de l’investissement privé et il considère qu’au lieu de chercher à contrarier l’activité bancaire, l’administration Roosevelt aurait dû tout faire pour relancer le crédit privé.

Pour autant, l'impact de la guerre n'a-t-il pas été encore plus important dans la relance de l'industrie du pays ?

La guerre a favorisé à court terme les industries d’armement, et à moyen terme fait disparaître les principaux concurrents des Etats-Unis (Allemagne, Japon et d’une certaine façon Royaume-Uni). En outre, elle a augmenté les effectifs de l’armée, ce qui s’est traduit par une baisse du chômage par créations d’emplois publics. Mais elle a eu des conséquences négatives énormes (inflation, perte de débouchés à l’export avec la ruine de l’Europe, pertes humaines…). La sortie de crise pacifique de la fin du XIXe siècle (la « Belle époque ») après le krach financier de 1873 s’était faite sur l’arrivée de nouvelles innovations comme l’automobile et l’électricité ; et elle a été plus favorable que la guerre de 1941/1945 pour les Etats-Unis (comme évidemment pour l’Europe)

Quels bénéfices le tissu économique américain a-t-il pu tirer de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre ?

A mon avis, le seul bénéfice durable a été une accélération de la pression à l’innovation pour prendre les devants par rapport à l’ennemi. On le voit dans l’industrie chimique avec par exemple l’invention du nylon qui sert au départ à la fabrication des parachutes ou dans le développement de l’énergie nucléaire. Mais il ne faut pas croire que le progrès économique est associé principalement à la guerre. Eisenhower a dénoncé en 1961 quand il quitte la présidence des Etats-Unis ce qu’il a appelé le « complexe militaro-industriel », expression devenue depuis célèbre. Pour lui, ce « complexe » qui permet à des entreprises de vivre et d’innover grâce à l’argent des budgets militaires donnait à l’économie un côté artificiel qui nuisait à la croissance de long terme.

Pourquoi avons-nous toujours aujourd'hui cette vision biaisée de l'impact de New Deal sur l'économie américaine ? A qui cela profite-t-il idéologiquement ?

Les défenseurs du dirigisme ont fait de l’Etat et de son contrôle de l’économie non plus le moyen d’améliorer le sort des populations mais un but en soi. En fait je pense que c’est parce que l’Etat est le meilleur garant de leur confort matériel, ce que j’appelle leur rente. Il leur faut se référer à des expériences concrètes pour pouvoir soutenir l’affirmation des bienfaits de l’étatisme. Ils ne peuvent se contenter de dire que cela les protège. Or, il faut voir que peu d’exemples historiques peuvent légitimer les théories étatistes/dirigistes : le communisme s’est terminé dans un fiasco moral et économique complet ; ses avatars modernes comme le « bolivarisme » vénézuélien ou le « social-volontarisme » de Syriza en Grèce ruinent les populations ; tout le monde a oublié le travaillisme anglais keynésien des années 50/60 probablement parce que celui-ci a conduit le pays à se trouver en tutelle du FMI. Reste le new deal qui est inattaquable eu égard au rôle éminemment positif des Etats-Unis durant la Deuxième guerre mondiale. Pourtant, l’anniversaire de la  mort de Roosevelt est aussi celui de l’accession au pouvoir de Truman. Et celui-ci a tout de suite affirmé que son but était de passer du « new deal » étatiste de son prédécesseur à un « fair deal » plus libéral et plus respectueux  de l’esprit d’initiative traditionnel des Américains.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TMIT
- 13/04/2015 - 09:22
qui a écrit le sous titre????
je suppose que ce n'est pas l'auteur, puisqu'il contredit formellement le contenu de l'article en présentant les résultats du "new deal" dans leur version officielle : " redressement spectaculaire"
ce serait bien de prendre des "stagiaires" moins "formatés" pour insérer les articles
Texas
- 12/04/2015 - 22:42
Le New Deal
La réference historique des " Progressistes " de tout poil , pour continuer de se gaver sur la dette publique ! . Merci de nous avoir fait partager les conclusions de Mr Morgenthau !