En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 11 min 43 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 4 heures 45 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 21 heures 29 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 22 heures 25 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 23 heures 41 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 23 heures 58 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 1 heure 47 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 3 heures 17 sec
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 4 heures 32 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 16 heures 26 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 22 heures 13 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 23 heures 47 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 1 jour 15 min
© Reuters
Nicolas Sarkozy a déclaré avoir regretté le débat organisé durant son quinquennat sur l'identité nationale.
© Reuters
Nicolas Sarkozy a déclaré avoir regretté le débat organisé durant son quinquennat sur l'identité nationale.
Tabou français

Et Sarkozy remplaça l’identité nationale par les valeurs de la République : mais d’où vient cette allergie française à nos racines ?

Publié le 17 avril 2015
Mardi 7 avril, Nicolas Sarkozy se confessait concernant le débat autour de l'identité nationale sous son quinquennat : "quand j'étais président de la République, je n'aurais pas dû parler d'identité nationale mais dire que je voulais défendre les valeurs de la République". Abandonnant l'aspect émotionnel que revêt la formule "identité nationale" au profit de l'expression plus rationnelle "valeurs de la République", l'ancien chef de l'Etat a toujours dans le viseur la primaire UMP.
Gil Mihaely est historien et journaliste. Il est actuellement éditeur et directeur de Causeur.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carine Bécard est journaliste politique à France Inter.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gil Mihaely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gil Mihaely est historien et journaliste. Il est actuellement éditeur et directeur de Causeur.
Voir la bio
Carine Bécard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carine Bécard est journaliste politique à France Inter.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 7 avril, Nicolas Sarkozy se confessait concernant le débat autour de l'identité nationale sous son quinquennat : "quand j'étais président de la République, je n'aurais pas dû parler d'identité nationale mais dire que je voulais défendre les valeurs de la République". Abandonnant l'aspect émotionnel que revêt la formule "identité nationale" au profit de l'expression plus rationnelle "valeurs de la République", l'ancien chef de l'Etat a toujours dans le viseur la primaire UMP.

Mardi 7 avril, Nicolas Sarkozy a déclaré regretter avoir lancé le débat sur l'identité nationale lors de son mandat présidentiel : "je n’aurais pas dû parler d’identité nationale, mais dire que je voulais défendre les valeurs de la République". Pour autant, le concept d'identité nationale est-il vraiment équivalent aux valeurs de la République ?

Gil Mihaely : Stricto sensu, non ! Des républiques, il y en a des dizaines dans le monde. Si on utilise l’acceptation romaine de "res publica", il s’agit tout simplement d’un régime qui n’est pas monarchique, c’est tout ! En revanche, en France ce terme a acquis d’autres sens. Quand on dit république, on dit en fait « démocratie à la française » et là on trouve le bout de nez de quelque chose spécifique que l'on ne trouvera pas en Australie, en Argentine ou en Egypte (dont le nom officiel est la « République arabe d'Égypte »). Et quel est ce contenu spécifiquement français ? Tout d’abord la place de la religion, ce qu’on appelle « la laïcité ». Dans d’autres républiques – comme les Etats-Unis par exemple – la cité est croyante et sous la protection de Dieu. En même temps elle est tolérante : chaque citoyen a le droit de choisir sa religion ou de ne pas croire. En revanche, au-dessus de la République française le ciel est vide et culturellement la religion est considérée comme une superstition folklorique qu’on tolère.
Ensuite on peut ajouter l’hostilité instinctive à toute communauté autre que la communauté nationale. Nous appelons cela « le rejet du communautarisme » et c’est considéré comme un pilier nécessaire de l’égalité (une autre valeur universelle servie en France avec une sauce locale). Depuis la Monarchie constitutionnel de 1789-1792, il est acquis qu’en France, rien ne sépare le citoyen de l’Etat. Il a fallu presque un siècle pour permettre le syndicalisme, c'est-à-dire une représentation collective des employés. Finalement, puisque – contrairement au modèle anglo-saxon – la démocratie française n’aime pas les communautés, l’Etat a un rôle prépondérant et tut à fait particulier. Mais la question est de savoir si « la démocratie à la française » est un dénominateur commun suffisamment puissant pour faire nation. A mon avis la réponse est clairement non. La raison est simple : il s’agit essentiellement d’une manière de régler les désaccords pacifiquement, c'est-à-dire des règles de jeu et non pas de contenu. La république nous permet d’être en désaccord total avec presque tout le monde sans que cela ne devienne une guerre civile. Mais il faut aussi être d’accord sur quelque chose qui relève de contenu, ne serait-ce que in minima, et non seulement gérer les désaccords ! C’est justement sur cette question-là, mal posée, où le débat lancé par Sarkozy a échoué.          

N'y a-t-il pas un danger pour les personnalités politiques à préférer aborder les valeurs de la République, qui répondent davantage du registre intellectuel, plutôt que de l'identité nationale, quant à lui plus "émotionnel" ?

Gil Mihaely : C’est typiquement français – vu le rôle particulier de l’Etat dans notre culture politique – que le gouvernement, une sorte de maîtresse d’école, lance un débat et invite les citoyens-enfants à s’exprimer. Mais au-delà de cet aspect, je ne suis pas sûr que la démarche de Sarkozy soit intellectuelle. A mon avis, c’était un manœuvre politique tout à fait légitime visant à occuper un espace politique entre l’UMP et le FN. Il ne faut pas oublier qu’un débat avec 65 millions de participants c’est un gigantesque n’importe quoi… On utilise les mêmes mots mais on n’a pas la même définition des mots. En plus, certains mots sont étiquetés et envoient automatiquement des messages subliminaux : on dit « immigration » et on est à droite, on souhaite parler d’identité nationale, on est sympathisant du FN. Et je crois que Sarkozy le savait et l’exploitait. Peu importe le contenu du soit disant débat, son existence et son titre font le travail politique nécessaire en envoyant le message suivant : je suis un homme de droite dure et je ne laisse pas le FN manger la laine sur le dos de l’UMP. C’est aussi simple que cela.           

Quelle direction une société prend-elle à ne pas pouvoir se fédérer de manière instinctive derrière une identité identifiée ?

Gil Mihaely : Il suffit de lire le premier journal qui nous tombe sous la main pour voir ce qui se passe dans des états sans nation. De la Syrie au Mali en passant l’Irak, le Yémen et même la Grèce : quand une société ne fait pas nation, l’Etat ne peut pas fonctionner.    

Par ailleurs, évoquer les principes républicains ne renvoie-t-il pas plutôt l'image d'un discours entre élites ? Quel en est le risque ?

Gil Mihaely : Je ne pense pas que le terme « République » appartienne à un discours élitiste. Quand on crie « vive la république, vive la France ! » on sent à quel point ces deux-là (la République et la France) sont proches. En même temps je suis d’accord sur une chose : la spécificité de la France ne peut pas être réduite à la République, même si celle-ci en est aujourd’hui un composant essentiel. 

A quelle intérêt politique cette déclaration peut-elle répondre pour l'ancien Président, en quoi n'est-elle pas anodine stratégiquement ?

Carine Bécard : Je distingue deux points sur ce sujet. D'abord, on a un Nicolas Sarkozy aujourd'hui qui veut incarner le rassemblement pour couper l'herbe sous le pied à Alain Juppé son grand rival. Il veut évidemment récupérer les voix centristes à la primaire de 2016, voix centristes qui iraient plutôt du côté de Juppé que de Nicolas Sarkozy. De la part de Nicolas Sarkozy il faut réussir à donner quelques gages aux centristes. Donc reconnaître qu'il a fait une erreur avec son débat sur l'identité nationale fait partie des gages qu'il peut donner. Cela n'empêchera pas Nicolas Sarkozy de faire sûrement ce que j'appelle des petites sorties qu'attendent ses militants, ceux de l'UMP. Regardez ce qu'il s'est passé pendant la campagne des départementales, c'est assez intéressant. On a un discours modéré de Nicolas Sarkozy en début de campagne et changement de références à la fin de la campagne lorsqu'il a commencé à nous parler des menus de substitution. Les centristes n'ont rien dit à ce moment-là.

Sarkozy avait réussi à instaurer une dynamique de victoire. L'UDI finalement n'a pas voulu rompre avec lui et perdre les voix récupérées. Donc l'UDI a laissé filé. Il nous fait là vraiment sa stratégie de 2007 lui ayant permis d'accéder à l'Elysée. Nicolas Sarkozy sait jouer parfaitement avec les deux bords. D'un côté il dit qu'il a fait une erreur avec l'identité nationale, les centristes ont donc leurs gages et sont contents. Il saura quand il le faudra refaire un clin d'œil nécessaire à ses militants UMP pour qu'ils aient eux aussi leur comptant de gages dont ils ont besoin pour voter pour lui.

Deuxième chose, quand Nicolas Sarkozy fait ce mea culpa, cela lui permet aussi de faire une espèce d'acte de contrition pour se démarquer de Patrick Buisson. L'identité nationale est vraiment une idée soufflée par Patrick Buisson que Nicolas Sarkozy reprend à son compte. C'est donc une manière de dire "j'ai les idées claires, je ne suis plus avec ce Patrick Buisson. Vous pouvez croire à nouveau en moi, je ne ferai plus les mêmes erreurs."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
myc11
- 08/05/2015 - 15:22
@Ex abrupto, regardez le film "Homesman" de Tommy Lee Jones,
On y comprend que la religion fait partie des éléments fondateurs dans la construction des communautés humaines. Un far west sans concession.
myc11
- 08/05/2015 - 12:13
La fameuse laïcité qui devient religion, pour une société
sans Dieu, mais dotée d'une surveillance d'état rapprochée. Sarkozy est un pragmatique, qui ne cherche pas à soulever trois tonnes de débats, mais qui voudrait certains résultats. Au fond le peu de liberté qui nous reste, la liberté de choisir ( d'où la question du bien et du mal), c'est tout cela qui s'efface avec un libéralisme moral de plus en plus généralisé. Le christianisme a caractérisé l'évolution en occident, c'est un héritage indéniable, la République n'est qu'un moyen pragmatique pour gérer la cohésion des individus, doit-elle faire table rase de l'héritage chrétien qui pourtant a contribué à faire de l'occident ce qu'il est.
Olivier62
- 13/04/2015 - 11:59
Cela montre le prix qu'il attache à l'identité nationale !
"quand j'étais président de la République, je n'aurais pas dû parler d'identité nationale..." Voilà qui a au moins le mérite d'être clair : l'identité de la France ne l'intéresse pas. Il est vrai que cela est en accord avec la politique qu'il a menée quand il était Président, et qui a consisté en gros à brader à ses maîtres yankees la souveraineté du pays dont il avait la charge.
Cela étant, ce que dit Sarkozy a-t-il la moindre valeur ? Il multiplie les déclarations en fonction de son intérêt du moment, disant tout et son contraire dix fois par jour. C'est en réalité un carriériste à l'état pur, sans aucune conviction sur quoi que ce soit, et qui a mangé à tous les râteliers. Et dire que ce pitre a des chances de redevenir président !