En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 2 min 5 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 40 min 4 sec
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 1 heure 33 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 13 heures 27 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 14 heures 11 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 15 heures 37 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 17 heures 18 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 18 heures 37 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 21 heures 7 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 23 min 6 sec
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 2 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 13 heures 52 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 2 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 16 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 3 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 20 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 22 heures 38 min
Elections législatives

Tunisie : la poussée des islamistes ne s'appuie pas sur une adhésion réelle de la population

Publié le 23 octobre 2011
Élections législatives tunisiennes ce dimanche. Beaucoup d'espoirs après le printemps arabe. Mais le pouvoir politique du pays n'est peut-être pas encore prêt pour satisfaire les aspirations de la population.
Abdelmalek Alaoui
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Abdelmalek Alaoui est directeur général du cabinet de communication d'influence Guepard Group.Il est l'auteur du livre Intelligence Economique et guerres secrètes au Maroc (Editions Koutoubia, Paris). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Élections législatives tunisiennes ce dimanche. Beaucoup d'espoirs après le printemps arabe. Mais le pouvoir politique du pays n'est peut-être pas encore prêt pour satisfaire les aspirations de la population.

"Ca part un peu dans tous les sens, mais c’est normal, la démocratie est à ce prix". Tarik F., professeur d’économie Tunisien installé en France depuis de nombreuses années, observe avec enthousiasme le processus électoral dans son pays d’origine et les joutes oratoires qui font florès entre la multitude de petits partis qui ont "poussé comme des champignons" au cours de cette année 2011.

Il faut dire que l’élection d’une assemblée constituante ce dimanche 23 mars passionne les Tunisiens, qui n’avaient pas été à pareille "fête démocratique" depuis fort longtemps. Bien sûr, il y a les inévitables problèmes logistiques, la désorganisation, la démobilisation des autorités, une bagarre qui dégénère autour de la diffusion d’un film iranien sur une chaîne de télévision, mais en règle générale, les Tunisiens, ouvreurs de bal du "Printemps Arabe" ont tout de même le sentiment de vivre des moments historiques.

Le poids des islamistes

Bien que certains sondages donnent largement en tête les islamistes modérés du parti Annahda –les chiffres oscillent entre 40 et 50%- les acteurs du renouveau démocratique tunisien post-Ben Ali veulent croire que les islamistes ne  leur voleront pas « leur » révolution.

En effet, nombre de Tunisiens voient d’un œil circonspect la montée en puissance des islamistes, alors même que ces derniers n’ont participé que très timidement à la révolution du 14 Janvier dernier. Combattus farouchement par un Ben Ali qui les avait diabolisés, les islamistes doivent en réalité leur popularité soudaine plus à une aubaine politique qu’à une réelle adhésion de l’opinion. En effet, près de onze mois après le déclenchement de la révolution et à quelques jours du vote de la constituante, les cadres du  RCD-le parti dissous de l’ex Président- ont réussi à mettre en place une stratégie rampante en créant des listes portées par des dirigeants qui n’occupaient pas de fonctions exécutives, et qui ne sont donc pas soumis à l’interdiction de se présenter aux élections. Surfant sur les notabilités locales et disposant de moyens financiers qui permettent de faire efficacement campagne, cette « armée de l’ombre » du RCD, rejetée par les électeurs,  a contribué à faire monter dans l’opinion publique la sympathie pour le mouvement islamiste, que personne ne soupçonne de sympathie secrète pour l’ancien parti présidentiel.

Désirs de ruptures contre permanence des intérêts particuliers

Pourtant, la montée en puissance d’Annahda aurait du -suite au printemps arabe- être freinée par la « sécularisation rapide des sociétés civiles » évoquée par le directeur de recherche au CNRS Pierre-Jean Luizard dans un entretien avec le journal” La Croix”.

Au lieu de cela, les islamistes semblent recueillir les fruits de la fragmentation du champ politique tunisien, tiraillé entre désirs de ruptures et permanence des intérêts particuliers. C’est là un paradoxe que la future assemblée constituante aura comme tâche principale de résoudre : comment imaginer un modèle démocratique transitionnel qui puisse à la fois bénéficier de la capacité d’entrainement et du savoir-faire des élites économiques héritées de l’ère Ben Ali  tout en ouvrant la voie à une répartition plus équitable des richesses ? Cette équation à multiples inconnues ne peut, de surcroit, être résolue en Tunisie par la survenance d’un « homme providentiel », à l’image d’un Recep Tayipp Erdogan, le premier ministre turc devenu superstar des politiciens de la Méditerranée.

Crise de leadership ?

En effet, de l’avis de plusieurs experts, la Tunisie postrévolutionnaire souffrirait d’une absence de vision de la part d’une classe politique qui a du mal à se forger une identité dans un environnement qui change très rapidement. Or, cette absence de concordance entre le « temps politique » et le « temps des peuples » agit comme un repoussoir qui fait fuir les talents éventuels qui pourraient se présenter en recours et susciter l’adhésion de la population.

A cause de cela, il est fort probable que les Tunisiens devront se contenter d’un futur chef de l’exécutif qui sera le fruit d’un compromis, et non d’un consensus. Heureusement, un prochain rendez vous crucial est attendu dans les dix-huit mois : une nouvelle constitution qui ouvrira la voie à de nouvelles élections. D’ici là, la Tunisie retient (encore) son souffle…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LeditGaga
- 24/10/2011 - 16:20
@chnipe - rectificatif (oubli d'un s !)
Vous avez mis le doigt sur la faiblesse : le cerveau... qui est indiscutablement bloqué. Ceci s'explique par le bourrage de crâne itératif appliqué par les imams, cela affecte des pans entiers du cerveau et empêche toute réflexion personnelle : c'est scientifiquement prouvé !
LeditGaga
- 24/10/2011 - 16:19
@chnipe
Vous avez mis le doigt sur la faiblesse : le cerveau... qui est indicutablement bloqué. Ceci s'explique par le bourrage de crâne itératif appliqué par les imams, cela affecte des pans entiers du cerveau et empêche toute réflexion personnelle : c'est scientifiquement prouvé !
chnipe
- 24/10/2011 - 14:49
Le plus effrayant c'est...
... que davantage d'immigrés tunisiens vont tenter d'arriver en France.
Pour défendre la démocratie et dénoncer l'Islam ?
Non, ils ne le peuvent pas. Même s'ils fuient l'Islam, jamais ils ne l'attaqueront en France et / ou défendront la laïcité.
Pourquoi ? Je ne le sais pas mais, étant très proche de personnes d'origine musulmane, je l'observe tous les jours.

A croire que le cerveau est bloqué...