En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 59 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 55 sec
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 32 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 56 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 29 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 18 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 2 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 38 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 20 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 18 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 1 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 6 min
© walesonline.co.uk
Image extraite de la série "Hannibal".
© walesonline.co.uk
Image extraite de la série "Hannibal".
Tomber sur un os

Cannibalisme : manger et se faire manger, aux racines de faits divers moins rares qu’on ne le croit

Publié le 07 avril 2015
Le policier allemand Detlev Günzel a été condamné à huit ans et demi de prison pour avoir tué et dépecé le 4 novembre 2013 un consultant de 59 ans d'origine polonaise rencontré sur un site consacré au cannibalisme.
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le policier allemand Detlev Günzel a été condamné à huit ans et demi de prison pour avoir tué et dépecé le 4 novembre 2013 un consultant de 59 ans d'origine polonaise rencontré sur un site consacré au cannibalisme.

Atlantico : Quels sont les problèmes psychiatriques propres à ces personnes ?

Jean-Paul Mialet : Il n’y a pas de problèmes psychiatriques propres à ces personnes et c’est bien ce qui est troublant. Le cannibalisme n’est pas un symptôme répertorié dans une classification psychiatrique et correspondant à une pathologie identifiée. Il est une conduite "folle" que l’on peut rencontrer dans certaines pathologies psychotiques très graves avec perte du sens des réalités. De telles pathologies ne sont pas compatibles avec une insertion socio-professionnelle convenable. Cela ne semble pas le cas ici ni chez le policier qui a été capable de mener une vie adaptée jusqu’à ses cinquante ans, ni chez sa victime.

 

Ce n'est pas le premier policier qui se rend coupable d'un tel acte…Pourquoi  en trouve-t-on un certain nombre dans des métiers pleinement intégrés à la société, qui plus est au sein d'une civilisation évoluée ?

On a pu dire qu’un policier, c’est un individu qui a trouvé un moyen socialement acceptable de jouer au gangster. Peut-être y a-t-il en effet chez le policier une volonté de faire respecter la loi qui dénote une envie profonde de la violer ? Mais entre un goût inconscient pour les jeux hors la loi et une conduite cannibale, il y a un saut que je me garderai bien de faire. Ne mêlons donc pas la police à tout cela. Ce qui est encore une fois frappant, c’est qu’un citoyen bien intégré, policier ou non, puisse éprouver le désir d’être cannibalisé, ou de cannibaliser. Tout cela est si loin de nos mœurs, et paraît si révoltant ! Mais est-ce vraiment si éloigné ?

 

Il n’est peut-être pas inutile de noter que le cannibalisme se pratiquait encore au début du XX° siècle aux îles Marquises. Et les tribus anthropophages, jusqu’au XIX° siècle, n’étaient pas si rares. Certes, elles frappaient les esprits des peuples civilisés, mais elles correspondaient à une culture. Dans bien des cas, manger son ennemi était une manière de l’annihiler en s’appropriant sa force. Naturellement, la conception de l’individu en Occident n’est pas compatible avec cette façon de se comporter : "dévorer" son semblable, ce serait faire fi de l’humain et ne pas le distinguer de l’animal dont on se nourrit. Ce serait tomber dans des rapports "crus" - le corps à corps - alors que nous sommes immergés dans le "cuit" - le culturel.

 

Les conduites anthropophages sont donc éloignées de notre culture et sans doute ne sont-elles concevables que dans des organisations tribales modestes restées très proches des éléments naturels et accordant à l’homme une place très différente de la nôtre dans leur univers.

Néanmoins le fait que certains dérèglements psychiatriques rares puissent mener à de telles extrémités, et aussi qu’elles aient pu être des coutumes en vogue sous d’autres latitudes, donne à réfléchir.

 

Mélanie Klein est une psychanalyste qui a succédé à Freud et a poussé ses investigations du côté du nourrisson, bien avant le stade œdipien, c’est à dire dans les deux premières années. Selon elle, la vie du nouveau-né est organisée autour de satisfactions organiques simples comme être comblé ou évacuer. Rythmé par ces émotions de base, le ressenti du nourrisson l’oriente déjà vers des fantasmes rudimentaires concernant l’incorporation : avidité à incorporer, angoisse d’être incorporé. Ce socle de fantasmes archaïques, éprouvés bien avant que se construise la conscience, est habituellement totalement recouvert par les strates du développement ultérieur de la vie affective et sexuelle. Il n’en subsiste que des traces innocentes dans des expressions comme : "elle est belle à croquer".  Toutefois, chez certains individus déréglés, ces élans archaïques pourraient faire l’objet d’une fixation. Et dans certaines cultures propices, c’est à eux que l’on devrait des coutumes qui paraissent barbares.

 

Qu'en est-il de celui qui, en face, accepte de se faire manger, comme cela a été le cas dans l'affaire jugée au tribunal de Dresde ? Sa jouissance est-elle du même ordre que celle du cannibale ?

Les phénomènes dont nous parlons sont trop éloignés de ma propre personne et de ma culture pour que je puisse me lancer dans des développements sur la jouissance du cannibale comparée à celle de celui qui est cannibalisé. De ce que je viens de vous dire se dégage une ligne de force : à un certain moment, très précoce dans la construction de nous-mêmes, il se pourrait que nous rêvions d’abolir toute différence – donc toute séparation – avec la source de notre bien être en l’incorporant ou en étant incorporé. Cela serait les deux versants d’un même besoin d’assurer une emprise totale sur notre pôle nourricier qui représente à ce moment-là notre seule source de plaisir.

Il a fallu toute une organisation à ce policier et à sa victime consentante pour mener à bien leur plan. Comment se fait-il que rien n'ait pu les ramener, à un moment ou un autre, à la raison ?

Et si cette organisation était précisément ce qui a pu les rendre "fous" ? Tenons-nous en à notre analyse. L’expérience montre que des fantasmes divers habitent les personnes les plus "normales" en apparence. Elles peuvent s’interpréter comme des "adhérences" à des situations infantiles propices. Dans l’immense majorité des cas, ces fantasmes viennent alimenter des jeux sans conséquence– surtout à une période de sexualité permissive comme la nôtre. Toutefois, certaines personnes peuvent être habitées par des fantasmes totalement inadaptés : fantasmes pédophiliques, par exemple, ou bien plus rarement, fantasmes d’incorporation. Jusqu’à une date récente, ces derniers ne pouvaient en aucun cas être partagés : on peut donc imaginer qu’ils ne faisaient qu’affleurer la conscience – sauf grand dérèglement psychiatrique qui fait perdre la raison. Mais aujourd’hui, Internet permet de trouver un partenaire pour "donner corps" à ses fantasmes les plus fous et les rendre réalisables. La toile n’agit-elle pas alors comme un révélateur de folie qui rend fous les normaux – des normaux qui en d’autres circonstances, n’auraient pas creusé leur folie privée et l’auraient gardée, avortée, dans un coin de leur inconscient ?

Le policier allemand "a été reconnu coupable de meurtre et d'avoir porté atteinte au repos des morts" : qu'est-ce que les termes révèlent du sens profond que nous donnons au fait de manger un semblable ?

On a pu dire que la culture apparaissait lorsque l’homme se souciait de la sépulture et du respect des morts. Les tribus anthropophages n’étaient-elles pas cultivées ? J’en doute. Le symbolique ne leur était pas étranger, mais leur culture n’était pas la nôtre et autorisait qu’un homme, dans certains cas, puisse être consommé comme un aliment. Même dans ce cas, je suppose toutefois qu’il ne s’agissait pas d’un aliment comme un autre.

 

Dans notre culture, l’homme occupe une place à part dans la nature : même si nous sommes parfois tentés de le ramener à ses atomes de carbone ou à ses fondements biologiques, il ne saurait être question de le réduire à une substance neutre ou animale, incorporable comme un aliment. Ceci n’est envisageable ni après sa mort, ni comme le produit d’une transaction entre deux individus libres et – en apparence – sains d’esprits.

 

L’être humain est créatif. Pour explorer d’autres rives, il doit dépasser les règles qu’il s’est fixé lui-même par l’expérience et la culture. On a pu dire que la culture avait le rôle pour l’homme de poser les limites que ne lui fixe pas la nature, comme aux autres espèces animales. Certaines de  ces règles semblent fondamentales et intangibles : elles représententdes tabous qui ont une fonction clé pour le maintien d’un ordre collectif.

 

On connaît le tabou de l’inceste : si le milieu familial n’est pas à l’abri des désirs, c’est la structure familiale qui s’effondre et avec elle, la société. Le tabou de l’anthropophagie se réfère à un autre aspect de l’humain, un aspect en deçà du désir sexuel – disons, un peu brutalement, son côté « viande » : il s’agit de mettre l’homme à l’abri de la convoitise alimentaire dans la collectivité. C’est un tabou profond et tellement intégré qu’il paraît aller de soi. Il faut des évènements exceptionnels comme celui-là pour le redécouvrir.

 

Et également pour s’interroger sur la redoutable capacité d’Internet à faire oublier les tabous.Le contact hors-limite entre inconnus, dénués d’appartenance puisqu’au moment où ils sont sur la toile, ils peuvent avoir l’illusion d’échapperà tout (en particulier, à leur environnement) ne favoriserait il pas l’émergence de boursouflures fantasmatiques monstrueuses ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires