En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 2 heures 4 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 2 heures 48 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 5 heures 55 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 7 heures 14 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 9 heures 43 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 14 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 2 heures 29 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 3 heures 39 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 4 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 6 heures 39 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 9 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 14 heures 18 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 14 heures 58 min
© Reuters
La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées n’entraînent pas que des troubles de la mémoire.
© Reuters
La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées n’entraînent pas que des troubles de la mémoire.
Mémoire personnelle

Alzheimer et démences séniles : que reste-t-il de l’identité quand on a tout oublié ?

Publié le 10 avril 2015
Alice Howard, personnage principal du film Still Alice, se demande qui elle va devenir et si elle pourra rester elle-même. Les maladies neurologiques qui atteignent notre mémoire et nos souvenirs, transforment notre approche de l’identité et de la construction de notre être.
Fabrice Gzil
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Gzil, docteur en philosophie, est responsable des réseaux à l’Espace éthique Île-de-France et chercheur associé au CESP (Inserm/Université Paris Saclay), Equipe « Recherche en éthique et épistémologie ». Il est notamment l'auteur de La maladie d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alice Howard, personnage principal du film Still Alice, se demande qui elle va devenir et si elle pourra rester elle-même. Les maladies neurologiques qui atteignent notre mémoire et nos souvenirs, transforment notre approche de l’identité et de la construction de notre être.

Atlantico : Les maladies neurologiques qui atteignent notre mémoire, nos souvenirs, transforment notre approche de l’identité et de la construction de notre être. Le fait de ne plus reconnaître ses proches, voire la personne avec qui l’on a partagé sa vie, veut-il dire qu’on oublie qu’on est une épouse, une mère, une amie ? 

Fabrice Gzil : La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées n’entraînent pas que des troubles de la mémoire. Elles entraînent aussi des difficultés pour se repérer dans le temps et dans l’espace, pour comprendre le sens des termes abstraits, pour exprimer sa pensée, pour reconnaître la fonction des objets, pour planifier une série d’actions en vue d’un but, etc.

Pour autant, les personnes malades continuent très longtemps d’attribuer de la valeur à des choses. Même lorsqu’elles ne sont plus en mesure de prendre elles-mêmes les décisions qui les concernent, il continue d’y avoir des choses qui leur importent. Il continue d’y avoir, non seulement des choses qui leur provoquent du plaisir ou du déplaisir, mais des choses qui les rendent heureuses et des choses qui les rendent malheureuses. Ces valeurs, ces choses auxquelles les personnes malades sont attachées, constituent ce que certains philosophes ont appelé leur identité pratique.

Il est primordial, lorsqu’on a à prendre des décisions pour une personne atteinte de troubles cognitifs, ou lorsqu’on a à organiser son accompagnement, de ne pas considérer seulement ce qui faisait plaisir à la personne par le passé, mais ce qui compte et importe pour elle, et ce à quoi elle est attachée aujourd’hui, en dépit de la maladie. D’autant que bien souvent, les valeurs des personnes malades ne sont pas si différentes de celles qui étaient les leurs par le passé. Elles sont parfois plus simples, moins élaborées (venir en aide à son prochain, avoir des relations riches avec ses petits-enfants…). Mais elles sont déterminantes pour l’estime de soi de la personne, et pour la valeur qu’elle accorde à sa vie.

Le corps a-t-il la même importance que la pensée dans la construction de l’identité ? Comment rester en relation avec une personne qui paraît peu à peu s’absenter d’elle-même ?

La tradition philosophique, héritée de Locke et de Descartes, fait reposer l’identité individuelle sur le phénomène de la conscience et sur les facultés de la mémoire. Mais nous ne sommes pas que de purs esprits ! D’abord, notre identité se construit dans des relations intersubjectives ; elle est fondamentalement relationnelle. Nous devenons nous-mêmes dans nos rapports avec les autres. Ensuite, nous "n’avons" pas seulement un corps, nous "sommes" aussi notre corps. D’ailleurs, lorsque Descartes dit : "je pense, donc je suis", il ajoute : "Qu’est-ce qu’une chose qui pense ? C’est une chose qui doute, qui entend, qui conçoit, qui affirme, qui nie, qui veut, qui ne veut pas, qui imagine aussi, et qui sent".

Nous vivons dans des sociétés qui mobilisent énormément nos fonctions cognitives, en particulier nos fonctions mnésiques. Pensons par exemple à la somme considérable de codes qu’il nous faut retenir dans notre vie quotidienne, pour retirer de l’argent, pour pénétrer dans un immeuble doté d’un digicode, ou pour passer une commande sur Internet. Ces sociétés sont particulièrement inhospitalières pour les personnes qui ont des incapacités cognitives.

Dans le même temps, nous vivons dans des sociétés presque dépourvues de mémoire, où une actualité chasse l’autre, et où nous avons le plus grand mal à nous souvenir de ce qui faisait l’actualité la semaine dernière. C’est sans doute la raison pour laquelle la maladie d’Alzheimer nous fascine et nous inquiète à ce point : elle nous renvoie à notre propre angoisse, individuelle et collective, d’un temps qui se morcèle, et qui fait que nous avons parfois bien du mal à savoir qui nous sommes.

Les personnes atteintes d’une maladie d’Alzheimer ne sont, en réalité, pas si oublieuses qu’on le dit. Sinon, pourquoi certaines d’entre elles quitteraient-elles leur domicile ou la maison de retraite dans laquelle elles sont hébergées pour revenir à la maison de leur enfance, ou pour aller chercher leurs enfants qu’elles croient encore en âge d’aller à l’école ?

Est-ce que l’on voit se dessiner de nouveaux contours de l’approche de l’identité au sens philosophique du terme ? 

Le philosophe et helléniste Jean-Pierre Vernant, qui a accompagné son épouse malade, a dit une chose très profonde : "Je suis convaincu que pour quelqu’un qui a l’Alzheimer, le fait d’être dans son entourage, pas seulement spatial mais aussi affectif, les contacts, la parole, tout cela éveille un écho à l’intérieur d’un personnage qui a une histoire et un développement psychique singulier. Il y a encore une vie individuelle là-dessous. C’est difficile de dire : "Oh, c’est plus lui, c’est plus elle !" C’est vrai et ce n’est pas vrai."

Pierre Pachet, dans son ouvrage intitulé Devant ma mère, fait des observations analogues. "Il serait facile pour moi de considérer (que ma mère) ne prête pas d’attention à mon arrivée auprès d’elle… Et même – car c’est cela la tentation – (il serait facile) de penser que ce n’est pas elle qui est là sur ce lit… Ce serait son corps, mais que sa personne n’habiterait plus". À cette tentation de l’indifférence, Pierre Pachet objecte, premièrement, un argument factuel : "Quand les infirmières ou les aides-soignantes l’interpellent, elle réagit, tourne la tête, dit quelque chose… Ce n’est pas elle tout entière, mais c’est elle… C’est bien elle et personne d’autre". Il objecte, deuxièmement, un argument d’ordre éthique : "J’ai l’impression qu’une partie de l’humanité de ma mère est désormais en dehors d’elle, et que par exemple elle est en moi qui vais lui rendre visite, qu’elle m’incombe… Je suis son mandataire et je réponds d’elle autant que je peux".

Parce que les personnes malades semblent être perdues dans le temps, ne plus être présentes à elles-mêmes ; et parce qu’elles ne semblent plus vivre dans le même temps que le nôtre, et ne plus se souvenir de ce qui constitue leur identité singulière et notre histoire commune avec elles, il est parfois tentant – tant l’accompagnement au quotidien peut être éprouvant – de se dire qu’il est indifférent qu’on leur donne de notre temps. Or, c’est précisément parce que les personnes malades perdent progressivement le sens du temps, qu’il importe vis-à-vis d’elles d’avoir ici le plus grand sens, le plus grand soin du temps. Préserver le sens du temps, cela signifie à la fois accorder du temps de disponibilité, d’écoute de présence ; essayer de s’adapter au rythme, ralenti, mais toujours singulier, des personnes ; et – lorsque la personne ne peut plus répondre elle-même de son identité et de son histoire, d’être en quelque sorte les garants de cette histoire commune qui est à la fois la leur et la nôtre. 

Quelles sont les idées reçues en la matière ?

Il faut tordre le cou à certaines idées reçues qui, hélas, ont la vie dure. On entend souvent dire que les personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative, comme la maladie d’Alzheimer, "retombent en enfance", "perdent leur identité", et qu’il faut "leur rendre leur dignité". Il s’agit là de préjugés qu’il faut combattre avec la plus grande énergie.

Les personnes atteintes d’une maladie d’Alzheimer ont besoin, au fur et à mesure que la maladie évolue, d’une aide croissante pour les actes de la vie quotidienne, aussi importante que les personnes atteintes des handicapes physiques les plus lourds. Mais elles ne retombent pas en enfance. Ce sont des personnes adultes, qui ont apporté de multiples contributions à la société, et qui méritent pour cela d’être traitées comme des citoyens à part entière, en tenant compte des situations de handicape très difficiles auxquelles elles sont confrontées.

Les personnes malades ne perdent pas davantage leur identité. Certes, elles peuvent – lorsque la maladie est très évoluée – avoir oublié des pans entiers de leur existence, ne pas se souvenir qu’elles se sont mariées ou qu’elles ont eu des enfants, et avoir des difficultés pour reconnaître jusqu’aux personnes qui leur sont les plus proches. Pour autant, comme dans le film Still Alice, Alice Howard reste jusqu’au bout Alice Howard. Elle est et demeure une personne unique, singulière, substituable à aucune autre.

Enfin, dire qu’il faut "rendre aux personnes malades leur dignité", c’est présupposer que certains accidents de la vie peuvent nous faire perdre notre dignité. Or la dignité n’est pas quelque chose qui peut se perdre. Elle est consubstantielle aux êtres humains uniques et singuliers que nous sommes. Ce qui peut être indigne, ce sont certains traitements qui sont parfois infligés aux êtres humains, lorsqu’on oublie le respect qui leur est dû, lorsqu’on oublie, justement, qu’il s’agit d’êtres humains à part entière.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pierre29000
- 07/04/2015 - 10:56
Tres bel article
Tres bel article, merci.