En direct
Best of
Best Of
En direct
© Flickr / musical photo man
La ville de Toulouse reste rose.
Les irréductibles
Et (seul) le quart Sud-Ouest de la France résista à la vague bleue : l’histoire d’une géographie électorale
Publié le 31 mars 2015
Un simple coup d’œil sur la carte des résultats aux départementales le montre : la droite domine l'ensemble du territoire, sauf le quart sud-ouest où presque tous les départements restent "rose". Malgré la débâcle, la gauche se maintient dans ce qui reste au niveau local son dernier fief, qui résiste même à la crise profonde du Parti socialiste au pouvoir.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un simple coup d’œil sur la carte des résultats aux départementales le montre : la droite domine l'ensemble du territoire, sauf le quart sud-ouest où presque tous les départements restent "rose". Malgré la débâcle, la gauche se maintient dans ce qui reste au niveau local son dernier fief, qui résiste même à la crise profonde du Parti socialiste au pouvoir.

Atlantico : A l'exception du Tarn-et-Garonne, et des Pyrénées-Atlantique, tous les départements regroupés autour des pôles d'attractivité que sont Bordeaux et Toulouse ont vu les candidats de gauche s'imposer. Leur succès s'est d'ailleurs fait sans conquête, cette région étant un fief de la gauche française. A quand remonte la domination de la gauche "modérée" sur la région ? Comment s'y est-elle implantée ?

Laurent Chalard : L’implantation de la gauche "modérée" dans le sud-ouest de la France est ancienne, mais concerne historiquement plutôt la région Midi-Pyrénées que l’Aquitaine, puisque lorsque l’on regarde la géographie électorale de la France dans les années 1930, la région Midi-Pyrénées émergeait déjà comme un territoire de force de la gauche modérée. L’attachement au républicanisme a été beaucoup plus ancien et solide que dans l’ouest de la France car la région a été largement déchristianisée au cours du XIXe siècle, l’instituteur prenant très tôt le dessus sur le curé dans les campagnes. Cependant, étant donné la faible industrialisation, le parti communiste n’a jamais réellement pris au cours du XXe siècle, la région gardant un attachement à la gauche modérée, en l’occurrence la SFIO et les radicaux de gauche. Elle présente donc une tradition politique moins extrémiste que le sud-est.

Les référents culturels et le rapport à la politique en général sont-ils les mêmes dans le Sud-Ouest que dans le reste de la France ? Comment expliquent-ils l'impact sur le vote ? 

Effectivement, le Sud-Ouest de la France présente certaines singularités sur le plan culturel qui peuvent éventuellement expliquer le vote modéré et plutôt de gauche que l’on constate aujourd’hui.

Sur le plan culturel, comme nous l’avons déjà précisé précédemment, le facteur religieux rentre peu en compte car ce sont des territoires déchristianisés depuis longtemps, mais surtout le plus important est l’absence d’une forte culture ouvrière héritée. En effet, le Sud-Ouest est traditionnellement une région de fonctionnaires et de gens plus diplômés que la moyenne nationale, catégories beaucoup moins tentées par le vote extrémiste, mais aussi plus susceptibles de voter à gauche, cette dernière étant considérée comme le garant de la défense de l’emploi public.

Sur le plan du rapport à la politique, le Sud-Ouest de la France, à l’exception des deux grandes métropoles de Bordeaux et de Toulouse, se caractérise par un taux d’abstention sensiblement moindre qu’ailleurs, expliquant un intérêt plus fort pour la politique, mais aussi aujourd’hui défavorable au vote extrémiste. En effet, ce sont dans les territoires de forces de l’extrême droite de tradition ouvrière du Nord-Est que les taux d’abstention sont les plus élevés. Il faut aussi garder en tête que le Sud-Ouest est en moyenne plus âgée que le reste du pays, or les retraités votent plus que les autres classes d’âge et moins souvent pour les partis extrémistes.

Avec des taux de chômage de 9,8% en Aquitaine et de 10,3% en Midi-Pyrénées, les régions sont dans la moyenne nationale, ni plus, ni moins. Y a-t-il pourtant des raisons économiques qui peuvent impacter les résultats du vote ? Lesquelles ?

Comparer les taux de chômage à l’échelle des régions n’a aucun sens car les populations n’ayant pas d’emploi migrent des régions qui détruisent des emplois vers celles qui en créent, ce qui a tendance à gonfler artificiellement le chômage dans les régions dynamiques. Or, l’Aquitaine et le Midi-Pyrénées sont depuis le début des années 2000, deux des régions les plus créatrices d’emplois en France, en particulier grâce au développement de l’industrie aéronautique. Rappelons qu’alors que l’ensemble de la France est touchée par la désindustrialisation, par contre, le Sud-Ouest connaît des créations nettes d’emploi dans l’industrie. Cette meilleure situation de l’emploi local peut expliquer le moindre vote d’extrême droite, le vote contestataire se justifiant moins que dans le Nord-Est par exemple.

Les régions de Bordeaux et de Toulouse sont attractives démographiquement. Que sait-on de ceux qui s'installent dans la région ? Ont-ils un impact sur le paysage électoral ?

Bordeaux et Toulouse sont avec Montpellier les métropoles les plus attractives de notre pays, c’est-à-dire que leur croissance démographique est autant le produit d’un solde migratoire positif que d’un solde naturel positif, contrairement à la plupart des grandes métropoles, dont l’Ile de France, qui affichent des soldes migratoires négatifs.

Parmi les nouveaux venus dans ces deux métropoles sont largement surreprésentés les cadres et les professions intermédiaires, donc des populations plus diplômées que la moyenne, avec un nombre non négligeable d’anciens résidents franciliens. En conséquence, leur profil électoral ne prête pas au vote extrémiste, qui est rappelons le dominant chez les ouvriers et les employés et moindre chez les plus diplômés. En outre, la présence de nombreux chercheurs du secteur privé comme public parmi les nouveaux arrivants peut renforcer le vote à gauche.

Y a-t-il des caractéristiques spécifiques à l'aménagement de la région, de l'habitat ou de l'organisation sociale qui peuvent expliquer cette permanence de la gauche ? 

Il n’existe pas vraiment de caractéristiques spécifiques pouvant expliquer la permanence de la gauche. Au contraire, le modèle de développement des grandes métropoles, qui repose sur un étalement pavillonnaire considérable, devrait en théorie plutôt favoriser la droite, si on part du principe que la propriété d’un pavillon conduit plus fortement à voter à droite qu’à gauche. Le vote de gauche est beaucoup plus un produit de l’héritage culturel local qu’une conséquence d’un modèle spécifique d’aménagement régional, d’autant que le développement économique y apparaît assez inégal selon les départements.

La structure familiale dans cette région joue-t-elle également un rôle ? A-t-elle des spécificités qui la rapproche d'un "vote de gauche" ?

Si les structures familiales, telle que la "famille souche" chère à Emmanuel Todd, ont pu par le passé expliquer certaines caractéristiques sociologiques des régions du Sud-Ouest, et plus particulièrement des Pyrénées, cela n’est plus le cas aujourd’hui. Les différences de structures familiales avec le reste du territoire sont résiduelles et ne peuvent être considérées comme un facteur explicatif du vote de gauche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/04/2015 - 02:28
La Dordogne, c'est un peu comme le Marais...
Il est tellement facile d'y édicter des règles écologistes, normatives, immigrationnistes et paritaires, dont les effets pervers n'atteindront que les plus faibles et les plus éloignés de ces centres névralgiques de la pensée unique gauchiste!...ces privilégiés ne connaîtront jamais les conséquences du chômage qu'ils génèrent, car ils sont fonctionnaires, ni les conséquences de l'immigrationnisme débridé, car ils vivent dans des ghettos dorés, ni les conséquences de la dette qu'ils creusent, car ils poussent leurs enfants à être fonctionnaires, ni les conséquences de la désindustrialisation et de la perte agricole, car ils ont, depuis longtemps, interdiction de se salir les mains...les gauchistes sont notre noblesse de robe, et ils vivent dans des ghettos de plus en plus étroits! Leur place est réservée sur les charrettes de pailles de la révolution du peuple de France...
winnie
- 31/03/2015 - 22:57
voila deja,...
Deux ans que je me suis exiler en Dordogne après avoir vécu en région Lyonnaise plus de cinquante ans,et j'ai compris pourquoi ,dans le sud -ouest, ils sont socialistes : douceur de vivre, espace,ruralite,peu de délinquance et peu d' immigrés,traditions vivaces,ici a Noël les crèches sont partout, les gens sont eduques.
C'est sur que comme cela le monde est différent !
RBD
- 31/03/2015 - 14:12
Illustration
Ce ne serait pas plutôt la place Saint-Etienne votre photo ? C'est une place et c'est rose mais quand même...