En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 25 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 50 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 9 heures 4 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 41 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 39 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 55 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 19 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 54 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 15 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 16 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 40 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Divulgation en masse

La vraie bombe de la réforme Touraine : la disparition du secret médical

Publié le 20 mars 2015
Les protestations à l'encontre de la réforme Santé portée par Marisol Touraine se concentrent sur plusieurs enjeux : place de l'hôpital, rôle des agence régionales, médecine de proximité... Mais il en est un qui pourrait être traité d'une manière plus dangereuse : le partage des données médicales.
Frédéric Bizard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bizard est économiste de la santé et enseignant à Sciences Po Paris. Il est un expert reconnu du secteur de la santé en France et à l'international. Il dirige la société Salamati Consulting, société de conseil en stratégie de santé.Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les protestations à l'encontre de la réforme Santé portée par Marisol Touraine se concentrent sur plusieurs enjeux : place de l'hôpital, rôle des agence régionales, médecine de proximité... Mais il en est un qui pourrait être traité d'une manière plus dangereuse : le partage des données médicales.

Atlantico : En quoi la réforme portée actuellement par Marisol Touraine pourrait-elle concrètement porter atteinte au secret médical ?

Frédéric Bizard : Le secret médical appartient au patient. Tout ce qui concourt à ouvrir les données médicales doit respecter ce principe : seul le patient peut donner autorisation de divulguer ses ses données lorsque celles-ci ne sont pas anonymisées.

Or, une menace est effectivement constituée par l'article 47 du projet de loi. Cet article concerne l'ouverture des données de santé, et il provoque l'ire des médecins car en l'état actuel, il est extrêmement flou, c'est-à-dire extrêmement dangereux. Pour vous donner une idée, il fait à lui seul l'objet de plusieurs centaines d'amendements, j'ai même entendu parler de 411 !

Plusieurs points concrets posent problème. Le premier concerne évidemment l'accessibilité de ces données nominatives via un simple site internet, ou à des entités privées et publiques qui seraient labélisées par le ministère.

La deuxième chose, c'est que selon les prédispositions du texte, il y aurait une concentration de l'ensemble de ces données sanitaires et sociales dans un seul et même institut national de "données de santé", dont on ne connaît absolument pas le mode de fonctionnement, et qui serait une sorte d'usine à gaz technocratique et sans contre-pouvoir. Sa concentration en un seul et même endroit pose bien entendu aussi le problème du risque de piratage informatique.

Or si l'information, les données ne sont pas cogérées par la société civile et l'Etat, on peut en effet se poser des questions sur la façon dont ça va être géré. L'Etat ne peut pas prendre ce type de décision seul car cela implique le secret des patients. Comme l'ensemble de la réforme, cet article n'a pas été écrit selon les recommandations des commissions de travail préalables. Notamment la commission Open Data qui avait fait l'objet d'un consensus d'acteurs mais qui n'a pas du tout été prise en compte par le législateur.

Quels sont les enjeux pour l'Etat et les patients ? Quelles pourraient-être les dérives de cet article 47 ?

Tel que l'article est rédigé, on craint que des sociétés qui n'ont pas une vocation uniquement d'intérêt à travers des études économiques soient en fait des sociétés qui pour des raisons lucratives, de sélection de risques chez les assureurs, puissent tarifer leurs contrats en fonction du risque, par exemple. Un autre est un enjeu potentiel de santé publique, car il pourrait permettre de biaiser les études cliniques menées par l'industrie pharmaceutique. On pourrait aussi tout à fait imaginer des dérives sur l'accès à des dossiers médicaux de personnes célèbres. Nous passerions donc d'un système actuel totalement verrouillé, qui pour autant n'est pas bon non plus vu la valeur que pourrait effectivement représenter ces données du point de vie de la science économique et médicale, à l'approche totalement technocratique de M. Franck Von Lennep, directeur de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques).

L'enjeu est donc à la fois d'ouvrir davantage ces données de santé, mais la question porte bien entendu sur les critères de sélection d'accès à ces données. A partir de ce moment, la sécurité n'est pas suffisamment forte pour assurer le secret médical

A qui cela pourrait-il profiter ? Les mutuelles et les assurances y trouveraient-elles un intérêt ?

En l'état, n'importe quelle société d'étude marketing ou économique, et qui pourrait être un faux-nez ou un laboratoire pharmaceutique, pourrait les utiliser à mauvais escient. Pour l'industrie pharmaceutique, avoir accès à ce type d'information permettrait d'avoir une connaissance extrêmement fine du marché et surtout de sélectionner les sujets les plus commodes pour leurs études cliniques avant mise sur le marché, c’est-à-dire qui ont le moins de chances de voir apparaître des effets secondaires, ce qui donnerait des résultats biaisés : aujourd'hui, lorsqu'une étude est menée en double aveugle, il est important qu'il n'y ait pas de sélection, afin d'être le plus représentatif possible. A partir du moment où l'on a un accès aux données médicales nominatives, on pourra alors sélectionner les sujets les mieux portants ou présentant le moins de facteurs de risques. Evidemment la qualité que constitue une représentativité impartiale disparaît. Ou alors faire ou pourrait faire ressortir les personnes qui sont les plus à même de réagir positivement au médicament, puisque le ratio efficacité / effets secondaires est bien entendu un paramètre crucial.

Est-ce la première fois que le secret médical est attaqué ?

Le secret médical est un fondement de notre médecine. Pour autant, il est vrai que ce n'est pas la première fois que l'Etat souhaite en tirer parti. On a pu le constater avec le Dossier médical patient qui lui aussi avait entraîné de nombreuses réactions. Or sans être paranoïaque, cela ouvre effectivement la porte à tous les risques.

Que peut-on supposer de l'avenir de cet article de loi ?

Ce point du texte est effectivement rarement abordé car il est extrêmement technique. Tout le monde est d'accord pour déverrouiller les données. Mais cela ne pourra se faire de manière acceptable sans l'accord des patients dans le cas où leurs données ne sont pas anonymisées. Les médecins, garants du secret médical de par leur code de déontologie, ne peuvent y être insensibles, même si Mme la ministre souhaite faire passer son projet de loi en procédure accélérée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/03/2015 - 00:42
Quel était le problème pour MST?...
Cherchez bien, car il n'y en avait pas, excepté, excepté...l'inflation galopante et irrépressible des dépenses de santé! Et quel est l'objectif de MST? Toutes les économies comptables ont été réalisées, sur les médecins, les pharmaciens, les labos, sur les malades eux-mêmes avec le deremboursement de multiples actes et médicaments, mais ces sacrés gauchistes n'y arrivent toujours pas...à maîtriser ces putains de dépenses de santé qui échappent à leurs efforts désordonnés, et qui dérapent, dérapent....alors, en dernier recours, les gauchistes aboutissent aux travers de toutes les dictatures socialistes: le flicage des citoyens! Il leur faut les suivre à la trace, ces libertains maladifs français, afin de les empêcher de pénétrer chez le médecin, chez le pharmacien, chez le biologiste, sans le sésame gauchiste! Nous voici revenu au bon vieux temps de la STASI et de la GESTAPO, où seul l'état socialiste avait le droit de décider qui était malade, et qui devait être soigné...ou pas! Voilà à quoi servira la fin du secret médical: au flicage étatique des patients. Encore une de nos Libertés fondamentales foulées aux pieds par les gauchistes...jusqu'à quelle extrémité?
GP13
- 18/03/2015 - 19:09
Les systèmes staliniens ne se réforment pas ......
La sécu, fondée à la liberation par le CNR, a été pensée et mise en œuvre avec le concours majeur du PCF, et selon les principes staliniens. En dépit des reformes, la culture sécu reste stalinienne : le médecin traitant est obligatoire, la tiers payant sera obligatoire. les essais de réforme, tentés par les généralistes, soucieux d'introduire libertés et donc responsabilités dans le système ont échoué. Le système continue donc dans la voie de la dictature stalinienne et la confiscation des données médicales personnelles par la nomenklatura est programmée. Vive l'effondrement général rapide pour tout remettre à plat et à partir d'une page blanche !!
zouk
- 18/03/2015 - 15:28
Secret médical
Si c'était là le seul vice du projet de loi de Marisol Touraine....., l'ensemble du projet est une folie, idéologique en partie et surtout significative d'un pouvoir ivre de lui même, cela s'appelle aussi dictature mais comme il faut respecter un minimum d'apparences dictature de la majorité (mais socialiste donc vertueuse bien sûr)