En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 5 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 9 heures 19 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 14 heures 30 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 15 heures 13 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 19 heures 54 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 6 heures 23 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 14 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 14 heures 49 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 15 heures 26 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 16 heures 31 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 19 heures 34 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters/Thierry Roge
La bataille de Waterloo rejouée.
© Reuters/Thierry Roge
La bataille de Waterloo rejouée.
Morne plaine

Waterloo, 200 ans après : la blessure qui ne passait pas (et la victoire cachée que les Français ne savent pas y voir)

Publié le 13 mars 2015
Face aux atermoiements de Paris, Bruxelles a renoncé à émettre une pièce de 2 euros commémorant le bicentenaire de la bataille de Waterloo. Preuve que la défaite française contre une coalition européenne reste un sujet sensible dans un pays qui a toujours un rapport ambigu avec son histoire.
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face aux atermoiements de Paris, Bruxelles a renoncé à émettre une pièce de 2 euros commémorant le bicentenaire de la bataille de Waterloo. Preuve que la défaite française contre une coalition européenne reste un sujet sensible dans un pays qui a toujours un rapport ambigu avec son histoire.

Atlantico :  La France s'oppose à la frappe d'une pièce commémorative de 2 euros pour le bicentenaire de la défaite de Waterloo, ayant vu les forces françaises de Napoléon perdre contre une coalition européenne le 18 juin 2015. Pourquoi cette défaite – alors que la France en a connu beaucoup d'autres – reste-t-elle si "sensible" deux siècles plus tard ?

Dimitri Casali : Pour la France, la défaite de Waterloo en 1815 marque la fin de sa puissance hégémonique. Il faut bien se rappeler que depuis 1643 et la victoire à la bataille de Rocroi, la France était la première puissance européenne et sans doute mondiale. Waterloo était donc vraiment "la mère de toutes les batailles", et la défaite française a considérablement changé la face du monde, d'autant qu'il s'en est fallu de peu que la France remporte justement cette bataille, ce qui rajoute à son aspect emblématique.

Mais il y a également une tendance très française à s'intéresser plus à ses défaites qu'à ses victoires, et cela depuis très longtemps. Qui se souvient encore aujourd'hui des grandes victoires que furent Iena ou Friedland ? L'esprit français, et une certaine approche romatique portée par Victor Hugo, Musset, de Vigny ou Stendhal a marqué l'inconscient français. D'ailleurs l'expression "c'est Waterloo" est même passé dans le langage courant.

Les Britanniques ont fait part d'un certain "amusement" rappelant que Waterloo a une date fondatrice de l'identité européenne. Dans l'absolu, est-ce vrai ? Pourquoi la France, pays incontournable de l'UE, n'y trouve-t-elle pas son compte malgré tout ?

Dans une certaine mesure les Britanniques ont raison. La victoire contre Napoléon a d'abord été celle d'une coalition européenne qui a entraîné le rapprochement de nombreux peuples contre Napoléon. Mais finalement, avec un certain recul, c'est Napoléon, malgré sa défaite, qui a le plus marqué l'idéal européen. C'est Napoléon, notamment en établissant le Code civil, qui a contribué à répandre les idéaux de liberté et d'égalité face aux vieilles monarchies européennes. On a vraiment été dans un choc et le "vieux monde" et le "nouveau monde" même si sur le plan militaire c'est lie "nouveau monde" qui a perdu. En tant que Français, et malgré la défaite que fût Waterloo, on peut s'en féliciter.

"Je suis ravi que la zone euro veuille célébrer l'échec de la France à créer un super-état européen" a déclaré Sir Peter Huff, un parlementaire britannique. Quelles tensions la sensibilité sur cette question historique révèle-t-elle ?

Les Anglais apprécient Waterloo pour l'aspect de tragédie grecque que cette bataille revêt, mais il y a aussi chez eux un sentiment curieux, entre haine et passion. S'ils sont les premiers détracteurs d'un Napoléon qu'ils ont vaincu, ils en sont aussi admirateurs, certaines encyclopédies encensant l'empereur français, ce que l'on ne trouverait jamais dans un dictionnaire en France ou dans les livres d'histoire. Les Français, eux, n'ont même pas commémoré Austerlitz à l'époque Chirac/de Villepin, tout en n'acceptant pas que l'Europe célèbre notre pire défaite. Nous sommes tiraillés entre les deux extrêmes. 

La perception de la défaite de Waterloo est-elle une question qui passionne ailleurs qu'en France et au Royaume-Uni ? Pourquoi cette bataille a-t-elle encore une résonance mondiale deux siècles plus tard, même hors Europe ? De quoi est-elle le symbole ?

Aujourd'hui, tous les touristes japonais ou américains qui vont visiter le champ de bataille de Waterloo – 200 000 visiteurs par an, haut-lieu numéro 1 en Belgique – pensent que c'est Napoléon qui a remporté le combat ! C'est très évocateur. Il y a une vraie légende napoléonienne écrite par des romantqiues français, mais aussi des philosophes allemands, des américains, des italiens. Même Tosltoï en a fait l'éloge. Cette dimension mondiale en fait le personnage historique le plus connu dans le monde. Et les quatre jours du bicentenaire verront six mille figurants participant à la reconstitution, des figurants qui viendront parfois d'Australie ou de Nouvelle-Zélande. C'est incroyable. Il y a une fascination dans le monde entier... sauf en France, où il en réduit à six pages dans les manuels scolaires de quatrième, axées autour du rétablissement de l'esclavage et de la vision négative que l'on peut avoir du personnage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
minilamber
- 13/03/2015 - 18:45
Vive l’Empereur !
Vive l’Empereur !
MichelSaintJean
- 13/03/2015 - 18:29
P.Huff a raison : l'Europe
P.Huff a raison : l'Europe est morte à Waterloo; la seule façon de faire l'Europe est qu'un pays leader domine les autres et les fédère.
Aujourd'hui la seule opportunité de faire l'Europe c'est de laisser faire l'Allemagne; en ce sens la France de Hollande est très européenne. mais ce n'est peut être pas si mal de se retrouver un jour dans une Europe allemande; à moins de se retrouver un Napoléon qui soit capable de mener la danse.
jurgio
- 13/03/2015 - 18:14
Trafalgar et Bérésina
Vrai que l'éducation gauchiste a fait rebuter l'Histoire de France par nos chères têtes blondes. Nous n'avons pas à rougir du combat de Trafalgar où la victoire (comme à Waterloo) était à deux doigts sans l'indécision du médiocre Villeneuve. Mais on préfère pleurnicher. De même pour le passage de la Bérésina qui n'est pas précisément une bataille (comme on l'entend souvent) mais la traversée héroïque réussie par la grande armée de bras d'eau gelés où se sont sacrifiés les pontonniers. L'ennemi a effectivement profité de ce ralentissement pour massacrer quelques traînards à moitié morts de froid et d'épuisement. Donc pas des actes de guerre reluisants pour les Russes. Mais on préfère encore pleurnicher. Les Anglais savent exploiter si habilement leurs victoires sur le fil qu'on pense que nous avons été des incapables et que nous sommes définitivement des nuls. Ces derniers, pourtant, nous savons où les trouver.