En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

07.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

01.

Adele, plus forte que les Beatles et Madonna!

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 13 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 1 heure 30 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 2 heures 18 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 13 heures 14 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 14 heures 32 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 16 heures 46 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 18 heures 35 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 23 heures 25 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 41 min 36 sec
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 2 heures 13 sec
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 12 heures 22 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 13 heures 54 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 15 heures 28 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 18 heures 50 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 21 heures 11 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 23 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pour éviter une nouvelle guerre des sexes, réhabilitons la virilité !

Publié le 01 mars 2015
Alors que les contours de l'identité masculine n'ont jamais été aussi flous, la virilité est trop souvent confondue avec le machisme. Ce n'est pourtant pas n'est pas forcément un défaut à corriger. Extrait du livre "Nos garçons en danger!" de Stéphane Clerget, publié aux Editions Flammarion, 2015 (2/2).
Stéphane Clerget
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Clerget est médecin pédopsychiatre. Il partage son activité entre les consultations et la recherche clinique. Ses champs d’étude concernent notamment l’adolescence, les troubles émotionnels et les questions d’identité. Il a mis en place à l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les contours de l'identité masculine n'ont jamais été aussi flous, la virilité est trop souvent confondue avec le machisme. Ce n'est pourtant pas n'est pas forcément un défaut à corriger. Extrait du livre "Nos garçons en danger!" de Stéphane Clerget, publié aux Editions Flammarion, 2015 (2/2).

Oublions les idées reçues sur la virilité et reconnaissons les difficultés spécifiques que doivent surmonter les garçons à l’adolescence. On l’a vu, ils sont à bien des égards plus fragiles que les filles. Flottant dans une identité masculine dont les contours n’ont jamais été aussi flous, ils ont plus de mal à se construire dans une société qui peine à instaurer une véritable égalité entre les sexes.

Il devient urgent de rassurer les garçons en les aidant à se sentir bien dans leur masculinité. C’est la seule façon de ne pas souffler sur les braises d’une guerre des sexes qui, contrairement aux apparences, ne s’est jamais vraiment éteinte. Si, de nos jours, les garçons semblent plus mal dans leur peau que les filles, c’est notamment parce que, à l’heure où la parole est une force, les garçons sont moins armés pour mettre en mots leurs ressentis, mais aussi pour s’affirmer et conquérir. Longtemps cette réserve toute masculine, cette façon de se contenir, cette maîtrise des émotions fut valorisée. Aujourd’hui, on donne crédit à celui qui s’exprime et qui libère ses émotions.

On est entré dans l’ère où l’expression émotionnelle participe pleinement de l’affirmation de soi et de la prise de pouvoir. Or, sur ce terrain-là, les filles ont plusieurs trains d’avance, pour des raisons culturelles, éducatives, physiologiques, génétiques peut-être et sans doute somatopsychiques (dues à l’influence du corps sur le psychisme). Les valeurs dites féminines sont aujourd’hui beaucoup plus valorisées pour la réussite sociale. La force, voire la violence physique, est désormais jugée très négativement, et tant mieux.

Mais hélas ! c’est la virilité dans son ensemble qui est présentée volontiers comme un défaut à corriger. Pour aider les garçons, il faut leur permettre d’exprimer d’autres facettes de leur masculinité en les autorisant à se rendre, quoiqu’ils restent des hommes, sur le territoire dévolu jusqu’à présent aux femmes. En effet, le champ de la virilité apparaît bien plus étriqué que celui de la féminité. Les filles continuent de se sentir femmes quand elles explorent les domaines qui leur étaient autrefois interdits. Il n’en est pas de même pour les hommes.

Il ne faut pas hésiter à valoriser sa virilité quand l’adolescent emprunte cette voie. Aujourd’hui, le mot « virilité » est devenu sinon péjoratif, du moins suspect. Il convient de le réhabiliter. Le « gars viril » se voit trop vite assimilé à une sorte de bovin macho. Pis encore, nombre d’adolescents imaginent que pour être virils ils n’ont d’autre choix que de l’être au détriment des femmes, en faisant preuve de machisme. Il faut balayer cette idée reçue. Valoriser la virilité, ce n’est pas favoriser le machisme. La virilité n’est pas plus condamnable que la féminité. Le machisme est fondé sur la certitude d’une supériorité du sexe masculin sur le sexe féminin. La virilité n’a rien à voir avec cette conception.

Un garçon viril se définit par ce qu’il est, non par ce qu’il n’est pas. Il se sent différent des filles, ce qui ne doit pas être considéré comme du mépris. Il ne juge pas pour autant les femmes inférieures. Si un garçon est reconnu et soutenu dans ce qu’il est intrinsèquement et non en vertu d’une étiquette à laquelle il s’efforce de coller, il n’aura pas besoin de se grandir ou de s’affirmer aux dépens de l’autre sexe. Mépriser le féminin, le dévaloriser, c’est une manière de dire, dans une terrible réaction de défense et de désarroi : « Voilà ce que je ne suis pas. »

Mais qui suis-je si je ne suis pas une femme ? C’est dans ce vide identitaire, où brillent par leur absence les modèles masculins auxquels il lui serait possible de s’identifier, que peuvent venir se nicher des réactions de mépris à l’égard des femmes. La virilité affirmée ne doit pas être dénigrée. Elle est une des facettes de la masculinité. Elle n’est pas la seule, mais elle n’est pas la moins acceptable. Elle ne résume pas la masculinité. Pas plus que la coquetterie ne résume la féminité.

Il ne faut pas non plus chercher à tout prix à enchérir sur les qualités « féminines » des garçons. Ne surtout pas les aider à retrouver une féminité intérieure. Cette idée, dans l’air du temps et relayée par le discours culturel ambiant (publicité, cinéma, littérature, médias), part d’un postulat contestable : la sensibilité, l’intuition, la fantaisie, l’empathie, la douceur, la capacité à convaincre plutôt qu’à contraindre seraient des qualités spécifiquement féminines. En premier lieu, elles ne sont pas génétiquement féminines puisqu’elles existent chez beaucoup de garçons. En outre, l’idée qu’un homme doit retenir ses pleurs et verrouiller ses émotions ne date que du XIXe siècle, qui l’a puisée dans l’Antiquité romaine.

Au Moyen Âge comme à la Renaissance, les hommes ne refusaient pas les larmes, s’épanchaient, exprimaient leur sensibilité et leur imagination, notamment dans l’art. Et même s’il est bon de proposer à l’enfant de développer des qualités qu’il n’a pas naturellement, quelles qu’elles soient, il ne sert à rien de s’acharner. En revanche, il est important de valoriser et de cultiver les qualités auxquelles un enfant aspire, quand bien même il s’agirait d’un ensemble qui structure la virilité telle qu’elle est définie traditionnellement.

Extraits de "Nos garçons en danger !", de Stéphane Clerget,  publié aux éditions Flammarion, 2015.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pguillermo
- 01/03/2015 - 22:46
Non pas bon là le titre
Réhabilitons la virilité, peut importe la guerre des sexes.

Pour éviter une nouvelle guerre des sexes, éliminons les féministes tout comme les socialos, tout comme on a éliminé majoritairement tous les autres nazillons de tous poils.
Gré
- 01/03/2015 - 21:31
"Il devient urgent de
"Il devient urgent de rassurer les garçons en les aidant à se sentir bien dans leur masculinité".---------------- Il devient aussi urgent de rassurer les filles qui souhaitent vivre pleinement leur féminité dans la maternité en toutes ses composantes. Pas seulement la grossesse et l'accouchement, mais la formation des enfants - assumant ainsi le côté absolument "animal" - dans son sens le plus noble - de leur physiologie. Aujourd'hui, une femme qui élève ses enfants est méprisée par un féminisme dévoyé qui nie la différence physiologique des sexes et ses répercussions psychologiques.--------------- Avoir les mêmes droits que les hommes ? Légalement oui, sans hésitation. Mais si un de ces droits passait par la reconnaissance d'une autre organisation du temps pour les femmes et les hommes ? La possibilité de soigner ses enfants puis de construire une carrière différemment de celle des hommes ?