En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

01.

Une révolution économique pour sortir de la crise

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 4 min 32 sec
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 15 min 19 sec
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 18 heures 38 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 23 heures 14 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 23 heures 34 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 1 jour 32 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 10 min 59 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 8 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 18 heures 33 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 22 heures 21 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 23 heures 8 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 23 heures 29 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 23 heures 43 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 1 jour 13 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pour éviter une nouvelle guerre des sexes, réhabilitons la virilité !

Publié le 01 mars 2015
Alors que les contours de l'identité masculine n'ont jamais été aussi flous, la virilité est trop souvent confondue avec le machisme. Ce n'est pourtant pas n'est pas forcément un défaut à corriger. Extrait du livre "Nos garçons en danger!" de Stéphane Clerget, publié aux Editions Flammarion, 2015 (2/2).
Stéphane Clerget est médecin pédopsychiatre. Il partage son activité entre les consultations et la recherche clinique. Ses champs d’étude concernent notamment l’adolescence, les troubles émotionnels et les questions d’identité. Il a mis en place à l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Clerget
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Clerget est médecin pédopsychiatre. Il partage son activité entre les consultations et la recherche clinique. Ses champs d’étude concernent notamment l’adolescence, les troubles émotionnels et les questions d’identité. Il a mis en place à l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les contours de l'identité masculine n'ont jamais été aussi flous, la virilité est trop souvent confondue avec le machisme. Ce n'est pourtant pas n'est pas forcément un défaut à corriger. Extrait du livre "Nos garçons en danger!" de Stéphane Clerget, publié aux Editions Flammarion, 2015 (2/2).

Oublions les idées reçues sur la virilité et reconnaissons les difficultés spécifiques que doivent surmonter les garçons à l’adolescence. On l’a vu, ils sont à bien des égards plus fragiles que les filles. Flottant dans une identité masculine dont les contours n’ont jamais été aussi flous, ils ont plus de mal à se construire dans une société qui peine à instaurer une véritable égalité entre les sexes.

Il devient urgent de rassurer les garçons en les aidant à se sentir bien dans leur masculinité. C’est la seule façon de ne pas souffler sur les braises d’une guerre des sexes qui, contrairement aux apparences, ne s’est jamais vraiment éteinte. Si, de nos jours, les garçons semblent plus mal dans leur peau que les filles, c’est notamment parce que, à l’heure où la parole est une force, les garçons sont moins armés pour mettre en mots leurs ressentis, mais aussi pour s’affirmer et conquérir. Longtemps cette réserve toute masculine, cette façon de se contenir, cette maîtrise des émotions fut valorisée. Aujourd’hui, on donne crédit à celui qui s’exprime et qui libère ses émotions.

On est entré dans l’ère où l’expression émotionnelle participe pleinement de l’affirmation de soi et de la prise de pouvoir. Or, sur ce terrain-là, les filles ont plusieurs trains d’avance, pour des raisons culturelles, éducatives, physiologiques, génétiques peut-être et sans doute somatopsychiques (dues à l’influence du corps sur le psychisme). Les valeurs dites féminines sont aujourd’hui beaucoup plus valorisées pour la réussite sociale. La force, voire la violence physique, est désormais jugée très négativement, et tant mieux.

Mais hélas ! c’est la virilité dans son ensemble qui est présentée volontiers comme un défaut à corriger. Pour aider les garçons, il faut leur permettre d’exprimer d’autres facettes de leur masculinité en les autorisant à se rendre, quoiqu’ils restent des hommes, sur le territoire dévolu jusqu’à présent aux femmes. En effet, le champ de la virilité apparaît bien plus étriqué que celui de la féminité. Les filles continuent de se sentir femmes quand elles explorent les domaines qui leur étaient autrefois interdits. Il n’en est pas de même pour les hommes.

Il ne faut pas hésiter à valoriser sa virilité quand l’adolescent emprunte cette voie. Aujourd’hui, le mot « virilité » est devenu sinon péjoratif, du moins suspect. Il convient de le réhabiliter. Le « gars viril » se voit trop vite assimilé à une sorte de bovin macho. Pis encore, nombre d’adolescents imaginent que pour être virils ils n’ont d’autre choix que de l’être au détriment des femmes, en faisant preuve de machisme. Il faut balayer cette idée reçue. Valoriser la virilité, ce n’est pas favoriser le machisme. La virilité n’est pas plus condamnable que la féminité. Le machisme est fondé sur la certitude d’une supériorité du sexe masculin sur le sexe féminin. La virilité n’a rien à voir avec cette conception.

Un garçon viril se définit par ce qu’il est, non par ce qu’il n’est pas. Il se sent différent des filles, ce qui ne doit pas être considéré comme du mépris. Il ne juge pas pour autant les femmes inférieures. Si un garçon est reconnu et soutenu dans ce qu’il est intrinsèquement et non en vertu d’une étiquette à laquelle il s’efforce de coller, il n’aura pas besoin de se grandir ou de s’affirmer aux dépens de l’autre sexe. Mépriser le féminin, le dévaloriser, c’est une manière de dire, dans une terrible réaction de défense et de désarroi : « Voilà ce que je ne suis pas. »

Mais qui suis-je si je ne suis pas une femme ? C’est dans ce vide identitaire, où brillent par leur absence les modèles masculins auxquels il lui serait possible de s’identifier, que peuvent venir se nicher des réactions de mépris à l’égard des femmes. La virilité affirmée ne doit pas être dénigrée. Elle est une des facettes de la masculinité. Elle n’est pas la seule, mais elle n’est pas la moins acceptable. Elle ne résume pas la masculinité. Pas plus que la coquetterie ne résume la féminité.

Il ne faut pas non plus chercher à tout prix à enchérir sur les qualités « féminines » des garçons. Ne surtout pas les aider à retrouver une féminité intérieure. Cette idée, dans l’air du temps et relayée par le discours culturel ambiant (publicité, cinéma, littérature, médias), part d’un postulat contestable : la sensibilité, l’intuition, la fantaisie, l’empathie, la douceur, la capacité à convaincre plutôt qu’à contraindre seraient des qualités spécifiquement féminines. En premier lieu, elles ne sont pas génétiquement féminines puisqu’elles existent chez beaucoup de garçons. En outre, l’idée qu’un homme doit retenir ses pleurs et verrouiller ses émotions ne date que du XIXe siècle, qui l’a puisée dans l’Antiquité romaine.

Au Moyen Âge comme à la Renaissance, les hommes ne refusaient pas les larmes, s’épanchaient, exprimaient leur sensibilité et leur imagination, notamment dans l’art. Et même s’il est bon de proposer à l’enfant de développer des qualités qu’il n’a pas naturellement, quelles qu’elles soient, il ne sert à rien de s’acharner. En revanche, il est important de valoriser et de cultiver les qualités auxquelles un enfant aspire, quand bien même il s’agirait d’un ensemble qui structure la virilité telle qu’elle est définie traditionnellement.

Extraits de "Nos garçons en danger !", de Stéphane Clerget,  publié aux éditions Flammarion, 2015.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

01.

Une révolution économique pour sortir de la crise

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pguillermo
- 01/03/2015 - 22:46
Non pas bon là le titre
Réhabilitons la virilité, peut importe la guerre des sexes.

Pour éviter une nouvelle guerre des sexes, éliminons les féministes tout comme les socialos, tout comme on a éliminé majoritairement tous les autres nazillons de tous poils.
Gré
- 01/03/2015 - 21:31
"Il devient urgent de
"Il devient urgent de rassurer les garçons en les aidant à se sentir bien dans leur masculinité".---------------- Il devient aussi urgent de rassurer les filles qui souhaitent vivre pleinement leur féminité dans la maternité en toutes ses composantes. Pas seulement la grossesse et l'accouchement, mais la formation des enfants - assumant ainsi le côté absolument "animal" - dans son sens le plus noble - de leur physiologie. Aujourd'hui, une femme qui élève ses enfants est méprisée par un féminisme dévoyé qui nie la différence physiologique des sexes et ses répercussions psychologiques.--------------- Avoir les mêmes droits que les hommes ? Légalement oui, sans hésitation. Mais si un de ces droits passait par la reconnaissance d'une autre organisation du temps pour les femmes et les hommes ? La possibilité de soigner ses enfants puis de construire une carrière différemment de celle des hommes ?