En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 5 min 36 sec
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 46 min 17 sec
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 15 heures 35 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 18 heures 53 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 20 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 20 heures 57 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 32 min 58 sec
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 59 min 49 sec
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 19 heures 2 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 35 min
Débat Aubry/Hollande

"Avec la démondialisation, certains veulent rejouer le tournant de la rigueur de 1983, à l'envers"

Publié le 12 octobre 2011
La démondialisation d'Arnaud Montebourg devrait être au cœur du débat Aubry/Hollande de ce mercredi soir. L'occasion de voir si le PS a tourné la page de 1983, quand François Mitterrand décida que la France devait rester dans le système monétaire européen.
David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. Témoin engagé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. Témoin engagé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La démondialisation d'Arnaud Montebourg devrait être au cœur du débat Aubry/Hollande de ce mercredi soir. L'occasion de voir si le PS a tourné la page de 1983, quand François Mitterrand décida que la France devait rester dans le système monétaire européen.

Atlantico : Quel regard portez-vous sur la "démondialisation" portée par Arnaud Montebourg ?

David Valence : Je crois qu’il est nécessaire, tout d’abord, de préciser ce qu’on entend par « démondialisation ».

Ce terme, qui est en effet à la mode à gauche et à l’extrême droite, recouvre deux choses : d’une part, l’idée qu’une « relocalisation » de certaines activités, notamment industrielles, serait possible dans les années qui viennent, en raison d’une hausse prévisible du coût des transports. Entendue ainsi, la « démondialisation » recoupe les préoccupations des écologistes. Mais ce terme est aussi un habit neuf du bon vieux protectionnisme… 

Depuis plusieurs années, des économistes souvent très marqués à gauche (Jacques Sapir) et des intellectuels –on pense à Emmanuel Todd- plaident en effet pour une politique protectionniste, soit une combinaison entre une hausse des tarifs douaniers à l’importation de l’Union européenne, et la définition de normes constituant, de facto, des barrières à l’importation.

« L’adversaire » contre lequel l’Europe devrait absolument se protéger, selon cette analyse, c’est évidemment la Chine.

Ce thème de la « démondialisation » est ensuite passé dans le discours politique, pour des raisons souvent opportunistes.

Mais il entre, dans la « conversion » d’une partie de la gauche à cette thématique, quelque chose de très profond. Au fond, pour certains socialistes, parler de démondialisation, c’est rejouer le match de 1981 et de 1983. C’est cultiver l’idée qu’une politique économique déconnectée des grandes évolutions mondiales pourrait réussir.

Je m’explique. Le « trauma » de la rigueur, en 1983, continue de planer dans les têtes des militants et élus socialistes. Même dans celles des plus jeunes, qui n’ont pas vécu cet épisode. 1983 joue le même rôle, aujourd’hui, à gauche, que 1936, avec l’échec économique du Front populaire, jusqu’en 1981. C’est un épouvantail. La gauche française, à chaque fois qu’elle imagine des projets de relance ambitieux et coûteux, a l’impression de se heurter à un nouveau « mur de l’argent », désormais nommé « mur de la mondialisation ». En proposant de revenir sur la mondialisation, certains cultivent donc le rêve d’une France ou d’une Europe où tout serait possible, à l’abri de tarifs douaniers protecteurs. Bref, le rêve d’un 1981 sans 1983.

 

Le fait que la proposition de démondialisation s’inscrive dans un cadre européen change-t-il la donne par rapport à 1981 ?

L’européisme affiché des Montebourg et autres Mélenchon est un leurre. Ils savent bien que leur « démondialisation » n’a aucune chance de convaincre ceux des pays européens dont toute l’économie est fondée sur l’exportation, ou presque. Comme l’Allemagne ! Quand bien même un consensus se ferait sur une politique économique à l’échelle européenne, on peut prendre le pari qu’elle ne serait absolument pas définie sur les bases imaginées par MM. Montebourg et Mélenchon, c’est-à-dire sur une combinaison entre relance keynésienne massive et protectionnisme assumé.

L’Europe d’Arnaud Montebourg, qui est du reste soutenu mezza voce par Jean-Pierre Chevènement, c’est toujours « l’autre Europe » dont rêvaient les souverainistes de gauche dans les années 1990. C’est une Europe qui, concrètement, n’existe pas, une Europe où une gauche très étatiste, très française, dominerait.

 

Si l'on suit la logique du protectionnisme, pourquoi ne pas aller au-delà du protectionnisme européen et évoquer un protectionnisme français ? Pour ne pas être rattaché aux thèses du Front National ?

Ce qui est sûr, c’est que l’Europe sert de cache-sexe, dans son discours, à une vision très étriquée, très classique. Arnaud Montebourg, c’est le socialisme jacobin le plus traditionnel, le plus franco-français, repeint hâtivement aux couleurs de l’Europe-puissance. La vieille gauche en habits de jeune homme.

 

En quoi l’analogie de la période 1981 - 83 avec la crise actuelle peut-elle faire sens ?

L’analogie est opératoire en ceci que nous sommes, comme au début des années 1980, dans une crise économique très grave dont l’issue paraît lointaine, même si l’origine de cette crise n’a évidemment rien à voir avec le deuxième choc pétrolier de 1979. Dans ce contexte, il est très tentant de trouver des « solutions miracles » qui permettent de cultiver l’espoir d’une sortie de crise rapide. J’ajoute que ce type de mirages est souvent rentable électoralement…

De plus, beaucoup de socialistes n’ont toujours pas avalé le tournant de la rigueur de 83. Le vote de ce dimanche montre que l’évolution du PS vers une logique réformiste n’est pas complètement acquise. Demeure, à gauche, une nostalgie d’une politique volontariste, ultra-keynésienne –mais au sens où les Français comprennent Keynes, attention !-, qui serait mise en œuvre comme si le monde extérieur n’existait pas, à l’abri douillet de nos frontières.

 

Vous voulez dire que le modèle de pensée de certains candidats socialistes, Arnaud Montebourg en tête, se serait arrêté aux années 1980 ?

C’est moins net que cela. Disons que, tout en ayant intégré la nécessité d’un certain pragmatisme économique, beaucoup d’électeurs de gauche demeurent nostalgiques d’autre chose, d’un socialisme très jacobin, très volontariste, donc nécessairement protectionnistes. Le tournant de la rigueur n’a pas rejoint la grande Histoire de la gauche, et 1983 reste une date honteuse pour beaucoup. Celle d’un reniement par rapport à l’ambition de « changer la vie ». Parler de démondialisation, c’est donc, pour eux, revenir symboliquement sur cela, caresser l’idée qu’un 1981 serait possible sans 1983. 

Cette nostalgie ne forme pas un système de pensée cohérent, mais elle offre une assise solide aux discours d’Arnaud Montebourg ou de Jean-Luc Mélenchon, pour le Parti de gauche. Avec la démondialisation, ceux-là espèrent rejouer le tournant de la rigueur de 1983, mais dans le sens opposé. Je suis du reste frappé que les "démondialisateurs" français cultivent autant d'admiration pour François Mitterrand... mais pour le Mitterrand de 1981 !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aie
- 12/10/2011 - 16:32
Mitterrand
le président qui nous a couté trop cher. Les socialistes partout dans le monde ont coulé leur pays et ont devraient leur faire confiance? Je n'oublie pas non plus que l'internationale socialiste logeait les dictateurs arabes.
caod4444
- 12/10/2011 - 14:41
C'est tordu votre texte ...
le but est de décrédibiliser la démondialisation ?

Vous tracassez pas Hollande et Aubry seront libre échangistes jusqu'à leur mort politique (il faut bien financer une campagne n'est ce pas ?)

Autrement, comparaison n'est pas raison !!!
ANKOU
- 12/10/2011 - 13:37
Rejouer la rigueur de 83 ?
Mais c'est ce qui nous attend quelque soit l'élu !
Les politiques de tout bord ont fait des dettes à tout va pour que nous faire plaisir en nous donnant des avantages adhérents ! Il faudra bien les payer un jour, et tout de suite est le mieux ne laissons pas de dettes à nos enfants ou petits enfants.
Mais presque personne ne le veut, de faire des efforts.