En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

06.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

07.

Philippe Juvin: "Si la France s’en sort aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux Français, pas à l’État"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 3 heures 6 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 4 heures 23 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 15 heures 1 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 19 heures 12 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 19 heures 50 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 21 heures 46 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 3 heures 15 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 4 heures 52 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 15 heures 16 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 19 heures 27 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 20 heures 54 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 22 heures 24 min
© Reuters
Sur le sujet du Doubs, Sarkozy était en opposition avec NKM
© Reuters
Sur le sujet du Doubs, Sarkozy était en opposition avec NKM
Trou d'air

Comment Nicolas Sarkozy a perdu son instinct politique (mais pas au point de ne pas réagir)

Publié le 06 février 2015
Mis en minorité lors du bureau politique de l'UMP qui devait statuer sur la position du parti vis-à-vis de l'élection partielle dans la 4e circonscription du Doubs, Nicolas Sarkozy subit les événement plus qu'il ne les provoque. Il doit désormais réaffirmer son autorité sur le parti s'il ne veut pas que les primaires de 2016 lui échappent.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mis en minorité lors du bureau politique de l'UMP qui devait statuer sur la position du parti vis-à-vis de l'élection partielle dans la 4e circonscription du Doubs, Nicolas Sarkozy subit les événement plus qu'il ne les provoque. Il doit désormais réaffirmer son autorité sur le parti s'il ne veut pas que les primaires de 2016 lui échappent.

Atlantico : Nicolas Sarkozy a proposé que l'UMP fasse barrage au FN tout en laissant les électeurs libres de leur vote, cependant c’est le camp du "ni FN, ni PS" qui l’a emporté, le mettant ainsi en minorité. Comment expliquer qu’il n’ait pas vu cette tendance à l’œuvre dans le parti ?

Christelle Bertrand : On a le sentiment qu’il a perdu la main et l’instinct, et ce pour plusieurs raisons :

Tout d’abord, il n’a pas vraiment remis "les mains dans le cambouis". Pendant tout son quinquennat, il s’est assez peu préoccupé de l’UMP, du groupe parlementaire, ce qui a eu pour effet, semble-t-il d’émousser son instinct et son sens de la négociation en politique.

D’autre part, certains de ses conseillers m’ont fait part au mois de juin 2014 du fait qu’il n’est pas redescendu dans l’arène populaire depuis le début de son quinquennat. Or on sait que Nicolas Sarkozy est un instinctif qui fonctionne à l’écoute des gens, à l’émotion. On pensait qu’il allait y revenir en reprenant l’UMP, mais ce n’est toujours pas le cas. Depuis qu’il est sorti de l’Elysée, il est resté cloîtré rue de Miromesnil, sans voir les Français. Voilà pourquoi il n’a pas senti les évolutions d’une partie de la société.

Dans cette cage dorée il a beaucoup croisé les grands de ce monde. Une conseillère me disait en juin qu’elle avait l’impression qu’il n’avait pas l’air d’avoir compris que la campagne pour la présidence de l’UMP, puis celles des primaires, n’auraient rien à voir avec une conférence internationale où le public est acquis. Elle me disait qu’il refusait de se préparer à cette réalité.

J’ajouterai à ces trois points qu’un certain nombre de conseillers l’ont quitté. L’affaire Buisson l’a particulièrement choqué. Il a l’impression de s’être fait "lobotomiser", comme il l’a dit à plusieurs reprises, et cela l’a déstabilisé. Visiblement, il a, à la suite de cela exclu, ses conseillers les plus importants, pour ne pas être accusé de se trouver sous influence. Mais il s’agissait de gens qui lui donnaient des pistes, lui faisaient remonter des informations et lui faisaient part de leurs propres intuitions. Il se retrouve donc un peu seul aujourd’hui. D’où ses difficultés à réagir comme il faut face aux événements.

A-t-il accordé trop d’importance à la ligne Juppé ?

J’ai surtout entendu un appel à l’abstention. Il essaye de réaliser une synthèse compliquée entre la ligne Juppé et celle de Fillon. Pris en tenaille, il a été devancé. On lui reproche beaucoup ces derniers jours d’avoir tardé à prendre position, de ne plus avoir ce sens du timing qui le caractérisait. Il a tardé à organiser le bureau politique de l’UMP, il s’est fait devancer par Juppé et Fillon... il n’a eu d’autre choix que de s’adapter. On a le sentiment qu’il n’est plus à la manœuvre, qu’il ne dicte plus les prises de position et qu’au contraire il s’adapte à celles des autres.

Le parti est-il en train de lui échapper ?

Statutairement il est président de l’UMP, il en tient les leviers. Techniquement, donc on voit difficilement comment il pourrait lui échapper. En revanche il n’exerce plus l’autorité qu’il a pu avoir sur le parti ces dernières années. Quand il a déclaré sa candidature à la présidence de l’UMP, les cadres ont tremblé et sont rentrés dans le rang : cela semble aujourd’hui une époque révolue.

Que risque-t-il à ne pas reprendre le pouls de la tendance politique au sein de l’UMP ? A qui cela pourrait-il profiter ?

Il risque de ne pas fédérer le parti en vue de la campagne des primaires de 2016. Je ne sais pas combien il y aura de candidats, mais il est possible que les uns et les autres décident de ne pas le soutenir, soit parce que certains préféreront la ligne modérée de Juppé, soit parce que d’autres trouveront Sarkozy trop modéré. Il est trop tôt pour dire à qui cela va profiter, ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’Alain Juppé a marqué des points en faisant sa déclaration en premier et en obligeant Nicolas Sarkozy à s’adapter.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 06/02/2015 - 10:02
c'est vrai qu'il est entouré d'une bande de branques :
Jupé , nkm...
les médias ravis d'avoir retrouvé Sarko (ça fait vendre du papier).
Il faut les entendre en ce moment nous abreuver de détails sordides sur la vie sexuelle de DSK pour voir le niveau de nos médias....

Sinon je pense que pour Sarko, ce doit être un peu long jusqu'à 2017. A sa place, je les enverrai tous se faire voir chez les grecs (pour les analphabètes, expression française).
Quand à Bayrou : ta gueule ferme la Bayrou. Traitre. Mange MDR !!
Voilà voilà..... bon week end
jurgio
- 05/02/2015 - 17:11
Juppé, ce n'est ni la Gauche, ni le Centre, ni la Droite
C'est pire, c'est Chirac ! Cela comptabiliserait alors 31 ans au moins de vide. Mitterrand avait raison, les forces de son esprit règnent encore dans nombre de cervelles. Les Français semblent préférer un candidat en villégiature Faubourg-Saint-Honoré (avec ou sans casque) parce que cela les rassure de voir des guignols au pouvoir qui y vivent sans se faire de bile. Oui, ça doit être ça.
bjorn borg
- 05/02/2015 - 16:33
Le choix pour le moment
est entre Juppé (mon favori), Sarko et Marine. Plus que 3 à l'affiche. Vous en avez un ou une autre?