En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 2 heures 30 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 3 heures 56 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 4 heures 56 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 6 heures 21 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 14 heures 53 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 15 heures 52 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 3 heures 23 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 4 heures 23 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 5 heures 39 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 7 heures 28 sec
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 12 heures 13 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 12 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 26 min
© Reuters
Nicolas Sarkozy ne voulait pas du "ni-ni"
© Reuters
Nicolas Sarkozy ne voulait pas du "ni-ni"
ça va souffler

L'UMP choisit le "ni-ni" contre l'avis de Nicolas Sarkozy : ce que ce revers aura comme conséquences

Publié le 04 février 2015
L'UMP appelle ses électeurs à exprimer une "double opposition" en "votant blanc ou en s'abstenant" dimanche lors du second tour de la législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs. Nicolas Sarkozy avait marqué sa préférence pour une opposition plus claire au FN.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'UMP appelle ses électeurs à exprimer une "double opposition" en "votant blanc ou en s'abstenant" dimanche lors du second tour de la législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs. Nicolas Sarkozy avait marqué sa préférence pour une opposition plus claire au FN.

Nicolas Sarkozy était sans doute loin d'imaginer qu'une législative partielle dans le Doubs allait lui causer autant de soucis et jeter l'UMP en eaux troubles. Car depuis un peu plus de 48 heures, le parti se perd en querelles sur l'attitude à adopter face à un FN qui s'est maintenu au second tour face au PS. Mardi matin, devant les députés UMP, Nicolas Sarkozy a bien tenté d'arrêter une position commune avant un bureau politique qui s'annonçait explosif. L'ex-chef de l'Etat plaidait pour une inflexion au "ni-ni" avec un texte appelant à faire clairement barrage au Front national.

Nicolas Sarkozy a en effet indiqué qu'il fallait dire "non au FN", même s'il s'est pour autant refusé à donner la moindre consigne de vote. "Il a proposé une position qui n'est plus son ni-ni classique à savoir une position en trois points comprenant le refus très fort des valeurs du Front national, deux, une position de liberté de vote et trois, une position sur le renouveau de la droite" ont indiqué plusieurs députés aux médias dont Dominique Bussereau présent sur place. En somme, la stratégie était passée du "ni-ni" au "non-non". "Si le “ni ni” avait servi à quelque chose, nous n’en serions pas là ! Le “ni ni” n’est plus possible, car le FN est passé d’un parti minoritaire à un parti dont la victoire au niveau national n’est plus hypothétique" a notamment expliqué Nicolas Sarkozy.

Mais finalement, l'exercice d'équilibriste du président de l'UMP n'aura pas servi à grand chose. En effet, concrètement, à l'issue du bureau politique tenu mardi soir, le parti d'opposition a appelé ses électeurs à exprimer une "double opposition" en "votant blanc ou en s'abstenant" dimanche lors du second tour. Le "ni-ni" l'a donc emporté contre l'avis de Nicolas Sarkozy. Défendue par Laurent Wauquiez, Jean-François Copé, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire, Luc Chatel et Hervé Mariton, cette motion l'a emporté par 22 voix contre 19 au texte voulu par le président de l'UMP. 

"Nicolas Sarkozy a été poussé à la synthèse, exercice qui ne lui plaît guère, et qui est risqué car il peut ne satisfaire personne à l'arrivée, explique la journaliste Christelle Bertrand. Il est poussé à cette stratégie, car il ne veut pas abandonner le centre à Alain Juppé. Or, cet espace politique restera incontournable dans le cadre d'une primaire ouverte pour désigner le candidat pour 2017."

"Nicolas Sarkozy a défendu une position qui n'était pas celle qu'il préconisait jusqu'alors pour maintenir l'unité du parti en rappelant que l'UMP était l'union de la droite et du centre", position défendue par Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet, a dit un membre du bureau. Reste que cette prise de risque s'est conclue par un échec personnel qui engendre bien des questions. Que reste-t-il de l'unité voulue par Nicolas Sarkozy ? Comment peut-il désormais exercer son autorité sur le parti ? Va-t-il pouvoir rassembler comme il le souhaitait ?

En tentant d'éviter "l'explosion" d'une UMP déchirée, Nicolas Sarkozy n'a pas réussi à dégager une majorité. Un désaveu qui aujourd'hui le fragilise. Mais le président du parti doit désormais revoir sa copie pour les futures élections. D'ailleurs, le communiqué diffusé par le Bureau politique le laisse clairement entendre. "L'UMP doit repenser de fond en comble son projet pour l'adapter à la gravité de la situation" est-il écrit dans le document diffusé mardi soir. "Toute la difficulté pour Nicolas Sarkozy sera maintenant de préparer un programme qui rapprochera une UMP écartelée entre sa droite et une partie qui tire plutôt vers le centre pro-européen, analyse Christelle Bertrand. Et le parti va devoir maintenant assumer une primaire en 2016 à haut risque pour sa cohésion, après le fiasco de l'opposition Fillon/Coppé en 2012, dont l'UMP ne s'est pas remise"

Législative partielle dans le #Doubs : Découvrez la déclaration adoptée par le #BPUMP http://t.co/KHa9gqTTdV pic.twitter.com/ItSeJJTL5Y

— UMP (@ump) 3 Février 2015

 

Nicolas Sarkozy est donc sous pression. Un certain tumulte s'est orchestré à l'UMP qui semble ne plus écouter le voix de son chef. "La position de Sarkozy n'est pas tenable" a notamment dit un ancien ministre. "Son retour n'a pas empêché les progrès du FN" et "le plus grave, c'est qu'il n'arrive pas à faire parler le parti d'une seule voix", s'agaçait encore un  autre membre du Bureau. Et les adversaires de l'ancien chef de l'Etat constatant qu'il se trouvait dans une position délicate n'ont pas attendu pour "dégainer". "C'est le grand capharnaüm à l'UMP. Nicolas Sarkozy (...) n'a décidément aucune autorité" a indiqué Florian Philippot mardi matin sur Radio Classique.

Assurément, l'autorité de l'ancien président de la République a souffert. Il pourra néanmoins se consoler en constatant que le choix final du Bureau est dans l'ensemble partagé par les sympathisants UMP. En effet, selon un sondage Ifop-Figaro-LCI : 67% des sympathisants plaidaient pour le ni-ni, 19% souhaitaient que l'UMP appelle à voter PS et 14% voulaient que le parti appelle à voter FN. Un mince motif de satisfaction dans cette cacophonie ambiante qui aura sans doute un impact sur l'avenir et les desseins personnels de Nicolas Sarkozy.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clairvalac
- 05/02/2015 - 05:40
Les mouches ont changé d'âne
Mais qu'est-ce que vous nous chanter là monsieur l'analyste politique : "le FN s'est maintenu face au PS"
Quand on arrive en tête au 1er tour d'une élection, on n'a même pas à se maintenir. Reveillez-vous, le temps pour le FN, où arrivé 3ème avec possibilité de se maintenir dans une triangulaire est révolu. Cette fois-ci c'est le candidat UMP qui aurait pu tenter une triangulaire mais il n'a même pas eu la possibilité de se maintenir au 2éme tour.
bjorn borg
- 05/02/2015 - 03:56
Des rigolos
que vous êtes, Sans attentats, donc sans défilés, hollande est foutu. Ce sera Juppé. Avec 1 ou 2 autres attentats et défilés de récupérations, hollande a toutes ses chances. Résumons: sans attentat= Juppé/ Marine. Avec Attentats= Hollande/Marine. Dans ce dernier cas, hollande a de grandes chance. Donc, il faut surveiller le soldat hollande pour qu'il ne fomente pas des attentats et Marine gagne. Quoique qu'ils fassent, les UMP sont cuits par le Ni Ni de Sarkosy!!! Pôvre Sarkosy qui a oublié qu'il faut avoir des convictions qui tiennent la route! Vous avez pigé?
Le gorille
- 05/02/2015 - 00:45
La posture
"Ni-Ni" : ce n'est qu'une posture. L'UMP n'est pas propriétaire des "ses" voix. Il eût été plus élégant de traiter les électeurs en adultes responsables, alors que le "Ni-Ni" n'est qu'une manière détournée d'adhérer à la pensée unique. L'avantage est d'y mêler une rancœur :"j'ai perdu à cause de vous". C'est tout !