En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 30 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 24 sec
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 2 heures 52 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 40 sec
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 1 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 16 heures 50 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 heure 48 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 2 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 15 heures 52 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 25 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 42 min
© Reuters
Les salles de sport doivent faire face à un envahissement soudain de nouveaux adeptes de la bonne forme pour la nouvelle année.
© Reuters
Les salles de sport doivent faire face à un envahissement soudain de nouveaux adeptes de la bonne forme pour la nouvelle année.
Une, deux, une, deux !

Embouteillages à la salle de sport : comment survivre à la gymapocalypse de la nouvelle année

Publié le 13 janvier 2015
Parmi les bonnes résolutions, il y a celle de reprendre sa santé en main (ou de réparer les dégâts des repas de fête). Résultat : les salles de sport doivent faire face à un envahissement soudain de nouveaux adeptes de la bonne forme.
Hubert Ripoll
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Ripoll est psychologue du sport et essayiste. Il a travaillé auprès de plusieurs équipes de France et avec de nombreux champions olympiques et champions du monde. Il est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages sur la psychologie des champions et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les bonnes résolutions, il y a celle de reprendre sa santé en main (ou de réparer les dégâts des repas de fête). Résultat : les salles de sport doivent faire face à un envahissement soudain de nouveaux adeptes de la bonne forme.

Atlantico : En ce mois de janvier, et comme chaque année, les bonnes résolutions portent également sur la bonne santé physique. C'est donc en masse que les nouveaux sportifs envahissent les salles de sport. Pouvez-vous confirmer ce constat ? Quelle est la principale motivation des néophytes ?

Hubert Ripoll : Oui je suis tout à fait d'accord avec ce constat.

 Il y en a de deux types de motivations qui poussent à fréquenter les salles de sport. Tout d'abord les motivations "extrinsèques", c'est-à-dire qui proviennent de l'environnemen, de notre entourage. Et puis il y a les motivations "intrinsèques" qui viennent de soi.

Ceux qui font partie de la première catégorie répondent principalement à des motivations extrinsèques, ils s'engagent dans une sorte de "remise à zéro" des compteurs, et ne tiennent généralement pas dans la durée. Rapidement, d'autres occupations et le quotidien s'ajoutent au quotidien et les priorités du mois de janvier. L'abonnement que l'on a pu prendre ne dure alors que quelques mois.

Les autres sont davantage dans une recherche d'équilibre personnel, de bien être.

Mais qu'est ce qu'on recherche dans la salle de sport ? Une amélioration de la forme physique ou de sa silhouette et un équilibre psychologique. Ce dernier la pratique régulière d'une activité régulière, entraine pour des raisons purement biologiques, un sentiment de bien être et de délassement. Troisième raison pour fréquenter une salle de sport est une besoin d'affiliation sociale, c'est-à-dire qu'on va choisir qu'elle salle de sport correspond à  notre standing, aux gens que l'on aime côtoyer, gens chez qui on sent une continuité sociale avec nous même.

Ainsi, l'aspect extrinsèque finit par disparaitre et la dimension sociale, qui fait que l'on vient à la salle pour retrouver une personne particulière, reste superficielle et est difficile à maintenir. Il nous reste donc la recherche d'équilibre.

Quelle est la différence entre fréquenter une salle de sport et faire un footing plusieurs fois par semaine dans un parc publique?

Disons que le footing peut tout autant se faire de manière solitaire que collectivement. Et, que ce soit  avec l'un ou l'autre, on peut trouver les mêmes motivations et une satisfaction identique. Cependant, adhérer à un club pour faire des footings ne parait pas aussi évident que s'inscrire dans une salle de sport. Dans les deux cas, si la seule motivation est d'établir des relations, soyons sur que la résolution ne va pas durer dans le temps.

Cette résolution est-elle vraiment solide ? 3 semaines peuvent elles suffirent pour une remise en forme ?

On peut imaginer que ces résolutions vont tenir, au maximum, le trimestre. S'ensuit alors un autre renforcement extérieur, venant de l'environnement, qui est celui des premiers beaux jours lié au fait que l'on va devoir s'exposer non habillé. Si on a tenue sa résolution de début d'année jusque là, on va pouvoir poursuivre.

Dans les autres cas, la pratique de l'activité va durer aussi longtemps que l'abonnement. Et plus la motivation est grande, plus l'abonnement est long. Si, par exemple, on a prit un abonnement pour 1 an, c'est une motivation extrinsèque pour ne pas perdre de l'argent par exemple. Mais dans la plupart des cas, les premiers abonnements ne durent que quelques semaines. Si on tient jusque là, on peut prolonger. Sinon, on arrête dès que finissent les quelques séances.

Bien sûr, faire une activité physique pendant un mois ne va pas suffire pour une remise en forme. Pour une personne qui est déjà bien entrainée, ce sera tout juste le temps nécessaire pour s'affuter. Mais pour quelqu'un ne pratiquant pas d'activité régulière, ce n'est même pas un temps suffisant pour prendre quelques automatismes. Or, la pratique la plus durable reste celle où l'on prend du plaisir. Elle devient un besoin, parfois même une addiction. Il y a un équilibre à trouver par le biais d'une activité répétée. Le sentiment de bien être que l'on découvre après avoir démarré ne se fait pas avant 5 ou 6 mois. Les addictions se mettent en place beaucoup plus tardivement, lorsque l'on est passée au-delà des difficultés comme les courbatures. Il faut du temps pour rentrer dans un état mental approprié qui fait que, lorsqu'on a terminé l'activité physique, le corps est satisfait et un équilibre est ressentit. C'est alors qu'on va retourner de façon régulière en salle, pour retrouver justement cet équilibre. Donc, si on est en mesure de trouver cet équilibre à chaque fois, notre engagement va durer.

La volonté est-elle impliquée ?

Bien sûr. Mais il y a également des individus naturellement plus actifs que d'autres. Ceux dont l'activité est sur le long terme et qui se tourne vers le sport en salle seront les plus actifs. Mais n'oublions pas qu'il faille endurer pour durer. Il y a bien ici la notion de difficulté. C'est également la nature de nos motivations et de la capacité à se fixer des challenges qui vont nous mener plus ou moins loin dans la pratique du sport. La raison de notre présence en salle est significative pour dire si on va tenir longtemps ou non. Enfin, un individu actif va tenir plus qu'un individu moins actif.

Est-ce que vous conseilleriez aux habitués d'éviter cette période pointe ? Que conseiller aux habitués que cette affluence peut gêner ?

Si les habitués ne vont plus en salle à cause d'une affluence de pratiquants, cela signifie que leur motivation est de nature sociale et celle-ci ne dure pas. Non, il ne faut pas leur conseiller d'éviter de fréquenter la salle de sport au contraire, ils peuvent même accueillir les nouveaux, leur faire découvrir le plaisir qu'il y trouve eux-mêmes et les éduquer aux différentes pratiques. Exprimer son plaisir et mettre des mots sur ses émotions est quelque chose qui permet de les dominer. Plutôt que de fuir, il faut donc mieux communiquer. En plus, Il est possible que, parmi les nouveaux, il y en ait un qui découvre quelque chose et que, grâce à vous, ils apprennent à aimer ces activités. L'un d'entre eux peut même devenir un compagnon et qui, du coup, va renforcer notre engagement. Ceux qui s'arrêtent rapidement sont généralement ceux qui n'accrochent pas avec les autres et qui ne trouvent pas ce qu'ils recherchaient.

Que peut-on conseiller aux néophytes ?

Le meilleur conseil que je peux leur donner est : "connais-toi toi-même". C'est antique mais toujours d'actualité et tout autant difficile. Mais c'est important quand on veut pratiquer une activité de manière régulière. Il s'agit aussi d'évaluer ces motivations et de les classer les besoins extérieurs / intérieur sur une échelle de 0 à 5 est intéressant. Les motivations extrinsèques sont gagner de l'argent, paraitre beau, renforcer son égaux, tandis que les motivations intrinsèques sont plutôt de bien se sentir dans sa peau, trouver un équilibre, s'améliorer et acquérir des compétences. Évaluer  ses motivations permet de se positionner. Comprenez bien que les sportifs qui durent longtemps (aussi bien les sportifs de haut niveau que Mr ou Mme Lambda) sont ceux qui ne se trouvent pas abattus par leur échecs et qui réussissent. Et la majorité sont ceux qui ont de fortes motivations intrinsèques. Ainsi, pour les individus qui sont ou tout l'un ou tout l'autre, il s'agit de travailler sur soi afin de rééquilibrer les choses et trouver le bon compromis.

En ce qui concerne le choix des exercices, il y a plusieurs dimensions : celle plus "fun" liée à la recherche d'équilibre et de sensations fortes, celle qui implique un très fort retour sur soi-même avec de la concentration et des efforts de postures comme avec la gymnastique; celle qui privilégie la dimension sociale avec les sports collectifs qui marquent le besoin de retrouver quelqu'un. De plus, il y a les sports de très courte durée avec une forte intensité et les sports de longue durée avec une intensité moyenne. À partir de ces typologies nous pouvons chercher le sport qui nous correspond le mieux.

Prendre un coach n'est pas toujours accessible. Certaines salles font payer l'accompagnement, ce qui peux être un motif pour le pas en avoir. Les jeunes vont avoir tendance à chercher sur internet quelques conseils qui correspondent à ce qu'ils veulent. Mais plus on gagne en maturité plus on sait que les conseils sont judicieux et on va les chercher auprès de personnes qualifiées soit, le coach. Alors, il est préférable d'être accompagné non seulement au niveau physique, mais aussi au niveau psychologie. Le bon accompagnateur connait comment vous fonctionnez et va vous apporter de la matière, qu'est ce que je fais et comment je dois le faire. Quelqu'un qui me comprend et avec qui je suis en empathie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires