En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 1 heure 59 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 6 heures 39 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 20 heures 38 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 21 heures 42 min
light > Culture
Reconstruction
Gallimard va reverser 40.000 euros provenant des ventes de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo pour la restauration de l'édifice religieux
il y a 22 heures 39 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 4 heures 9 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 4 heures 22 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 5 heures 42 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 6 heures 25 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 7 heures 16 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 21 heures 6 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 22 heures 6 min
pépites > International
Investigations
Alexeï Navalny aurait été empoisonné à son hôtel à l'aide d'une bouteille d'eau, selon les proches de l'opposant
il y a 1 jour 40 min
© Reuters
Les salles de sport doivent faire face à un envahissement soudain de nouveaux adeptes de la bonne forme pour la nouvelle année.
© Reuters
Les salles de sport doivent faire face à un envahissement soudain de nouveaux adeptes de la bonne forme pour la nouvelle année.
Une, deux, une, deux !

Embouteillages à la salle de sport : comment survivre à la gymapocalypse de la nouvelle année

Publié le 13 janvier 2015
Parmi les bonnes résolutions, il y a celle de reprendre sa santé en main (ou de réparer les dégâts des repas de fête). Résultat : les salles de sport doivent faire face à un envahissement soudain de nouveaux adeptes de la bonne forme.
Hubert Ripoll
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Ripoll est psychologue du sport et essayiste. Il a travaillé auprès de plusieurs équipes de France et avec de nombreux champions olympiques et champions du monde. Il est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages sur la psychologie des champions et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les bonnes résolutions, il y a celle de reprendre sa santé en main (ou de réparer les dégâts des repas de fête). Résultat : les salles de sport doivent faire face à un envahissement soudain de nouveaux adeptes de la bonne forme.

Atlantico : En ce mois de janvier, et comme chaque année, les bonnes résolutions portent également sur la bonne santé physique. C'est donc en masse que les nouveaux sportifs envahissent les salles de sport. Pouvez-vous confirmer ce constat ? Quelle est la principale motivation des néophytes ?

Hubert Ripoll : Oui je suis tout à fait d'accord avec ce constat.

 Il y en a de deux types de motivations qui poussent à fréquenter les salles de sport. Tout d'abord les motivations "extrinsèques", c'est-à-dire qui proviennent de l'environnemen, de notre entourage. Et puis il y a les motivations "intrinsèques" qui viennent de soi.

Ceux qui font partie de la première catégorie répondent principalement à des motivations extrinsèques, ils s'engagent dans une sorte de "remise à zéro" des compteurs, et ne tiennent généralement pas dans la durée. Rapidement, d'autres occupations et le quotidien s'ajoutent au quotidien et les priorités du mois de janvier. L'abonnement que l'on a pu prendre ne dure alors que quelques mois.

Les autres sont davantage dans une recherche d'équilibre personnel, de bien être.

Mais qu'est ce qu'on recherche dans la salle de sport ? Une amélioration de la forme physique ou de sa silhouette et un équilibre psychologique. Ce dernier la pratique régulière d'une activité régulière, entraine pour des raisons purement biologiques, un sentiment de bien être et de délassement. Troisième raison pour fréquenter une salle de sport est une besoin d'affiliation sociale, c'est-à-dire qu'on va choisir qu'elle salle de sport correspond à  notre standing, aux gens que l'on aime côtoyer, gens chez qui on sent une continuité sociale avec nous même.

Ainsi, l'aspect extrinsèque finit par disparaitre et la dimension sociale, qui fait que l'on vient à la salle pour retrouver une personne particulière, reste superficielle et est difficile à maintenir. Il nous reste donc la recherche d'équilibre.

Quelle est la différence entre fréquenter une salle de sport et faire un footing plusieurs fois par semaine dans un parc publique?

Disons que le footing peut tout autant se faire de manière solitaire que collectivement. Et, que ce soit  avec l'un ou l'autre, on peut trouver les mêmes motivations et une satisfaction identique. Cependant, adhérer à un club pour faire des footings ne parait pas aussi évident que s'inscrire dans une salle de sport. Dans les deux cas, si la seule motivation est d'établir des relations, soyons sur que la résolution ne va pas durer dans le temps.

Cette résolution est-elle vraiment solide ? 3 semaines peuvent elles suffirent pour une remise en forme ?

On peut imaginer que ces résolutions vont tenir, au maximum, le trimestre. S'ensuit alors un autre renforcement extérieur, venant de l'environnement, qui est celui des premiers beaux jours lié au fait que l'on va devoir s'exposer non habillé. Si on a tenue sa résolution de début d'année jusque là, on va pouvoir poursuivre.

Dans les autres cas, la pratique de l'activité va durer aussi longtemps que l'abonnement. Et plus la motivation est grande, plus l'abonnement est long. Si, par exemple, on a prit un abonnement pour 1 an, c'est une motivation extrinsèque pour ne pas perdre de l'argent par exemple. Mais dans la plupart des cas, les premiers abonnements ne durent que quelques semaines. Si on tient jusque là, on peut prolonger. Sinon, on arrête dès que finissent les quelques séances.

Bien sûr, faire une activité physique pendant un mois ne va pas suffire pour une remise en forme. Pour une personne qui est déjà bien entrainée, ce sera tout juste le temps nécessaire pour s'affuter. Mais pour quelqu'un ne pratiquant pas d'activité régulière, ce n'est même pas un temps suffisant pour prendre quelques automatismes. Or, la pratique la plus durable reste celle où l'on prend du plaisir. Elle devient un besoin, parfois même une addiction. Il y a un équilibre à trouver par le biais d'une activité répétée. Le sentiment de bien être que l'on découvre après avoir démarré ne se fait pas avant 5 ou 6 mois. Les addictions se mettent en place beaucoup plus tardivement, lorsque l'on est passée au-delà des difficultés comme les courbatures. Il faut du temps pour rentrer dans un état mental approprié qui fait que, lorsqu'on a terminé l'activité physique, le corps est satisfait et un équilibre est ressentit. C'est alors qu'on va retourner de façon régulière en salle, pour retrouver justement cet équilibre. Donc, si on est en mesure de trouver cet équilibre à chaque fois, notre engagement va durer.

La volonté est-elle impliquée ?

Bien sûr. Mais il y a également des individus naturellement plus actifs que d'autres. Ceux dont l'activité est sur le long terme et qui se tourne vers le sport en salle seront les plus actifs. Mais n'oublions pas qu'il faille endurer pour durer. Il y a bien ici la notion de difficulté. C'est également la nature de nos motivations et de la capacité à se fixer des challenges qui vont nous mener plus ou moins loin dans la pratique du sport. La raison de notre présence en salle est significative pour dire si on va tenir longtemps ou non. Enfin, un individu actif va tenir plus qu'un individu moins actif.

Est-ce que vous conseilleriez aux habitués d'éviter cette période pointe ? Que conseiller aux habitués que cette affluence peut gêner ?

Si les habitués ne vont plus en salle à cause d'une affluence de pratiquants, cela signifie que leur motivation est de nature sociale et celle-ci ne dure pas. Non, il ne faut pas leur conseiller d'éviter de fréquenter la salle de sport au contraire, ils peuvent même accueillir les nouveaux, leur faire découvrir le plaisir qu'il y trouve eux-mêmes et les éduquer aux différentes pratiques. Exprimer son plaisir et mettre des mots sur ses émotions est quelque chose qui permet de les dominer. Plutôt que de fuir, il faut donc mieux communiquer. En plus, Il est possible que, parmi les nouveaux, il y en ait un qui découvre quelque chose et que, grâce à vous, ils apprennent à aimer ces activités. L'un d'entre eux peut même devenir un compagnon et qui, du coup, va renforcer notre engagement. Ceux qui s'arrêtent rapidement sont généralement ceux qui n'accrochent pas avec les autres et qui ne trouvent pas ce qu'ils recherchaient.

Que peut-on conseiller aux néophytes ?

Le meilleur conseil que je peux leur donner est : "connais-toi toi-même". C'est antique mais toujours d'actualité et tout autant difficile. Mais c'est important quand on veut pratiquer une activité de manière régulière. Il s'agit aussi d'évaluer ces motivations et de les classer les besoins extérieurs / intérieur sur une échelle de 0 à 5 est intéressant. Les motivations extrinsèques sont gagner de l'argent, paraitre beau, renforcer son égaux, tandis que les motivations intrinsèques sont plutôt de bien se sentir dans sa peau, trouver un équilibre, s'améliorer et acquérir des compétences. Évaluer  ses motivations permet de se positionner. Comprenez bien que les sportifs qui durent longtemps (aussi bien les sportifs de haut niveau que Mr ou Mme Lambda) sont ceux qui ne se trouvent pas abattus par leur échecs et qui réussissent. Et la majorité sont ceux qui ont de fortes motivations intrinsèques. Ainsi, pour les individus qui sont ou tout l'un ou tout l'autre, il s'agit de travailler sur soi afin de rééquilibrer les choses et trouver le bon compromis.

En ce qui concerne le choix des exercices, il y a plusieurs dimensions : celle plus "fun" liée à la recherche d'équilibre et de sensations fortes, celle qui implique un très fort retour sur soi-même avec de la concentration et des efforts de postures comme avec la gymnastique; celle qui privilégie la dimension sociale avec les sports collectifs qui marquent le besoin de retrouver quelqu'un. De plus, il y a les sports de très courte durée avec une forte intensité et les sports de longue durée avec une intensité moyenne. À partir de ces typologies nous pouvons chercher le sport qui nous correspond le mieux.

Prendre un coach n'est pas toujours accessible. Certaines salles font payer l'accompagnement, ce qui peux être un motif pour le pas en avoir. Les jeunes vont avoir tendance à chercher sur internet quelques conseils qui correspondent à ce qu'ils veulent. Mais plus on gagne en maturité plus on sait que les conseils sont judicieux et on va les chercher auprès de personnes qualifiées soit, le coach. Alors, il est préférable d'être accompagné non seulement au niveau physique, mais aussi au niveau psychologie. Le bon accompagnateur connait comment vous fonctionnez et va vous apporter de la matière, qu'est ce que je fais et comment je dois le faire. Quelqu'un qui me comprend et avec qui je suis en empathie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires