En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 13 heures 15 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 13 heures 41 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 13 heures 49 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 14 heures 33 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 10 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 11 heures 51 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 13 heures 1 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 13 heures 50 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 14 heures 19 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
 Avec la globalisation, les travailleurs les moins qualifiés des pays occidentaux ont subi la concurrence directe des pays émergents.
© Reuters
 Avec la globalisation, les travailleurs les moins qualifiés des pays occidentaux ont subi la concurrence directe des pays émergents.
Partage des bénéfices

Quand les nations s’affaissent par incapacité à relever le défi des inégalités sociales à l’âge de la mondialisation et de l’économie numérique

Publié le 16 janvier 2015
Les inégalités de revenus ont fortement diminué pendant les Trente Glorieuses. Avec la globalisation, les travailleurs les moins qualifiés des pays occidentaux ont subi la concurrence directe des pays émergents. Un phénomène accentué aujourd'hui par la robotisation et qui pose le défi immense de la profitabilité du développement économique pour tous.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les inégalités de revenus ont fortement diminué pendant les Trente Glorieuses. Avec la globalisation, les travailleurs les moins qualifiés des pays occidentaux ont subi la concurrence directe des pays émergents. Un phénomène accentué aujourd'hui par la robotisation et qui pose le défi immense de la profitabilité du développement économique pour tous.

Après avoir connu 30 années de croissance heureuse entre l’après l’après-guerre  et le milieu des années 70, les nations occidentales ont été confrontées à un changement de nature du développement économique. Alors que la croissance était jusque-là "inclusive", selon la novlangue consacrée, c’est-à-dire que chacun pouvait envisager un accroissement de ses revenus; de l’ouvrier non qualifié au plus expert des cadres, la donne a changé.

L’intensification progressive de la mondialisation, le développement continu du progrès technologique, pourtant sources de développement, n’ont pas été accompagnés des politiques publiques adéquates. C’est ainsi que le virage inégalitaire a pu prendre naissance au milieu des années 80, pour en arriver à une situation parfaitement résumée par le cas de la répartition de richesse aux Etats Unis, dans le graphique ci-dessous, issu des travaux des économistes français Gabriel Zucman et Emmanuel Saez :

Cliquez pour agrandir

Désormais, la croissance est "exclusive". Et la part de richesse détenue par les 0.1% les plus riches est équivalente à celle détenue par celle des 90% les "moins" riches. Inversement, la croissance des 30 glorieuses avaient pu permettre un chemin opposé.  Plusieurs facteurs sont à l’œuvre.

L’impact de la mondialisation

Le développement des échanges internationaux aura été un puissant facteur du mécanisme inégalitaire au sein des pays occidentaux. Car si les pays "émergents" sont parvenus à se développer au cours des toutes dernières décennies, les pays développés n’ont pas su anticiper les conséquences de la mondialisation sur les emplois manufacturiers. Ainsi, dans une étude publiée par l’institut Brookings en 2013, le constat était posé très clairement par les économistes Elsby, Hobijn, et Sahin : la concurrence internationale, notamment des bas salaires asiatiques, explique pour 85% la chute de la part des salaires par rapport à celle du capital aux Etats Unis.

Alors que cette part des salaires représentait en moyenne 57.1% des revenus globaux au cours de la période courant de 1948 à 1987, celle-ci est passée à 53.3% pour les années 2010 à 2012. Sur cette baisse de 3.8 points, 3.3 points sont imputables à la destruction des emplois soumis à la concurrence internationale. Dès lors que la mondialisation a pu prendre son essor, les capitaux occidentaux se sont progressivement déployés au sein des pays à bas coût du travail. Les salariés les moins qualifiés des pays développés se retrouvent, logiquement, face à une nouvelle en concurrence.

Les effets de cette révolution peuvent se mesurer dans la graphique ci-dessous, réalisé par l’économiste Branko Milanovic et désigné "graphique de l’année 2014" par le prix Nobel Paul Krugman :

Croissance réelle des revenus selon le décile de l’échelle des revenus 1988-2008 (en parité de pouvoir d’achat indice 2005)

Alors que les revenus des classes moyennes des pays émergents subissent une très forte hausse, la classe moyenne américaine est laissée de côté. Il en est de même pour l’ensemble des pays occidentaux ; avant redistribution. A l’inverse, les personnes les plus riches des pays occidentaux, c’est à dire les détenteurs des capitaux, voient leurs revenus s’envoler. Si l’effet positif de la mondialisation, c’est-à-dire la sortie de la pauvreté de millions de personnes dans les pays émergents, est incontestable, le tir doit être rectifié. En effet, pour que les populations occidentales continuent d’apporter leur soutien à ce développement, la croissance doit être "inclusive", et profiter à tous. Les classes moyennes de ces pays ne peuvent être les victimes perpétuelles de la mondialisation.

L’impact du Progrès technologique

Mais un autre phénomène produit les mêmes effets.  En effet, l’innovation technologique à l’œuvre depuis le début des années 80 a largement contribué à la mise en place d’un marché de l’emploi à double facette. Entre les moins qualifiés confrontés au chômage et à la concurrence mondiale, et les personnes les plus qualifiées qui arrivent à s’insérer dans l’économie des nouvelles technologies, du numérique, la fracture est totale.

Tandis que les uns voient leurs salaires stagner sur longue durée, les autres bénéficient du jeu de l’offre et de la demande et voient leurs salaires progresser de façon considérable. Les sociétés actuelles sont aujourd’hui confrontées à l’arrivée massive de la robotisation et de l’automatisation. Ici encore, ce sont les emplois les moins qualifiés qui sont directement menacés.

L’économiste Erik Brynjolfsson, auteur du "Deuxième âge de la machine" le dit clairement : "l'économie basée sur la technologie favorise grandement un petit groupe d'individus en amplifiant leur talent et leur chance, et en augmentant dramatiquement leurs revenus".

De l’autre côté, les emplois les moins qualifiés sont directement menacés, et ce, notamment en période de récession. En effet, les économistes Nir Jaimovich et Henry Siu ont pu mettre en avant ce phénomène. Aux Etats Unis, 92% des pertes d’emplois de compétence moyenne ont été détruits au cours des périodes de récession. Car lorsque la croissance est de retour, les entreprises ont déjà remplacé leurs employés par des machines. Les taches routinières sont peu à peu enlevées aux humains, et automatisées. Mais sans nouvelle formation, les personnes concernées n’auront plus la capacité de s’insérer dans le marché de l’emploi. De plus, et pour achever le tableau, selon les économistes Frey et Osborne, ce sont 47% des emplois actuels qui seraient susceptibles d’être automatisés au cours des 15 prochaines années.

Les politiques publiques se sont révélées incapables de faire face aux récents bouleversements économiques, pour une conséquence simple ; la majorité de la population ne profite plus du développement économique. Le défi est aujourd’hui immense.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 14/01/2015 - 15:07
L'inégalité est une condition économique
Mais il faut au départ deux égalités : celles des plus pauvres et celle des plus riches. Ce sont les riches qui doivent avancer d'abord pour tirer les pauvres plus haut. Quand le processus s'arrête, les riches sont toujours riches et les pauvres restent pauvres. Il ne reste plus qu'à définir à quel niveau on est considéré comme pauvre.
cloette
- 12/01/2015 - 21:34
Europe passoire
Ils commencent à le comprendre !
quesako
- 12/01/2015 - 21:15
M. Goetzmann est juste la ligne Atlantico
Compatibilité avec une position plus que réservée sur l' Europe, Keynes au goût du jour, etc . On n'est pas loin du programme Philippot/Le Pen et des idées des abonnés (du moins ceux qui s'expriment, car j'espère pour Atlantico qu'ils ont plus d'abonnés que la dizaine habituelle!)