En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Capture Twitter
Les deux frères Kouachi, qui ont mené l'attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo.
C'est pas leur faute
Les frères Kouachi, des "enfants perdus" : mais pourquoi la gauche a-t-elle tant de difficulté à accepter la liberté et la responsabilité individuelles ?
Publié le 16 janvier 2015
Dans un Tweet, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a qualifié les frères Kouachi d'"enfants perdus devenus des tueurs". Une manière de les considérer seulement le produit d'un contexte.
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un Tweet, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a qualifié les frères Kouachi d'"enfants perdus devenus des tueurs". Une manière de les considérer seulement le produit d'un contexte.

Atlantico : "Il faut faire en sorte que ces enfants perdus devenus des tueurs ne soient pas en situation de solidarité", a écrit vendredi 9 janvier le premier secrétaire du PS sur son compte Twitter, à propos des frères Kouachi. Que vous inspire ce qualificatif "d'enfants perdus" ? Cela ne revient-il pas à leur dénier toute responsabilité, à les considérer seulement comme le produit d'un contexte ?

Eric Deschavanne : Le propos est d'une légèreté qui confine à la niaiserie. Je crois qu'une partie de la gauche refuse d'admettre la gravité de la situation et se trouve incapable de prendre la mesure de l'évènement que nous vivons. Les barbares sont parmi nous : telle est la réalité qu'il est pourtant aujourd'hui impossible de ne pas voir. Il ne s'agit pas de quelques "enfants perdus" mais d'une armée au service d'une idéologie totalitaire et mortifère, fondée sur la haine de notre civilisation. Il sont, en France, le parti de l'anti-France, quelques milliers, en nombre croissant, si nombreux désormais, nous dit-on, qu'on ne peut tous les mettre sous surveillance. Jamais il n'y a eu autant de barbares sur le sol français depuis l'occupation du pays par les nazis. Mais ce sont des citoyens français. Ils viennent de faire la preuve de leur extrême détermination et de leur savoir-faire, montrant leur capacité à frapper n'importe quand et n'importe où en France.

En réaction à la sidération de cet évènement dont les répercussions politiques seront immenses, une partie des commentateurs et de la classe politique  essaie de se rassurer ou de nous rassurer en banalisant, en s'efforçant de réduire ce qui s'est passé à la dimension d'un fait divers exceptionnel, mais destiné précisément à rester sans lendemains. Ce qui me frappe, c'est le caractère infra-politique d'un propos émanant d'un homme politique manifestement dépassé par l'évènement.

Si un événement similaire à l'attaque contre Charlie Hebdo devait se reproduire, mais avec des auteurs se réclamant de l'extrême droite, M. Cambadélis les qualifierait-il aussi "d'enfants perdus" ? Quelles contradictions cela soulève-t-il ?

Vous avez probablement raison, mais cela traduit moins une contradiction qu'une incapacité à changer de logiciel. On voit bien que certains à gauche ont des difficultés à admettre qu'il n'y a aujourd'hui d'autre ennemi à combattre que l'islamisme radical. L'un des effets de l'évènement qui vient de se produire sera de ringardiser définitivement la diabolisation du Front national et de démonétiser la critique de l'islamophobie. Même en se plaçant du point de vue des oreilles ou des narines les plus sensibles, que pèse la somme des propos les plus provocateurs de la famille Le Pen, de Zemmour et de Houellebecq face au massacre de la rédaction d'un journal - un crime indédit dans l'ensemble du monde occidental !? Peinant à changer de disque, certains continuent de renvoyer dos-à-dos l'islamisme et l'islamophobie comme si l'on avait affaire à deux menaces équivalentes. Mais qui dans la France du début du 21e siècle salit et humilie l'islam, qui tue des juifs et des musulmans, qui conchie la France, la culture, la République et ses valeurs ? Où sont, à l'inverse, les victimes de l'islamophobie? Rappelons qu'il y a peu encore, certaines parmi les consciences les plus en vue qui sont aujourd'hui Charlie fustigeaient l'islamophobie du journal. Les appels à la vigilance démocratique sombrent dans le ridicule lorsque les vigies tournent délibérément le dos à la réalité.

Dans quelle mesure peut-on dire que la question de la liberté individuelle, et donc la capacité à assumer ses actes, occupe aujourd'hui une place centrale dans le clivage gauche-droite ?

Classiquement, la gauche développe plutôt la culture de l'excuse tandis que la droite épouse plus volontiers le point de vue de la responsabilité individuelle. Le clivage entre déterminisme et liberté est toutefois plus philosophique que politique. Il y a à mon sens un déni d'humanité à considérer qu'un être humain n'est rien d'autre que le produit de ses déterminations. Les frère Kouachi ne sont pas des "enfants perdus". On a vu qu'il s'agissait d'hommes engagés et déterminés, disposés non seulement à mourir pour leur idéal, mais aussi à mener pendant des mois, voire des années, une vie apparemment normale afin de servir plus efficacement, au moment jugé opportun, la cause dont ils étaient les soldats. Ce comportement ne dénote aucune forme de désorientation ou de déstructuration. Il témoigne du sens qu'ils ont délibérément voulu donner à leur vie et à leur mort.

Le choix d'un système de valeurs n'est pas le fait d'un mécanisme, mais d'une conscience, raison  pour laquelle il est légitime de porter un jugement. Si le collabo et le résistant sont l'un et l'autre déterminés par leur contexte de fabrication, il n'ont aucun mérite ou démérite à être ce qu'ils sont et ne valent donc pas mieux l'un que l'autre. Cela ne correspond toutefois pas à ce qu'on peut observer : il est arrivé qu'au sein d'une même famille, un frère choisisse d'adhérer au nazisme, un autre d'y résister. Tous les "enfants perdus" des ghettos ethniques ne deviennent pas islamistes, et l'on a vu quelques jeunes gens issus de villages français tout ce qu'il y a d'ordinaire s'engager dans la cause du Jihad.

Le gouvernement a-t-il pris la mesure des enjeux qui se cachent derrière les derniers événements, au plan civilisationnel ?

Il est trop tôt pour le dire. Tous les camps, idéologiques et politiques, vont devoir réajuster leur discours, en fonction de cette évidence : l'ennemi, c'est l'islamisme. Vous ne choisissez pas votre ennemi, c'est lui qui vous choisit. Ceux qui voudront se focaliser sur autre chose, en prenant pour cible, qui l'islamophobie et l'extrême-droite, qui l'idéologie libérale-libertaire, appaîtront rapidement hors du jeu historique. J'ajoute qu'il est préférable, pour combattre efficacement, d'être pleinement convaincu des vertus de la civilisation à laquelle on appartient. Au plan civilisationnel, l'enjeu pour la gauche sera donc de s'arracher à son penchant pour "l'identité malheureuse", pour la droite, ce sera de résiter à la tentation du déclinisme morose à la Zemmour. On verra bien qui saura prendre la mesure de l'évènement.

En laissant entendre que l'exemple des frères Kouachi est susceptible de générer une "solidarité", Jean-Christophe Cambadélis n'exerce-t-il pas une forme de violence à l'égard de pans entiers de la société française ?

Ce qui paraît, encore une fois, très niais, c'est de laisser entendre qu'il dépendrait des politiques ou des médias d'éviter une telle solidarité. De deux choses l'une, ou bien vous êtes attachés aux valeurs de la société démocratico-libérale, et vous ne pouvez pas une demi-seconde vous sentir solidaire des frère Kouachi, ou bien vous vous solidarisez avec eux parce que vous partagez leurs convictions, mais, en ce cas, je ne vois pas comment vous pourriez être sensibles aux appels de Cambadélis et aux "Je suis Charlie". Or le problème est bien là : il existe sans doute des dizaines de milliers de Français, voire des centaines de milliers, qui, sans être candidats au martyr, sympatisent avec la cause islamiste. Les frères Kouachi ne peuvent être isolés du terreau culturel qui les a produit. Mais Cambadélis refuse de regarder en face cette pénible réalité. Le PS est mal parti.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Des planètes rocheuses comme la Terre survivraient à la mort de leur étoile ; Une sonde interstellaire pour explorer Proxima b testée
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
04.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
05.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
myc11
- 17/01/2015 - 15:18
@Assougoudrel, j'avais la vingtaine au début des années 70,
J'ai d'excellents souvenirs d'une vie sans le sou, mais je travaillais, économisais puis je voyageais. On avait peu de choses, car on était jeune et on ne voulait pas s'affûbler de trop de choses, donc des responsabilités pour ces possessions. Mais on pouvait rêver, espérer, et cela aussi c'est une forme de nourriture, moins terrestre mais qui convient souvent à la jeunesse. quand on possède on a la responsabilité de ses possessions, mais ça la gauche elle oublie. Au fond c'est la responsabilité de ses choix qui définissent la liberté. Mais ça la gauche elle oublie aussi.
assougoudrel
- 11/01/2015 - 10:59
@ chrisbord
Je n'envie pas la vie actuelle. Quand j'étais adolescent, sans le sous, on se contentait de peu. A l'époque, il n'y avait pas tout ce que les jeunes convoitent et c'était très bien; cela ne nous empêchait pas de nous amuser et de rigoler comme des fous. De puis, dans un pays tropical où il y a la mer à 30°, des rivières et la forêt, que demander de mieux? A présent, il faut l'écran plat, même dans les chambres, l'ordinateur, Internet, les dernières technologies sorties etc. Actuellement, celui qui n'a pas tout ça, se sert par tous les moyens, même avec les plus violentes. On tue pour un regard; on viole car les françaises sont des putains. Mon plus grand crime d'ado, avec des copains, on s'était baigné nus au large, pas loin d'un camp de naturistes. Emmenés à la gendarmerie (j'ai même pris une calotte retentissante) pour m'obliger à "avouer" que c'était de l'exhibitionnisme. Soldat, j'ai reçu une lettre du juge me disant que je n'étais plus un criminel. A l'époque, il n'y avait personne pour nous défendre comme à présent. Même des assassins ont des excuses. Et ce sont les chouchous du ministre de la Justice. Que nous promet la génération suivante? Nous, on doit payer pour tout ça.
Ganesha
- 11/01/2015 - 08:33
Les Trois Singes
Tout le monde connaît l'image des trois singes, dont l'un se cache les yeux, l'autre ferme sa bouche et le troisième obstrue ses oreilles. Ce n'est pas une question ''d’être de droite ou de gauche'', il faut simplement ''être vraiment très con'' pour prétendre qu'il n'y a strictement aucune relation entre le Krach boursier de 1929 et la crise économique qui a suivi, et la venue au pouvoir d'Adolphe Hitler : ce sont une majorité de braves et paisibles allemands qui sont tout à coup devenus ''très méchants'' et se sont laissés séduire par ''des théories inacceptables'' ! Et ce sont les mêmes commentateurs qui lutteront avec l'énergie du désespoir pour refuser d'admettre que la montée de l'Islamisme est la conséquence directe de la politique d'augmentation constante des inégalités sociales promue depuis quarante ans par les disciples de Reagan-Thatcher-Merkel !!!