En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 9 heures 3 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 17 heures 51 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 18 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 18 heures 44 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 19 heures 48 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 10 heures 15 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 15 heures 3 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 17 heures 25 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 17 heures 58 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 18 heures 32 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 19 heures 17 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 19 heures 26 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 19 heures 56 min
© Capture
La plupart des autres années en 15 marquèrent douloureusement l'Histoire du pays.
© Capture
La plupart des autres années en 15 marquèrent douloureusement l'Histoire du pays.
Malédiction

1515 Marignan ou 1715, 1815, 1915 années maudites : de quel côté l’Histoire de France versera en 2015 ?

Publié le 05 janvier 2015
1515 consacra une victoire française, mais la plupart des autres années en 15 marquèrent douloureusement l'Histoire du pays. Reste à savoir si la série noire sera perpétuée en 2015... Ou si nous aimons simplement jouer à nous faire peur.
Laurent Avezou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Avezou est historien, professeur en classes préparatoires, auteur de Raconter la France : histoire d’une histoire, Paris, Armand Colin, 2e éd. 2013, et de 100 questions sur les mythes de l’histoire de France, Paris, La Boétie, 2013.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
1515 consacra une victoire française, mais la plupart des autres années en 15 marquèrent douloureusement l'Histoire du pays. Reste à savoir si la série noire sera perpétuée en 2015... Ou si nous aimons simplement jouer à nous faire peur.

1914 : début de la Première Guerre mondiale, entrée dans une gigantesque bouche d’ombre de cette civilisation occidentale si imbue de sa supériorité morale et technique.

1815 : Waterloo. Fin de l’épopée napoléonienne, dont la France sort plus petite qu’elle n’y était entrée. La carte de l’Europe est redessinée pour un siècle par le Congrès de Vienne.

1715 : mort de Louis XIV. Fin de l’interminable Grand siècle (qui, au reste, avait cessé d’être "grand" depuis bien des années). L’année précédente, la fin de la guerre de succession d’Espagne a enterré les rêves d’hégémonie française sur l’Europe.

1415 : bataille d’Azincourt. La fine fleur de la chevalerie française subit face aux Anglais une saignée mémorable, par son inconséquence tactique. Le royaume, déjà meurtri par la folie de son roi Charles VI et par la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, ne se relèvera qu’avec l’intervention de Jeanne d’Arc en 1429.

1315 : le temps des ligues. La monarchie capétienne est défiée par des associations de barons, de prélats et de villes qui revendiquent le maintien de leurs privilèges et profitent du desserrement de l’emprise royale, après la mort, l’année précédente, de Philippe le Bel, le "roi de fer" cher à Maurice Druon.

Y aurait-il une Fatalité de l’an XV (ou de l’an 14-15), pour reprendre le titre du livre de Bernard Lecherbonnier et Serge Cosseron récemment paru aux éditions l’Archipel ? Non. D’abord parce que la malédiction est parfois réversible.

1214 : victoire de Philippe Auguste à Bouvines. Le roi de France triomphe de la coalition formée par les grands barons du nord avec l’empereur germanique et le roi d’Angleterre. La monarchie capétienne s’affirme comme première mouture de la nation française, avec la participation de tous (nobles, clercs, bourgeois) à la bataille. L’année suivante, le roi d’Angleterre se voit imposer la Grande Charte, texte qui ébauche la monarchie parlementaire à venir.

1515, victoire de François Ier à Marignan, année solaire pour la France – même si c’est le caractère suggestif de la date, si facile à retenir, qui a contribué à la notoriété d’une bataille dont, à proprement parler, on ne sait plus trop à quoi elle a servi.

Et puis il y a les années neutres. 1614-1615 : majorité de Louis XIII et ultime réunion des états généraux avant la Révolution. La véritable rupture est avant, avec l’assassinat d’Henri IV en 1610, ou après, avec la prise de pouvoir effective par Louis XIII en 1617, et surtout en 1624, avec la promotion, comme premier ministre, de Richelieu.

Alors, à défaut d’une "fatalité de l’an XV", y aurait-il une reconfiguration cyclique constituée d’un faisceau de faits concentrés sur quelques années au début de chaque siècle ? Que ces reconfigurations existent, c’est indéniable. Ces crises sont des accélérateurs de particules historiques, des coups de shakers dont sort un nouveau cocktail de civilisation.

Mais pourquoi se concentreraient-elles en 14-15 de chaque siècle ? Tout simplement parce que certains exégètes ont décidé de le mettre en exergue et de suggérer à un public friand de simplifications qu’il ne peut en être autrement. Il y a pourtant toujours moyen de déplacer le curseur. Sur 89 par exemple. En 1989, avec l’effondrement du bloc de l’Est, la sensation a été immédiate que le petit XXe siècle qui avait commencé par la Grande guerre avec quatorze années de retard se terminait avec onze années d’avance par la fin de la guerre froide. En 1889, la IIIe République sort renforcée de la crise boulangiste et l’Exposition universelle de Paris, marquée par l’élévation de la tour Eiffel, sanctionne le triomphe momentané de la civilisation industrielle. 1789 : début de la Révolution française, dont l’onde de choc mondiale est indéniable, tout chauvinisme mis à part. 1689 : début de la guerre de la Ligue d’Augsbourg,  bien oubliée aujourd’hui, mais qui fut déjà, en son temps, une guerre mondiale. 1589 : avènement d’Henri IV, qui va faire sortir la France des guerres de Religion.

Arrêtons-nous là, car, en-deçà de 1589 (comme de 1214), les échos cycliques sont moins éloquents. Mais reprenons aussitôt le petit jeu avec les "faisceaux 45-48", qui marchent tout aussi bien que les duos 14-15. 1945-48 : de la fin de la Seconde Guerre mondiale au début de la Guerre froide, on a changé de siècle en plein XXe siècle. 1848 : avec le Printemps des peuples, les nations européennes se rebellent contre les Empires-prisons et les régimes autoritaires. 1748 : fin de la guerre de succession d’Autriche. Angleterre, Russie et Prusse confirment leur essor, France, Espagne et Autriche accusent le coup. 1648 : fin de la guerre de Trente ans et redécoupage géopolitique d’envergure. En-deçà, c’est moins net. Mort de François 1er en 1547 ? Fin de la guerre de Cent Ans en 1453 ? Et puis, come back retentissant du faisceau, avec la grande peste noire de 1347-1348, qui envoie au tombeau entre le tiers et la moitié de la population européenne.

Les années 29-30, ou 68-70 ne seraient pas mal non plus. Mais il ne faut pas abuser des bonnes choses. Les ruptures sont inévitables dans la trame historique, mais elles ne sont pas ressenties partout en même temps, et il est impossible de les anticiper à coup sûr. L’histoire n’est pas une science exacte. On peut y déceler des analogies, des retours cycliques, mais les phénomènes n’y sont jamais reproductibles à l’identique. N’en déplaise à ceux qui veulent se donner l’illusion de la prévisibilité en rétablissant un peu de cohérence dans le chaos de l’actualité. Comme il leur est doux d’imaginer qu’on va vivre en 2015 le grand frisson tant attendu ! On ne sait jamais : à force d’y croire, et sur un malentendu, ça peut marcher. Comme ça a marché pour les conquistadores espagnols qui, en 1519, sont arrivés au Mexique à la fin du siècle de 52 ans des Aztèques, moment propice, selon la tradition, aux bouleversements. Il ne restait plus à Cortés et à ses soudards qu’à faire coïncider cette prédiction à la fois attendue et redoutée avec la réalité, et ce fut la fin de l’Empire aztèque.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Xhishou
- 07/01/2015 - 21:10
2015 Attentat contre Charlie Hebdo
Charb Cabu Wolinski Tignous RIP
ELLENEUQ
- 05/01/2015 - 10:16
La catastrophe de 2015 on la connair !
C'est la clique de Hollande et la politique qu'ils appliquent !