En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 2 min 17 sec
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 1 heure 9 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 3 heures 11 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 46 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 6 heures 6 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 40 min 45 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 2 heures 35 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 3 heures 17 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 58 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 18 heures 2 sec
© Reuters
© Reuters
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Et si la Grèce faisait exploser l’Europe

Publié le 30 décembre 2014
La crise qui s’annonce en Grèce entretient l’inquiétude de la grande majorité des Européens qui voient un nouveau risque d’explosion de la zone euro. Certains considèrent que cette nouvelle difficulté serait plutôt salutaire et obligerait chacun à prendre ses responsabilités.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise qui s’annonce en Grèce entretient l’inquiétude de la grande majorité des Européens qui voient un nouveau risque d’explosion de la zone euro. Certains considèrent que cette nouvelle difficulté serait plutôt salutaire et obligerait chacun à prendre ses responsabilités.

Pour beaucoup d’observateurs, l’arrivée possible au pouvoir du parti anti-austérité, Syriza, annonce des lendemains compliqués et douloureux pour tout le monde. Le leader de la gauche radicale, Alexis Tsipras, est la bête noire des européens, des banquiers et des investisseurs. Et pour cause, il considère que la Grèce devrait tourner le dos à tous les engagements qu’elle a déjà signé et changer de politique. Lequel changement passerait automatiquement par le non-paiement de la dette et la levée des mesures d’austérité.

Un programme très simple qui pourrait drainer une majorité de suffrages lors des prochaines législatives. C’est aussi un programme ultra démagogique et très contradictoire. Démagogique parce que tout le monde sait que le non-remboursement d’une dette coupe automatiquement tous les financements. Le contrat de confiance est rompu. Démagogique, parce qu'un gouvernement responsable ne peut pas lever l’essentiel des réformes qui ont été engagées dans le pays. A commencer par l’installation d’un système fiscale qui fonctionnait ou par une série de restructurations administratives ou des privatisations.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 

Contradictoire parce que l'on ne peut pas s’assoir sur le règlement intérieur de la zone euro tout en disant vouloir rester membre du club. Le corps électoral est d’ailleurs assez paradoxal. Les sondages indiquent que les Grecs adhèrent au programme anti-austérité de parti de gauche, mais souhaitent rester dans la zone euro.

Ces perspectives compliquées créent un climat qui détériore le système économique. La bourse d’Athènes a paniqué hier et les bourses européennes ont éternué. Mais le FMI, plus sérieux, a annoncé qu'il suspendait le versement de l’aide à la Grèce jusqu’aux élections législatives.

Dès aujourd’hui, les experts de la troïka ont fait savoir au gouvernement grec et à l’opinion publique qu'il faudrait renégocier toutes les aides après les élections, peu importe le gouvernement. Sous-entendu, soit la Grèce poursuit son plan de réformes et la zone euro l’aidera avec le soutien du FMI, soit la Grèce abandonne ses obligations et la zone euro abandonnera la partie. Les ministres français et allemands n’osent pas croire que les Grecs puissent aller jusqu’à cette extrémité.

Les conséquences seraient graves, mais cela pourrait servir de leçon et engager un processus de réforme du fonctionnement de la zone euro. Deux scenarios sont possibles.

Premier scenario, les Grecs optent pour une majorité radicale avec un gouvernement qui s’assoit sur ses obligations. La Grèce a déjà coûté plus de 150 milliards d’euros depuis 4 ans. Si la Grèce fait à nouveau défaut, ce sont les banques qui, une fois de plus, devront ravaler leurs créances. Toutes les banques françaises et allemandes se retrouveront piégées, mais dans des proportions supportables. Il n’y a pas de risques systémiques.

La Grèce devra alors réveiller son ancienne monnaie. Cela se traduira par une dévaluation de 40% minimum. D’où un léger coup de fouet à l’économie grecque au niveau de ses exportations. Mais comme la Grèce ne vend que des chambres d’hôtels en bord de mer l’été, l’avantage n’ira pas loin. En revanche, la Grèce importe massivement des céréales, de l’énergie et 100 % des produits d’équipement. Autant dire que ces importations vont l’étrangler. Au bout de six mois, la Grèce est à genoux et les Grecs seront ruinés.

Ces derniers regretteront rapidement l’austérité européenne quand ils devront accepter l’aide « unique » du FMI. Laquelle instance ne manquera pas d’être rappelée au chevet d’Athènes comme banquier en dernier ressort. L’impact économique et social combinée au déséquilibre géopolitique peut avoir des conséquences incontrôlables pour toute la région.

Second scénario, le gouvernement issue de la nouvelle majorité engage une nouvelle négociation avec la troïka et trouve un compromis acceptable par tous. Le but, éviter le défaut de crédit et l’expulsion de la zone euro. Dans ce cas-là, tout le monde espère que cette nouvelle crise servira de leçon. La nécessité absolue sera de construire une nouvelle gouvernance de la zone euro. Évidemment plus fédérale, peut-être avec deux zones euros.

Un premier noyau dur de pays solides et solidaires et une seconde région de pays plus jeunes avec des obligations moins rigides et, par conséquent, des avantages et des droits moins généreux. Dans cette nouvelle organisation, les mésaventures de la Grèce prouveront au moins que l’on peut difficilement aller à l’encontre des marchés. Il faut être très riche et très fort pour défier ses banquiers, surtout quand on en a besoin.

La Grèce offre une leçon spectaculaire à tous les autres pays membres. La solidarité n’est rien d’autre que la mutualisation des difficultés. Cela ne peut marcher que si les pays membres de la zone euro respectent les règles du jeu qu’ils ont eux-mêmes paraphées. Cela ne peut marcher à l’avenir que si, et seulement si, les pays membres se convertissent au fédéralisme. La crise de la Grèce va peut-être, cette fois-ci, obliger les pays membres à inventer une autre Europe. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Arbannais
- 31/12/2014 - 16:24
"Contradictoire parce que l
"Contradictoire parce que l'on ne peut pas s’asseoir sur le règlement intérieur de la zone euro tout en disant vouloir rester membre du club" Ne serait-ce pourtant pas ce que la France fait chaque jour ?
OLYTTEUS
- 30/12/2014 - 22:07
Europe fédérale
Le fédéralisme est possible avec un peuple :ce n'est pas le cas de l'Europe. Les Européens ont déjà voulu une monnaie unique ,on voit le résultat...
Karg se
- 30/12/2014 - 21:41
remise à niveau
Autant dire que ces importations vont l’étrangler. Au bout de six mois, la Grèce est à genoux et les Grecs seront ruinés" Non, ils auront retrouvé le niveau de richesse qui correspond à leur niveau de développement économique.