En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 1 heure 42 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 3 heures 13 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 5 heures 46 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 6 heures 47 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 10 heures 57 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 14 heures 15 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 2 heures 28 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 3 heures 41 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 6 heures 15 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 7 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 11 heures 10 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 14 heures 1 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 14 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Criminalité 2.0

Silk Road : quand la fermeture du site star de l’Internet du crime bénéficie à des recoins encore plus sombres du web

Publié le 02 janvier 2015
Il n'y a pas que des armes ou des substances illicites qui peuvent s'acheter dans les "zones d'ombres" d'internet, il existe aussi des données identitaires ou bancaires qui se revendent à prix d'or. Un marché noir 2.0 pour lequel les élus n'ont que très peu de connaissances et la police trop peu de moyens pour y faire face.
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Nesterenko
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il n'y a pas que des armes ou des substances illicites qui peuvent s'acheter dans les "zones d'ombres" d'internet, il existe aussi des données identitaires ou bancaires qui se revendent à prix d'or. Un marché noir 2.0 pour lequel les élus n'ont que très peu de connaissances et la police trop peu de moyens pour y faire face.

Atlantico : Depuis la fermeture du réseau "Silk Road" (NDLR, la route de la soie en anglais), de nouvelles plateformes proposant des produits illicites connaissent un nouvel essor sur le marché noir du web.  En plus des armes et des stupéfiants, ce sont désormais des informations identitaire ou bancaires qui sont vendus à prix d'or. Comment l'expliquez-vous ?

Michel Nesterenko : Le marché des informations identitaires des citoyens, qui inclue les dossiers médicaux en plus des données financières et autres, a subit un essor phénoménal, depuis 1990, en suivant le développement d'internet. La NSA, organe du gouvernement américain, à favorisé les cyber-criminels en installant et en cachant un très grand nombre de vulnérabilités, dans un but d'espionnage planétaire.

Il s'agit aujourd'hui, en ce qui concerne l'activité criminelle à elle seule, d'un des plus grand marché commercial globalisé. Il s'agit de plusieurs dizaines de milliards annuels. Dès qu'il y a des acheteurs, il y a des des fournisseurs et internet est un parfait système de communication planétaire.  Dans ce commerce il y a deux phases qui chacune nécessitent l'utilisation d'internet. La phase de collecte ou plutôt de vol. Et la phase de revente. 

Il faut noter que même des sociétés cotées en Bourse participent à cette activité en vendant les informations privées de leurs  clients sans autorisation. Google et autres géants du commerce électronique sont en ce moment ciblé par la Commission Européenne pour un commerce qui violerait les Lois Européennes.

Comment expliquer que les achats de produits illégaux prolifèrent sur internet, dans la deep zone, alors même que le système bancaire international devrait pouvoir interdire les fraudes ? 

Même les services de police les plus performants du monde n'ont pas pu éradiquer le crime organisé, ni le trafic de drogue, pour ne citer que celui dernier.  Lorsqu'il s'agit de petites sommes en jeu, le trafic est pratiquement indétectable, car les autorités de contrôle concentrent leurs maigres moyens sur les gros poissons et les grands trafics qui sont par nature plus visibles. Si on fait fermer un site dix autres le remplacent instantanément, il suffit de voire la prolifération des sites jihadistes. 

Les Banques n'ont jamais eu pour mission d'espionner les activités de tous leurs clients, bien que les autorités fiscales aujourd'hui cherchent à les enrôler pour faire une chasse active aux fraudeurs.  Si par malheur, les Banques étaient forcées de devenir des auxiliaires de la police et du fisc, alors il faudra s'attendre à une explosion des frais bancaires pour tout le monde et un net ralentissement d'une grande partie du commerce national et international. Le résultat sera une crise économique et une explosion du chômage, sans pour cela gêner d'aucune façon les commerces illégaux qui se contenteront de changer de forme. Les nouvelles réglementations bancaires, instituées pour limiter les fraudes, et leurs effets secondaires extrêmement négatifs sur les économies des différents pays, sont un exemple de ce qui pourrait bien arriver à plus grande échelle.

Quelles sont les difficultés rencontrées par les services de police pour lutter contre la cybercriminalité dans la "deep zone" ? Comment se fait-il que ces plateformes de revente illégales ne tombent pas sous le coup de la loi ?

 

Les services de police manquent cruellement de moyens et de personnel formé pour traquer et capturer les nouveaux criminels agissant dans l'univers dématérialisé d'internet. Les Lois elles mêmes doivent être adaptées avec les avancées rapides de la technologie et là c'est notre gouvernement et nos élus qui manquent de connaissance des enjeux. Puis il est impératif de développer la coopération policière internationale car les cybercriminels se jouent des frontières qu'ils utilisent comme boucliers. Enfin il faut mettre en oeuvre au niveau des Nations Unies un système de sanctions rapides pour mettre au pas les pays qui protègent les cyber-criminels et hébergent les réseaux informatiques du crime organisé.
 

Le fait que ces échanges se déroulent dans la "deep zone" d'internet provoque-t-il de nouveaux obstacles ?

Il s'agit moins d'obstacles que d'un accroissement des coûts. La "deep zone" d'internet ne freine en aucun cas l'espionnage de la NSA avec ses moyens illimités. Il ne faut pas oublier toutes les données cryptées qui exigent des super ordinateurs fort coûteux pour craquer les codes. Moyenne en quoi la deep zone est un lieu de pêche très très riche pour les espions et les criminels ainsi que pour les entreprises, les industriels et la recherche scientifique.

Propos reccueillis par Sarah Pinard

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 29/12/2014 - 08:02
Silk Road
Le Darknet offre des capacités d' anonymat trop utiles aux trafics ' ( données , fonds ..) , pour que mêmes les Etats n' aient aucuns intérêts à ce qu' ils disparaissent . Comme les paradis fiscaux , de belles intentions...!