En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 35 min 25 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 20 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 3 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 46 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 46 min 28 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 42 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 38 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 54 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 38 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 41 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Criminalité 2.0

Silk Road : quand la fermeture du site star de l’Internet du crime bénéficie à des recoins encore plus sombres du web

Publié le 02 janvier 2015
Il n'y a pas que des armes ou des substances illicites qui peuvent s'acheter dans les "zones d'ombres" d'internet, il existe aussi des données identitaires ou bancaires qui se revendent à prix d'or. Un marché noir 2.0 pour lequel les élus n'ont que très peu de connaissances et la police trop peu de moyens pour y faire face.
Michel Nesterenko
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il n'y a pas que des armes ou des substances illicites qui peuvent s'acheter dans les "zones d'ombres" d'internet, il existe aussi des données identitaires ou bancaires qui se revendent à prix d'or. Un marché noir 2.0 pour lequel les élus n'ont que très peu de connaissances et la police trop peu de moyens pour y faire face.

Atlantico : Depuis la fermeture du réseau "Silk Road" (NDLR, la route de la soie en anglais), de nouvelles plateformes proposant des produits illicites connaissent un nouvel essor sur le marché noir du web.  En plus des armes et des stupéfiants, ce sont désormais des informations identitaire ou bancaires qui sont vendus à prix d'or. Comment l'expliquez-vous ?

Michel Nesterenko : Le marché des informations identitaires des citoyens, qui inclue les dossiers médicaux en plus des données financières et autres, a subit un essor phénoménal, depuis 1990, en suivant le développement d'internet. La NSA, organe du gouvernement américain, à favorisé les cyber-criminels en installant et en cachant un très grand nombre de vulnérabilités, dans un but d'espionnage planétaire.

Il s'agit aujourd'hui, en ce qui concerne l'activité criminelle à elle seule, d'un des plus grand marché commercial globalisé. Il s'agit de plusieurs dizaines de milliards annuels. Dès qu'il y a des acheteurs, il y a des des fournisseurs et internet est un parfait système de communication planétaire.  Dans ce commerce il y a deux phases qui chacune nécessitent l'utilisation d'internet. La phase de collecte ou plutôt de vol. Et la phase de revente. 

Il faut noter que même des sociétés cotées en Bourse participent à cette activité en vendant les informations privées de leurs  clients sans autorisation. Google et autres géants du commerce électronique sont en ce moment ciblé par la Commission Européenne pour un commerce qui violerait les Lois Européennes.

Comment expliquer que les achats de produits illégaux prolifèrent sur internet, dans la deep zone, alors même que le système bancaire international devrait pouvoir interdire les fraudes ? 

Même les services de police les plus performants du monde n'ont pas pu éradiquer le crime organisé, ni le trafic de drogue, pour ne citer que celui dernier.  Lorsqu'il s'agit de petites sommes en jeu, le trafic est pratiquement indétectable, car les autorités de contrôle concentrent leurs maigres moyens sur les gros poissons et les grands trafics qui sont par nature plus visibles. Si on fait fermer un site dix autres le remplacent instantanément, il suffit de voire la prolifération des sites jihadistes. 

Les Banques n'ont jamais eu pour mission d'espionner les activités de tous leurs clients, bien que les autorités fiscales aujourd'hui cherchent à les enrôler pour faire une chasse active aux fraudeurs.  Si par malheur, les Banques étaient forcées de devenir des auxiliaires de la police et du fisc, alors il faudra s'attendre à une explosion des frais bancaires pour tout le monde et un net ralentissement d'une grande partie du commerce national et international. Le résultat sera une crise économique et une explosion du chômage, sans pour cela gêner d'aucune façon les commerces illégaux qui se contenteront de changer de forme. Les nouvelles réglementations bancaires, instituées pour limiter les fraudes, et leurs effets secondaires extrêmement négatifs sur les économies des différents pays, sont un exemple de ce qui pourrait bien arriver à plus grande échelle.

Quelles sont les difficultés rencontrées par les services de police pour lutter contre la cybercriminalité dans la "deep zone" ? Comment se fait-il que ces plateformes de revente illégales ne tombent pas sous le coup de la loi ?

 

Les services de police manquent cruellement de moyens et de personnel formé pour traquer et capturer les nouveaux criminels agissant dans l'univers dématérialisé d'internet. Les Lois elles mêmes doivent être adaptées avec les avancées rapides de la technologie et là c'est notre gouvernement et nos élus qui manquent de connaissance des enjeux. Puis il est impératif de développer la coopération policière internationale car les cybercriminels se jouent des frontières qu'ils utilisent comme boucliers. Enfin il faut mettre en oeuvre au niveau des Nations Unies un système de sanctions rapides pour mettre au pas les pays qui protègent les cyber-criminels et hébergent les réseaux informatiques du crime organisé.
 

Le fait que ces échanges se déroulent dans la "deep zone" d'internet provoque-t-il de nouveaux obstacles ?

Il s'agit moins d'obstacles que d'un accroissement des coûts. La "deep zone" d'internet ne freine en aucun cas l'espionnage de la NSA avec ses moyens illimités. Il ne faut pas oublier toutes les données cryptées qui exigent des super ordinateurs fort coûteux pour craquer les codes. Moyenne en quoi la deep zone est un lieu de pêche très très riche pour les espions et les criminels ainsi que pour les entreprises, les industriels et la recherche scientifique.

Propos reccueillis par Sarah Pinard

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 29/12/2014 - 08:02
Silk Road
Le Darknet offre des capacités d' anonymat trop utiles aux trafics ' ( données , fonds ..) , pour que mêmes les Etats n' aient aucuns intérêts à ce qu' ils disparaissent . Comme les paradis fiscaux , de belles intentions...!