En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 3 min 48 sec
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 10 heures 9 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 11 heures 2 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 6 heures 22 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 8 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 9 heures 9 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 9 heures 25 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 10 heures 14 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 11 heures 44 min
© Reuters
Ali al-Naimi, ministre saoudien du pétrole, se dit prêt à baisser le prix de son baril
© Reuters
Ali al-Naimi, ministre saoudien du pétrole, se dit prêt à baisser le prix de son baril
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Pour contrer les États-Unis, les pays de l’OPEP se lancent dans la guerre des prix du pétrole

Publié le 24 décembre 2014
Les pays producteurs de pétrole sont bien décidés à faire la peau aux producteurs de gaz de schiste. Adversaire nommément désigné : les États-Unis. Les européens pourraient tirer profit de la situation.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pays producteurs de pétrole sont bien décidés à faire la peau aux producteurs de gaz de schiste. Adversaire nommément désigné : les États-Unis. Les européens pourraient tirer profit de la situation.

L’information a remué les milieux financiers et les marchés européens ont fait un bond en avant. Preuve que, pour les analystes, l’Europe pourrait finalement profiter des errements de la politique étrangère américaine. Cette information provient d’Arabie Saoudite, premier producteur mondial de pétrole et leader du syndicat des producteurs, l’OPEP. L’Arabie Saoudite, c’est 50% de la production de pétrole et 80% des réserves prouvées. Ali al-Naimi (photo), le ministre saoudien du pétrole, a quasiment déclaré la guerre du pétrole.

Les faits : pour l’OPEP, la baisse des prix du pétrole est illégitime. Une part de cette baisse est liée à un déficit de la demande, imputable au ralentissement de l’activité dans les pays fortement consommateurs. Mais la cause principale réside dans une offre de pétrole gonflée par les pétroles de schiste, exploités massivement aux États-Unis. "On pouvait réguler la baisse des prix en fermant les vannes", explique-t-on à Ryad. Mais à quoi bon fermer les vannes saoudiennes si les robinets américains coulent à flot.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Suivre @atlanticobiz 

Les chiffres : avant la crise de 2009, le pétrole valait 140$. Aujourd’hui, c’est moins de 50. Le pétrole de schiste vaut 20 dollars le baril. Il a permis de tirer la reprise américaine et va faire des USA le premier producteur exportateur de pétrole du monde. Le problème dans ces chiffres, c’est qu’ils en cachent d’autres. Si l’Amérique continue de faire la sourde oreille, comme c’est le cas avec le Moyen-Orient, le prix du pétrole va continuer de baisser.

De 40$, il peut tomber encore plus bas et pourquoi pas à 20$, le baril. Pour l’Arabie saoudite, il n’y a aucun problème : son pétrole coûte 5 dollars le baril. C’est le moins cher du monde à exploiter. Les pays membres de l’OPEP peuvent donc laisser filer le prix, jusqu’à ce qu’il soit insupportable pour les américains. Les saoudiens sont prêt à descendre aussi bas. Dans ce cas-là, la baisse des prix qui pouvait être une bonne affaire va engendrer des catastrophes et faire des victimes.

Les gagnants et les perdants : on va trouver des morts chez tous ceux qui produisent un pétrole à un coût supérieur à 20 dollars le baril. C’est-à-dire chez tous les producteurs du monde. Dans la mer du Nord, en Afrique, en Russie, au Canada. Il va falloir fermer les forages, aucun intérêt économique de produire un pétrole aussi cher. Mais aux États-Unis aussi il va falloir ramasser les victimes, notamment dans les grandes familles du Texas qui exploitent des concessions de pétrole traditionnel dans le désert et dans le golfe du Mexique. Le parti républicain ne va pas se laisser déplumer. Les grandes familles de Dallas peuvent descendre leur prix au niveau des pétroles de schiste qu'ils exploitent également. Mais en deca de 20 dollars, ça ne marche plus.

Du côté des gagnants d’un tel bras de fer, on va trouver toutes les économies qui achètent leur pétrole en dollar sur les marchés internationaux. A commencer par les émergents et les pays européens. Le pétrole à 20 dollars, c’est une aubaine formidable pour nourrir la croissance économique et alléger sa facture. Les chocs pétroliers ont toujours plombé l’activité car ils agissent comme une taxation supplémentaire. Les contre-chocs pétroliers pourraient jouer dans le sens inverse. A condition que les pays soient préparés pour les digérer.

Cette affaire va, en France, produire des effets collatéraux et secondaires qui ne sont pas forcément positifs pour l’avenir. La baisse spectaculaire des prix du pétrole exonère les acteurs du système de faire des efforts de productivité. Un pétrole pas cher nous exonère également de faire des recherches sur les gaz de schiste.  Cette situation est bénéfique à court terme, catastrophique à long terme. Elle impose aux formations politiques de revoir leur copie en matière de politique énergétique. Le mouvement des écologistes, par exemple, se garde bien de commenter ces évènements. Et pour cause, ils ne savent plus où ils habitent.

La seule conclusion tangible, c’est que l’Amérique d’Obama, en autorisant l’exploitation massive des gaz de schiste, à déstabilisé complètement le marché et déséquilibré toute la région de l’OPEP. Les effets induits par cette affaire sont difficiles à imaginer. On devait pouvoir profiter des bénéfices de l’économie de marché, sans mettre en marche des mécanismes de déstabilisation incontrôlables comme c’est le cas aujourd’hui au Moyen-Orient, en Russie, en Irak ou dans les pays du Golfe. La diplomatie internationale aura rarement vue pareille incompétence dans l’appréhension de l’évolution des rapports de forces internationaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires