En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 12 min 35 sec
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 1 heure 52 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 3 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 7 heures 41 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 1 jour 25 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 1 jour 1 heure
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 4 heures 43 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 7 heures 29 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 19 heures 22 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 1 jour 1 heure
© Kightlinger, Jack E., White House photo
Nicolae Ceaușescu, dictateur roumain de 1965 à 1989.
© Kightlinger, Jack E., White House photo
Nicolae Ceaușescu, dictateur roumain de 1965 à 1989.
Vieux démons

25 ans après la chute de Ceausescu, ce qui reste de la Securitate dans la société roumaine

Publié le 22 décembre 2014
Il y a 25 ans, le dictateur roumain et son épouse étaient exécutés en place publique, alors que de toutes parts le bloc soviétique s'effondrait. Ce que l'on sait moins, c'est que le service de police de l'époque était à la manœuvre, pour assurer sa propre survie. Et ça a marché.
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 25 ans, le dictateur roumain et son épouse étaient exécutés en place publique, alors que de toutes parts le bloc soviétique s'effondrait. Ce que l'on sait moins, c'est que le service de police de l'époque était à la manœuvre, pour assurer sa propre survie. Et ça a marché.

Atlantico : La Roumanie fête le 25ème anniversaire de la chute de Nicolae Ceaușescu ce lundi 22 décembre. Le démantèlement de la Securitate - la police d'Etat - , remplacée par le SRI, a-t-il posé problème ? La transition vers un Etat de droit a-t-elle posé problème ?

Stéphane Courtois : La Securitate était, durant le régime communiste de 1945 à 1989, le nom familier à tous les Roumains du Département de la Sécurité de l’Etat, la police politique qui était l’un des deux piliers de ce régime totalitaire, avec le parti unique. Elle fut créée dès 1944 et officialisée en 1948, par l’occupant soviétique et sur le modèle du KGB. Ses chefs étaient d’ailleurs des soviétiques "déguisés" en Roumains : le général soviétique Timofeï Bodnarenko dit Gheorghe Pintilie, et les officiers Boris Grünberg dit Alexandru Nicolschi – un Juif de Bessarabie – et Vladimir Mazurov dit Mazuru – un Ukrainien de Bessarabie.

Lire également : Esprit de la Stasi es-tu là ? Ce qui reste encore du système totalitaire est-allemand

Sous la férule soviétique et par le relais du Parti communiste roumain (PCR), la Securitate utilisait tous les moyens habituels du KGB : pressions, intimidations, chantage, arrestations arbitraires, saisie des biens, tortures, déportations de masse, exécutions, assassinats ciblés, espionnage, vente aux Occidentaux de citoyens roumains désireux de quitter ce régime, etc. Elle créa un système concentrationnaire sur le modèle du Goulag, symbolisé par le "canal de la mort", creusé entre le Danube et la mer Noire par près de 200 000 détenus. Autre spécialité de la Securitate, la tentative à la fin des années 1940 de transformer des étudiants nationalistes en cadres du PCR, en les soumettant, dans la prison de Pitesti, à des tortures psychologiques et physiques collectives. Dans ce pays de 18 millions d’habitants, on estime que près de 2 millions de personnes ont été victimes directes de cette terreur. Et la défection aux Etats-Unis du général de la Securitate, Ion Pacepa, en 1978, donna un important coup de projecteur sur la Securitate qui dès 1950 comptait plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires, sans parler des centaines de milliers de mouchards, à commencer par les membres du PCR tenus de dénoncer toute parole ou tout acte d’opposition au régime de Ceausescu. On comprend que sous une telle terreur, la dissidence fut très faible en Roumanie, limitée à quelques figures emblématiques comme l’écrivain Paul Goma, réfugié en France où, néanmoins la Securitate tenta de l’assassiner.

Que sont devenus les membres de la Securitate ? Certains de ses dirigeants ont-ils été confrontés à la justice ?

En réalité, la Securitate n’a subi aucun dommage lors de la chute du régime de Ceausescu. Mieux, c’est une fraction de la Securitate, en coopération étroite avec le KGB, qui a organisé la vraie-fausse révolution roumaine de décembre 1989. Profitant du mécontentement général et profond de la population, elle organisa des mouvements de foule destinés à déstabiliser le pouvoir en place et le remplacer par une nouvelle équipe favorables à Gorbatchev, tout en faisant croire à un mouvement démocratique, et tout en gardant la main-mise sur la police, l’armée, les médias et l’économie. L’opération a fort bien réussi : après la mise en scène d’un pseudo "génocide" à Timisoara puis d’une pseudo guerre civile à Bucarest et ailleurs – avec au total plus de 1100 morts et plus de 3300 blessés –, c’est la vieille équipe communiste prosoviétique de Ion Iliescu et Petre Roman qui s’est emparée du pouvoir, maintenant en place l’ensemble de la Securitate, prestement reconvertie en service de renseignement d’une république prétendument démocratique. La bataille contre la Securitate a alors été menée par des historiens démocrates, comme Ana Blandiana et Romulus Roman qui ont créé dans l’ancienne prison de Sighet un Mémorial des victimes du communisme devenu musée de la terreur communiste, et l’historien Marius Oprea qui mena, avec d’énormes difficultés et sous des menaces de mort, la bataille pour l’ouverture des archives. Ce qui n’empêche pas d’anciens de la Securitate de siéger au parlement.

Dans quelle mesure le sentiment de nostalgie en Roumanie à l'égard de la période communiste permet-il de l'expliquer ?

Durant la décennie qui a suivi 1989, on n’a perçu aucun sentiment de nostalgie, mais seulement la perpétuation du sentiment de peur qui avait prévalu pendant 45 ans. Ce n’est qu’à partir des années 2000 que la nouvelle génération a commencé à lever la chape de plomb, comme le montre la vitalité du jeune cinéma roumain, avec la palme d’or de Cristian Mungiu pour "4 mois, 3 semaines, 2 jours", à Cannes en 2007.

Quelles ont été les actions concrètes du président Basescu, élu en 2004 concernant l'accès aux dossiers confidentiels de la Securitate ?

Basescu a surtout eu le courage d’ordonner la publication d’un important rapport officiel sur le bilan de la terreur en Roumanie sous le communisme et a officiellement présenté des excuses publiques pour les victimes.

Ces dossiers confidentiels sont actuellement à la disposition des Roumains sur demande. Que représente cette possibilité pour l'avenir ? Peut-on espérer que les tabous de cette période communiste tombent, permettant ainsi de rétablir une vérité historique ?

La bataille pour l’histoire et la mémoire de la terreur communiste et du régime en général demeure très difficile. Aucune action judiciaire significative n’a été engagée contre des bourreaux bien connus qui ont profité du retour à la propriété privée pour s’enrichir. L’assassinat de Ceausescu et sa femme, organisé par la Securitate, a été un bon moyen pour elle de se blanchir.

Klaus Iohannis, représentant du courant libéral du paysage politique roumain, prend ses fonctions de président le 22 décembre. Que laisse présager son arrivée ?

Son élection a été une vraie surprise et démontre que la jeune génération, formée aux valeurs européennes et sachant utiliser internet, n’est pas disposée à se laisser duper par les vieux chevaux de retour du régime Ceausescu. Mais la bataille pour une Roumanie vraiment démocratique est loin d’être gagnée, surtout à la lumière de l’intervention russe en Ukraine, en Transnistrie et en Moldavie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 31/12/2014 - 07:20
Ce type ..
Il a quelque chose de Hollande... C'est étrange non ? Peut-être le coté propagande ou alors le coté faux cul ...
attila
- 23/12/2014 - 07:27
roumanie
surtout que la roumanie gardes ses roms !!!!!!!!!!!!!!!!