En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 17 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 14 heures 42 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 16 heures 30 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 18 heures 30 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 20 heures 35 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 14 heures 47 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 20 heures 29 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 10 heures
© Maxppp
L'Assemblée nationale vient de donner son feu vert le 8 décembre pour une ratification de la convention fiscale entre la France et Andorre.
© Maxppp
L'Assemblée nationale vient de donner son feu vert le 8 décembre pour une ratification de la convention fiscale entre la France et Andorre.
Déni de démocratie

Comment l’air de rien, le gouvernement est en train de mettre en place l’impôt sur la nationalité sans même passer par la case Parlement

Publié le 17 décembre 2014
L'Assemblée nationale vient de donner son feu vert le 8 décembre pour une ratification de la convention fiscale entre la France et Andorre, permettant d'imposer les ressortissants nationaux qui y demeurent. Et si elle ne s'applique aujourd'hui qu'à une principauté, sa conception juridique laisse entendre qu'elle pourrait à l'avenir s'appliquer à n'importe quel pays.
Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Carbonnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Assemblée nationale vient de donner son feu vert le 8 décembre pour une ratification de la convention fiscale entre la France et Andorre, permettant d'imposer les ressortissants nationaux qui y demeurent. Et si elle ne s'applique aujourd'hui qu'à une principauté, sa conception juridique laisse entendre qu'elle pourrait à l'avenir s'appliquer à n'importe quel pays.

Atlantico : Dans quelle mesure cette clause pourrait-elle avoir des conséquences plus vastes sur l'ensemble des Français résidant à l'étranger ?

Thomas Carbonnier : La Principauté, déchue de son statut de paradis fiscal depuis 2009, a conclu sa première convention fiscale conclue avec la France en avril 2013.

Selon l’article 25 (d) de la convention : "la France peut imposer les personnes physiques de nationalité française résidents d’Andorre comme si la présente Convention n’existait pas. Lorsque la législation fiscale française permet l’application de la présente disposition, les autorités compétentes des États contractants règlent d’un commun accord la mise en œuvre de cette dernière".

L’objectif est de permettre à la France de taxer ses nationaux résidents d’Andorre sans tenir compte des stipulations de la convention. Cette forme de taxation ne sera toutefois applicable que lorsqu’une disposition de droit interne permettra d’imposer les personnes sur le fondement de la nationalité.

En effet, actuellement, l’article 4 du Code général des impôts français fixe des critères de l’imposition en France des personnes physiques sans faire référence à la nationalité française. Les critères sont la présence en France d’un foyer, le lieu de séjour principal, le lieu de l’exercice d’une activité professionnelle et le centre des intérêts économiques.

Lorsque ces critères ne sont pas suffisants pour permettre le rattachement fiscal d’un contribuable à un pays, le droit fiscal international peut avoir recours au critère de la nationalité. En pratique, le recours au critère de la nationalité est rarement nécessaire.

Peut-on considérer que le gouvernement est en train de faire passer en catimini un impôt sur la nationalité ?

Le 8 décembre 2014 lors de la discussion en séance publique du projet de loi autorisant l’approbation de cette convention fiscale, Madame Annick Girardin, Secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, a pris l’engagement au nom du gouvernement actuel de ne pas créer l’impôt sur la nationalité.

Toutefois, comme le souligne très justement Madame Claudine Schmid, députée des français de Suisse et du Liechtenstein, "le gouvernement  refuse d’ouvrir des négociations pour supprimer la clause permettant l’application de l’impôt sur la nationalité quand il sera voté par le parlement. On est donc en droit de s’interroger sur sa volonté réelle et surtout sur la pérennité de cet engagement pour les gouvernements futurs".

Comment pourrait-on passer d'une clause ne concernant qu'Andorre à ce nouveau principe de fiscalité ?

Le rapport présenté par la Commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale le 15 octobre 2014 est particulièrement explicite sur le sujet. Selon ce rapport, "l’Andorre laisse la porte ouverte à une évolution de la fiscalité française qui aurait pour objet d’imposer les personnes de nationalité française sur ce seul critère, quel que soit le lieu de leur résidence fiscale et de la source de leurs revenus". Selon les termes de la convention, la France pourrait alors imposer ces personnes "comme si la présente Convention n’existait pas". La convention ne serait donc pas un facteur bloquant à la mise en place de cette fiscalité nouvelle.

D’après le Gouvernement, l’insertion de cette clause serait proposée à l’ensemble des partenaires avec lesquels il négocie une convention. Il s’agirait de préserver la marge de manœuvre au pays pour le cas où il déciderait de mettre en œuvre ce type de fiscalité… !

Dans de telles conditions, comment l’exception ne pourrait-elle pas très vite devenir un principe ?

Au moment où cette clause a été discutée, la principauté d'Andorre ne disposait pas encore de fiscalité directe sur les revenus, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Dans ce cas, qu'est-ce qui justifie encore la présence de cette clause ?

La convention comporte quelques adaptations au modèle proposé par l’OCDE. Ces adaptations tiennent compte de la structure du système fiscal andorran, caractérisé par l’absence de fiscalité dans certains domaines.

Ainsi, la qualité de résident andorran est reconnue aux personnes physiques qui séjourneraient en Principauté plus de 183 jours par an, ou y auraient le centre de leurs intérêts économiques, ou y exerceraient leur activité professionnelle principale, sans toutefois y être imposées sur l’ensemble de leurs revenus.

Cette clause particulière viserait tout simplement à rendre la convention applicable en Andorre, dans l’attente de l’entrée en vigueur de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, en janvier 2015. En effet, dans l’intervalle, le critère de résidence défini à l’article 4 ne serait pas pertinent, dans la mesure où il reposerait sur l’assujettissement à l’impôt.

Pour faire court, cette clause devrait être d’application limitée, étant donnée l’entrée en vigueur de l’impôt sur le revenu andorran (reportée jusqu’en 2018 dans certaines situations).

Quels sont les autres pays imposant leurs ressortissants vivant à l'étranger ? En quoi la disposition de cette convention est-elle différente ?

Si l’article 25 d de la convention conclue avec l’Andorre ne devrait pas provoquer de révolution fiscale dans l’immédiat, cette situation n’est pas sans rappeler la convention fiscale conclue avec le Monaco dont objectif a toujours été de taxer les Français résidant à Monaco (et non le contraire… je vous laisse le soin d’en deviner les raisons !).

C’est une sorte de mur de Berlin qui sépare la France et Monaco. Il y a d’un côté, la France, un pays qui prône une plus grande liberté de circulation de personnes et des biens dans un espace géographique appelé Europe mais qui, de manière totalement contradictoire, met en place une fiscalité liberticide : le contribuable est prié de payer ses impôts en France à tout prix. De l’autre, un pays qui offre une fiscalité paradisiaque pour attirer les capitaux et les élites en vue d’assurer le développement d’emplois pérennes.

Bien entendu, certains répliqueront que les citoyens américains sont également taxés suivant le critère de la nationalité. Si le principe est vrai, il mérite toutefois d’être nuancé puisqu’il est en réalité très théorique. En pratique, beaucoup d’exceptions permettent d’échapper à l’application pleine et entière de ce principe. Ainsi, pour un citoyen américain, les premiers 95 000 dollars du salaire d'un citoyen américain résidant à l'étranger sont exclus de l’impôt sur le revenu américain ! Tout revenu au-delà de cette somme est imposable par fiscal américain, sauf si l'impôt du pays où réside le citoyen est supérieur.

Un citoyen n’ayant un revenu que de 95 000 dollars peut vivre de manière très confortable dans la quasi-totalité des pays du monde et échapper à l’impôt sur le revenu américain. De surcroît, peu de pays proposent une fiscalité plus légère que les USA. Il s’en déduit donc que le système américain imposant ses ressortissants selon le critère de leur nationalité vise uniquement à éviter des abus et non à les empêcher de changer de pays.

En définitive, la France poursuit son chemin de privation lente, discrète et progressive de liberté vis-à-vis de ses citoyens, probablement en raison d’une idéologie forte. Pauvre France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 18/12/2014 - 23:39
A CONTRE COURANT
Désolé, mais je ne pense pas qu'exiger d'un citoyen français et qui est resté français qu'il s'acquitte de ses impôts en France, sous déduction de ceux qu'il a déjà payés à l'étranger soit précisément abusif. Cela ne vous choque donc pas tous ces sportifs, tous ces spécialistes des médias tous ces "artistes" et bien d'autres encore qui viennent toucher leurs cachets en France, jouer de l'étranger en équipe de France en échappant à la fiscalité du pays dont ils prétendent défendre les couleurs ou encore qui demandent à la France de leur assurer une partie, voire parfois l'essentiel de leurs revenus, tout en les exonérant à l'étranger, sous prétexte qu'ils résident un peu plus de 180 jours hors de nos frontières.

Libre à ceux qui trouveraient cette solution trop onéreuse de postuler pour une autre nationalité, mais en renonçant cette fois aux avantages de la précédente. Et de même pour les doubles nationaux qui devraient montrer fiscalement leur attachement à la France s'ils souhaitent en conserver la nationalité.

Il est vraiment trop facile de revendiquer la nationalité d'un pays en en emportant les avantages sans se soucier le moins du monde de contribuer à ses charges.
JG
- 17/12/2014 - 21:43
Remplacer les riches français qui payent des impôts
Par les pauvres étrangers qui n'en payent pas....
Et si on ne paye pas l'impôt, on est déchu de sa nationalité française, interdit de séjour en France, poursuivi par les limiers du fisc dans le monde entier ?
Non seulement il faut quitter la France quand on est riche, mais bientôt il faudra aussi quitter la nationalité française.
Pas grave, les bac + 12 qui travaillent, produisent et rapportent des sous seront remplacés par des bacs - 10 qui glandent, pompent le fric par toutes les alloc possibles et imaginables (AME, etc...) et tout ira.
bien je vous dis.....
Texas
- 17/12/2014 - 19:33
Comme des hyènes..
...après la viande , les os , mêmes putréfiés !