En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
la Chine est-elle vraiment la première puissance mondiale ?
Puissance économique

La Chine devient (plus ou moins) le nouveau numéro 1 mondial mais la bombe que contiennent les statistiques est ailleurs

Publié le 14 décembre 2014
Selon le FMI, la Chine serait devenue la première puissance mondiale devant les Etats-Unis. Mais les chiffres sont trompeurs et le véritable danger ou les réelles opportunités sont ailleurs.
Jean-Joseph Boillot est agrégé de sciences économiques et sociales et Docteur en économie.Il est spécialisé depuis les années 1980 sur l'Inde et l'Asie émergente et a été conseiller au ministère des Finances sur la plupart des grandes régions...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Joseph Boillot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Joseph Boillot est agrégé de sciences économiques et sociales et Docteur en économie.Il est spécialisé depuis les années 1980 sur l'Inde et l'Asie émergente et a été conseiller au ministère des Finances sur la plupart des grandes régions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le FMI, la Chine serait devenue la première puissance mondiale devant les Etats-Unis. Mais les chiffres sont trompeurs et le véritable danger ou les réelles opportunités sont ailleurs.

Atlantico : Récemment, le FMI a annoncé que la Chine était devenue la principale puissance économique du monde. Qu'en pensez vous ?

Jean-Joseph Boillot : D'abord que la Chine n'est surtout pas la "première puissance économique du monde". La notion de puissance économique est un concept qui combine la surface économique (le PIB), mais aussi la puissance technologique, la puissance financière et monétaire, celle microéconomique des entreprises, et enfin la capacité d'influence sur l'économie mondiale.
Selon les données du FMI, le PIB chinois calculé en Parité de pouvoir d'achat a bien dépassé celui des Etats-Unis en 2014, mais le FMI lui-même ne dit pas que la Chine est devenue la "première puissance économique mondiale". Sur tous les autres aspects qui déterminent la puissance économique, la Chine est loin derrière les Etats-Unis, mais aussi l’Europe. On retrouve d'ailleurs ici un biais classique du FMI qui se refuse à considèrer l'Union Européenne dans sa globalité.

En quoi consiste ce mode de calcul de PPA concrètement ?

C'est une mesure trés ancienne et reconnue par tous les économistes depuis les années 1970. En gros, on considère que les masses économiques des pays ne peuvent pas être comparées avec les taux de change des marchés financiers qui reflètent surtout l'influence globale des monnaies.
Pour évaluer le revenu réel des habitants d'un pays dans une optique de comparaison internationale, on fait alors appel à un autre mode de calcul: celui de la parité de pouvoir d'achat ou PPA. Ce dernier consiste tout simplement a calculer dans chaque pays le prix d'un panier de produits comparables aux prix domestiques. On obtient alors un taux de change dit "réel" qui permet de comparer les économies entre elles.

La Chine et les Etats-Unis calculent-ils leur PIB de la même manière ? Qu'en est-il au niveau de la qualification des dettes ?

Effectivement, les modes de calcul sont différents, et cela peut représenter un biais. Le PIB prend en compte l'ensemble des valeurs ajoutées déclarées par les entreprises et les administrations, dans une optique de production des ressources. Mais si la production d'un pays n'a pas de valeur, et qu'elle est incluse dans le PIB, ce mode de calcul n'est plus réaliste. En général, on mesure donc aussi le PIB par la somme de ses utilisations, c'est à dire, en gros, la consommation, les investissements, le solde extérieur et les variations de stocks.
Or dans le cas de la Chine, si l'on s'intéresse à l'emploi des ressources, on comprend bien les critiques faites aujourd'hui à l'évaluation du PIB chinois. D'abord, la consommation privée chinoise se situe à un niveau extrêmement bas -40% du PIB chinois, soit environ 6 000 milliards de dollars au taux de change courant, celui qui compte pour nos entreprises qui exportent sur le marché chinois. Or cela ne représente que la moitié du marché américain ou européen.

Sur l'investissement ensuite, on peut également dénombrer deux failles importantes: l'investissement improductif qui touche l'immobilier ou les industries comme la sidérurgie, et ensuite les stocks. Nous savons que la Chine a la fâcheuse habitude d'accumuler des surcapacitès et de se mettre en situation de surproduction, et donc d'emmagasiner des stocks d'invendus. C'est ceux qu'on retrouve sur le marché mondial à des prix défiant toute concurrence. En termes de PIB utile, la réalité du PIB chinois est donc inférieur d'au moins 20% à ce qui est annoncé officiellement.

Récemment, un rapport commandé par le gouvernement chinois faisait état des sommes considérables "gâchées" dans des investissements inutiles, comme par exemple la construction immobilière, l'industrie automobile et la sidérurgie. 6.8 milliers de milliards de dollars auraient ainsi été investis pour rien depuis 2009. En quoi cela peut-il constituer une épée de Damoclès sur l'économie mondiale ?


Cela signifie que la Chine est toujours une économie de marché en transition. D'ailleurs si l'on divise le PIB par le nombre d'actifs officiels, on obtient un tableau de l'économie chinoise loin d'un statut de première puissance mondiale. Avec 800 millions d'actifs, la Chine ne produit pas plus que les Etats-Unis avec 160 millions d'actifs. Elle est donc dans un rapport de productivité par emploi de 4 à 5 fois inférieure à celle des Etats-Unis, mais aussi de l'Europe qui doit cesser d'avoir un complexe d'inferiorité vis à vis de la Chine.

Peut-on s'attendre à ce que l'économie chinoise connaisse un ralentissement économique comparable à celui qu'a pu connaître le Japon ?

Non, pas à court terme à mon sens. Plusieurs facteurs permettent de comprendre le ralentissement de l’économie chinoise. Premièrement, la rationalisation de la production voulue par Xin Jinping lui-même. Cela implique moins d'investissement dans tous les sens. La diminution du nombre des actifs joue également, mais on n'est pas encore dans la configuration japonaise. Il faut enfin prendre en compte un simple effet mathématique: plus un PIB est élevé, plus le taux de croissance pour obtenir une même augmentation en valeur diminue. C'est ce qui explique qu'avec 4 ou 5% de croissance, la Chine devrait demeurer la première locomotive du monde. D'où l'inquiétude suscitée par l'annonce du FMI: si la Chine est le premier PIB du monde en termes réels, quelle conséquence va avoir le ralentissement de son taux de croissance pour l'économie mondiale?

Pour autant, comparer la situation chinoise avec celle du Japon des années 1980 est une erreur de perspective. Le PIB par habitant de la Chine reste 4 fois inférieur à celui du Japon des années 1980, et la Chine a donc un potentiel important de rattrapage. Il en est de même sur le plan technologique alors que le Japon avait dépassé les Etats-Unis dans un grand nombre de domaines. Enfin, même si la population chinoise a tendance à vieillir, elle reste bien plus jeune et moins urbaine que son voisin insulaire. Ce scénario du syndrome japonais ne pourra réellement être envisagé que d'ici à une vingtaine d'années.

Quel serait alors l’impact pour l'économie mondiale, la zone euro, et la France ?

Nous avons il est vrai souvent l'impression qu'un ralentissement de l'économie chinoise serait un drame pour le monde. C'est du reste surprenant puisque l'hyper croissance chinoise a aussi été vécue comme un drame avec son lot de fermetures d'usines ou d'explosion du prix des matières premières. Or, deux éléments me laissent penser que le ralentissement chinois peut constituer une dynamique plutôt favorable:

Oui, la croissance mondiale pourrait baisser d'un point, passer de 4 à 3%. Mais cela permettra probablement une relocalisation d'ensembles entiers d'activités productives dans des pays qui avaient jusque-là souffert de l'hyper compétitivité chinoise, dont l'Europe mais aussi des pays émergents comme l'Inde ou l'Indonésie.

Ensuite, nous pouvons imaginer un bénéfice écologique, puisque une croissance moindre de la Chine permettra une baisse de la consommation des ressources de la planète. Peut-être faut-il y voir une opportunité de redéfinir notre modèle de croissance dans les 10 ou 20 ans à venir, plutôt qu'une catastrophe pour le monde!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

06.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

07.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 15/12/2014 - 10:58
Nous agrandissons les
Pôle-emploi. Rien d'autre.
valencia77
- 14/12/2014 - 23:01
valencia77
Pas meme foutu de construire des parkings de logement ou des routes d'acce dans les nouvelles construction de logements et vous esperez une reindustrialisation?
La chine construit logements, routes, avenues et parkings.
vangog
- 14/12/2014 - 14:15
Oui, il est étonnant que l'etat UMPS et réactionnaire
soit incapable de profiter de cette opportunité historique, baisse du prix des matières premières et baisse relative de la production chinoise, pour relocaliser ses entreprises. Si l'UMPS n'avait pas construit la fiscalité confiscatoire de l'enfer fiscal français, pendant toutes ces années d'impuissance à anticiper l'avenir, la France pourrait prendre sa chance, aujourd'hui! Trop tard!...
La France a besoin, plus que jamais, d'une stratégie de re-industrialisation et de re-localisation des entreprises, telles que le FN lui proposera, si les Français le choisissent...