En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

03.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 41 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 1 heure 58 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 2 heures 38 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 3 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 4 heures 28 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 5 heures 37 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Justice
Garde des Sceaux

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

il y a 7 heures 51 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 1 heure 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 2 heures 20 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 2 heures 50 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 5 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 5 heures 52 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 6 heures 10 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 6 heures 51 min
décryptage > International
On ne change pas un Ottoman qui gagne

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

il y a 8 heures 14 min
© Reuters
Compte pénibilité : tout le monde ment.
© Reuters
Compte pénibilité : tout le monde ment.
Pinocchio

Compte pénibilité : gouvernement, syndicats, patrons... comment chacun y est allé de ses mensonges

Publié le 10 décembre 2014
Le compte pénibilité qui sera créé dès 2015 cristallise le mécontentement des entrepreneurs, las des mensonges proférés sur le sujet.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le compte pénibilité qui sera créé dès 2015 cristallise le mécontentement des entrepreneurs, las des mensonges proférés sur le sujet.

Le compte pénibilité continue de cristalliser ce qui agace le plus les entrepreneurs: le sentiment que la parole officielle (du gouvernement comme des syndicats patronaux) est coupée de la réalité. Je me suis amusé ce matin à faire le point des petits mensonges sur le sujet.

Thierry Mandin parle de ce qu’il ne connaît pas

Ce matin, sur France Inter, Thierry Mandon, le sous-ministre de la simplification administrative, est venu expliquer aux Français que tous les pays européens avaient mis en place un système de pénibilité… pourquoi la France n’y parviendrait-elle pas?

Voilà un joli mensonge, ou alors une phrase échappée de la bouche de quelqu’un qui connaît mal ses dossiers. Beaucoup de pays de l’OCDE abaissent l’âge de départ à la retraite de certaines professions. La France l’avait fait aussi avec le régime spécial de la RATP, de la SNCF, des mineurs. Elle y a renoncé ces dernières années pour tenir compte de la réalité de ces métiers. Du coup, la France réinvente un système de régime spécial, mais en comptabilisant la pénibilité poste par poste. Une vraie usine à gaz que personne ne nous enviera jamais.

Une fois de plus, un sous-ministre nous montre toute la différence entre un responsable qui connaît ses dossiers et un responsable qui se contente de parcourir sa revue de presse chaque matin pour suivre les affaires.

Marisol Touraine à côté de la plaque

De son côté, la ministre en charge du dossier, Marisol Touraine, dont la méconnaissance des dossiers et l’absurdité des choix sont de notoriété publique, a encore proféré un certain nombre de contre-vérités sur le sujet:

Le compte pénibilité sera simple d’utilisation pour les patrons et ne nécessitera qu’un «clic» une fois par an, a défendu jeudi la ministre de la Santé, Marisol Touraine, alors que le patronat s’élève contre la mise en place du dispositif. «Nous avons discuté avec eux», les chefs d’entreprises, «il y a eu une concertation qui a abouti à la définition de la manière dont les choses allaient se mettre en place. En quoi ça va être compliqué?», a déclaré Marisol Touraine sur RTL.

«Il y aura une déclaration annuelle qui va consister à faire un clic, à dire oui ou non, un clic», a-t-elle assuré. «On ne me fera pas croire que cocher une case sur le bulletin de paye une fois par an pour dire si oui ou non ces personnes sont concernées par les critères de pénibilité, c’est un travail extrêmement difficile et très complexe», a fait valoir Marisol Touraine, défendant la mesure phare de sa réforme des retraites, promulguée en janvier dernier.

La concertation à la mode Touraine? Il faudra un jour publier les témoignages de ceux qui ont été concertés… Rappelons là encore que, dans l’affaire récente des contrats responsables, Marisol Touraine a promulgué un décret MALGRE l’opposition de tous les organes consultatifs. C’est fou comme la langue de bois résiste à tous les traitements – même aux naufrages électoraux.

A quoi va ressembler le compte pénibilité

Pour mesurer les mensonges ministériels, il suffit de se reporter au site officiel mis en place sur la pénibilité. Voici ce qu’on y lit:

Dès 2015, vous avez l’obligation d’évaluer l’exposition de vos salariés aux 4 facteurs de risques en vigueur (travail de nuit, en équipes successives alternantes, répétitif ou en milieu hyperbare).

Cette évaluation s’inscrit dans une démarche globale : le document unique d’évaluation des risques vous sert de repère pour l’appréciation des conditions de travail de chaque salarié ; par ailleurs, vous pourrez vous appuyer sur les accords collectifs de branche ou les référentiels de branche ainsi que des guides et documents qui seront établis par les institutions et organismes de prévention.

Au regard des informations déterminées et répertoriées dans la fiche de prévention, vous devez déclarer l’exposition de vos salariés via votre déclaration annuelle de données sociales (DADS) ou pour la MSA via la déclaration trimestrielle des salaires (DTS) ou viale titre emploi simplifié agricole (TESA). Vous devez ainsi préciser si vos salariés sont exposés à un ou plusieurs facteurs.

Qu’en termes pudiques ces choses-là sont dites. A simple lecture de ces quelques lignes, on pourrait penser qu’effectivement la déclaration se fait une fois par an, donc… qu’un clic suffit.

Il faut pousser un peu pour comprendre ce que cela recouvre. En effet, Marisol Touraine oublie de dire que la pénibilité se mesure par un nombre d’heures annuelles et parfois quotidiennes d’exposition au risque. Par exemple, dans le cas de l’exposition au froid, il ne faut pas que le salarié soit exposé plus de 3h55 par jour à des températures extrêmes. L’employeur sera donc bien contraint d’établir une comptabilité quotidienne des heures d’exposition au risque, que le salarié pourra corriger à tout moment…

Voici le tableau officiel de la pénibilité:

Autrement dit, la déclaration sera annuelle, mais la comptabilité sera quotidienne. Une nuance que Marisol Touraine comprendrait si elle avait étudié son dossier.

La mauvaise foi patronale

Face à ces mensonges gouvernementaux, la réplique patronale n’est pas plus brillante, et donne paradoxalement raison à Marisol Touraine qui soutient que le sujet du MEDEF comme de la CGPME est de refuser la prise en compte de la pénibilité en elle-même.

Rappelons en effet qu’en 2003, lorsque François Fillon avait réformé les retraites en allongeant la durée de cotisation, la loi avait prévu une négociation interprofessionnelle sur la pénibilité. Les syndicats patronaux ont à cette époque tout fait pour torpiller la négociation, qui s’est d’ailleurs officiellement achevée sur un constat de désaccord en 2008.

Cette stratégie de la forteresse assiégée a évidemment son prix: la CFDT a profité du changement de majorité pour troquer sa signature sur la réforme Touraine contre la mise en place autoritaire d’un système de pénibilité.

Les principaux responsables de ce désastre sont ceux qui faisaient le MEDEF et la CGPME entre 2003 et 2008: ils sont encore largement présents dans les instances actuelles…

Le débat discret sur le burn-out

La presse vient de se répandre largement sur la reconnaissance du burn out comme maladie professionnelle. Le burn out touche majoritairement les cadres, notamment dans le secteur tertiaire.

Le burn out est un vrai sujet. Mais, avec la mise en place du compte pénibilité, on voit bien quelle boîte de Pandore s’est ouverte: bientôt, les employeurs devront aussi comptabiliser les heures de stress des cadres, les heures passées devant un écran, les heures passées au téléphone, etc.

Dans quelques années, les entreprises passeront plus de temps à comptabiliser les heures de travail qu’à travailler.

Cette situation est d’ailleurs paradoxale: comment inciter à recruter, quand tout est fait pour privilégier l’automatisation des tâches. La pénibilité participe de cette désincitation au travail…

Pour un système à l’allemande

L’Allemagne a abandonné son système ancien de reconnaissance de la pénibilité, pour mettre l’action sur la prévention. Tout faire pour limiter effectivement la pénibilité, plutôt que l’indemniser…

Je vais radoter, mais ce qui est rageant pour les entrepreneurs est de devoir passer du temps à faire des choses nouvelles et absurdes, quand tout le monde nous bassine sur la simplification et bla bla bla.

Le système de pénibilité qui se met en place en 2015 n’est pas seulement chronophage, alors qu’on manque de temps. Il est nuisible: il permettra aux salariés qui font des tâches pénibles de partir plus tôt à la retraite. Il sera donc incitatif. Il permettra aux employeurs de se dédouaner de toute responsabilité en matière de prévention, puisqu’ils paieront une cotisation supplémentaire, non liée à leur investissement en matière de prévention des risques.

Bref… tout est fait pour alourdir le coût de la pénibilité et pour pénaliser les entreprises, au nom de la bonne santé des salariés et de l’incitation à entreprendre.

Ce pays marche sur la tête.

Article initialement publié sur le blog d'Eric Verhaeghe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 10/12/2014 - 13:37
Avis à tous les entrepreneurs de FRANCE :
Barrons nous, avant de crever, c'est une question de pragmatisme et le seul moyen de résister aux idéologies démago-imbéciles.
mado83@free.fr
- 10/12/2014 - 11:49
nos ministres bonne conscience
A force de "protéger" les salariés, on tue le travail, la création, les idées et l'inventivité..les créateurs d'entreprises embaucherons à minima, utilisant les techniques nouvelles pour s'en dispenser..Toutes ces promotions de l'ENA ont pondu des fonctionnaires qui n'ont JAMAIS travailler dans une entreprise, FH le premier..des fabricants de mots, de bonnes formules,de phrases brillantes crées par des professionnels de la télé, de l'audimat qui leur apprend le fonctionnement de la démagogie et bien sûr, ces incapables veulent tous laisser leurs signatures par des lois et des décrets absurdes et j'en passe..
Comment allons nous tenir jusqu'en 2017 ?
lexxis
- 10/12/2014 - 10:33
A L'ARRET
Non, ce pays ne marche pas sur la tête. Corseté par son Parlement de fonctionnaires qui ne connaissent rigoureusement rien aux entreprises, voici un certain temps qu'il s'est tout simplement arrêté de marcher. Et malheureusement, il n'y a pas que la croissance qui soit pratiquement à zéro (et même pointé!)!