En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 10 heures 35 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 13 heures 17 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 16 heures 44 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 19 heures 52 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 20 heures 57 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 12 heures 57 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 14 heures 3 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 16 heures 34 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 16 heures 56 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 18 heures 7 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 21 heures 30 min
Les lieux d'aisance ont toujours été un espace d'expression.
Les lieux d'aisance ont toujours été un espace d'expression.
"Paul a p.... ici"

Dans les petits coins de nos âmes : pourquoi les gens écrivent sur les murs des toilettes depuis au moins 2500 ans

Publié le 12 décembre 2014
Leur existence est mentionnée dès l'époque romaine : les graffitis, des plus élaborés aux plus primaires, ont toujours occupé les murs des latrines, devenues toilettes. Analyse picturale (et de texte).
Stéphanie Lemoine, est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l’art urbain : In situ (2005), Artivisme (2010) et L’art urbain, du graffiti au street art (Gallimard, 2012).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphanie Lemoine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphanie Lemoine, est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l’art urbain : In situ (2005), Artivisme (2010) et L’art urbain, du graffiti au street art (Gallimard, 2012).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Leur existence est mentionnée dès l'époque romaine : les graffitis, des plus élaborés aux plus primaires, ont toujours occupé les murs des latrines, devenues toilettes. Analyse picturale (et de texte).

Atlantico : Une étude très souvent citée dans le milieu de l'art urbain (voir ici en anglais) définit 3 catégories de graffitis. Les graffitis "touristiques" ("Paul était ici"), les graffitis de quartier (tags, art de rue), et les graffitis des toilettes publiques. Pourquoi ce dernier endroit insolite est-il propice à l'expression ?

Stéphanie Lemoine : Les graffitis dans les toilettes publiques sont sans doute aussi anciens que les latrines elles-mêmes. Les spécialistes de la question en mentionnent l'existence dès l'époque romaine et certaines inscriptions ont été recensées au XVIIIe siècle en Angleterre. 

La spécificité de ce type de graffitis tient à leur lieu d'élection et à l'activité qui s'y pratique : le propre (si l'on peut dire) des latrines est qu'il s'agit d'un espace confiné, à l'abri des regards, et où l'on est au coeur de l'intimité corporelle. Il est donc possible de s'y exprimer anonymement sans censure et sans risque, et d'autant plus que l'on y va pour pratiquer une forme de lâcher prise. Une telle activité invite bien sûr à se soulager aussi par des mots ou des images. 

Politique, personnel, poétique... Quelles sont les principaux thèmes abordés ?

Parce que les toilettes sont un espace intime, la majorité des graffitis y ont un contenu explicitement affectif ou sexuel, voire obscène. Ils sont souvent "sales", à l'image de l'espace lui-même et de l'activité qui s'y pratique. Cela va du juron au métadiscours scatologique, en passant par ce grand classique du genre : le dessin de bite.

Mais curieusement, on trouve aussi dans les toilettes des textes au contenu plus poétique ou philosophique, comme si le lieu invitait à méditer sur le sens de la vie, et notamment sur le caractère transitoire de toute chose ici-bas. Enfin, depuis la massification du graffiti new-yorkais dans les années 1970 et 1980, on trouve aussi dans les toilettes des tags, qui s'apparentent davantage au graffiti "touristique" dont on marque un lieu de passage pour y signaler sa présence.

Note-t-on une différence entre les graffitis "commis" dans les toilettes de femmes et d'hommes ? En quoi le fait que les toilettes publiques soient des lieux de où les genres sont cloisonnés peut-il influer sur ceux-ci ? 

Le graffiti (au sens large comme dans son acception plus étroite) étant majoritairement une activité virile, on peut supposer que les toilettes pour hommes en contiennent plus, et de plus obscènes. Les différences qui se font jour dans le contenu des graffitis y sont sans doute le reflet de divergences plus larges entre hommes et femmes : primat du sexuel chez les premiers, de l'affectif chez les secondes. Cela dit, les toilettes publiques ne sont pas toujours genrées, loin s'en faut. Difficile dès lors d'identifier les auteurs (généralement anonymes) des graffitis et leurs particularités.

Le fait que ce lieu soit a priori visité par tous, et de s'adresser à des inconnus peut-il être une source d'inspiration ?

Là où l'intimité qui caractérise les toilettes autoriserait une libération de l'expression, on constate au contraire la pauvreté des thèmes abordés sur les murs. Au fond, les gens n'y évoquent que ce qu'ils ont sous les yeux : leurs génitoires, leurs fèces ou les graffitis des autres. De même que quand on mange, la conversation finit toujours par rouler sur le contenu de l'assiette, quand on est aux latrines, on commente ce qu'on y fait ou ce que cela inspire (le sens de la vie). 

En quoi ces graffitis bien spécifiques - notamment de par leur lieu - peut-il être révélateur des fondements de notre culture, de notre société où le sexe est tabou ?

Les toilettes sont l'un des rares espaces publics qui échappent à la surveillance généralisée. En cela, elles offrent la possibilité de s'exprimer sans limites autour d'une activité elle-même sans limites. Depuis la libération sexuelle, les latrines sont aussi le dernier refuge de la pudeur. Le besoin d'y tracer des graffitis s'apparente dès lors à un retour du refoulé qui en dit long sur notre crainte de tout ce qui touche aux humeurs corporelles. Il faut sans doute voir là une manière de tourner en dérision un tabou.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 06/12/2014 - 12:50
Un sujet propice à beaucoup de parallèles
Certains lisent dans les sondages, d'autres dans les toilettes. Certains s'expriment dans les latrines, d'autres sur internet. Mais une évidence domestique : ne cherchez pas le programme TV dans le salon, il est dans les WC.