En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 20 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 58 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 38 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 36 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 19 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 49 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 45 min
Les lieux d'aisance ont toujours été un espace d'expression.
Les lieux d'aisance ont toujours été un espace d'expression.
"Paul a p.... ici"

Dans les petits coins de nos âmes : pourquoi les gens écrivent sur les murs des toilettes depuis au moins 2500 ans

Publié le 12 décembre 2014
Leur existence est mentionnée dès l'époque romaine : les graffitis, des plus élaborés aux plus primaires, ont toujours occupé les murs des latrines, devenues toilettes. Analyse picturale (et de texte).
Stéphanie Lemoine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphanie Lemoine, est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l’art urbain : In situ (2005), Artivisme (2010) et L’art urbain, du graffiti au street art (Gallimard, 2012).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Leur existence est mentionnée dès l'époque romaine : les graffitis, des plus élaborés aux plus primaires, ont toujours occupé les murs des latrines, devenues toilettes. Analyse picturale (et de texte).

Atlantico : Une étude très souvent citée dans le milieu de l'art urbain (voir ici en anglais) définit 3 catégories de graffitis. Les graffitis "touristiques" ("Paul était ici"), les graffitis de quartier (tags, art de rue), et les graffitis des toilettes publiques. Pourquoi ce dernier endroit insolite est-il propice à l'expression ?

Stéphanie Lemoine : Les graffitis dans les toilettes publiques sont sans doute aussi anciens que les latrines elles-mêmes. Les spécialistes de la question en mentionnent l'existence dès l'époque romaine et certaines inscriptions ont été recensées au XVIIIe siècle en Angleterre. 

La spécificité de ce type de graffitis tient à leur lieu d'élection et à l'activité qui s'y pratique : le propre (si l'on peut dire) des latrines est qu'il s'agit d'un espace confiné, à l'abri des regards, et où l'on est au coeur de l'intimité corporelle. Il est donc possible de s'y exprimer anonymement sans censure et sans risque, et d'autant plus que l'on y va pour pratiquer une forme de lâcher prise. Une telle activité invite bien sûr à se soulager aussi par des mots ou des images. 

Politique, personnel, poétique... Quelles sont les principaux thèmes abordés ?

Parce que les toilettes sont un espace intime, la majorité des graffitis y ont un contenu explicitement affectif ou sexuel, voire obscène. Ils sont souvent "sales", à l'image de l'espace lui-même et de l'activité qui s'y pratique. Cela va du juron au métadiscours scatologique, en passant par ce grand classique du genre : le dessin de bite.

Mais curieusement, on trouve aussi dans les toilettes des textes au contenu plus poétique ou philosophique, comme si le lieu invitait à méditer sur le sens de la vie, et notamment sur le caractère transitoire de toute chose ici-bas. Enfin, depuis la massification du graffiti new-yorkais dans les années 1970 et 1980, on trouve aussi dans les toilettes des tags, qui s'apparentent davantage au graffiti "touristique" dont on marque un lieu de passage pour y signaler sa présence.

Note-t-on une différence entre les graffitis "commis" dans les toilettes de femmes et d'hommes ? En quoi le fait que les toilettes publiques soient des lieux de où les genres sont cloisonnés peut-il influer sur ceux-ci ? 

Le graffiti (au sens large comme dans son acception plus étroite) étant majoritairement une activité virile, on peut supposer que les toilettes pour hommes en contiennent plus, et de plus obscènes. Les différences qui se font jour dans le contenu des graffitis y sont sans doute le reflet de divergences plus larges entre hommes et femmes : primat du sexuel chez les premiers, de l'affectif chez les secondes. Cela dit, les toilettes publiques ne sont pas toujours genrées, loin s'en faut. Difficile dès lors d'identifier les auteurs (généralement anonymes) des graffitis et leurs particularités.

Le fait que ce lieu soit a priori visité par tous, et de s'adresser à des inconnus peut-il être une source d'inspiration ?

Là où l'intimité qui caractérise les toilettes autoriserait une libération de l'expression, on constate au contraire la pauvreté des thèmes abordés sur les murs. Au fond, les gens n'y évoquent que ce qu'ils ont sous les yeux : leurs génitoires, leurs fèces ou les graffitis des autres. De même que quand on mange, la conversation finit toujours par rouler sur le contenu de l'assiette, quand on est aux latrines, on commente ce qu'on y fait ou ce que cela inspire (le sens de la vie). 

En quoi ces graffitis bien spécifiques - notamment de par leur lieu - peut-il être révélateur des fondements de notre culture, de notre société où le sexe est tabou ?

Les toilettes sont l'un des rares espaces publics qui échappent à la surveillance généralisée. En cela, elles offrent la possibilité de s'exprimer sans limites autour d'une activité elle-même sans limites. Depuis la libération sexuelle, les latrines sont aussi le dernier refuge de la pudeur. Le besoin d'y tracer des graffitis s'apparente dès lors à un retour du refoulé qui en dit long sur notre crainte de tout ce qui touche aux humeurs corporelles. Il faut sans doute voir là une manière de tourner en dérision un tabou.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 06/12/2014 - 12:50
Un sujet propice à beaucoup de parallèles
Certains lisent dans les sondages, d'autres dans les toilettes. Certains s'expriment dans les latrines, d'autres sur internet. Mais une évidence domestique : ne cherchez pas le programme TV dans le salon, il est dans les WC.