En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 58 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 1 heure 22 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 1 heure 48 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 3 heures 17 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 4 heures 28 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 7 heures 42 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 8 heures 56 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 1 heure 35 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 2 heures 46 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 3 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 5 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 11 heures 10 min
© Reuters
Les militants de l'UMP choissent aujourd'hui leur président.
© Reuters
Les militants de l'UMP choissent aujourd'hui leur président.
Tout à l’égo

Pourquoi il ne faut pas avoir peur de la guerre des droites - Partie 2

Publié le 05 décembre 2014
Chefs comme électeurs de droite entretiennent une relation distante avec les idées et s’intéressent plus aux hommes et contrairement à l’idée qu’on peut s’en faire, ça fonctionne en fait très bien. Partie 2
Marc Crapez est politologue et chroniqueur (voir son site).Il est politologue associé à Sophiapol  (Paris - X). Il est l'auteur de La gauche réactionnaire (Berg International  Editeurs), Défense du bon sens (Editions du Rocher) et Un  besoin de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Crapez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Crapez est politologue et chroniqueur (voir son site).Il est politologue associé à Sophiapol  (Paris - X). Il est l'auteur de La gauche réactionnaire (Berg International  Editeurs), Défense du bon sens (Editions du Rocher) et Un  besoin de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chefs comme électeurs de droite entretiennent une relation distante avec les idées et s’intéressent plus aux hommes et contrairement à l’idée qu’on peut s’en faire, ça fonctionne en fait très bien. Partie 2

Atlantico : Nicolas Sarkozy a annoncé à plusieurs reprises au cours de sa campagne vouloir changer le nom du parti, ce que la droite a déjà régulièrement fait dans le passé, du RPF (Rassemblement du peuple français) au RPR (Rassemblement pour la République) en passant par l'UDR (Union pour la nouvelle République) et donc l'UMP (Union pour un mouvement populaire). Comment peut-on analyser cette obsession de l'utilisation des termes "union" et "rassemblement" ?

Marc Crapez : La droite place l’union au centre des préoccupations, comme en témoigne un siècle de sigles, d’organisations, où le fameux mot donne lieu à toutes sortes de combinaisons : Union Libérale Républicaine, Union Républicaine, Union Républicaine Démocratique, Union Populaire Républicaine, Union Patriotique Républicaine, Union pour la Nouvelle République, Union pour la Défense de la République, Union pour la Démocratie Française, UMP…

>> Lire également : Pourquoi il ne faut pas surtout pas avoir peur de la guerre des droites - Partie 1

Les changements de nom sont beaucoup plus fréquents à droite qu’à gauche. Cela tient notamment à un déficit de fondations doctrinales et à l’absence de démocratie interne. Douze ans d’existence pour l’UMP signifierait une durée de vie moyenne pour un parti de droite, dans une fourchette qui illustre tout de même de l’instabilité.

A l’heure actuelle, grâce à la bienveillance médiatique, Alain Juppé a subtilisé à Fillon une double posture d’homme providentiel, que ce dernier avait endossé contre Jean-François Copé. D’abord, celle du gaulliste, du prétendant par la force des choses, de celui qu’on a été cherché dans une situation critique. Ensuite, celle du « gaulliste social », ce qui ne veut plus rien dire de précis, ni politiquement ni économiquement, mais qui fait chevaleresque et plaît aux centristes. Les étiquettes restent des symboles forts.

L'UMP a été créée en 2002 afin de rassembler sous un même parti les différentes tendances de droite, gaullistes, centristes, libérales et conservatrices.  En quoi peut-on dire que la concurrence entre les dirigeants de droite s'explique aussi par les affrontements idéologiques entre les courants de pensée qui traversent cette famille politique ?

Les trois candidats favoris d’aujourd’hui, Sarkozy, Juppé et Fillon ont, derrière eux, une carrière d’apparatchiks du RPR, souvent proches de la direction de leur parti puis du cœur de l’appareil d’Etat. Leur concurrence les pousse à un "qui dit mieux" dans les réformes qui soulève l’objection : que ne les ont-ils faites lorsqu’ils étaient aux manettes ! Certains soupçonnent Sarkozy d’incliner à soutenir tout et son contraire. D’autres dressent de Fillon le portrait d’une girouette (voir ici). On peut à contrario parler de pragmatisme.

La concurrence des dirigeants ne découle donc guère des courants de pensée. Attali dit que Chirac montait le perron de l’Elysée avec ses idées et le redescendait après avoir adopté les siennes. Outre une versatilité légendaire, ce raccourci trahit peut-être une carence en matière grise et le goût du prince pour les éminences grises.

On comprend mieux pourquoi Chirac avait qualifié Juppé de "meilleur d’entre nous". Le meilleur en quoi, au juste ? Laurent Fabius fut le plus jeune premier ministre. Raymond Barre était le meilleur en économie, d’après Giscard qui l’avait qualifié de "meilleur économiste de France". En tout cas, c’était un économiste et un théoricien. Juppé, lui, serait plutôt un esprit orienté à "faire des fiches". Il épatait Chirac par son côté "incollable". Son excellence est générale mais indéterminée.

Le 2 février 2004, lorsqu’il est condamné par la justice pour prise illégale d’intérêts, Chirac énumère enfin en quoi résiderait l’excellence de son dauphin : "un homme de qualité exceptionnelle, de compétence, d’humanisme, d’honnêteté"… La justice, en revanche, déplore que Juppé ait "trompé la confiance du peuple souverain" et "maintenu la négation de faits avérés". Une négation pure et simple de données factuelles que l’on retrouve chez certains commentateurs de parti-pris.

Lors de son meeting parisien, Nicolas Sarkozy a déclaré vouloir "tout rénover du sol au plafond" à l'UMP. L'ancien chef de l'Etat veut mettre fin aux courants au sein du parti et assure qu'une primaire ouverte sera organisée pour désigner le candidat du parti à la prochaine présidentielle. Ces dispositions peuvent-elles permettre à l'UMP de faire émerger son candidat sans réitérer les affrontements entre les chefs qui ont régulièrement émaillé l'histoire de la droite ?

La suppression des courants est, selon le point de vue où l’on se place, un geste gaulliste ou bien un déni de démocratie. A propos de la question des primaires, qui donna lieu à une passe d’armes au meeting de Bordeaux, certains commentateurs parlent de "traquenard" sarkozyste. En réalité, c’est Juppé qui, se sachant l’outsider, attaque la personne de Sarkozy. Lors de son passage dans l’émission politique de France 2 il a, à deux reprise, dénoncé la "fébrilité" de son adversaire. Et au meeting de Bordeaux, il a déclaré ne pas être impressionné par les mouvements de foule "pour ma part" -allusion au comportement de Sarkozy au meeting du mouvement Sens commun.

De plus, c’est Juppé qui veut à toute force remplacer une procédure le défavorisant par une procédure à son avantage : des primaires ouvertes et élargies. Ouvertes aux sympathisants et élargies aux candidats de centre-droit. Un principe que Sarkozy a accepté, sans jamais le remettre en cause. La seule nuance concerne éventuellement l’homologation comme candidat de François Bayrou, du fait de ses positionnements de centre-gauche, mais elle est de toute façon improbable, celui-ci préférant entrer en lice sous les couleurs du Modem.

Sur la question des primaires, Juppé prêche pour sa paroisse de candidat le plus centriste de l’UMP. Au meeting de Troyes, Sarkozy en a clairement accepté le principe. Et Juppé lui en a donné quitus : "Je suis totalement rassuré… Maintenant on n’en parle plus" (France 2). Par conséquent, au meeting de Bordeaux, Juppé est revenu sur sa parole en amenant une pomme de discorde. En effet, les militants désapprouvent sa proximité avec François Bayrou, auquel ils ne pardonnent pas d’avoir "trahi" Sarkozy, en 2012, en penchant du côté de François Hollande. Ce que Sarkozy vient de rappeler au meeting d’Angers.

Au meeting de Troyes, Sarkozy a précisé sa position en répondant à une question : "Si c’est pas une primaire ouverte, ça s’appelle une élection interne". Il a donc entériné la fin d’une époque, celle de la désignation par acclamation, en bureau politique, validée, à l’issue d’un simulacre de campagne, par un congrès de militants (cela ressemblait à une désignation au Politburo entérinée par le Soviet suprême).

Mais tourner la page d’un déficit démocratique n’implique pas de la démagogie. En effet, les primaires fourre-tout (dites ouvertes aux sympathisants) court-circuitent les militants, les dessaisissent de leur prérogatives. A quoi bon militer si cela n’offre aucun droit de regard privilégié et si le premier quidam venu a le même pouvoir décisionnaire ? Si l’on veut, suivant la formule consacrée, donner la parole aux militants, il faut des primaires participatives confiées à leur jugement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Maredesbobos
- 30/11/2014 - 04:02
élection présidentielle à trois tours
Le premier déclarant le leader de chaque famille politique à définir bien entendue.
Le second comme actuellement déclarant les deux meilleurs.
Cela aurait le mérite d'éviter surtout à gauche que des encartés cgtiste ne choisissent le plus abrutis de leurs cliques de politicards et idem à droite.