En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 9 min 36 sec
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 1 heure 25 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 4 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 8 heures 22 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 9 heures 4 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 9 heures 47 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 1 jour 56 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 1 heure 2 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 4 heures 54 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 8 heures 23 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 8 heures 43 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 9 heures 31 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 1 jour 43 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Le Congrès des maires se tient du 24 au 26 novembre à Paris.
© Reuters
Le Congrès des maires se tient du 24 au 26 novembre à Paris.
Pacte de confiance

Congrès des maires de France : le lien social mis en danger à force de pression sur les communes

Publié le 26 novembre 2014
Le Congrès des maires se tient du 24 au 26 novembre à Paris. Consacré à "la force de proximité", ce traditionnel rendez-vous s'inscrit dans un contexte de crise économique et sociale qui accroît les attentes et besoins des citoyens. Mais avec la baisse des dotations de l’État, les maires pourraient se retrouver à leur tour boudés, alors même qu'ils restent pour leurs administrés le référent social ultime.
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Congrès des maires se tient du 24 au 26 novembre à Paris. Consacré à "la force de proximité", ce traditionnel rendez-vous s'inscrit dans un contexte de crise économique et sociale qui accroît les attentes et besoins des citoyens. Mais avec la baisse des dotations de l’État, les maires pourraient se retrouver à leur tour boudés, alors même qu'ils restent pour leurs administrés le référent social ultime.

Atlantico : La commune est-elle l'échelon le plus pertinent pour garantir la cohésion sociale ? A quels niveaux cette collectivité joue-t-elle un rôle important dans le quotidien des citoyens ?

Jean-Luc Bœuf : Alors que l'on a vu disparaitre les implantations de l'Etat et des entreprises et qu'il se pose dans certains territoires la question du maintien de La Poste, de la gendarmerie et du Trésor public le maire reste ce référent aisément identifiable et très accessible pour les administrés. Le maire et son équipe d'adjoints connaissant bien le terrain. Cela facilite l'intervention directe, la proposition d'intervention et parfois l'accompagnement des politiques décidées par d'autres comme l'ANRU. La commune n'est pas la seule à disposer de la capacité d'intervention mais elle peut proposer le meilleur niveau d'intervention.

La proximité de la commune est sa richesse. Cette notion de proximité s'exerce de façon pragmatique. Citons par exemple la question de l'ouverture de l'eau du robinet : la gestion de l'eau relève en effet de la commune ou de l'intercommunalité. On peut aussi citer la gestion de l'assainissement et la question de la voirie communale alors que chaque commune dispose en moyenne en France de 15 km de voirie. La commune fait aussi beaucoup de choses dans l'accueil des plus jeunes avec la recherche de solutions de proximité comme les assistantes maternelles agréés. L'accueil des nouveaux habitants se développe beaucoup et c'est du concret. Il y a par ailleurs des compétences historiques  dans les écoles primaires, maternelles, les crèches, l'entretien des bâtiments et la rémunération des ATSEM.

A l'heure où la carte des régions a été modifiée et que l'avenir des conseils généraux et même des départements est incertain, la commune est-elle finalement devenue le dernier rempart de la démocratie ?

Oui. Dans des sociétés en perte de repères la commune est un lieu immuable, le lieu où l'on se retrouve naturellement. La notion de réactivité et d'écoute permanente est importante. Les gens viennent voir les élus et ces derniers doivent apporter une réponse immédiate à leurs questions par exemple l'inscription dans les écoles communales et trouver des places en crèche. Les maires sont un rempart contre une technocratie à outrance.

La création de mégas administrations ne permettra jamais de traiter ce que j'appelle la gestion "du dessus de la pile" c’est-à-dire quand le maire rencontre une personne en difficulté. Si l'on est élu on est en capacité de traiter les priorités.

Selon le baromètre du Cevipof publié en janvier dernier, le maire est le seul élu auquel une majorité de Français accordent leur confiance (62 %). Comment expliquer que les citoyens restent toujours attachés à la figure de leur maire malgré la défiance de plus en plus importante à l'égard des politiques ? Le maire est-il un acteur de proximité au même titre que les commerçants, les enseignants, les médecins, etc. ?

Au-delà des appartenances politiques les gens identifient clairement le maire. Je suis frappé positivement de voir qu'après avoir sillonné son territoire le maire revient avec des demandes très concrètes auprès de leur administration. On ne gère pas une ville par textos. Si le maire sortant n'est pas présent lors d'une inondation par exemple et qu'un challenger est quant à lui disponible les gens vont plébisciter son concurrent.

Les collectivités subissent une réduction importante de leurs ressources financières, risquant de mettre en cause les services à la population et la capacité d'investissement du bloc communal.  Quelles pourraient être à l'avenir les conséquences sur les conditions de vie des citoyens si cet échelon était amené à connaître de sérieuses turbulences ? Peut-on imaginer dans cette hypothèse des révoltes des administrés notamment sur la fiscalité locale ?

Nous sommes dans un changement d'époque complet. Les vieilles recettes selon lesquelles le maire décide des besoins et ensuite va chercher les financements sont terminées car la crise de 2008 est entre temps passée par là. Les recettes des collectivités reposent sur trois choses : la fiscalité, les dotations et les emprunts. Les dotations sont en diminution, la fiscalité locale n'est plus à la fête et il est compliqué d'aller chercher l'emprunt. Les citoyens doivent accepter que l'état de la France et de ses finances publiques ne permettent plus de continuer sur le rythme sur lequel nous avons fonctionné depuis 50 ans. Ce changement de système nécessite de refaire des priorités. Il faut quand même continuer à investir en veillant à ce que les dépenses de fonctionnement soit inférieures aux recettes.

Les maires et leurs équipes vont donc être obligés de proposer une espèce de "pacte de confiance " et dire "je vais être obligé de procéder différemment et de rendre moins de services".  Il faut que les maires disent "on va faire moins avec moins". Cela peut par exemple passer par la fermeture d'une  médiathèque une journée par semaine,  une piscine qui ouvre moins ou encore remplacer du gazon par une pelouse synthétique dans les stades. Le fait d'avoir une ATSEM par classe n'est pas tenable à terme tout comme remplacer les agents immédiatement. S'engager sur la stabilisation de la fiscalité locale est un signal fort à donner aux citoyens. Si les gens ne peuvent plus payer leurs impôts locaux cela obligerait un peu plus à revoir les services rendus à la collectivité.

Au niveau politique, cette fois, quelles seraient les traductions concrètes d'une perte de confiance des citoyens à l'égard de leurs élus municipaux ?

Je suis optimiste. Encore une fois il faut que les élus soient capables de tenir un langage de vérité à l'égard de leurs citoyens. Les programmes anciens étaient basés sur des vieux modèles. Il faut une prise de confiance, une acceptation et que les élus reviennent devant leurs administrés en jouant carte sur table. Cela peut aller jusqu'à demander leur avis via des référendums locaux afin d'éviter autant que possible une révolte de leur part.

Propos recueillis par Julien Chabrout

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires