En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 12 heures 26 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 14 heures 28 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 15 heures 33 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 16 heures 40 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 17 heures 25 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 20 heures 17 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 20 heures 52 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 21 heures 21 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 12 heures 52 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 15 heures 19 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 16 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 49 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 21 heures 51 min
Bonnes feuilles

Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard : des analogies historiques entre les deux périodes

Publié le 09 novembre 2014
Sur fond de brouillages intellectuels à gauche, une rebellitude d’apparence est en train d’infecter insidieusement la critique sociale. Philippe Corcuff propose la première approche globale des pièges idéologiques qui sont en train de se refermer sur nous. Extrait de "Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard", publié chez Textuel (2/2).
Philippe Corcuff est maître de conférences de science politique à l’IEP de Lyon. Co-fondateur de l’Université Populaire de Lyon et de l’Université Critique et Citoyenne de Nîmes, c’est un militant altermondialiste engagé à gauche qui tient un blog sur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Corcuff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Corcuff est maître de conférences de science politique à l’IEP de Lyon. Co-fondateur de l’Université Populaire de Lyon et de l’Université Critique et Citoyenne de Nîmes, c’est un militant altermondialiste engagé à gauche qui tient un blog sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur fond de brouillages intellectuels à gauche, une rebellitude d’apparence est en train d’infecter insidieusement la critique sociale. Philippe Corcuff propose la première approche globale des pièges idéologiques qui sont en train de se refermer sur nous. Extrait de "Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard", publié chez Textuel (2/2).

Les années 30 reviennent d’une certaine façon, partiellement, pas seulement, de manière déplacée, avec des inclinations plus soft, associées à des traits inédits de la période actuelle. Pour mieux nourrir l’analogie historique, il m’est paru utile de revenir sur quelques recherches que la sociologie et l’histoire leur ont consacrées. Nous en tirerons des repères comparatifs qui nous aideront à éclairer les quatre parties suivantes, focalisées quant à elles sur notre présent immédiat. Des ressemblances et des dissemblances commenceront à se faire jour.

Lire aussi, l'interview de Philippe Corcuff : “Eric Zemmour héritier de la BHL-isation de la pensée à l’oeuvre depuis les années 70” : quand Philippe Corcuff voit la droite dans la bouillasse et la gauche dans le brouillard

Chapitre 2  : coups de sonde dans quelques travaux historiques sur les années 30 en France

Dans leur ouvrage Vers l’extrême, Luc Boltanski et Arnaud Esquerre soulignent des similitudes entre le climat idéologique actuel et les années 30 françaises, et plus particulièrement les thèmes agités alors par l’Action française[12], mouvement politique fondé en 1898 et marqué, sous l’influence de sa figure tutélaire Charles Maurras, par une rhétorique monarchiste, nationaliste et antisémite. Suivons cette piste, en nous plongeant dans quatre livres historiques consacrés (pour partie) aux années 30 en France. La lecture de ces livres avive nos inquiétudes quant à la situation actuelle, en nous rendant plus sensibles aux échos amoindris de cette période troublée et terrible au cœur de notre actualité.

Noiriel et le « national-sécuritaire », d’hier à aujourd’hui

Un des intérêts pour nous de la somme de Gérard Noiriel sur Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle)[13] est de traiter dans deux chapitres différents de la France des années 30 (chapitre VI : « Racaille et métèques ») et de celle d’aujourd’hui (chapitre VIII : « L’ethnicisation du discours sur l’immigration »). Il pointe d’abord des corrélations entre les effets sociaux de la crise économique et la politisation de ce qui devient un « problème », « l’immigration », autour d’un « discours national-sécuritaire » à droite et à l’extrême droite. Or, le discours national-sécuritaire fait justement son retour à partir du début des années 1980. Cependant le racisme apparaissait moins euphémisé hier, davantage admissible en public que de nos jours. Noiriel parle de « virage xénophobe de la presse française à partir de 1934 »[14].

Ces quelques rappels rapides pourraient, si on n’y prenait garde, nous conduire à surfer sur les préjugés économistes si courants quand on aborde les relations entre des mécanismes associés à une crise économique et l’accroissement de la xénophobie. Il faut s’émanciper de l’a priori tenace (présent tant chez des tenants du libéralisme économique que dans des variantes ordinaires du marxisme) selon lequel l’économique détermine automatiquement et mécaniquement le reste des rapports sociaux. Les travaux sociologiques nous conduisent à envisager les relations complexes entre des facteurs économiques (comme le chômage) et d’autres régions des rapports sociaux. Michel Pialoux et Alain Desrosières nous ont ainsi invités à prendre en compte « les médiations multiples » entre ces deux types de logiques sociales, à travers notamment la socialisation des individus et des groupes, avec des « effets de génération », alimentant des perceptions différentes, susceptibles de créer des inerties différentielles dans la prise en compte de changements dans la situation économique[15]. On doit également tenir compte des temporalités spécifiques propres au champ économique, au champ politique et aux configurations idéologiques, même s’ils ont des interactions.

Si l’on revient au contexte de développement des discours nationaux-sécuritaires décrits par Noiriel, « le problème juif » constituait une thèse « devenue évidente pour toute la droite à la fin des années 1930 »[16]. Il constate même, au-delà, une « banalisation du "problème juif" dans l’élite républicaine »[17], comme s’est banalisé aujourd’hui un « problème musulman » à travers notamment « l’affaire du voile islamique » entre 1989 et 2004[18]. Pour les deux périodes, Noiriel insiste sur « le pouvoir propre que détiennent les professionnels de la parole publique dans la fabrication des discriminations et des stéréotypes »[19], en particulier dans les milieux intellectuels, journalistiques et politiques.

L’historien nous rappelle aussi l’importance du Front populaire comme terreau de résistances antifascistes, alors qu’aujourd’hui la décomposition militante et populaire des partis de gauche nous laisse beaucoup plus démunis. Il n’y a pas que des conditions adoucissantes dans le passage analogique des années 30 à nos jours, mais aussi un facteur aggravant : on n’a plus affaire à une gauche montante, bien au contraire…

Á partir de Noiriel, on peut relever aussi deux analogies plus anecdotiques, mais porteuses de significations. Tout d’abord, il rappelle « la brillante élection de Maurras à l’Académie française en 1938 »[20], dans un climat antisémite. N’a-t-on pas eu en 2012, dans un contexte islamophobe cette fois, l’élection à l’Académie française d’Alain Finkielkraut ? Par ailleurs, c’est un homme de gauche, le radical Edouard Daladier, ministre de la Défense nationale du gouvernement de Front Populaire, qui, (re-)devenu président du  Conseil, s’inscrira dans « la fuite en avant dans la politique national-sécuritaire » avec les décrets-lois du 2 mai et du 12 novembre 1938 sur « la police des étrangers »[21]. Daladier ne fait-il pas, sur ce plan, comme un clin d’œil analogique à l’actuel Premier ministre Manuel Valls, dont le néolibéralisme sécuritaire a été pertinemment épinglé par Éric Fassin dans Gauche : l’avenir d’une désillusion[22]?

[12] L. Boltanski et A. Esquerre, Vers l’extrême. Extension des domaines de la droite, Bellevaux, Éditions Dehors, 2014, p.20.

[13] G. Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle). Discours publics, humiliations privées (1e éd. : 2007), Paris, Fayard, collection « Pluriel », 2014.

[14] Ibid., p.395.

[15] Dans M. Pialoux, « Force de travail et structure de classe », Critiques de l’économie politique (Éditions François Maspero), n°15-16, avril-juin 1981, et A. Desrosières et M. Pialoux, « Rapports au travail et gestion de la main d’œuvre : problèmes de méthodes », Critiques de l’économie politique (Éditions La Découverte/Maspero), n°23-24, avril-septembre 1983.

[16] G. Noiriel, 2014, op. cit., p.466.

[17] Ibid., p.467.

[18] Ibid., pp.634-643.

[19] Ibid., p.9.

[20] Ibid., p.441.

[21] Ibid., pp.460-465.

[22] É. Fassin, Gauche : l’avenir d’une désillusion, Paris, Textuel, collection « Petite Encyclopédie Critique », 2014, pp.28-30.

Extrait de "Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard", de Philippe Corcuff, publié chez Textuel. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 09/11/2014 - 13:41
N'importe quoi!...
...Quel mélange des genres! Quelles analogies verbeuses! Tenter de faire revivre un passé anachronique ne sert à rien, car l'idéologie fronto-populaire est morte! Cet auteur univoque ne rappelle pas que ce brouet infâme, entre communistes pro-nationo-socialistes (le fameux pacte entre communistes et nazis...)et socialistes munichois a été le terreau fertile de la 2de guerre mondiale, puis de la guerre froide...
Cette idéologie est morte, aujourd'hui, et n'a plus rien de commun avec le socialisme qui n'est plus qu'une évocation abstraite d'une idéologie morte et enterrée! Même la frange radicale, regroupée autour de quelques frondeurs et transfuges d'extrême-gauche inaudibles, est en survie artificielle, grâce à des médias-aux-ordres qui lui offrent complaisamment l'audience qu'ils n'ont plus dans l'opinion publique...Cette gauche-là est morte et les prochaines élections signeront son acte de décès! À quoi bon tenter de faire revivre une idéologie moribonde? Pourquoi ne pas tenter d'inventer autre chose de plus actuel, plus en phase avec la globalisation? Ou de rejoindre le FN qui a créé cette symbiose...