En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 57 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 17 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 55 sec
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 4 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 5 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 56 min 14 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 8 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 47 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 50 min
Bonnes feuilles

TAFTA : combien d'emplois le prochain traité transatlantique pourrait-il créer ?

Publié le 25 octobre 2014
Aujourd’hui à Bruxelles et aux États-Unis, se joue la signature d’un traité qui risque de changer radicalement la vie de centaines de millions de citoyens américains et européens. Son nom, TAFTA. Son but, abaisser le plus possible les barrières du commerce – notamment les normes – entre nos deux continents pour faciliter les échanges. Extrait de "TAFTA -L'accord du plus fort", de Thomas Porcher et Frédéric Farah, publié chez Max Milo.
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Frédéric Farah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah est professeur de sciences économiques et sociales, chercheur affilié au Laboratoire PHARE de la Sorbonne (Paris I) et chargé de cours à Paris Sorbonne Nouvelle. Il est l'auteur avec Thomas Porcher de TAFTA: l'accord du plus fort,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd’hui à Bruxelles et aux États-Unis, se joue la signature d’un traité qui risque de changer radicalement la vie de centaines de millions de citoyens américains et européens. Son nom, TAFTA. Son but, abaisser le plus possible les barrières du commerce – notamment les normes – entre nos deux continents pour faciliter les échanges. Extrait de "TAFTA -L'accord du plus fort", de Thomas Porcher et Frédéric Farah, publié chez Max Milo.

Pourtant, des études plus concrètes sur le comportement du consommateur en 2013 montrent qu’il boude les produits malins (soldes, prix compétitifs, etc.) et se réfugie vers des valeurs simples et durables31. Il est clair que les consommateurs des États-Unis, comme des pays européens ont des comportements bien plus hétérogènes et complexes (humeur, effet de mode…) que l’hypothèse d’agent représentatif utilisé dans ces modèles.

Bernard Guerrien, docteur en économie et en mathématiques, qualifie toute approche par l’agent représentatif « d’aberration » et « d’absurdité ». Il qualifie également les modèles d’équilibre général calculable de « fables », que l’on peut aménager en fonction des politiques que l’on souhaite promouvoir32.

À côté des hypothèses propres au fonctionnement du modèle, il y a les hypothèses retenues par les auteurs qui sont le lien causal entre les variables (comment les variables doivent être liées entre elles) et la période d’analyse. Concernant le lien causal, les auteurs des études partent d’une hypothèse d’une réduction de 25 % des barrières non tarifaires et de 100 % des barrières tarifaires pour mesurer les impacts sur les PIB américain et européen, les exportations, les salaires et l’emploi. Mais c’est là que se trouve tout le double discours autour des négociations de TAFTA : d’un côté, on nous assure qu’il n’y aura pas un abaissement des normes et de l’autre, on nous promet des créations d’emplois et de la croissance à condition qu’il y ait une réduction des barrières non tarifaires de 25 %. Pour les auteurs, il y a donc une articulation entre baisse des normes et gains économiques. Et avec une réduction de 25 % des barrières non tarifaires, autant dire qu’il va falloir trancher dans le vif sur les normes sanitaires et alimentaires. D’ailleurs, il convient de noter que si d’un côté la baisse des barrières non tarifaires est élevée, de l’autre, les résultats sur la croissance sont assez faibles, même dans les scénarios les plus optimistes : 1,31 % d’augmentation du PIB sur le long terme pour l’Europe, et pour la majorité des études le gain est inférieur à 1 %.

Concernant la période d’analyse (qui détermine le terme de la prévision), hormis l’étude Ecorys, l’ensemble des modèles table sur des prévisions de long terme, de dix ans minimum. En l’occurrence, l’étude qui prévoit la création de deux millions d’emplois est sur un horizon de dix à vingt ans. Autant dire que TAFTA, même s’il avait des effets positifs sur l’emploi, ne répond en rien à l’urgence des 25 millions de chômeurs actuels en Europe.

À cela, il faut ajouter la fragilité des prévisions de long terme qui se basent sur une évolution extrêmement conventionnelle du monde (l’ensemble des paramètres sont constants) et néglige les coûts d’ajustement de moyen et court terme. Par exemple, les modèles ne considèrent aucune possibilité de changement de politiques ou de paramètres. Ils prévoient à politiques, règles de droit et comportements constants.

Or, l’histoire montre qu’il peut y avoir des surprises (même quand elles n’étaient pas si imprévisibles). Par exemple, au début des années 2000, aucune prévision de long terme n’a pris en compte la crise des subprimes ou la montée en puissance des pays émergents. Or, ces changements structurels ont bouleversé les prévisions notamment sur l’emploi, la croissance, la dette où les prix des matières premières.

Au final, pour que la prévision de deux millions d’emplois, comme les impacts sur la croissance ou les exportations, se réalise, il faut qu’un certain nombre de conditions soient réunies. Premièrement que les hypothèses des modèles, tout comme celles retenues par les auteurs, collent à la réalité – ce qui, comme nous l’avons vu précédemment, semble peu probable – et deuxièmement, qu’il n’y ait pas de surprise venant perturber la prévision c’est-à-dire qu’elle se fasse selon la célèbre formule « toutes choses étant égales par ailleurs ». Dans un monde réel, il y a peu de chances que ces prévisions se réalisent et on comprend mieux pourquoi les prévisions économiques du marché unique en Europe ou de NAFTA ont été si éloignées de la réalité. Car, trop souvent, les raisonnements économiques ne servent pas à éclairer les politiques mais seulement à les légitimer ; comme dans notre cas, où ces études sont avant tout des armes idéologiques pour promouvoir TAFTA.

Extrait de "TAFTA -L'accord du plus fort", de  Thomas Porcher et Frédéric Farah, publié chez Max Milo. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 25/10/2014 - 14:02
Mr Porcher..
attend donc du TAFTA qu' il réduise le taux de 25 Millions de chomeurs européens ? . Pourquoi ce Traité devrait faire mieux que la grande initiative européenne de réduire drastiquement les gazs à effet de serre à l' horizon 2040 .