En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 9 min 5 sec
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 2 heures 7 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 2 heures 56 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 4 heures 51 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 7 heures 36 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 8 heures 3 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 2 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 38 min 47 sec
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 2 heures 32 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 4 heures 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 7 heures 50 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 1 heure
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 1 jour 2 heures
Bonnes feuilles

TAFTA : combien d'emplois le prochain traité transatlantique pourrait-il créer ?

Publié le 25 octobre 2014
Aujourd’hui à Bruxelles et aux États-Unis, se joue la signature d’un traité qui risque de changer radicalement la vie de centaines de millions de citoyens américains et européens. Son nom, TAFTA. Son but, abaisser le plus possible les barrières du commerce – notamment les normes – entre nos deux continents pour faciliter les échanges. Extrait de "TAFTA -L'accord du plus fort", de Thomas Porcher et Frédéric Farah, publié chez Max Milo.
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Frédéric Farah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah est professeur de sciences économiques et sociales, chercheur affilié au Laboratoire PHARE de la Sorbonne (Paris I) et chargé de cours à Paris Sorbonne Nouvelle. Il est l'auteur avec Thomas Porcher de TAFTA: l'accord du plus fort,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd’hui à Bruxelles et aux États-Unis, se joue la signature d’un traité qui risque de changer radicalement la vie de centaines de millions de citoyens américains et européens. Son nom, TAFTA. Son but, abaisser le plus possible les barrières du commerce – notamment les normes – entre nos deux continents pour faciliter les échanges. Extrait de "TAFTA -L'accord du plus fort", de Thomas Porcher et Frédéric Farah, publié chez Max Milo.

Pourtant, des études plus concrètes sur le comportement du consommateur en 2013 montrent qu’il boude les produits malins (soldes, prix compétitifs, etc.) et se réfugie vers des valeurs simples et durables31. Il est clair que les consommateurs des États-Unis, comme des pays européens ont des comportements bien plus hétérogènes et complexes (humeur, effet de mode…) que l’hypothèse d’agent représentatif utilisé dans ces modèles.

Bernard Guerrien, docteur en économie et en mathématiques, qualifie toute approche par l’agent représentatif « d’aberration » et « d’absurdité ». Il qualifie également les modèles d’équilibre général calculable de « fables », que l’on peut aménager en fonction des politiques que l’on souhaite promouvoir32.

À côté des hypothèses propres au fonctionnement du modèle, il y a les hypothèses retenues par les auteurs qui sont le lien causal entre les variables (comment les variables doivent être liées entre elles) et la période d’analyse. Concernant le lien causal, les auteurs des études partent d’une hypothèse d’une réduction de 25 % des barrières non tarifaires et de 100 % des barrières tarifaires pour mesurer les impacts sur les PIB américain et européen, les exportations, les salaires et l’emploi. Mais c’est là que se trouve tout le double discours autour des négociations de TAFTA : d’un côté, on nous assure qu’il n’y aura pas un abaissement des normes et de l’autre, on nous promet des créations d’emplois et de la croissance à condition qu’il y ait une réduction des barrières non tarifaires de 25 %. Pour les auteurs, il y a donc une articulation entre baisse des normes et gains économiques. Et avec une réduction de 25 % des barrières non tarifaires, autant dire qu’il va falloir trancher dans le vif sur les normes sanitaires et alimentaires. D’ailleurs, il convient de noter que si d’un côté la baisse des barrières non tarifaires est élevée, de l’autre, les résultats sur la croissance sont assez faibles, même dans les scénarios les plus optimistes : 1,31 % d’augmentation du PIB sur le long terme pour l’Europe, et pour la majorité des études le gain est inférieur à 1 %.

Concernant la période d’analyse (qui détermine le terme de la prévision), hormis l’étude Ecorys, l’ensemble des modèles table sur des prévisions de long terme, de dix ans minimum. En l’occurrence, l’étude qui prévoit la création de deux millions d’emplois est sur un horizon de dix à vingt ans. Autant dire que TAFTA, même s’il avait des effets positifs sur l’emploi, ne répond en rien à l’urgence des 25 millions de chômeurs actuels en Europe.

À cela, il faut ajouter la fragilité des prévisions de long terme qui se basent sur une évolution extrêmement conventionnelle du monde (l’ensemble des paramètres sont constants) et néglige les coûts d’ajustement de moyen et court terme. Par exemple, les modèles ne considèrent aucune possibilité de changement de politiques ou de paramètres. Ils prévoient à politiques, règles de droit et comportements constants.

Or, l’histoire montre qu’il peut y avoir des surprises (même quand elles n’étaient pas si imprévisibles). Par exemple, au début des années 2000, aucune prévision de long terme n’a pris en compte la crise des subprimes ou la montée en puissance des pays émergents. Or, ces changements structurels ont bouleversé les prévisions notamment sur l’emploi, la croissance, la dette où les prix des matières premières.

Au final, pour que la prévision de deux millions d’emplois, comme les impacts sur la croissance ou les exportations, se réalise, il faut qu’un certain nombre de conditions soient réunies. Premièrement que les hypothèses des modèles, tout comme celles retenues par les auteurs, collent à la réalité – ce qui, comme nous l’avons vu précédemment, semble peu probable – et deuxièmement, qu’il n’y ait pas de surprise venant perturber la prévision c’est-à-dire qu’elle se fasse selon la célèbre formule « toutes choses étant égales par ailleurs ». Dans un monde réel, il y a peu de chances que ces prévisions se réalisent et on comprend mieux pourquoi les prévisions économiques du marché unique en Europe ou de NAFTA ont été si éloignées de la réalité. Car, trop souvent, les raisonnements économiques ne servent pas à éclairer les politiques mais seulement à les légitimer ; comme dans notre cas, où ces études sont avant tout des armes idéologiques pour promouvoir TAFTA.

Extrait de "TAFTA -L'accord du plus fort", de  Thomas Porcher et Frédéric Farah, publié chez Max Milo. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 25/10/2014 - 14:02
Mr Porcher..
attend donc du TAFTA qu' il réduise le taux de 25 Millions de chomeurs européens ? . Pourquoi ce Traité devrait faire mieux que la grande initiative européenne de réduire drastiquement les gazs à effet de serre à l' horizon 2040 .