En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 37 min 8 sec
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 5 heures 29 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 5 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 7 heures 43 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 11 heures 21 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 18 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 5 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 5 heures 44 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 39 min
© Reuters
Depuis le début, Nicolas Sarkozy, ou plutôt Patrick Buisson, avait imaginé un retour par devoir.
© Reuters
Depuis le début, Nicolas Sarkozy, ou plutôt Patrick Buisson, avait imaginé un retour par devoir.
Plus difficile que prévu

Pourquoi il est prématuré de dire que la machine Sarkozy patine

Publié le 19 octobre 2014
Alors que Nicolas Sarkozy s'engage pour les primaires de l'UMP, celui-ci peine à s'imposer, comme il l'aurait voulu, en chef absolu et incontesté de sa famille politique.
Laureline Dupont est journaliste politique au Point.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laureline Dupont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laureline Dupont est journaliste politique au Point.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Nicolas Sarkozy s'engage pour les primaires de l'UMP, celui-ci peine à s'imposer, comme il l'aurait voulu, en chef absolu et incontesté de sa famille politique.

Atlantico : Dans votre livre  avec Philippe Cohen, "C'était pas le plan", vous expliquez que si Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis le 6 mai 2012, les choses ne sont pas déroulées comme il l'avait initialement prévu. Comment l'ancien président avait-il pensé son retour et pourquoi a-t-il dû changer de stratégie ?

Laureline Dupont : Depuis le début, Nicolas Sarkozy, ou plutôt Patrick Buisson, avait imaginé un retour par devoir. Patrick Buisson nous dit d'ailleurs dans le livre que le discours que devra tenir Nicolas Sarkozy est le suivant : "Je ne suis pas candidat mais la France m'appelle". L'idée était vraiment celle du retour messianique, en homme providentiel. Sauf que ce retour est mis à mal par l'explosion du scandale Bygmalion qui engendre la destitution de Jean-François Copé et laisse la présidence de l'UMP vacante. Cela oblige Nicolas Sarkozy a non seulement précipiter son retour, mais l'oblige à passer par la case UMP. Chose qu'il voulait éviter puisqu'il voulait apparaître en homme providentiel et certainement pas en chef de clan.

Cela s'avèrera payant s'il l'emporte avec un score digne et s'il est capable de proposer une vraie révolution pour l'UMP, et pour lui-même finalement. Parce que là, on a l'impression de voir un Nicolas Sarkozy avec les mêmes tics, les mêmes travers, et on peine à voir la révolution idéologique et programmatique. Mais je ne pense pas, à l'instar de certains commentateurs que cela patine. Ce n'est que le début du "mouvement" pour Nicolas Sarkozy.

Lire aussi les bonnes feuilles de C'était pas le plan : Bertrand, Le Maire, NKM... comment Nicolas Sarkozy compte dompter les quadras trop ambitieux de l'UMP et Nicolas Sarkozy : dans les coulisses d’un retour qui ne s'est pas du tout passé comme prévu

Nicolas Sarkozy doit donc repasser par la case UMP. A quelles conditions cette stratégie peut-elle s'avérer payante? Comment devra-t-il s'y prendre pour remporter le cœur des militants et arriver à la tête du parti haut la main ?

Pour que cela fonctionne, il faudra que la victoire de Nicolas Sarkozy soit assez nette. Cet été ses soutiens parlaient d'une victoire à 85%, aujourd'hui ils ont l'air de se rendre compte que la victoire sera plutôt de 60%. Je ne ferai pas de pronostic mais s'il l'emporte à 60% ce sera beaucoup plus compliqué pour lui de se forger cette stature de chef absolu et incontesté de sa famille politique. Son alternative, et il le sait très bien, serait de la reconstruire complètement. D'en changer la vitrine mais aussi la structure et l'essence même puisqu'il ambitionne de faire du nouveau parti, un parti au-dessus des clivages partisans. S'il y arrivait, cela pourrait sans doute être une réussite à mettre à son crédit. Néanmoins, j'ai quelques doutes car en se présentant comme le rassembleur au-dessus des clivages partisans, il risque de se tendre un piège à lui-même.

Nicolas Sarkozy est tout sauf un rassembleur, c'est un homme clivant et c'est d'ailleurs ce qui a été apprécié en 2007. Son noyau d'électeurs, c'est la base militante de l'UMP. Plus il cherchera à ouvrir le parti, moins les gens qu'il aura attirés lui seront favorables.

Le clivage, est-ce finalement une force ou une faiblesse de l'ancien de la République ?

C'est là le dilemme de Nicolas Sarkozy. Il est obligé de se poser en rassembleur tout en prenant l'énorme risque de faire entrer dans le parti des gens qui préfèreront des personnages beaucoup plus apaisés, beaucoup plus sages que lui, beaucoup plus centristes. C'est à double tranchant. Sa grande force en 2007 c'était de réussir la synthèse des droites, d'attirer à lui aussi bien des électeurs frontistes que des électeurs de centre gauche. Cette synthèse des droites et même au-delà, il l'a réussie en faisant la synthèse du libéralisme et du gaullisme. Mais tout en tenant, sur tous les sujets qu'il évoquait, un discours très clair et très tranché. Il s'avère qu'aujourd'hui Nicolas Sarkozy veut rassembler mais il le fait en servant un discours un peu tiède, un peu fade. On le voit sur la Mariage pour tous, on le voit sur les 35h. Il ne tranche pas, il propose de la négociation, de la consultation militante.

Pourra-t-il être l'homme de la synthèse dont la droite française divisée entre libéraux et conservateurs semble tant avoir besoin ?

C'est clairement ce qu'il espère. Au regard de son entourage immédiat, c'est-à-dire ses conseillers, on est en droit de douter de la réussite de cette synthèse. Finalement, maintenant que Patrick Buisson a été mis sur la touche, ne reste à Nicolas Sarkozy que Pierre Giacometti qui est le conseiller le plus présent rue de Miromesnil. Pierre Giacometti est plutôt un centriste libéral, europhile qu'un conservateur attaché aux questions régaliennes. Pierre Giacometti s'en défend car il sent que l'opinion est en train de bouger sur ces questions et que ce n'est plus aussi porteur d'être un libéral échevelé. Mais est-il vraiment en mesure de souffler à Nicolas Sarkozy des positions fortes sur les sujets régaliens ? Certains espèrent que des personnes comme Camille Pascal et Emmanuelle Mignon reviennent en force. Ils sont là, ils participent à certaines réunions mais pas à la majorité d'entre elles. C'est là que tout va se jouer, on verra dans les mois à venir si ces personnalités vont reprendre du poids auprès de Nicolas Sarkozy. 

Qu'a-t-il à perdre et à gagner aujourd'hui à suivre une ligne plus européenne, plus libérale ?

Si Nicolas Sarkozy devient un pur produit de Giacometti, il rencontrera un problème de crédibilité. Etant donné que la campagne 2012 était plutôt une campagne à droite toute. Epouser entièrement la ligne de Giacometti, serait prendre le risque de perdre toute une partie de son électorat, et notamment une partie de l'électorat frontiste qu'il a su séduire en 2007. Et ce sera clairement l'enjeu de la prochaine élection.

Qui est cette nouvelle génération sur qui Nicolas Sarkozy pourra compter ? Peut-il réellement se passer des quadras ?

Ses proches ont déclaré récemment qu'il avait déjà en tête son gouvernement s'il était élu en 2017 et que ce gouvernement ne serait composé que de jeunes. Et ce ne sont pas les quadras dont je parle mais plutôt des trentenaires. Les noms des députes Gérald Darmanin, de Virginie Duby-Muller, ou encore du maire de Mulhouse, Jean Rottner, reviennent fréquemment. Nicolas Sarkozy semble parti pour s'appuyer plutôt sur des jeunes et essayer au maximum de sauter cette génération des quadras dont on parle dans le livre. Mais Nicolas Sarkozy ne pourra pas complètement s'en passer. Les quadras ont l'énorme avantage, grâce à lui, d'avoir déjà une expérience ministérielle. En plus de cela certains des quadras représentent vraiment une ligne aux yeux des militants. Je pense à Laurent Wauquiez, qui n'est pas fidèle sarkozyste, mais qui a besoin de Sarkozy, tout comme Nicolas  Sarkozy a besoin de Laurent  Wauquiez. Laurent Wauquiez qui est aujourd'hui la figure de proue de tout le courant Manif pour Tous que Nicolas Sarkozy a justement du mal à ménager. Notamment car il ne prend pas de position claire sur le Mariage pour Tous.  Il lui faudra donc s'appuyer sur les trentenaires, tout en tirant des avantages des quadras. 

>> Lire également en deuxième partie d'article les bonnes feuilles du dernier livre de Laureline Dupont et de Philippe Cohen, "C'était pas le plan", publié chez Fayard

Propos recueillis par Carole Dieterich

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 20/10/2014 - 14:06
Les mutuelles des journalistes ne remboursent pas les lunettes?
C'est quand même curieux! Ainsi sarkozy aurait fait la synthése du gaulisme et du libéralisme? Il y a quand même une berlue généralisée chez ces commentateurs. Le libéralisme c'est comme l'arlésienne pour eux: tous ils l'on vue venir, mais nous on n'a rien vu. Sarkozy fait partie sans aucun doute des étatistes constructivistes de droite, en plus il est Keynesien! Par ailleurs les auteurs semblent oublier qu'en matière économique de Gaulle avait un conseiller qui se trouve être un grand libéral: Jacques Rueff, j'aurais tendance a dire que coté synthèse de Gaulle s'est chargé lui même de celle du gaullisme et du libéralisme.
Vincennes
- 20/10/2014 - 10:53
Quelle INSISTANCE de la part de Laureline Dupont du POINT
journal très très présent sur Atlantico, comme Giesber l'est sur les chaines publiques : "Sarko peine à s'imposer"......."Sarko prépare déjà son Gouvernement" "comment Sarko compte dompter les quadras" et j'en passe tellement la liste est longue......En lisant Laureline DUPONT du POINT (trois articles) j'ai l'impression d'entendre A.CABANA du POINT, la pipelette de BFMTV (et je suis poli) qui tient les mêmes propos voir pire encore. J'informe Laureline DUPONT que le Président actuel est HOLLANDE et que l'élection présidentielle n'est qu'en 2017 alors qu'elle se fasse de la pub pour son bouquin (3articles sur Altantico, déjà) mais qu'elle arrête de nous saouler avec Sarko ......qu'elle nous parle, plutôt des inepties d'Hollande et de son entourage et là......il y a à dire !!
assougoudrel
- 19/10/2014 - 20:00
Pour le moment
cest FH et sa bande qui patinent dans la choucroute. De plus, ce sont eux qui sont à la manette et les journalistes feront mieux d'en parler un peu.