En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
La classe politique a tort de ne pas prendre au sérieux le jugement de la Commission de Bruxelles sur le budget.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre
Si Bruxelles retoque notre Budget, la France risque le dépôt de bilan
Publié le 14 octobre 2014
La classe politique a tort de ne pas prendre au sérieux le jugement de la Commission de Bruxelles sur le budget. Hormis l’humiliation, la France risque le dépôt de bilan. La mécanique est très simple à comprendre.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La classe politique a tort de ne pas prendre au sérieux le jugement de la Commission de Bruxelles sur le budget. Hormis l’humiliation, la France risque le dépôt de bilan. La mécanique est très simple à comprendre.

Théoriquement, c’est mercredi que Paris doit présenter à Bruxelles son projet de loi de Finances et on sait déjà que ce projet ne correspond pas aux normes d’équilibre édictées par la Commission. En fait, Paris a du mal à présenter un déficit qu'il faudrait raboter de 8 milliards d’euros : soit en augmentant les recettes fiscales, soit en diminuant les dépenses.

C’est pourquoi Manuel Valls et Emmanuel Macron expliquent partout qu’ils vont engager des réformes de structures, sur le modèle social et sur le droit du travail. Personne ne sait si ces réformes seront mises en œuvre, l’important c’est que la Commission et les marchés le croient. Ce n’est pas gagné. Si la Commission de Bruxelles rejette le projet de budget, elle a toute une palette de réactions et de sanctions. Les risques encourus par Paris sont multiples.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 

Bruxelles peut nous infliger une amende. Cette amende est calculée au prorata du dépassement et du PIB. Cette sanction, qui pourrait atteindre 5 ou 6 milliards d’euros, serait complètement stupide. C’est comme si on condamnait quelqu’un à payer une forte somme parce qu'il ne peut pas payer sa dette. Le problème français serait pire. Bruxelles peut à nouveau nous accorder un délai pour ajuster nos comptes mais nous mettre sous surveillance. Ça ne serait pas très glorieux pour nous mais ça faciliterait les choses. Enfin Bruxelles peut nous aider à construire un nouveau budget pour raboter un déficit excessif.

En résumé, tout cela est gérable. Le problème c’est qu’une sanction de Bruxelles aura un autre impact sur les conditions d’emprunt qui nous sont faites, les taux d’intérêt augmenteront.

Actuellement, la France emprunte à des taux ridiculement bas. Lundi, la France a même emprunté 8 milliards d’euros à des taux négatifs (-0,33% en moyenne). Et depuis deux mois, les financiers internationaux prêtent de l’argent à des taux négatifs. Ça veut dire qu’ils paient pour placer leur argent en France. Incroyable ! Alors que l’on emprunte toujours plus, nos frais financiers diminuent, pourquoi se gêner ?

La vraie question serait de savoir pourquoi les investisseurs internationaux paient pour placer leur argent en France alors que la situation économique est exécrable.

Ils le font parce qu’ils considèrent que la France est encore un des pays au monde parmi les plus sécurisés pour les placements. Donc placer son argent à Paris c’est le protéger et le mettre à l’abri. Pourquoi serait-t-il à l’abri ? Tout simplement parce que la France est encore une grande puissance économique, qu’elle est protégée par son appartenance à la zone euro et par sa proximité avec l’Allemagne. C’est l’Allemagne et la zone euro qui nous permettent d’avoir des taux aussi bas.

Mais il y a une autre raison. Les investisseurs considèrent que la France est un pays où les contribuables sont très sérieux. Ils considèrent aussi qu‘il existe en France une capacité à réduire les dépenses. Il y a de la marge. C’est exactement ce que dit Bruxelles et que Paris refuse d’entendre.

Si Paris se fait retoquer son budget, cela voudra dire que tous les arguments précédents tombent. Cela voudra dire que les investisseurs prennent un risque en plaçant leur argent à Paris. Et si les préteurs prennent un risque, ils le feront payer par une hausse des taux d’intérêt.

Une hausse des taux et c’est la fin du modèle français. Si Manuel Valls et Emmanuel Macron font autant de contorsions pour convaincre Bruxelles qu’ils peuvent faire des réformes, c’est pour protéger leur trésorerie et éviter un dépôt de bilan.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
chrisbord
- 15/10/2014 - 12:54
Moi Président Je......
Devrais diminuer des 4/5 tout ce qui est attribué aux politiques de tout crin, expulser tous les étrangers vivant aux crochets du contribuable, exiger de tous les lobbys des comptes précis de leurs activité, obliger les banques a participer plus amplement au budget de la France...etc.....
Sans tout cela, ce sera comme à Chypre, l'épargnant moyen lequel aura sué sang et eau pour se constituer une poire pour la soif, qui sera dépossédé de son bien pour renflouer les caisses des autres !
Benino
- 15/10/2014 - 09:29
Mon gouvernement est un menteur Pro...
Valsatrois est un gros tricheur...Pour amadouer Bruxelles il nous sort des reformes putatives a la pelle. C'est du gagnant gagnant, il trompe l'Europe et le couillon d'électeur moyen. Son maitre en bonnetot, Zigou Zag a roule dans la farine la moitié des francais.
Pouce ! C'est bientôt la fin de jeu...6 mois au plus ?
clairvalac
- 15/10/2014 - 05:31
ÉPARGNE DES FRANÇAIS
L'analyse de JMS est incomplète.
Ce qui donne confiance aux investisseurs pour préter leur argent à la FRANCE c'est surtout les 12 000 milliards d'épargne des français dans lesquels la troïca (FMI, BCE, commission européenne) "imposerait" au gouvernement de
"taper" si la FRANCE venait à faire défaut (rappelez vous le précédent de MALTE)