En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

07.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Entretien

David Lisnard : "A Cannes, nous nous sommes très vite inspirés des exemples étrangers pour pallier les défaillances de la bureaucratie d’Etat"

il y a 10 min 49 sec
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 10 heures 1 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 10 heures 58 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 13 heures 40 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 15 heures 6 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 16 heures 59 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 18 heures 16 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 19 heures 13 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 21 heures 39 sec
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 33 min 30 sec
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 10 heures 36 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 13 heures 18 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 14 heures 8 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 16 heures 16 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 17 heures 24 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 18 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 19 heures 55 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 21 heures 42 min
© Reuters
Le barde du héros de la bande dessinée Astérix représenté sur un timbre.
© Reuters
Le barde du héros de la bande dessinée Astérix représenté sur un timbre.
Critiques à tout va

"La France, un pays fini" : petite histoire des grands classiques du French bashing

Publié le 07 octobre 2014
Manuel Valls s'est rendu lundi à Londres avec pour objectif avoué de mettre fin au "french bashing" qui sévit actuellement outre-Manche. Dernier exemple en date : Andy Street, le directeur des grands magasins John Lewis, a jugé la semaine passée que la France, où "rien ne marche", était "finie", avant de s'excuser.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Valls s'est rendu lundi à Londres avec pour objectif avoué de mettre fin au "french bashing" qui sévit actuellement outre-Manche. Dernier exemple en date : Andy Street, le directeur des grands magasins John Lewis, a jugé la semaine passée que la France, où "rien ne marche", était "finie", avant de s'excuser.

Se moquer des Français, de leur président et de leurs 35 heures, c'est presque devenu un sport national au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Si ce ressentiment anti-français, ce dénigrement systématique date de plusieurs années, il semble s'intensifier ces derniers mois. En clair, les Français (ou les Froggies) seraient des éternels paresseux et tout le temps en vacances. Un "French bashing" auquel Manuel Valls veut mettre fin. Le Premier ministre était au Royaume-Uni lundi avec comme objectif de vanter "la politique de réformes mise en œuvre par le gouvernement français pour rétablir la compétitivité, la croissance et les comptes publics" et "souligner la nécessité d'une action concertée, à l'échelon européen, pour relancer la croissance et l'emploi à travers des politiques d'investissement dynamiques".

Il faut dire que les Britanniques ont la critique facile envers les Français. Récemment encore, comme le relaie Quartz, Andy Street, le directeur de la chaîne des grands magasins John Lewis, avait jugé que la France, où "rien ne marche", était "un pays en déclin", "fini", conseillant à ses interlocuteurs "d'arrêter tout de suite d'y investir". Dans des propos cités par The Times, ce patron s'était montré particulièrement virulent à l'encontre de l'Hexagone. "Je n'ai jamais visité un pays aussi mal à l'aise", "rien ne marche et, pire, ça n'inquiète personne", avait-il déclaré.

Et le directeur de John Lewis d'estimer aussi que la différence  avec Londres était "extrême" : "Vous montez dans l'Eurostar [...] depuis un trou de misère en pleine Europe, la gare du Nord, et descendez à une gare moderne, tournée vers l'avenir." "Chaque fois que je me rends sur place, je pense ceci : que Dieu aide la France." Depuis Andry Street a présenté ses excuses : "Mes remarques étaient censées être humoristiques et sur le ton de la plaisanterie. A la réflexion, je suis clairement allé trop loin. Je regrette ces propos et présente des excuses sans réserve". Des regrets qui ne doivent pas faire oublier que la pratique du "French bashing" est monnaie courante chez les Anglo-saxons. 

Ainsi, en février 2013, Maurice Taylor patron du groupe américain de pneumatique Titan adressait une lettre particulièrement incisive à Arnaud Montebourg, à l'époque ministre du Redressement productif qui négociait alors pour éviter la fermeture de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord. "J'ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures. Je l'ai dit en face aux syndicalistes français. Ils m'ont répondu que c'était comme ça en France (...). Monsieur, votre lettre signale que vous voulez que Titan démarre une discussion. Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? Titan est celui qui a l'argent et le savoir-faire pour produire des pneus. Qu'a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français. (...) Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins de 1 euro l'heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin. Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers" écrivait-il dans une lettre que s'était procurée Les Echos.

Ce n'est pas tout. En début d'année, dans une publicité pour sa nouvelle voiture électrique, Cadillac mettait en scène l'acteur Neal McDonough se demandant au bord de sa piscine pourquoi les Américains travaillent tant alors que d'autres ont le temps de se reposer à la terrasse d'un café avant de rentrer chez eux et prennent des vacances durant tout le mois d'août. "Les autres pays pensent que nous sommes fous. Et alors ?" Et de poursuivre en faisant référence aux frères Wright, à Bill Gates, Les Paul et Mohamed Ali. "Est-ce que nous étions fous quand nous avons décidé d'aller sur la Lune ? Tout à fait. Nous y sommes allés et vous savez ce qui s'est passé ? Nous nous en sommes lassés. Alors nous sommes partis en laissant une voiture avec les clés sur le contact. Vous savez pourquoi ? Parce que nous sommes les seuls à pouvoir retourner là-haut, voilà pourquoi", assure l'acteur. "C'est simple, continue-t-il. Vous travaillez dur, vous créez votre propre chance et vous n'avez plus qu'à croire que tout est possible." Avant de conclure que "les biens matériels, c'est le bon côté de ne prendre que quinze jours de vacances en août", le tout en finissant par un "n'est-ce pas?", en français dans le texte qui ne laisse aucun doute contre qui se dirige cette attaque.

Parler de "French bashing" nécessite forcément d'évoquer une nouvelle fois le dossier polémique de Newsweek sur "la chute de la France" du mois de janvier. Un article qui décrivait de manière peu flatteuse (et avec de nombreux clichés) ce qui se passe dans notre pays. Pour elle, "ce qui se passe aujourd'hui en France est comparable à la révocation de l'édit de Nantes de 1685". Cette année-là, écrivait la journaliste les huguenots fuient la France, "ils partirent sans argent, mais prirent avec eux leurs nombreuses compétences". Aujourd'hui, ce sont les "talents" qui quittent la France. "Les meilleurs penseurs de France ont quitté le pays. Ce qui reste n'est que médiocrité". Et d'estimer que "la France se meurt lentement. Le socialisme est en train de la tuer."

En novembre 2012, l'hebdomadaire britannique The Economist publiait un dossier spécial de 14 pages sur la situation économique française. Selon le journal libéral, "la France pourrait devenir le plus grand danger pour la monnaie unique européenne", et "la crise pourrait frapper dès l'an prochain". The Economist se montrait particulièrement virulent à l'encontre de François Hollande et de son Premier ministre de l'époque, Jean-Marc Ayrault. "Ni M. Hollande ni M. Ayrault ne semblent être le genre de dirigeants suffisamment courageux, capables d'imposer des réformes à l'encontre d'une opposition généralisée" était-il écrit.

Mais les critiques ne viennent pas que des Etats-Unis du Royaume-Uni. Ainsi, en juillet 2013, le journal suisse Le Matin Dimanche rapporte que les recruteurs suisses préfèrent éviter les Français, jugés "paresseux", "arrogants", "râleurs" et "revendicateurs". "Ils étaient souvent malades le lundi et le vendredi. Il ya toujours un problème. C'est totalement différent avec les Espagnols et les Portugais", rapportait également la responsable du recrutement d'une PME. 

Mais les critiques viennent parfois de l'intérieur. Ainsi, Quartz rappelle le constat établit par un immigrant chinois en France. Dans un portrait dressé par Reuters, l'homme se montrait quelque peu critique à propos des 35 heures. "Comme je le constate : ici quand vous travaillez, vous êtes payé. Alors pourquoi s'arrêter à 35 heures ? ". Toujours à l'agence de presse américaine, un autre immigrant déclarait : "Nous, Chinois, pensons que s'il y a tant de chômage c'est parce que les gens ne peuvent pas travailler suffisamment."

Comme le souligne Quartz, l'histoire du "French bashing" est très ancienne. Ainsi, l'écrivain et journaliste français Jules Huret après avoir visité l'Allemagne, écrit en 1908 "De Hambourg aux marches de Pologne : en Allemagne". Dans ce document, il cite le chef d'une banque allemande : "On bavarde trop chez vous dans les bureaux d'affaires, dans les grands comme dans les petits. Nous sommes toujours étonnés, quand nous allons à Paris pour traiter une affaire, du temps perdu à "causer". Rendez-vous est pris pour 10 heures. On se salue. On se congratule. On "cause". (…) A partir de 11h30, les gens regardent leur montre et il se trouve toujours quelqu'un pour s'écrier : "Ah ! Si on allait déjeuner à présent ! Nous discuterions mieux à table!". Ça n'a pas beaucoup changé depuis. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

07.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cremone
- 09/10/2014 - 22:46
Souvenir
j'ai le souvenir d'une presse française violemment anti-américaine jusqu'en 2006, année où Sarkozy a remplacé les Américains comme tête de turc des journalistes. Si l'on avait parlé alors de certaines minorités comme on parlait des Américains, il y aurait eu des procès à la pelle.
Deudeuche
- 07/10/2014 - 15:25
Sport national anglo-saxon
Amplifié par la caricature de bureaucratie dépensière et clientéliste du gouvernement socialo. Socialist(en anglais dans le texte) est une insulte de San Francisco à Londres en passant par Ottawa, Canberra et Pretoria. C'est au pire à écrire avec le mot "National" devant ou en costume du goulag, ou au mieux une insulte pour se moquer d'Obama ou de l'aile gauche des Travaillistes et...de la...aouch! droite française. La gauche française c'est pour les poupées de Madame Tussaud's rayon révolution française.
A la décharge de nos "amis" anglo-saxons dont 1,5 millions de soldats reposent dans des cimetières de la douce france (USA,UK,CND, NZD, AUS) sur 2 conflits mondiaux, une caricature perdure.
La caricature du français arrogant, suffisant, économiquement inculte et incompétent sauf si il passe au moins 15 à 20 ans aux US ou à la City, et dont la connaissance de la France se limite entre le Bvd St Germain et les bvd des Maréchaux; parce que France=PA-RIS est confirmé par la présence à l'étranger de diplomates Pierre Bergesque, incompétents linguistiquement et inapte à autre chose que la CUL-TU-REuh et dont beaucoup ont trouvé leur job comme lecteur de Têtu ou gai-pied.
vangog
- 07/10/2014 - 13:20
La Gare du Nord...de l'Afrique!
Même misère, même sentiment d'insécurité, même absence d'investissement et de vision moderniste. Courage, fuyez!...