En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 30 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 29 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 15 heures 38 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 26 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 18 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 13 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 19 heures 44 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 21 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 42 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 12 heures 44 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 59 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 57 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 21 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 53 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 24 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 30 min
© SAEED KHAN / AFP
Le congé parental est désormais limité à 18 mois pour les mères.
© SAEED KHAN / AFP
Le congé parental est désormais limité à 18 mois pour les mères.
1+1 = 3

La triple et délicate équation du congé parental

Publié le 01 octobre 2014
Le congé parental est désormais limité à 18 mois pour les mères, afin d'inciter les pères à s'occuper de leurs enfants. Mais le gouvernement a-t-il en tête la triple équation relative à l'enjeu d'une meilleure intégration professionnelle des femmes qui consiste à concilier le potentiel économique, les choix individuels des femmes qui veulent faire carrière et de celles qui ne le souhaitent pas.
Catherine Sofer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeure émérite d’économie à Paris1-Panthéon Sorbonne, professeure associée à l’Ecole d’Economie de Paris. Elle est spécialiste d’économie du travail et d’économie de la famille.Elle a notamment publié :La division du travail entre hommes et femmes ...
Voir la bio
Francis Vernède
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue - chargé de mission à la Mission Régionale d'Information sur l'Exclusion, Francis Vernède a travaillé pour l'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies.Sa thèse de doctorat est en cours et porte sur les toxicomanes et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le congé parental est désormais limité à 18 mois pour les mères, afin d'inciter les pères à s'occuper de leurs enfants. Mais le gouvernement a-t-il en tête la triple équation relative à l'enjeu d'une meilleure intégration professionnelle des femmes qui consiste à concilier le potentiel économique, les choix individuels des femmes qui veulent faire carrière et de celles qui ne le souhaitent pas.
  • Encourager les hommes à prendre un congé parental, c'est faciliter le retour au travail des femmes, rééquilibrer le partage des tâches au niveau familial, et donc par la suite dans le travail. La société est un miroir de la famille !
     
  • Sur l'aspect macro-économique, c'est une force de travail supplémentaire qui se traduit par des points de PIB en plus (11% pour la France, si les femmes avaient travaillé dans les mêmes conditions que l'homme selon l'OCDE).
     
  • Plutôt que de faire appel à une main d'oeuvre étrangère, pourvoir les emplois aux femmes permet aussi de résorber la question du chômage qui touche de nombreuses femmes
     
  • Les entreprises faisant appel aux femmes sont plus productives et dynamiques.
     
  • Embaucher plus de femmes, c'est également donner lieu à plus de naissance, d'après les statistiques pour faire face aux problèmes de financements des retraites à venir.
     
  • Il faut tirer profit du potentiel que représente le travail des femmes, sans pénaliser celles qui considèrent que ce choix relève de la liberté et des préférences individuelles.

 

Atlantico : Le congé parental est désormais limité à 18 mois pour les mères. La mesure est présentée comme une incitation pour les pères à s'occuper de leurs enfants. Une mesure suffisante pour faciliter le retour des femmes au travail ?

Catherine Sofer : Suffisante, peut-être pas, mais toute mesure qui a pour effet, d’une part de ne pas éloigner durablement les femmes du marché du travail et d’autre part d’inciter les hommes à participer plus activement à la prise en charge des enfants, mais aussi plus largement des tâches domestiques, facilite, non seulement le retour des femmes au travail mais aussi une plus grande égalité hommes/femmes sur le marché du travail.

Francis Vernède : Afin de poser sereinement et intelligemment la question du retour des femmes au travail, il conviendrait d’abord de savoir quelles sont les femmes qui veulent retourner à l’emploi. Nous avons conduit une étude en région Rhône-Alpes sur des mères monoparentales précaires (allocataire du RSA), qui vivent donc dans des situations économiques plus que délicates. Lors des entretiens et des observations, il est apparu qu’une partie d’entre elles considère déjà être au travail. Une jeune femme nous disait ainsi "être maman, c’est un boulot à temps plein !". Donc on peut supposer que cette mesure sera peut-être incitative sur une certaine tranche de la population et inefficace pour une autre.

Encourager d'un côté les pères à prendre leur congé parental et réduire celui des femmes... Les modèles suédois et islandais sont-ils à suivre et permettent-ils de rééquilibre le partage des tâches au niveau familial, et par la suite dans le travail ?

Catherine Sofer : Oui, certainement, les modèles suédois et islandais sont à suivre. Aujourd’hui en France, la discrimination "à poste égal" a pratiquement disparu. Les inégalités entre hommes et femmes sur le marché du travail - de salaire, de promotion, de carrière, le fameux "plafond de verre" - sont le plus souvent liées aux lourdes inégalités qui subsistent dans la famille dans la prise en charge des enfants et du travail domestique.

Les employeurs – nombre d’entre eux du moins – hésitent à promouvoir des femmes dans la mesure où elles sont supposées être en charge de l’essentiel du travail de la maison. C’est ce qu’on peut appeler de la discrimination statistique.

De même, le travail à mi-temps est globalement favorable au travail des jeunes mères, mais, à plus long terme, il défavorise les femmes. Tout ce qui peut favoriser un rapprochement entre hommes et femmes des parcours et des charges, tant familiales que professionnelles, ne peut qu’être bénéfique à une intégration professionnelle réussie des femmes.

Francis Vernède : La question du partage des tâches ne se règlera pas simplement avec la question de l’emploi. Depuis l’arrivée – malgré tout massive – des femmes sur le marché du travail, le partage des tâches n’a été modifié qu’à la marge.

Au rythme actuel, cela prendrait des dizaines d’années pour parvenir à un équilibre. Et cet équilibre serait, à mon sens, factice. L’État peut prendre des mesures, modifier les lois, mais il reste que des changements sociétaux qui touchent à l’intime et au privé ne peuvent se faire de façon descendante.

Le partage des tâches est une histoire de mœurs, d’habitus, et impacte effectivement sur le rapport au travail. Il sera impossible de faire consensus et il faut garder à l’esprit que l’État ne peut et ne doit pas s’immiscer dans les organisations logistiques des familles.

Sur l'aspect économique, quels avantages certains une meilleure intégration et une accession des femmes à la sphère professionnelle présentent-elles ?

Catherine Sofer : Une intégration réussie des femmes bénéficie à tous : plus de femmes sur le marché du travail, mieux payées, à des postes correspondant mieux à leurs talents, cela signifie plus de richesses créées, plus de croissance et une participation accrue au financement des prestations sociales et des retraites.

Et pour les entreprises ?

Catherine Sofer : Pour les entreprises, une meilleure intégration des femmes signifie également pouvoir recruter dans un réservoir de talents plus vaste que si elles se restreignent uniquement aux hommes, en particulier pour les postes impliquant des responsabilités. De plus, la diversité à tous les niveaux semble bien être un atout pour les entreprises.

Embaucher plus de femmes, c'est également donner lieu à plus de naissances. Une solution de long terme pour le problème de financement des retraites ?

Catherine Sofer : Oui, en effet, comme je l’ai indiqué plus haut, plus de femmes sur le marché du travail, cela signifie plus de contributrices au système de protection sociale, donc cela permet de mieux financer  les retraites. Maintenant, de là à ce que cela suffise à résoudre totalement le problème de financement des retraites, c’est un pas que je ne franchirai pas.

Et s'il était malgré tout plus naturel pour certaines femmes de ne pas retourner à l'emploi ? Le contexte social est-il ici déterminant ?

Catherine Sofer : Je ne pense pas qu’on puisse parler de "nature", mais bien plutôt de normes sociales, de stéréotypes, mais aussi d’incitations économiques. Sans remettre en cause le libre choix des femmes, il faut en tout cas que les femmes qui souhaitent s’insérer sur le marché du travail puissent le faire dans les meilleures conditions possibles.

Francis Vernède : Il est même prégnant. Cette mesure a une visée économique assez claire, mais elle fait l’impasse sur le caractère fondamentalement social du rapport à l’emploi.

Je l’évoquais précédemment, il existe une frange de la population, de femmes donc, pour laquelle la question de l’emploi salarié n’est pas un objectif. Certaines femmes parmi celles qui vivent des situations de précarité, l’idéal culturel reste un schéma familial ou leurs tâches (et elles sont nombreuses) consistent à s’occuper de l’éducation de leurs enfants. Faire appel à un système de garde (assistance maternelle, crèches, etc.) est une hérésie à la fois éducationnelle et financière.

Pour les familles les plus pauvres, qui n’accèdent qu’à des emplois mal payés, souvent dans des créneaux horaires atypiques, le retour à l’emploi signifie simplement travailler pour payer la garde de leurs enfants… une activité qu’elles assumaient pleinement.

En parallèle à cela, il existe également une partie de la population féminine qui ne s’envisage pas dans l’emploi. Elles considèrent que la garde et l’éducation de leurs propres enfants représentent une charge de travail réelle. Ici, nous sommes face à des modèles sociétaux vis-à-vis de la famille et du travail qui peinent à s’accorder.

Comment justement tirer profit du potentiel que représente le travail des femmes, sans toutefois pénaliser celles qui considèrent que ce choix relève de la liberté et des préférences individuelles ?

Francis Vernède : Ici, il s’agit de ne pas cliver, de fabriquer de mauvais élève. Le fait de désirer rester au plus près de son enfant, ne doit pas s’envisager uniquement à défaut de travailler.

Cette tendance à dualiser est contreproductive. Il est important d’avoir le choix et que les conditions dans lesquelles s’élaborent ce choix puissent se faire en bonne intelligence. La communication autour de ce thème ne doit pas être stigmatisante, notamment auprès des publics les plus précarisés. Et il ne faut pas oublier que cette mesure ne permettra pas de résoudre la question de l’absence d’emploi dans certains secteurs de l’économie.

La société française est plurielle : si certaines femmes, cadre supérieure, tendent à retourner rapidement à l’emploi, il existe également des femmes qui naviguent entre intérim et CDD. Pour ces dernières, la vie est rude et le choix pas toujours évident. La classe des travailleurs pauvres, dans laquelle on retrouve une majorité de femmes, est dans l’attente d’emplois stables et rémunérants, à défaut d’être gratifiants.

Comment éviter que l'Etat ne pousse l'ingérence sur ces questions ? Quelles mesures privilégier à cet égard ?

Catherine Sofer : Il est certain que l’Etat n’a pas à imposer de contraintes en matière de division du travail dans la famille, ni de choix éducatifs. En revanche, que les transferts sociaux – et le congé parental en fait partie – aient pour objectif, non seulement d’aider financièrement ceux qui en bénéficient, mais également de faciliter le fonctionnement d’une société moderne, économiquement florissante et plus égalitaire me paraît une très bonne chose. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 01/10/2014 - 17:50
Congé parental ou congés parentaux
Le chapeau dit tout: bel exercice de tromperie et de cynisme
Orchidee31
- 01/10/2014 - 17:10
De quoi je me mêle, suite
Seuls les hommes fonctionnaires peuvent se permettre un congé parental aussi long - les autres, allez donc informer votre employeur que vous souhaitez vous absenter plusieurs mois pour pouponner, vous allez voir la réaction ..... RIRE jaune assuré.... Et en plus, moi même mère de deux enfants, pour rien au monde je n'aurais cédé mon congé maternité à mon mari et c'était très bien comme ça - à l'époque 3 jours de congés paternité pour rappel -
Orchidee31
- 01/10/2014 - 17:02
De quoi je me mêle .....
Décidément ces socialo veulent se mêler de tout y compris de ce qui est privé, personnel et intime - qu'ils laissent les gens s'organiser comme ils l'entendent : reprendre le travail ou pas - vouloir obliger les pères a prendre des congés paternité a rallonge, c'est au mieux de l'ingérence au pire la dictature quant à savoir qui fait quoi à la maison, ça regarde chaque couple et pas l'état - ils ont d'autres chats a fouetter - si un gouvernement de droite avait attaqué la famille et réduit le congé maternité de la sorte que n'aurait-on entendu ? Mais ce sont des socialistes il paraît .....