En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 37 min 17 sec
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 1 heure 18 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 3 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 4 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 52 min 27 sec
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 2 heures 37 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 4 heures 8 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 5 heures 20 sec
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 6 heures 47 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 8 heures 35 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 9 heures 48 min
© Reuters
L'actrice Emma Watson a prononcé un discours remarqué à l'ONU.
© Reuters
L'actrice Emma Watson a prononcé un discours remarqué à l'ONU.
Girl power

Féminisme : Emma Watson frappe un grand coup mais pourra-t-elle marquer les comportements autant que les esprits ?

Publié le 27 septembre 2014
Nommée ambassadrice pour les droits des femmes par les Nations Unies, l'actrice britannique Emma Watson a fait un long discours très remarqué ce dimanche 21 septembre pour défendre une campagne pour l'égalité hommes-femmes. Mais derrière les mots et les opérations médiatiques, les célébrités ont bien du mal à changer les mentalités.
Valérie Gorin travaille au département de sociologie de Genève. Elle a travaillé dans le cadre du projet "l'information people, un oxymore ". Elle contribue de façon ponctuelle dans le cadre des cours de sociologie des récits et des sociologie de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Gorin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Gorin travaille au département de sociologie de Genève. Elle a travaillé dans le cadre du projet "l'information people, un oxymore ". Elle contribue de façon ponctuelle dans le cadre des cours de sociologie des récits et des sociologie de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nommée ambassadrice pour les droits des femmes par les Nations Unies, l'actrice britannique Emma Watson a fait un long discours très remarqué ce dimanche 21 septembre pour défendre une campagne pour l'égalité hommes-femmes. Mais derrière les mots et les opérations médiatiques, les célébrités ont bien du mal à changer les mentalités.

Atlantico : L'actrice Emma Watson a prononcé à la tribune de l'ONU un discours très médiatisé sur la cause des femmes. Si ses propos ont été très appréciés par certains, d’autres se sont indignés. Quel impact ce genre de discours a-t-il concrètement ? Ces engagements permettent-ils de faire changer les choses ?

Valérie Gorin : L'indignation est née du fait que certains questionnent encore le lien entre célébrités et politique. Cela engendre beaucoup de questions concernant le manque de légitimité de la part des célébrités pour traiter des sujets dits sérieux, ou en tout cas hors du champ du divertissement et hors des compétences des artistes. Ce genre de discours engendre parfois une grande attention médiatique, justement parce qu'on focalise l'attention sur la star et son immersion dans le milieu politique et humanitaire, mais très rarement sur le contenu. Concrètement, si l'on analyse la façon dont le discours d'Emma Watson est relayé par la presse occidentale, on parle surtout du fait qu'Emma Watson a parlé devant devant l'assemblée de l'ONU, mais pas réellement des réalités qu'elle a tenté d'évoquer. Or c'est justement des réalités sociales, culturelles et politiques qu'elle évoque dont il faudrait parler, critiquer, pour faire avancer les choses. Ce qui fait que ces discours ont peu d'impact car ils ont lieu dans un monde occidental qui est déjà au courant des inégalités. De plus, pour changer les mentalités, il faut des actions de longue haleine qui touchent surtout à l'éducation et au genre, et pas tellement à des coups d'éclat dans les Nations Unies.

Comment expliquer le décalage entre des résultats souvent faibles sur le terrain de ce genre de prise de position alors même que les déclarations sont souvent largement suivies et commentées ? La "forme" people tue-t-elle le fond ?

Parce qu'il faut renvoyer à la question de qui les commente et les suit. Ces événements sont des événements médiatiques occidentaux, pour les occidentaux, dans un espace politique qui se dit international mais qui est largement dominé par les Occidentaux. Dans la question du droit des femmes évoqué par Emma Watson, l'Europe et les Etats-Unis ont encore beaucoup à faire pour parvenir à l'égalité des sexes, mais les droits des femmes sont quand même largement acquis par rapport à des réalités hors occidentales. Or en faisant intervenir une star européenne, on limite justement la portée du discours. En plus de cela, la "forme" people peut ne pas avoir de légitimé pour tous, parce qu'elle passera pour non experte de la situation. Toutefois, si le discours avait été effectué par une personne experte des droits des femmes, mais inconnue sur la scène internationale, il n'est pas sûr que le discours aurait été relayé de façon aussi vaste dans la presse. On est donc dans une stratégie médiatique à double tranchant : d'un côté le risque de décrédibiliser un message parce qu'il est porté par une star du divertissement, de l'autre la nécessité d'attirer l'attention médiatique.

En quoi un discours féministe aurait-il plus d’impact s’il était prononcé par une personnalité originaire d’un pays où les droits des femmes sont limités ? Quelles sont les autres limites du discours d’Emma Watson ?

Il aurait peut-être plus d'impact s'il était porté par une femme originaire d'un pays non-occidental parce qu'il serait plus représentatif des réalités rencontrées par ces femmes. Quelle peut être le lien entre une femme blanche, anglaise, richissime et connue comme Emma Watson, libre de ses choix et de ses propos, libre de se marier avec qui elle veut, libre d'être éduquée et de choisir le métier qu'elle veut, avec les réalités de vie des femmes afghanes, somaliennes, congolaises ? Les limites du discours du Watson concernent justement les disparités entre pays riches et démocratiques et celles des pays émergents, sous le joug de régimes autocratiques, extrêmistes ou simplement dans des régions ou le simple droit à l'éducation des filles n'est pas garanti. Watson mélange différents niveaux de féminisme, d'activisme et de droits des femmes. On ne peut comparer l'égalité des salaires entre hommes et femmes, par exemple, au droit à la scolarisation des filles au Pakistan.

Quelles évolutions observent-t-on au niveau de l’activisme et de l’engagement des célébrités pour une cause ?

On remarque un changement récent et plus généralisé de "l'intrusion" des célébrités dans des espaces autrefois confinés aux politiques, experts et policy-makers. Cela fait longtemps que les Nations Unies utilisent les ambassadeurs de bonne volonté, et cela fait longtemps que les stars s'expriment pour des causes qu'elles défendent. Mais la prise de paroles a généralement lieu dans les médias, sur le terrain de crise. On a tous vu des Angelina Jolie ou des George Clooney s'exprimer depuis le Pakistan ou le Tchad, mais on ne les a pratiquement jamais vus dans des espaces comme l'assemblée générale de l'ONU. C'est une stratégie nouvelle que de les amener maintenant directement là où sont prises les décisions. Cela existe déjà depuis une décennie au Forum économique de Davos, qui a ajouté à sa liste d'intervenant des personnalités people comme Bono ou Angelina Jolie. Mais c'est nouveau pour les Nations Unies.

Les déclarations d'Emma Watson, et d'autres avant elles, ont déclenché de nombreuses critiques et des menaces qui ont quasiment recouvert le fond du message. Les people ne sont-ils pas finalement les "pires" ambassadeurs des causes qu'ils défendent ? Pourquoi dès lors sont-ils si courtisés ?

Ils sont si courtisés parce qu'au final ils sont des puissants moteurs de mobilisation. Si l'on réfléchit au choix d'Emma Watson, qui n'a jamais vraiment fait parler d'elle auparavant pour des engagements quelconques, on peut se questionner sur la crédibilité d'une jeune femme comme elle. Mais avec le choix d'une telle personnalité, on cherche justement à s'attirer l'attention d'un public blanc et jeune. N'oublions pas que beaucoup de jeunes femmes américaines ont récemment posté des images d'elles sur facebook avec des panneaux sur lesquelles elles disent ne pas se sentir concernées par le féminisme, car elles n'ont pas été violées ou frappées par leur conjoint, ou parce qu'elles ne haïssent pas les hommes. On assiste aussi à un recul ou une incompréhension du féminisme dans des pays où l'on pensait qu'il était acquis, et c'est probablement aussi en réaction à ce type de confusions que la campagne défendue par Watson est lancée. Peu importe peut-être que le message de fond soit noyé, il a au moins suscité l'attention. Et avec les critiques - positives ou négatives - qui ont été faites, il est fort probable que beaucoup de personnes sont allées voir le discours sur Internet. Cela n'aurait jamais été le cas si les médias avaient titré "les Nations Unies lancent un nouveau programme pour les droits des femmes". Le buzz sert donc aussi à l'objectif final.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires