En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 53 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 23 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 24 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 14 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 2 heures 50 sec
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 2 heures 11 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 18 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 15 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 48 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 20 heures 5 min
© Reuters
L'euro a atteint vendredi 3 octobre son niveau le plus faible face au dollar depuis deux ans (1 euro = 1,25 dollars)
© Reuters
L'euro a atteint vendredi 3 octobre son niveau le plus faible face au dollar depuis deux ans (1 euro = 1,25 dollars)
Recadrage

Record à la baisse depuis 2 ans : pourquoi la dépréciation de l’euro n’est pas qu’une bonne nouvelle

Publié le 04 octobre 2014
L'euro a atteint son niveau le plus bas face au dollar depuis deux ans. Beaucoup d'entreprises exportatrices françaises critiquaient une devise européenne trop forte qui entravait leurs exportations. L'économie française aurait pourtant tort de se réjouir trop vite.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'euro a atteint son niveau le plus bas face au dollar depuis deux ans. Beaucoup d'entreprises exportatrices françaises critiquaient une devise européenne trop forte qui entravait leurs exportations. L'économie française aurait pourtant tort de se réjouir trop vite.

Atlantico : L'euro a atteint vendredi 3 octobre son niveau le plus faible face au dollar depuis deux ans (1 euro = 1,25 dollars). Comment expliquer que la monnaie européenne se retrouve à un niveau si bas ?

Michel Ruimy : Suite aux annonces de Mario Draghi, Président de la Banque centrale européenne (BCE), visant à contrer la spirale déflationniste de la zone euro, le cours de l’euro est passé, pour la première fois depuis juillet 2013, sous la barre de 1,30  dollar au début de ce mois de septembre. Une baisse de près de 7% par rapport au niveau de mai 2014. Aujourd’hui, l’euro s’échange aux alentours de 1,25 dollar, plus bas niveau depuis fin 2012. Cette dernière accélération baissière s’explique notamment par le rally haussier de la devise américaine à la suite de la publication, par le Département américain du Commerce, des ventes de logements neufs au mois d’août. Celles-ci ont atteint un pic de 504 000, en hausse de 18% (en rythme annuel ajusté des variations saisonnières), chiffre bien plus important que celui attendu par les économistes (402 000). Notons que le dollar s’est aussi apprécié par rapport aux autres principales devises.

Les entreprises exportatrices françaises se plaignent depuis longtemps du niveau trop élevé de la devise européenne qui renchérissait leurs produits hors de nos frontières. Ce niveau de change bas est-il forcément une bonne nouvelle pour eux ?

Dans une certaine mesure, oui. En effet, les exportations françaises sont très sensibles à "l’effet prix" sur les marchés étrangers. Cette baisse du cours de l’euro dollar est une "bouffée d’oxygène" à court terme, en particulier pour les entreprises exportant en zone dollar (Airbus, Total, L’Oréal…). Mais, l’essentiel de nos exportations se fait dans la zone euro ! Ainsi, l’effet d’un euro "faible" serait celui d’un stimulus de 1 à 2 ans sur l’économie. Au-delà, son effet est annulé par des hausses de prix et/ou de salaires. En outre, il convient de relativiser le niveau actuel. En effet, si nous considérons le taux de change effectif réel – qui prend en compte notamment le différentiel d’inflation – la dépréciation de l’euro n’est que de 3,5% depuis le pic de début mai 2014 lorsque la monnaie unique cotait près de 1,40 dollar. En fait, il faudrait que le cours de l’euro cote moins de 1,20 dollar pour que ce niveau ait un impact visible sur la croissance française. 

Qui souffre à l'inverse d'un "dollar fort", situation qui ne s'est plus produite depuis longtemps ?

Si un euro "faible" est favorable aux exportations, un dollar "fort" est, en revanche, néfaste pour les importations, en particulier pour celles auxquelles il n’est pas possible de renoncer - comme les hydrocarbures - et qui seront considérablement renchéries. Mais aujourd’hui le prix du pétrole ne flambe pas en raison d’un prix du baril de brut en baisse. Cette situation n’a donc pas d’effet sur l’inflation, ce qui autorise la BCE à poursuivre sa politique monétaire accommodante.

Quels vont être les perdants, et à quoi peuvent-ils s'attendre si le niveau de change reste stable voire empire ?

Au plan européen, la France et l’Italie bénéficieront le plus de la dépréciation de l’euro car leurs produits, moyens en gamme pour la plupart, sont plus sensibles à l’effet de change que les produits allemands. Concernant la direction future de l’eurodollar, on pourrait rejoindre l’idée de Manuel Valls selon qui "tout ce qui permet d’être compétitif ira dans le bon sens"... même au détriment de certains secteurs.

Si l'euro était jusque-là "surcoté" dans le marché des changes, sommes-nous maintenant dans une période durable d'euro "faible" qui ne ferait en fait que s'ajuster à un niveau plus conforme à la réalité ? 

Mario Draghi a marqué sa détermination à soutenir l’économie européenne à Jackson Hole. En d’autres termes, la BCE va poursuivre sa politique accommodante pour lisser les effets récessifs des politiques d’austérité. Dans cet environnement, la banque américaine Goldman Sachs prévoit une baisse de l’euro face au dollar au cours des années à venir et prévoit une parité de 1 euro pour 1 dollar. Les banques centrales européenne et américaine devraient ainsi suivre deux politiques monétaires opposées au cours des mois et années à venir. 

Comment cela peut-il impacter dans la durée l'économie française ?

Un euro cotant dans une fourchette de 1,10 à 1,20 dollar devrait apporter 0,5% de croissance de plus. Une baisse de l’euro ne devrait pas se répercuter sur les prix de l’exportation, déjà pincés, mais plutôt sur les marges des entreprises françaises. Plus de marge signifie plus d’investissements et plus d’emplois, un enchaînement vertueux pour la croissance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 04/10/2014 - 13:37
MLP va pouvoir affirmer que tout va bien
pour l'économie, c'est bien le " prix" de l'€ qui était pour elle la cause des problèmes de la France? Alors elle n'aura plus à revenir au folklore du passage au franc et l'économie devrait donc reprendre activement? Moi j'en doute, même si il devrait voir un effet positif limité pour l'économie. On verra bien que le programme de MLP avait ses limites.