En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 3 heures 54 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 6 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 6 heures 41 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 6 heures 58 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 9 heures 16 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 7 heures 42 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 9 heures 35 min
© Reuters
Le nombre de cas d'Ebola peut être multiplié par trois – soit 20 000 contaminations – d'ici novembre.
© Reuters
Le nombre de cas d'Ebola peut être multiplié par trois – soit 20 000 contaminations – d'ici novembre.
Inexorable

Ebola, l’emballement : comment chaque semaine passée sans maîtriser l’épidémie nous rapproche d’une catastrophe monumentale

Publié le 26 septembre 2014
Selon l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), il existe un risque sérieux que le nombre de cas d'Ebola soit multiplié par trois – soit 20 000 contaminations – d'ici novembre. Un scénario qui serait une catastrophe pour des pays déjà durement touchés.
François Bricaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bricaire est un médecin. Il est chef du service Maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris. Il est professeur à l'Université Paris VI-Pierre et Marie Curie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), il existe un risque sérieux que le nombre de cas d'Ebola soit multiplié par trois – soit 20 000 contaminations – d'ici novembre. Un scénario qui serait une catastrophe pour des pays déjà durement touchés.

Atlantico : Selon les projections de l'OMS, le nombre de cas d'Ebola pourrait tripler d'ici la fin de l'année, passant à 20 000 contaminations. Pourquoi rien ne semble pour l'instant enrayer le virus ?

François Bricaire : Il risque d'y avoir une forte augmentation du phénomène épidémique car malgré les quelques mesures qui sont prises, le contrôle n'est pas suffisant dans les pays concernés, ce qui entraîne nécessairement une augmentation du nombre de cas. Depuis le début du mois de septembre, on assiste même à une hausse exponentielle du nombre de personnes malades. Si on arrivait à mettre en place des mesures soutenues et efficace, on pourrait pourtant casser la spirale de l'épidémie. Mais les questions d'organisation ne sont pas simples dans les pays concernés. Est-ce que ce qui a été décidé par les Américains va améliorer les choses ?  En tous les cas, dans le cadre de la collaboration entre la France et la Guinée, un renforcement de la détection et de la prise en charge se développent avec pour objectif de stopper la transmission du virus. Mais les attitudes ancestrales de la population gênent énormément les choses, et l'information délivrée ne suffit pas à convaincre les gens de ne pas s'occuper des cadavres, ou du moins pas de la manière dont ils le font.

L'OMS indique en outre que le taux de mortalité est plus proche des 70% que des 50% annoncés. La zone africaine concernée doit-elle s'attendre à une catastrophe sanitaire ? Quels nouveaux enjeux vont apparaître si on monte à 20 000 contaminations ?

A partir du moment où il y a un nombre plus élevé de cas, il est évident que le risque de transmission ne fait qu'augmenter. On risque surtout de voir une expansion géographique de la maladie – et donc des risques de contamination – via des déplacements de malades d'un pays à un autre, les populations de cette région du monde étant très mobiles. C'est ainsi qu'on a vu des cas apparaître au Nigéria ou au Sénégal. Dans les hypothèses les plus catastrophistes, la zone touchée par le virus va s'agrandir. Elle est surtout limitée pour l'instant à trois pays – le Sierra Leone, le Libéria et la Guinée – mais des personnes malades pourraient gagner la Côte d'Ivoire ou le Mali. Le cas d'humanitaires se contaminant sur place et revenant ensuite en France existe aussi mais il est cependant, lui, très limité.

Le Nigéria, mieux équipé (et moins touché à la base), a annoncé n'avoir plus de cas d'Ebola sur son territoire, tandis que les autres pays (Sierra Leone, Liberia, Guinée) n'arrive pas à freiner le virus, et à inciter les gens à ne plus avoir de comportements à risques. Comment inverser la tendance dans ces trois Etats ?

Les structures de santé son mal organisées, on a donc du mal à repérer les personnes contaminées, et à les surveiller. Il y a aussi une mauvaise acceptation par les populations des mesures de sécurité à adopter. Il faut éviter certains contacts entre individus ou avec des sujets décédés. Or, on voit parfois des mouvements hostiles contre ceux qui s'occupent de gérer l'épidémie : des structures de santé en zone forestière en Guinée se sont fait attaquer, des véhicules de la Croix-Rouge guinéenne ont été caillasses… Ce virus est même considéré par certains comme venant des pays occidentaux. Et comme les centres d'accueil prennent en charge des malades dont les familles constatent qu'un sur deux finit par mourir, il y a un vrai mécontentement.    

Seule l'aide des locaux – qui expliqueront à leurs homologues les enjeux et l'importance du phénomène – pourra modifier certaines habitudes. Ce ne sera qu'ainsi que l'on pourra pousser certaines populations à prendre les mesures d'hygiène adéquates.

Outre le drame sanitaire, ces pays sont durement touchés par les conséquences économiques et sociales du virus. Si la situation empire, quels autres problèmes ces pays vont-ils devoir traverser ? Quel peut-être l'impact d'une épidémie de cette ampleur dans cette région du monde ?

Il y a d'ores et déjà des conséquences graves… Quand le nombre de cas s'élève, il y a une crainte d'aller dans une ville où des personnes infectées sont soignées, ou vivent. Il y a surtout des conséquences en termes de santé : actuellement, à Conakry, des personnes n'osent pas aller à l'hôpital pour ne pas fréquenter des malades d'Ebola, et meurent donc d'autres maladies, comme le paludisme, faute d'aller se faire soigner. Côté économique, certains aliments voient leurs prix augmenter, l'activité économique se réduit car les étrangers ne veulent pas venir faire des affaires dans le pays. On voit d'ailleurs que les compagnies aériennes renoncent de plus en plus à atterrir dans les capitales des pays concernés, ce qui est une catastrophe absolue pour ces derniers. Il y a par exemple pour la Guinée une importance capitale à ce que son vol Paris-Conakry soit maintenu, d'autant que le risque pour le personnel navigant est extrêmement faible. Tous ces problèmes existent déjà : ils ne feront que prendre de plus en plus d'ampleur avec la hausse du nombre de contamination.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires