En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

07.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 3 min 29 sec
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 4 heures 11 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 4 heures 58 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Politique
Milliardaires contre milliardaires

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Société
Entretien

Chantal Delsol : "L’Occident est passé de l’humanisme à l’humanitaire"

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 38 min 35 sec
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 4 heures 42 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 7 heures 40 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 8 heures 23 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Politique
La révolution sera cruelle ou ne sera pas

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Santé
Usine du monde

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

il y a 13 heures 16 min
© Reuters
Le gouvernement turc s'apprête à autoriser les avions militaires américains à utiliser la base d'Incirlik.
© Reuters
Le gouvernement turc s'apprête à autoriser les avions militaires américains à utiliser la base d'Incirlik.
Liaisons dangereuses

Double jeu : les méandres de l’attitude trouble de la Turquie face aux Califoutraques islamiques

Publié le 25 septembre 2014
Le gouvernement turc s'apprête à autoriser les avions militaires américains à utiliser la base d'Incirlik, dans un but humanitaire et logistique uniquement, mais reste réticent à l'idée de participer à une opération militaire. Ankara soutient particulièrement le Front islamiste (réunion de plusieurs mouvements rebelles syriens) qui a des liens indirects avec l'Etat islamique.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement turc s'apprête à autoriser les avions militaires américains à utiliser la base d'Incirlik, dans un but humanitaire et logistique uniquement, mais reste réticent à l'idée de participer à une opération militaire. Ankara soutient particulièrement le Front islamiste (réunion de plusieurs mouvements rebelles syriens) qui a des liens indirects avec l'Etat islamique.

Atlantico : Au mieux décrite comme prudente, au pire comme ambiguë, la position de la Turquie a souvent fluctué. Quelle a été l’attitude de la Turquie depuis que l’Etat islamique existe et commet ses exactions ?

Alain Rodier : L'Etat Islamique d'Irak et du Levant (EIIL) devenu aujourd'hui l'Etat Islamique tout court (ou Daesh, ce qui veut dire la même chose en arabe mais avec un côté péjoratif) existe presque depuis le début de la rébellion syrienne. En effet, ce sont des troupes de l'Etat Islamique d'Irak (EII) qui existaient 2006 (en Irak) qui ont pénétré dans le pays dès la fin 2011. Ses forces s'approvisionnaient alors principalement en Irak mais aussi en Turquie, au milieu des autres groupes rebelles. Il était alors fait aucune distinction entre les "modérés" et les "radicaux", le seul objectif était de faire tomber le régime de Bashar el-Assad, ce qui devait intervenir rapidement.

Il n'y a commencé à avoir une scission avec les autres formations qu'à l'été 2013. Le rejet de l'EIIL par les autres mouvements n'a été effectif qu'à l'automne 2013 et officialisé au printemps 2014. Mais pour la Turquie, la rupture n'est vraiment survenue qu'avec la prise du Consulat général de Mossoul par les forces islamiques à l'été 2014. 49 otages (dont 46 Turcs) ont été faits à cette occasion. Ankara s'est rendu compte du danger, un poil trop tard. Après, la Turquie a eu les mains liées car la priorité était alors donnée à la libération des otages. Celle-ci est intervenue il y a quelques jours. Il est possible qu'il y ait eu une sorte d'échange de "prisonniers".

En quoi peut-on dire que la Turquie a permis l’essor de l’Etat islamique ? Malgré ses dénégations, est-il envisageable de penser qu’Ankara s’approvisionne illégalement en pétrole auprès de l’Etat islamique ?

La Turquie a aidé tous les groupes rebelles syriens depuis l'origine car son objectif était (et reste) la chute du président Bashar el-Assad. Le prétexte invoqué sont les atrocités auxquelles il se livre contre son propre peuple. En fait, c'est plus compliqué. Les Turcs sont majoritairement sunnites et, surtout, ses dirigeants sont proches des Frères musulmans qui sont derrière la rébellion syrienne "modérée". Toutefois, 10% des Turcs sont des Alévites, donc assez proches des Allaouites au pouvoir à Damas, ce qui complique le problème. Les Alévites turcs se sentent rejetés par le parti au pouvoir en Turquie (l'AKP). La région frontlière turque a constitué pendant des années une zone refuge pour tous les rebelles. Ils pouvaient s'y livrer à tous les trafics, la contrebande y étant une activité traditionnelle. Beaucoup de blessés ont été soignés dans les hôpitaux turcs (on peut penser que c'est là que les autorités turques ont trouvé les membres de l'EI qu'ils auraient ensuite échangé contre leurs otages).

Ce n'est pas le gouvernement turc qui s'approvisionne en pétrole auprès des islamistes radicaux. Ce sont des "particuliers" (au sens large du terme) qui effectuent des trafics à l'aide de camions citerne, les autorités regardant "ailleurs". La corruption de fonctionnaires et le crime organisé jouent un rôle majeur dans cette affaire.

Une remarque : quand Daesh vend du pétrole (30% des capacités de production saisies), il y a forcément des acheteurs et des intermédiaire. Les identifier et les sanctionner devait permettre de considérablement faire diminuer les flux financiers. Il conviendrait aussi de regarder du côté des raffineries. En effet, les capacités de raffinage de Daesh seraient limitées et il échangerait de grosses quantités de brut pour de plus petites raffinées pour approvisionner ses véhicules.

Ankara a déclaré mardi être prêt à s’impliquer officiellement au sein de la coalition internationale qui lutte contre l’Etat islamique. Comment expliquer ce revirement ? La Turquie peut-elle en profiter en obtenant une meilleure image aux yeux des Européens ?

Ankara n'a que faire de son "image de marque" auprès des Européens. En réalité, c'est un subtil jeu d'influences et de séduction-répulsion qui se noue, et ce, depuis des dizaines d'années. Par contre, ses liens avec les Etats-Unis sont prioritaires pour Ankara. Or, Washington est, pour le moins, "insistant" pour obtenir des facilités opérationnelles sur la base aérienne d'Inçirlik située près d'Adana. En effet, pour le moment, uniquement des missions "humanitaires" partent de cette base où les Américains sont présents en force depuis des dizaines d'années. Sa proximité de la Syrie serait un avantage tactique important pour y mener des frappes.

Une deuxième mesure proposée par Ankara serait de constituer une zone tampon d'une trentaine de kilomètres à l'intérieur de la Syrie.

L'objectif est double :

  • y fixer les réfugiés (ils sont déjà 1 500 000 en Turquie qui a du mal à gérer une masse aussi importante);
  • contrôler les actions des indépendantistes du PKK qui sont aux côté du PYD, le parti kurde syrien dont les zones d'influence se situent le long de la frontière. En effet, il faut se rappeler qu'Ankara est hostile à la création d'un Etat kurde qui pourrait, ultérieurement, avoir des revendications territoriales sur le sud-est de la Turquie.

La Turquie ne risque-t-elle pas aussi de payer un éventuel engagement en subissant des attaques terroristes sur son territoire ?

La Turquie est habituée à ce type de menace et le peuple turc fait preuve d'une résilience hors du commun. Le dicton "fort comme un Turc" n'est pas une légende quoique "dur comme un Turc" serait plus adapté. Les actions terroristes ne lui font vraiment pas peur. Le PKK  et les groupes d'extrême-gauche en ont mené pendant des années. D'ailleurs plusieurs attentats ont eu lieu le long de la frontière mais les autorités les attribuaient aux services secrets syriens.

La Turquie connaît aujourd'hui de nombreux problèmes.

  • Son président et ancien Premier ministre Erdogan est surnommé par ses opposants : le "nouveau sultan". L'image est révélatrice: il se rêve en "Poutine turc" et ne tolère aucune opposition ;
  • il tente de présidentialiser le régime, ce qui oblige à un changement de la constitution ;
  • il est en conflit avec la puissante "fondation Gülen"qui prône un islam moderne mais aussi très rigoriste. Ce conflit fait que le régime a perdu le contrôle d'une partie de la police et de la justice, deux administrations pénétrées depuis des années par la fondation. Pour contrebalancer ce manque, il a fait libérer de nombreux militaires qui avaient été condamnés à de longues années de prison pour des soit-disant "complots" (des mégaprocès avaient bénéficié de l'aide de la fondation Gülen qui s'est toujours opposée aux militaires). Résultats : l'armée est "neutre" pour l'instant.
  • les 1 500 000 réfugiés coûtent cher et peu de pays aident la Turquie à faire face à cette vague déferlante.
  • l'économie turque très florissante ces dernières années connaît aujourd'hui des difficultés de débouchés, en particulier en raison des révolutions arabes qui ont tari la demande vers le Proche-Orient.
  • L'Arabie saoudite, l'Iran et d'autres pays musulmans contestent la volonté de leader que prône Ankara (sous l'égide des Frères musulmans).

Etc.

Ce sont ces problèmes qui font que l'exécutif turc "navigue à vue dans un brouillard épais". Seul point fort pour Erdogan : pour le moment, il n'y a aucune opposition interne structurée et crédible qui serait capable de le remplacer.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

07.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/09/2014 - 22:47
Une seule chose est certaine, dans cet exercice de masque
à deux faces, c'est que la France (par la voix de Sarko qui n'a pas fait que des conneries...) a eu mille fois raison de s'opposer à l'entrée de la Turquie dans l'UE. Avec nos huit millions de musulmans introduits par les gauchistes (UMP inclus), plus les turcs qui auraient circulé librement dans notre république autrefois laïque, on ńavait plus que l'exil pour seule perspective...
Texas
- 25/09/2014 - 18:20
Intéressant
Très subtil cet excercice d' équilibriste de Mr Erdogan...un fin politique .