En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© REUTERS/Patrice Massante
Hervé Gourdel a été décapité ce mercredi.
Comment nous faire peur

Hervé Gourdel, la mort qui nous fige : comment les djihadistes ont tout compris des secrets pour produire chez nous l’effroi maximum

Publié le 26 septembre 2014
Notre réaction face à la mort n'est pas la même dans toutes les situations, nous sommes tout particulièrement émus par celle du Français Hervé Gourdel, décapité ce mercredi 24 septembre, et même davantage que par des meurtres de masse tel que le génocide rwandais par exemple, et ça les djihadistes de l'Etat islamique l'ont bien compris.
Philosophe et critique littéraire, Damien Le Guay est l'auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en cendres (Editions le Cerf) et La face cachée d'Halloween (Editions le Cerf).Il est maître de conférences à l'École des hautes études commerciales...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Damien Le Guay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philosophe et critique littéraire, Damien Le Guay est l'auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en cendres (Editions le Cerf) et La face cachée d'Halloween (Editions le Cerf).Il est maître de conférences à l'École des hautes études commerciales...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Notre réaction face à la mort n'est pas la même dans toutes les situations, nous sommes tout particulièrement émus par celle du Français Hervé Gourdel, décapité ce mercredi 24 septembre, et même davantage que par des meurtres de masse tel que le génocide rwandais par exemple, et ça les djihadistes de l'Etat islamique l'ont bien compris.

Atlantico : Après deux journalistes et un travailleur humanitaire, c'est au tour du Français Hervé Gourdel, enlevé en Kabylie alors qu'il faisait de la marche, d'être décapité par des djihadistes se réclamant de l'Etat islamique. Comment expliquer que seulement quelques morts, aussi tragiques soient-elles, génèrent davantage d'émoi que celle des milliers de Chrétiens et Yézidis massacrés par les djihadistes ?

Damien Le Guay : Un constat s’impose : tous les morts n’ont pas le même poids médiatique. Ils ne provoquent pas le même fardeau d’émotion ni les mêmes effets pour les opinions publiques. Nous pouvons le déplorer. Le dénoncer comme une rupture d’égalité devant notre commune humanité. Mais c’est ainsi. Et personne ne vient dire haut et fort qu’il y a là un "deux poids deux mesures", un "deux morts, deux effets médiatiques". Et pourtant, tel est le cas. Notre humanisme suppose que nous sommes tous, qui que nous soyons, "tout un homme, fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui" - selon la belle et idéale phrase de Sartre. Et si ces "valeurs humanistes", dont nous nous réclamons, étaient notre "bien le plus précieux", (selon la proclamation de nos responsables politiques), alors elles agiraient autant dans le monde des idées que dans le monde médiatique. Or, il n’en est rien. Zigouiller quatre otages occidentaux et massacrer des milliers de Yézidis ou de chrétiens d’Irak n’a pas le même impact, le même effet, les mêmes conséquences pour nous.


En toute rigueur d’analyse, constatons que trois conditions sont tristement "nécessaires" pour provoquer un impact de visibilité médiatique maximum.
D’une part, le meurtre de l’un de nos compatriotes. Comme si une nationalité similaire, une langue commune, une proximité géographique ajoutaient de la peine à la peine, par effet de solidarité, d’identification, de responsabilité patriotique. Dés lors, un chrétien d’Irak est d’abord, pour nous, un étranger avant que d’être un homme comme nous. Le français Hervé Gourdel était lui comme nous. Dés lors, nous pouvons être écœurés à juste titre par la mort de notre compatriote alors même que nous le sommes moins par celle d’un chrétien irakien – qui lui aussi à un nom, un prénom, une famille, une histoire et est un homme comme nous.


D’autre part, les conditions barbares du meurtre. Les deux journalistes et le travailleur humanitaire ainsi que Hervé Gourdel ont été décapités. Cette manière d’agir fait naitre en nous des sentiments d’indignation viscérale à la hauteur de ces pratiques "d’un autre âge". Tuer est une chose. Décapiter en est une autre. A la cruauté d’une exécution sauvage sans procès, sans raison, s’ajoute la cruauté d’un procédé ignoble – sans donc une certaine "noblesse" de comportements, d’attitudes et d’humanité. La décapitation procède non seulement du meurtre mais aussi de la vengeance ; non seulement de l’exécution lâche mais aussi de la dégradation d’humanité. Hervé Gourdel n’était-il pas, selon les mots de ses meurtriers, l’un de ces "français infidèles" que l’on peut "écraser" avec "des pierres" ou "contre une voiture".


Troisième condition : une visibilité médiatique. Cette manière de rendre visible, de photographier, de filmer et de diffuser toutes ces images conduit à une visibilité maximum. Ces images in-montrables sont montrés. Ces films dégelasses  nous sont livrés et entrent dans les tuyaux médiatiques, parcourent les ramifications informationnelles, stimulent les pulsations instantanées des "chaines en continus". Tout s’arrête devant l’horreur envoyée à la figure de nos écrans. Et nous ne pouvons rien faire d’autre que de nous indigner d’une indignation rageuse et impuissante, d’une peine infinie et instantanée.

Dans quelle mesure les djihadistes qui pratiquent ces exécutions publiques ont-ils compris les tenants et les aboutissants de notre sensibilité à la mort mise en scène ? Que cherchent-ils à toucher en nous en pratiquant cette stratégie macabre ?

Ces barbares ont compris notre logique médiatique. Ils savent comment nous faire mal. Comment susciter notre indignation et se repaître de notre impuissance. Ils nous infligent des punitions collectives, des coups de fouets médiatiques pour mieux exister – et devenir ainsi les premiers de nos "adversaires" ce qui est, pour eux, un titre de gloire. Ils savent que pour nous provoquer il suffit d’agiter le chiffon rouge médiatique, de mettre d’horribles images devant nos écrans – qui sont nos yeux et nos oreilles grands ouverts sur le monde. S’ils "s’emparent" (et ils le font !) du système médiatique central, finissent par le mettre à leur tempo d’horreur (fait d’ultimatums et d’exécutions), ils savent, qu’ainsi, ils peuvent prendre en otage les opinions publiques. De ce point de vue-là, ils nous comprennent, savent comment nous fonctionnons, se servent de nos armes médiatiques et les retournent contre nous, pour nous mieux détester et se faire détester de nous.

Les guerres "modernes", nous le savons depuis l’effondrement des tours du World Trade Center (le plus grand événement médiatique de tous les temps), se "gagnent" sur un double terrain. Celui des armes et du sang versé. Terrain "traditionnel" et aux procédés archaïques. Celui aussi des images et des émotions sollicitées. Terrain virtuel, réactif, éruptif, obéissant à la seule logique émotionnelle. Et ces "djiadistes" agissent autant sur le terrain "militaire" que sur le terrain médiatique. Ils violent autant "l’art de la guerre" que "l’art médiatique". Ils n’agissent pas en militaire mais en terroristes ; ils ne "livrent" pas de l’information mais balancent des corps décapités au travers de nos vitrines télévisuelles. Cette double barbarie est voulue, souhaitée, planifiée et est conçue par eux comme une continuation de la haine par d’autres moyens. Il ne faut pas seulement "tuer" des "ennemis" mais surtout se faire reconnaitre comme tel par  cet ensemble indistinct d’un Occident "infidèle" et interconnecté aux divinités médiatiques.

Comment expliquer aussi que les morts provoquées par un crash aérien nous choquent plus que celles du quotidien ? Les accidentés de la route, ou les gens qui meurent seuls chez eux, sont bien plus nombreux...

Si l'image a un effet aussi traumatisant, cela veut-il dire que les médias devraient s'interdire de les rendre accessibles ? Sont-elles relayées uniquement par souci d'informer, ou un besoin morbide foncièrement humain est-il aussi à prendre en compte ?

Comprenons bien que ces djiadistes nous comprennent mieux que nous ne les comprenons. Ils ont la main sur nos systèmes médiatiques. Et de ce point de vue-là, ils réussissent. Ils savent que les jets continus d’informations déversés par tous nos écrans et nos radios sont autant une belle pulsation du monde que d’effrayants électrochocs. Il leur suffit d’augmenter l’électricité médiatique pour nous voir tous souffrir, tous nous lamenter, tous déplorer ces "gestes barbares". Ils ont la main sur le bouton du voltage cathodique et ne cessent, de décapitations en ultimatum, d’augmenter les décharges médiatiques.

Prenons bien conscience de la double nature des médias occidentaux. Ils sont une force collective, une manière d’exister dans un même espace-temps et de relier à la vitesse de l’éclair des individus éloignés les uns des autres. Mais en même temps, ces médias, régit de plus en plus par l’émotion, de plus en plus incapables de prendre du recul, aussi agités que l’agitation des informations déversées sans fin, ces médias peuvent de moins en moins mettre en forme, prendre le temps de la réflexion. Ce flux irréfléchi et gorgé d’émotions est devenu notre "talon d’Achille". Les terroristes savent qu’en l’attaquant, ils nous affaiblissent, nous livrent la guerre de l’intérieur de nous-mêmes et non uniquement sur les "théâtres extérieurs d’opération".

Est-ce à dire que les médias ont une forme de complaisance vis-à-vis des horreurs perpétrées par ces terroristes ? Oui. De toute évidence. Non pas une complicité idéologique, une complaisance personnelle,  mais une incapacité à ne pas rendre compte de l’horreur -  même si cette restitution est précisément ce qui est recherchée par les terroristes. Poussons le raisonnement jusqu’au bout (jusqu’à l’injustice) : est-ce à dire que les médias sont "responsables" de ces crimes sauvages ? Oui. Si l’on veut. Mais bien malgré eux. A leur corps défendant. Incapable de ne pas faire leur "nécessaires devoirs" et de se taire sur ce qu’ils voient et savent.
Et il parait difficile, pour ne pas dire impossible, d’imposer une "censure" ou une "autocensure", même si cela était "pour la bonne cause", sans mettre en péril le "devoir d’informer". Ce devoir est, pour nous, une exigence démocratique. Il donne au "peuple" la capacité de jugement, sans cet usum delphini qui, autrefois, considérait, que certains pouvaient savoir et d’autres rester dans l’ignorance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 25/09/2014 - 14:44
Que fait notre Président Hollande il se pavane à l'ONU 2
C’était complètement du devoir devant toutes les nations de l’Irak, de l’Arabie Saoudite, de la Jordanie et de tous les pays musulmans qui sont d’accord pour éradiquer l’obscurantisme de la pensée de tous les adeptes qui sont présent de par le Monde de parler de cette guerre nécessaire. De dire que toutes les religions ont le droit de vivre sur la terre, et que l’Islam n’est pas une dictature sur tous les hommes. C’est cela un vrai Président c’est quelqu’un qui sait voir la réalité du terrain.
Benvoyons
- 25/09/2014 - 14:43
Que fait notre Président Hollande il se pavane à l'ONU
il se répand en France et dans le Monde que la France est en guerre contre l’État Islamique donc contre des musulmans. Pour un homme politique de 35 ans de métier cela me laisse totalement perplexe car la vérité n’est pas là. ======Car finalement il laisse penser à nos petites têtes sans cervelle de quelques Français et bien la France est bien en guerre contre des musulmans.====Pour quelle raison il fait çà ? Il pense réduire la courbe du chômage s’il y a une guerre civile, il pense à remonter dans les sondages notre chef de guerre qui n’est pas la notre ! =======En effet que savons-nous et bien que l’Irak pays musulman est en Guerre contre la pensée obscurantiste de musulmans de EI. Que l’Arabie Saoudite, la Jordanie, qui sont des pays Musulmans font aussi la guerre à la demande de l’Irak. Donc même si l’Irak a demandé aux USA et à la France de les aider et bien cela n’était aucunement aux USA à la France de parler à l’ONU, ni dans tous les médias de cette guerre en laissant penser que cela était notre guerre.
Benvoyons
- 25/09/2014 - 11:37
Pour moi j'ai pas de problème avec les musulmans en tant que tel
mais un problème avec le Coran qui est la quadrature du cercle. Je sais que les musulmans ont fait parti des créateurs des mathématiques après les Indiens. Mais comment créer les mathématiques et suivre son ÉVOLUTION qui est constante et en même temps lire un livre qui serait immuable sans évolution alors que par exemple "il ne parle que des juifs et chrétiens alors qu'à la même période il existait d'autres religions dans le Monde. Dieu ignorait-il qu’il existait d'autres religions sur terre??? Le livre ne parle des choses qui sont existantes maintenant. Dieu ne savait pas que se qu'il avait engendré l'homme, aurait ce niveau de connaissance et donc l'évolution des mathématiques???? Ce qui est immuable et sans évolution n'existe pas. C'est la seule référence immuable.