En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 10 heures 44 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 13 heures 26 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 16 heures 53 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 20 heures 1 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 21 heures 6 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 13 heures 6 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 14 heures 12 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 16 heures 43 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 17 heures 5 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 18 heures 16 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 21 heures 39 min
© Reuters
Les ours polaires sont une espèce menacée par le dérèglement climatique.
© Reuters
Les ours polaires sont une espèce menacée par le dérèglement climatique.
Passage en caisse

Dérèglement climatique, la facture : ce qu’il nous coûte d'ores et déjà

Publié le 23 septembre 2014
5500 milliards de dollars, c'est le coût de l'inaction de la planète vis-à-vis du dérèglement climatique, estimé par Nicholas Stern en 2006. Depuis son alerte, rien n'a changé, les gouvernements cultivent leur immobilisme. La perspective des générations futures risque d'être plus noire que verte.
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
5500 milliards de dollars, c'est le coût de l'inaction de la planète vis-à-vis du dérèglement climatique, estimé par Nicholas Stern en 2006. Depuis son alerte, rien n'a changé, les gouvernements cultivent leur immobilisme. La perspective des générations futures risque d'être plus noire que verte.

Atlantico : Dans un long article de 2013 Nicholas Stern a mis une nouvelle fois en garde les gouvernements sur la nécessité de corréler la croissance et le changement climatique, bien souvent mis en opposition par les décideurs, pour éviter des risques d'effondrement. Les taux de croissance sont-ils déjà affectés par le dérèglement climatique ? Par quel biais ?

Christian Gollier : Les taux de croissance affectés sont relativement marginaux. La productivité du capital et du travail n'ont plus une croissance aussi importante que celle que nous avons connue lors des trente glorieuses. Le climat est peu responsable de cette situation.

Si nous venions à atteindre des augmentations de températures de 3 à 5 degrés, la productivité du travail serait atteinte et la productivité agricole serait réduite, ce scénario aurait des conséquences très importantes sur la croissance et le bien-être. Si nous considérons l'augmentation du niveau des mers qui aurait des impacts sur les zones à forte densité de population, la destruction du capital immobilier serait conséquente. L'augmentation du climat pourrait avoir une répercussion sur le niveau de santé des travailleurs qui se traduira par une incapacité à créer de la valeur.

En 2006, Nicholas Stern avait estimé le coût de l'inaction à 5500 milliards de dollars dans les années à venir ? Qu'en est-il aujourd'hui ? Quel tribut l'économie mondiale a-t-elle payé au dérèglement climatique ?

Nous sommes toujours dans une incertitude extrêmement considérable sur l'évaluation de l'impact monétaire et environnemental lié à l'augmentation de la température de la terre. Le rapport Stern en 2006 a donné un intervalle de confiance raisonnable des dommages à l'horizon 2200 entre 2% et 35% du PIB mondiale, ce qui représente une fourchette très large. Aujourd'hui, nous sommes encore dans un flou important concernant les conséquences. Si nous parvenons à maintenir le non-dépassement de 2 degrés, l'impact à long terme se mesurera entre 2% et 4% du PIB mondiale, c'est assez marginal. L'inquiétude serait si nous n'arrivions pas à maintenir cette augmentation à 2 degrés et que celle-ci grimpe à 4, 5 ou 6 degrés, nous serons dans un monde complètement différent. Dans ce cas, les dommages pourraient atteindre plusieurs dizaines de pourcentage du PIB mondial.

Aujourd'hui, il y a quelques constats. Nous avons eu des phénomènes de sécheresse, une augmentation de la séquence des cyclones même si ces dernières temps nous avons eu moins de cyclones que ce que nous aurions pu craindre. L'impact du changement climatique est encore marginal. Néanmoins, il ne faut pas partir du constat que ce n'est pas grave et se contenter de  l'inaction, ce qui arrive est extrêmement dramatique. Il y a des seuils et lorsqu'ils seront dépassés, il y aura des augmentations importantes des dommages.  

Quels secteurs sont les plus touchés ?

Les secteurs les plus touchés seront évidemment l'agriculture ainsi que tous ceux liés à la biodiversité. Ce ne sont pas des secteurs industriels mais ils sont importants pour notre bien-être et surtout pour les générations futures.

Et quelles zones géographiques ?

Une différence va se creuser d'un point de vue géographique. Même si ce n'est pas évident de détecter quelles seront les zones les plus atteintes, nous savons que ce seront avant tout les endroits très secs, très chauds avec des conséquences terribles. En revanche, dans les zones tempérées, les impacts seront moins graves. Certaines parties du globe vont y voir des avantages comme celles proches du cercle polaire où l'agriculture va pouvoir se développer et les populations s'y installer. Néanmoins, il faudra plusieurs siècles avant qu'elles se transforment et qu'elles soient profitables.  

Les gouvernements ont-ils pris la mesure des pressions que le climat exerce sur leurs économies ? Cela explique-t-il leur relative inaction ? Le levier du coût économique serait-il le seul capable de pousser à l'action ?

Les gouvernements sont conscients de ce constat mais ils ne sont pas incités à agir car ils préfèrent que ce soit le pays voisin qui fasse le premier pas. Il y a ce qu'on appelle en économie un problème de "passager clandestin". En d'autres termes, lorsqu'il y a un bien collectif comme le climat, ceux qui paient pour faire des efforts ne sont pas ceux qui bénéficient de ces efforts, chacun a intérêt que l'autre le fasse en premier. De ce fait, plus personne ne fait d'efforts.  Un autre point n'est pas à négliger, les gouvernements sont élus par la génération actuelle et pas celle du futur qui ne sont pas encore des électeurs. Ce sont les principales raisons de leur inaction.

Pour que nous réussissions à affronter ce challenge extraordinaire, il faut absolument coordonner l'ensemble des actions à travers la terre au niveau des industries, des entreprises, des consommateurs, des pouvoirs publics pour faire en sorte que tous les efforts soient vraiment porteurs de réduction. Pour cela, nous avons besoin d'un système de bâtons et de carottes. Il faut un système de taxes ou de permis d'émission qui fasse que chacun paie pour les dommages qu'il fait porter aux autres.   

La remise en cause des modèles de calcul d'impact sur la croissance qui ne prendraient pas en compte certains facteurs est considérée comme nuisible. Nicolas Stern déclare qu'il faut mettre en place d'autres modèles. Qu'en est-il aujourd'hui ? Allons-nous vers cette voie ?

Aujourd'hui, les modèles sont très imparfaits, ils ne prennent pas en compte l'ensemble de la problématique. Il y a également de nombreuses incertitudes sur les phénomènes climatiques auxquels nous sommes confrontés. Par conséquent, il est complexe dans ces modèles de prendre en comptes tous ces doutes.  Effectivement, ces modèles ne sont qu'une représentation approximative de la réalité du problème. Il faut reconnaître qu'ils ne sont pas optimaux et la question qui se pose est comment intégrer ces éléments dans ces modes de calculs. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

01.

L'Etat cherche de l'argent

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 23/09/2014 - 22:31
Tous les pays doutent...
mais pas chez nous ce soir sur TV5 puis sur l A2 le pilonnage "goebellien" a continué , aucun invité pour contester sérieusement toutes les affirmations farfelues de nos croisés du réchauffement causé par l'Homme/
2 croisés face à 2 prudents et un présentateur peu désireux de contester les autorités vertes sur le plateau
Hollande a encore promis un milliard de dollars, le budget de la défense va être trop court d'un milliard vu les engagements extérieurs , ors de sa conférence le président a claqué 2 milliards de plus qu'il a financé par des "économies " à trouver :Bref avec Hollande à moins d'un milliard par jour t'es pas dans le coup ;Français nous sommes dans la crise ,va falloir payer plus pour que MOI President tienne le rythme
sandhom
- 23/09/2014 - 19:15
@leucate
Merci, passionnant.
Leucate
- 23/09/2014 - 18:35
ne pas se tromper de danger
Notre interglaciaire commencé il y a 10.000 ans connaît des cycles de plusieurs siècles alternant les périodes froides et les périodes tièdes ou chaudes avec des minimum et des maximum que nous avons pu dater: l'optimum médiéval où les températures étaient bien plus chaudes qu'aujourd'hui et le minimum de Maunder appelé aussi "petit âge glaciaire" qui coïncide avec la fin du règne de Louis XIV quand la Seine gelait ainsi que le vin dans les barriques.
Et nos lointains ancêtres néanderthal avaient connu un autre interglaciaire bien plus chaud que notre Holocène appelé l'Eémien où le niveau de la mer était 4 à 6 m plus haut qu'aujourd'hui ce qui signifie que la quasi totalité des glaces terrestres avait fondu. Pourtant l'ours blanc, qui est une spécialisation antérieure de l'ours brun (datant du Riss) avec qui il reste fertile (le grolar) avait survécu.
Par contre il est fort probable qu'avant que les températures ne deviennent vraiment inquiétantes nous auront été empoisonnés d'ici là par tous les produits chimiques que nous rejetons dans la nature.
Des températures trop froides ou trop chaudes n'ont jamais posé de problèmes, c'est l'homme qui fait disparaître la faune et la flore.