En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

De la difficulté à juger les politiques

02.

Kate & William : de l'utilité politique d'un mariage princier

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 28 min 49 sec
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 1 heure 23 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 2 heures 1 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 2 heures 20 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 12 heures 30 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 16 heures 32 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 47 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 44 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 22 heures 9 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 37 min 45 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 2 heures 56 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 2 heures 3 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 12 heures 18 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 13 heures 17 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 18 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 19 heures 25 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 48 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 22 heures 21 min
© Reuters
Les ours polaires sont une espèce menacée par le dérèglement climatique.
© Reuters
Les ours polaires sont une espèce menacée par le dérèglement climatique.
Passage en caisse

Dérèglement climatique, la facture : ce qu’il nous coûte d'ores et déjà

Publié le 23 septembre 2014
5500 milliards de dollars, c'est le coût de l'inaction de la planète vis-à-vis du dérèglement climatique, estimé par Nicholas Stern en 2006. Depuis son alerte, rien n'a changé, les gouvernements cultivent leur immobilisme. La perspective des générations futures risque d'être plus noire que verte.
Christian Gollier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
5500 milliards de dollars, c'est le coût de l'inaction de la planète vis-à-vis du dérèglement climatique, estimé par Nicholas Stern en 2006. Depuis son alerte, rien n'a changé, les gouvernements cultivent leur immobilisme. La perspective des générations futures risque d'être plus noire que verte.

Atlantico : Dans un long article de 2013 Nicholas Stern a mis une nouvelle fois en garde les gouvernements sur la nécessité de corréler la croissance et le changement climatique, bien souvent mis en opposition par les décideurs, pour éviter des risques d'effondrement. Les taux de croissance sont-ils déjà affectés par le dérèglement climatique ? Par quel biais ?

Christian Gollier : Les taux de croissance affectés sont relativement marginaux. La productivité du capital et du travail n'ont plus une croissance aussi importante que celle que nous avons connue lors des trente glorieuses. Le climat est peu responsable de cette situation.

Si nous venions à atteindre des augmentations de températures de 3 à 5 degrés, la productivité du travail serait atteinte et la productivité agricole serait réduite, ce scénario aurait des conséquences très importantes sur la croissance et le bien-être. Si nous considérons l'augmentation du niveau des mers qui aurait des impacts sur les zones à forte densité de population, la destruction du capital immobilier serait conséquente. L'augmentation du climat pourrait avoir une répercussion sur le niveau de santé des travailleurs qui se traduira par une incapacité à créer de la valeur.

En 2006, Nicholas Stern avait estimé le coût de l'inaction à 5500 milliards de dollars dans les années à venir ? Qu'en est-il aujourd'hui ? Quel tribut l'économie mondiale a-t-elle payé au dérèglement climatique ?

Nous sommes toujours dans une incertitude extrêmement considérable sur l'évaluation de l'impact monétaire et environnemental lié à l'augmentation de la température de la terre. Le rapport Stern en 2006 a donné un intervalle de confiance raisonnable des dommages à l'horizon 2200 entre 2% et 35% du PIB mondiale, ce qui représente une fourchette très large. Aujourd'hui, nous sommes encore dans un flou important concernant les conséquences. Si nous parvenons à maintenir le non-dépassement de 2 degrés, l'impact à long terme se mesurera entre 2% et 4% du PIB mondiale, c'est assez marginal. L'inquiétude serait si nous n'arrivions pas à maintenir cette augmentation à 2 degrés et que celle-ci grimpe à 4, 5 ou 6 degrés, nous serons dans un monde complètement différent. Dans ce cas, les dommages pourraient atteindre plusieurs dizaines de pourcentage du PIB mondial.

Aujourd'hui, il y a quelques constats. Nous avons eu des phénomènes de sécheresse, une augmentation de la séquence des cyclones même si ces dernières temps nous avons eu moins de cyclones que ce que nous aurions pu craindre. L'impact du changement climatique est encore marginal. Néanmoins, il ne faut pas partir du constat que ce n'est pas grave et se contenter de  l'inaction, ce qui arrive est extrêmement dramatique. Il y a des seuils et lorsqu'ils seront dépassés, il y aura des augmentations importantes des dommages.  

Quels secteurs sont les plus touchés ?

Les secteurs les plus touchés seront évidemment l'agriculture ainsi que tous ceux liés à la biodiversité. Ce ne sont pas des secteurs industriels mais ils sont importants pour notre bien-être et surtout pour les générations futures.

Et quelles zones géographiques ?

Une différence va se creuser d'un point de vue géographique. Même si ce n'est pas évident de détecter quelles seront les zones les plus atteintes, nous savons que ce seront avant tout les endroits très secs, très chauds avec des conséquences terribles. En revanche, dans les zones tempérées, les impacts seront moins graves. Certaines parties du globe vont y voir des avantages comme celles proches du cercle polaire où l'agriculture va pouvoir se développer et les populations s'y installer. Néanmoins, il faudra plusieurs siècles avant qu'elles se transforment et qu'elles soient profitables.  

Les gouvernements ont-ils pris la mesure des pressions que le climat exerce sur leurs économies ? Cela explique-t-il leur relative inaction ? Le levier du coût économique serait-il le seul capable de pousser à l'action ?

Les gouvernements sont conscients de ce constat mais ils ne sont pas incités à agir car ils préfèrent que ce soit le pays voisin qui fasse le premier pas. Il y a ce qu'on appelle en économie un problème de "passager clandestin". En d'autres termes, lorsqu'il y a un bien collectif comme le climat, ceux qui paient pour faire des efforts ne sont pas ceux qui bénéficient de ces efforts, chacun a intérêt que l'autre le fasse en premier. De ce fait, plus personne ne fait d'efforts.  Un autre point n'est pas à négliger, les gouvernements sont élus par la génération actuelle et pas celle du futur qui ne sont pas encore des électeurs. Ce sont les principales raisons de leur inaction.

Pour que nous réussissions à affronter ce challenge extraordinaire, il faut absolument coordonner l'ensemble des actions à travers la terre au niveau des industries, des entreprises, des consommateurs, des pouvoirs publics pour faire en sorte que tous les efforts soient vraiment porteurs de réduction. Pour cela, nous avons besoin d'un système de bâtons et de carottes. Il faut un système de taxes ou de permis d'émission qui fasse que chacun paie pour les dommages qu'il fait porter aux autres.   

La remise en cause des modèles de calcul d'impact sur la croissance qui ne prendraient pas en compte certains facteurs est considérée comme nuisible. Nicolas Stern déclare qu'il faut mettre en place d'autres modèles. Qu'en est-il aujourd'hui ? Allons-nous vers cette voie ?

Aujourd'hui, les modèles sont très imparfaits, ils ne prennent pas en compte l'ensemble de la problématique. Il y a également de nombreuses incertitudes sur les phénomènes climatiques auxquels nous sommes confrontés. Par conséquent, il est complexe dans ces modèles de prendre en comptes tous ces doutes.  Effectivement, ces modèles ne sont qu'une représentation approximative de la réalité du problème. Il faut reconnaître qu'ils ne sont pas optimaux et la question qui se pose est comment intégrer ces éléments dans ces modes de calculs. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 23/09/2014 - 22:31
Tous les pays doutent...
mais pas chez nous ce soir sur TV5 puis sur l A2 le pilonnage "goebellien" a continué , aucun invité pour contester sérieusement toutes les affirmations farfelues de nos croisés du réchauffement causé par l'Homme/
2 croisés face à 2 prudents et un présentateur peu désireux de contester les autorités vertes sur le plateau
Hollande a encore promis un milliard de dollars, le budget de la défense va être trop court d'un milliard vu les engagements extérieurs , ors de sa conférence le président a claqué 2 milliards de plus qu'il a financé par des "économies " à trouver :Bref avec Hollande à moins d'un milliard par jour t'es pas dans le coup ;Français nous sommes dans la crise ,va falloir payer plus pour que MOI President tienne le rythme
sandhom
- 23/09/2014 - 19:15
@leucate
Merci, passionnant.
Leucate
- 23/09/2014 - 18:35
ne pas se tromper de danger
Notre interglaciaire commencé il y a 10.000 ans connaît des cycles de plusieurs siècles alternant les périodes froides et les périodes tièdes ou chaudes avec des minimum et des maximum que nous avons pu dater: l'optimum médiéval où les températures étaient bien plus chaudes qu'aujourd'hui et le minimum de Maunder appelé aussi "petit âge glaciaire" qui coïncide avec la fin du règne de Louis XIV quand la Seine gelait ainsi que le vin dans les barriques.
Et nos lointains ancêtres néanderthal avaient connu un autre interglaciaire bien plus chaud que notre Holocène appelé l'Eémien où le niveau de la mer était 4 à 6 m plus haut qu'aujourd'hui ce qui signifie que la quasi totalité des glaces terrestres avait fondu. Pourtant l'ours blanc, qui est une spécialisation antérieure de l'ours brun (datant du Riss) avec qui il reste fertile (le grolar) avait survécu.
Par contre il est fort probable qu'avant que les températures ne deviennent vraiment inquiétantes nous auront été empoisonnés d'ici là par tous les produits chimiques que nous rejetons dans la nature.
Des températures trop froides ou trop chaudes n'ont jamais posé de problèmes, c'est l'homme qui fait disparaître la faune et la flore.