En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 17 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 19 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 50 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 13 heures 14 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 48 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 36 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 21 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 57 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 38 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 37 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 20 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 25 min
Inventaire après la rupture

Sarkozy, président d'un régime libéral autoritaire

Publié le 10 septembre 2011
Auteur du livre "Inventaire après rupture : Comment Sarkozy a changé la France", Francis Brochet analyse la curieuse ambivalence qui pousse le Président à paraître laxiste en matière de mœurs et intraitable en matière de sécurité. Extraits (1/2).
Francis Brochet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Brochet est journaliste au « Progrès de Lyon » et auteur de Inventaire après rupture (Editions François Bourin - 2011). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Auteur du livre "Inventaire après rupture : Comment Sarkozy a changé la France", Francis Brochet analyse la curieuse ambivalence qui pousse le Président à paraître laxiste en matière de mœurs et intraitable en matière de sécurité. Extraits (1/2).

Nous réclamons plus de sécurité, et de liberté. Et l’une, et l’autre. Il n’est plus temps de les opposer, comme dans la vieille bataille droite-gauche, mais de constater que sécurité et liberté peuvent être mariées, pour le meilleur et pour le pire. Curieuse ambivalence, souligne Antoine Garapon : nos sociétés «se montrent à la fois laxistes en matière de mœurs, mais sujettes à des phénomènes de paniques morales. En même temps qu’elles dépénalisent un grand nombre de comportements interdits (songeons à l’homosexualité), elles adoptent le principe de tolérance zéro[1]».

Nicolas Sarkozy s’inscrit parfaitement dans ce schéma. C’est pourquoi il est absurde de le caricaturer en cryptofasciste sécuritaire. Il est vrai que le Président, après le ministre de l’Intérieur, n’a cessé de renforcer l’appareil sécuritaire et de durcir la répression de la délinquance. Mais le même Président a développé les libertés économiques, refusé de censurer des livres ou des œuvres d’art, et interprété dans sa vie personnelle l’évolution libérale des mœurs.

Il est le président d’un régime que nous qualifierons de libéral-autoritaire. Un régime libéral, caractérisé par l’effacement de l’autorité de l’État devant la liberté des individus, par le recul de la notion de bien commun devant le jeu des intérêts particuliers. Et un régime autoritaire, car ces évolutions génèrent en parallèle la nécessité d’une répression rapide et brutale des écarts de conduite. C’est un mouvement dédoublé, aux allures de paradoxe, remarque Michel Foessel : « L’État peut accroître sa puissance en se dépossédant de son autorité, et le marché peut étendre la liberté des individus tout en organisant leur surveillance[2]. »

Nicolas Sarkozy n’affirme pas autre chose quand, au plus fort de la crise économique, il vante à Saint- Quentin le besoin de règles communes pour encadrer la liberté des individus comme des entreprises[3]. «La liberté, c’est de pouvoir prendre le métro sans se faire agresser par des voyous», lance-t-il, annonçant une nouvelle loi sécuritaire contre les bandes. « La liberté, ce n’est pas la dictature du marché », ajoute-t-il, promettant des mesures de régulation économique au sommet du G20 à Londres. Maximum de liberté d’un côté, pour l’épanouissement d’une société libérale et libertaire. Maximum de sécurité de l’autre, pour la tranquillité des individus et le fonctionnement optimal du marché.

Le modèle libéral-autoritaire n’est évidemment pas propre à la France de Nicolas Sarkozy. Il gagne du terrain dans l’ensemble de l’Europe, sous le masque du «Monstre doux » décrit par Raffaele Simone : la progression dans nos pays des valeurs traditionnellement à droite, dont la propriété et la liberté[4]. Le Monstre doux s’est illustré récemment en Suisse où, le même dimanche d’automne 2010, étaient organisés deux référendums. Le premier proposait l’expulsion automatique des criminels étrangers, quelle que soit l’importance de leur crime. Le second voulait taxer davantage les plus riches. Les Suisses ont naturellement dit oui au premier, non au second. Plus de sécurité, plus de liberté.

________________________

Extraits de Inventaire après rupture : Comment Sarkozy a changé la France, Bourin Editeur (8 septembre 2011)



[1] GARAPON Antoine, La Raison du moindre État, Éditions Odile Jacob, 2010.

[2] Cité par GARAPON Antoine, op. cit.

[3] Discours du 24 mars 2009.

[4] SIMONE Raffaele, Le Monstre doux, Gallimard, 2010.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cap2006
- 12/09/2011 - 14:55
Sarkozy n'est en rien libéral
exemples en économies :
--> auto entrepreneur obligé de cotiser à une chambre des métiers, toute entière mobilisée contre lui...sans aucun intérêt pour les clients.
--> aides à tout và pour les amis...taxes à tout và sur les dépenses contraintes : téléphone, mutuelles,etc..

Coté sociétal : tout répressif et anti liberté d'expression maladif
Sarkozy est tout sauf un libéral... autoritaire OUI
brennec
- 12/09/2011 - 06:47
Que veut dire 'libéral' pour ce monsieur?
Libéral sarko? Ni dans les moeurs ni dans l'économie! De lois de plus en plus repressives (exemple lopsi ou hadopi pour ne citer que celles qui s'adresse a la moitié des français) des interventions désordonnées tous azimuth dans l'économie (histoire de l'enfoncer encore un peu plus), des 'régulations absurdes', il faut être aveugle pour le trouver libéral.
Lepongiste
- 11/09/2011 - 15:29
@amanite J'ai apprécié votre métaphore....
sur les sangliers !!