En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 4 heures 34 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 5 heures 9 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 15 heures 55 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 19 heures 9 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 20 heures 22 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 5 heures 23 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 16 heures 51 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 19 heures 51 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 20 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 22 heures 54 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 23 heures 20 min
© Reuters
En France, les Britanniques doivent souvent faire face à des difficultés imprévues.
© Reuters
En France, les Britanniques doivent souvent faire face à des difficultés imprévues.
Game over

Ces Britanniques installés en France pour qui l’aventure tourne au cauchemar, à la pauvreté voire à la fraude

Publié le 26 septembre 2014
Nombreux sont les Britanniques qui lâchent tout pour venir s'installer en France, un rêve qui trop souvent s'écroule devant les difficultés. Entre le problème d'intégration et les difficultés administratives voire parfois les fraudes, la réalité est bien plus compliquée qu'elle n'y paraît au départ.
Catharine Higginson est blogeuse. Elle tient un site internet pour les expatriés britanniques en France "survive france".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Vallat est avocat au Barreau de Paris - cabinet secondaire à Tallinn (Estonie) - intervient régulièrement dans les dossiers de fraudes sociales, fiscales et travail dissimulé. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catharine Higginson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catharine Higginson est blogeuse. Elle tient un site internet pour les expatriés britanniques en France "survive france".
Voir la bio
Thierry Vallat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Vallat est avocat au Barreau de Paris - cabinet secondaire à Tallinn (Estonie) - intervient régulièrement dans les dossiers de fraudes sociales, fiscales et travail dissimulé. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nombreux sont les Britanniques qui lâchent tout pour venir s'installer en France, un rêve qui trop souvent s'écroule devant les difficultés. Entre le problème d'intégration et les difficultés administratives voire parfois les fraudes, la réalité est bien plus compliquée qu'elle n'y paraît au départ.

Atlantico : En France de nombreux Anglais voient leur rêve de nouvelle vie sombrer dans un gouffre de difficultés imprévues. Qu'est-ce qui pousse tant de britanniques à venir s'installer en France?

Catharine Higginson : Les raisons sont nombreuses. Il y a plusieurs catégories de personnes qui ont des raisons très différentes. Pour commencer, les Britanniques ont une affinité depuis longtemps avec la France. Elle a été notre destination de vacances préférée pendant de nombreuses années. Nous aimons le rythme lent de la vie dans la France rurale, la belle pierre construite, les "pigeonniers" et les champs de tournesols. Cela rappelle aux anglais comment l'Angleterre était, avec un rythme de vie plus lent et sécurisé. Il y a aussi beaucoup de programmes de télévision au Royaume-Uni montrant des gens qui ont déménagé en France et, plus important encore, en montrant comment les gens achetant des propriétés peuvent obtenir beaucoup plus en France qu’en Angleterre avec le même budget. Vous pouvez toujours échanger une petite maison au Royaume-Uni pour quelque chose de beaucoup plus grand avec dépendances et terrains en France. Les gens regardent les programmes (qui sont presque toujours filmés quand  il fait beau temps  !) Et pensent "Wow ! Je pourrais le faire, je pourrais vendre ma maison et acheter une "maison de maître" avec trois hectares et avoir assez d'argent pour installer une piscine ".

Les retraités qui sont venus tout simplement pour une belle retraite détendue ont tendance à s’en sortir  mieux. Ils sont heureux avec (en général !) le temps qui est meilleur et un taux de crime moins élevé. Pour eux, les aspects positifs de la France l'emportent largement sur les aspects négatifs. Ils ont tendance à mieux s'intégrer. Peut-être qu'ils sont une génération plus accommodante et stoïque. Peut-être qu'ils ont plus de temps pour s’arrêter et discuter avec les voisins et assister aux fonctions du village. Ils ont tendance à se joindre à un groupe ce qui rend l'intégration plus facile et ils sont moins préoccupés par leurs erreurs quand ils parlent français, donc ils sont plus heureux de communiquer. Sur l'ensemble des personnes que nous connaissons, les retraités ont tendance à être plus heureux et installés. Puis il y'a les jeunes immigrants qui ont besoin de gagner leur vie. C'est le groupe qui a généralement le plus de difficultés.

Les aides RSA, CMU, le système social français attirent-elles les Anglais en France ?

Thierry Vallat : Il a souvent été dressé un cadre quelque peu "idyllique" d'un système social français qui attirerait de nombreux étrangers, européens ou non, Concernant spécifiquement les anglais, il faut bien comprendre que le système d'aides instauré au Royaume-Uni a été longtemps globalement plus favorable, notamment avec de bien meilleures aides au logement. Contrairement à une idée reçue, le système anglais est donc nominalement resté plus généreux, même si toutefois les allocations de type RSA ou CMU demeuraient plus favorables en France. Il n'est donc pas étonnant que de nombreux anglais aient été attirés par la France, mais pas forcément uniquement pour bénéficier des aides.

Toutefois dès 2011, le gouvernement Cameron a été amené à opérer des coupes drastiques pour lutter contre les déficits. Dès lors,la tentation est effectivement devenue plus grande pour certains ressortissants étrangers d'obtenir des aides sur notre territoire, notamment issus de l'Union européenne et naturellement des anglais.

Mais il faut noter que ce "tourisme social" n'est pas propre à notre pays avec la crise qui accélère le déplacement de travailleurs, mais que le débat est ouvert dans d'autres pays européens comme l'Allemagne et aussi...la Grande-Bretagne elle--même et ses craintes de venues massives des "plombiers polonais". D'où les tentatives de restrictions pour décourager les migrants. Il s'agit donc bien là d'une préoccupation à l'échelle de l'UE.

Catharine Higginson : Pas du tout. La plupart d'entre eux ne sont  pas conscients de la façon dont cela fonctionne . La grande majorité des expatriés viennent  avec l’intention de travailler et c'est seulement quand les choses vont mal et qu’ils ont vraiment besoin d'aide qu'ils commencent à en savoir plus sur la façon dont le système de prestations fonctionne. Il est certainement beaucoup plus difficile de réclamer des aides ici qu’au Royaume-Uni, donc je ne pense pas que ce soit un facteur. Et n'oubliez pas, beaucoup de ces personnes n'ont jamais revendiqué quoi que ce soit dans leur vie au Royaume-Uni et sont très choqués quand ils tombent sur ​des temps financiers difficiles. Je sais que cela a été un énorme choc pour moi. Je travaille maintenant à temps plein en tant que professeur d'anglais pour la CCI et la ESDL mais il m'a fallu beaucoup de temps pour obtenir un certain degré de stabilité financière et je sais combien cela peut être difficile.

Toutes ces questions sont les raisons pour lesquelles nous avons commencé notre site Web. Comme beaucoup d'expatriés, j'ai un blog sur la vie en France. On a appelé notre site Survive France et nous l’avons lancé parce qu’il y avait un réel besoin de réseaux sociaux pour les anglophones en France. Le nom est un jeu de mots en anglais, nous vivons tous en France, mais la vie peut être une lutte - d'où l'accent sur ​​le mot "VIVE" - un mot français - survivre dans - un mot anglais. Nous avons environ 60 000 visiteurs uniques sur notre site chaque mois et environ 8000 membres inscrits. C'est un endroit où les gens peuvent aller pour poser des questions et partager leurs expériences. Et oui, nous avons pas mal de membres français aussi !

Des Britanniques vivant en France ont-ils par le passé pu "profiter" du système ? Constate-t-on encore des abus actuellement ? 

Thierry Vallat : Il est indéniable que certains britanniques ont usé, et parfois abusé, du système. De nombreuses dérives ont commencé à défrayer la chronique il y a une dizaine d'années lorsque, par exemple, on a appris que des anglais fortunés ayant investi dans le Sud Ouest dans de magnifiques demeures rénovées à grands frais étaient devenus des clients réguliers des médecins locaux et se trouvaient, contre toute attente, bénéficiaires de la Couverture médicale universelle.

C'était devenu même un phénomène récurrent dans certains départements comme l'Aude, le Lot ou les Pyrénées-Orientales. Certains avaient même pu parler de "ratissage social", encouragé par la difficulté pour la CPAM de maîtriser à l'époque les revenus des ressortissants anglais et donc d'octroyer la CMU à des bénéficiaires abusifs.

L'allocation indue et répétée du RMI à des centaines d'allocataires européens en Périgord, majoritairement des sujets britanniques, avait également attiré l'attention des autorités françaises sur les conditions, sans doute trop larges, d'obtention des aides.Aussi, les conditions d'octroi du RMI ou de la CMU se sont depuis durcies dès 2007, notamment avec la règle des trois mois de résidence régulière minimum.

En vain apparemment, puisque la fraude aux prestations sociales a tout de même explosé: les derniers chiffres viennent de tomber ce mercredi 17 septembre 2014 avec la publication du rapport annuel sur la sécurité sociale de la Cour des comptes révèle qu'entre 2007 et 2013 leur chiffre a doublé pour atteindre environ 5 milliards d'euros (25 milliards pour l'ensemble des fraudes aux cotisations sociales, principalement du travail dissimulé)

Il y a donc manifestement encore de nombreux abus, mais il serait excessif de stigmatiser une nationalité plutôt qu'une autre. 

Pourquoi tant d'entre eux éprouvent des difficultés à s'intégrer ? Y a-t-il un manque de préparation ?

Catharine Higginson : Je pense qu'il ya un gros problème avec le manque de préparation. Avant qu’on emménage en France cela faisait déjà plus de trente ans que je venais en vacances en France et j'ai pensé que je "parlé" français. En fait, le français que je parlais était l'équivalent anglais de "où est Brian? Brian est dans la cuisine "- pas pratique ou utile du tout. Je n’avais presque pas de vocabulaire qui me soit utile et si je devais aller dans un magasin de bricolage et acheter une pièce de rechange pour ma tondeuse ou aller au bureau de l'impôt et rechercher quelque chose, j'ai découvert que je ne pouvais pas m'exprimer. C'était très frustrant. C'est beaucoup plus facile de nos jours avec des ressources en ligne, mais même ainsi, beaucoup de gens arrivent et n'ont pas la moindre idée de la façon dont la "sécu" fonctionne ou ce qu'ils doivent faire pour enregistrer leur voiture.

Les consulats constituent indéniablement une aide précieuse pour nos amis britanniques implantés en France, dont celui basé à Bordeaux qui concerne la très nombreuse colonie des anglais résidant dans le Sud Ouest. 

Quelles sont les difficultés les plus fréquemment rencontrées par ces nouveaux expatriés ?

Catharine Higginson : Le plus gros problème pratique est de loin la santé. Pour commencer, il y a beaucoup de variations de droit entre les deux peuples de sorte qu'il est difficile pour eux de comprendre. Ensuite, il ya la question des différents bureaux CPAM / RSI demandant des documents différents. Il y a une variation énorme entre les régions. Il y a également le retard qui est déjà assez mauvais pour les francophones mais quand vous essayez de tout faire dans une langue étrangère, ça devient très difficile et la couverture / assurance santé peut devenir très stressante car il est très pénible d'être en attente d'une carte vitale depuis si longtemps. Il ya des histoires de gens qui attendent depuis des années et j'ai personnellement, lutté avec le RSI pour obtenir la Carte Vitale de mes filles pendant près de trois ans en dépit du fait qu’elles étaient sur ma Carte Vitale depuis 9 ans!
Le plus gros problème émotionnel est de loin la solitude et l'isolement. C'est différent dans les grandes villes et les villes, mais en France rurale, où la plupart des expatriés se dirigent, il est vraiment difficile de se faire des amis à proximité rapidement. C'est un gros problème pour les femmes en particulier qui sont habitués à passer beaucoup de temps avec leurs amies proches (faire du shopping ou aller au restaurant). Vous pouvez vous intégrer mais cela prend du temps et les gens trouvent que c’est plus facile d'essayer de se faire des amis avec d'autres anglophones. Malheureusement l'isolement social est une grande partie de l'expérience d'expatrié et, je pense que c’est l'une des raisons de la grande quantité d’abus d'alcool chez certains éléments de la communauté des expatriés.

S'agissait-il de fraude ou les Britanniques ont-ils fauté en raison d'une mauvaise connaissance du fonctionnement du système ?  

Thierry Vallat : Pour les cas évoqués précédemment, certains britanniques ont clairement sciemment fraudé et pu tirer partie sans vergogne des failles du système: ce sont des véritables fraudeurs. Comme ce contrôle URSSAF qui a permis de démasquer un escroc britannique qui opérait à Carcassonne en ayant détourné 15.000 € de CMU ou ces 150 faux RMIstes anglais qui sévissaient en Dordogne en encaissant un total de 660.000 €.

Les chiffres des irrégularités évoquées pour les ressortissants anglais démontrent également que les fraudes de ces derniers ne représentent qu'une infime partie des montants indûment perçus en France chaque année.

Et il y a bien sûr de nombreux bénéficiaires indus des prestations sociales qui les ont obtenu par simple ignorance du système ou omission sincère des données, les règles étant, il est vrai, particulièrement complexes à comprendre et à appliquer, pour tout le monde y compris les français...

Qu'est-ce qui a évolué en France avec l'accélération de la "chasse aux fraudeurs" ?

Thierry Vallat : Indéniablement, ce qui a changé dans le paysage de la fraude sociale, c'est un net durcissement de la lutte contre cette fraude avec de plus nombreux contrôles et un ciblage plus efficace avec notamment le recours aux méthodes de datamining, le recoupement de données en fonction du profil des fraudeurs.

Mais les moyens d'enquête demeurent encore notoirement très insuffisants en moyens et en personnel, avec un phénomène réel de développement massif de la fraude. Cette accélération des fraudes est aussi en partie liée à l'augmentation du nombre de travailleurs européens résidant dans un autre pays qui est passé de 4,7 millions en 2005 à 8 millions en 2013 !

Il faut noter que la France s'est également récemment dotée de nouveaux outils répressifs depuis le vote de la loi de financement de la sécurité sociale du 23 décembre 2013 qui a étoffé les dispositifs de lutte, notamment avec le nouvel article 441-6 du code pénal (qui puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende le fait de fournir sciemment une fausse déclaration ou une déclaration incomplète en vue d'obtenir ou de tenter d'obtenir, de faire obtenir ou de tenter de faire obtenir d'une personne publique, d'un organisme de protection sociale ou d'un organisme chargé d'une mission de service public une allocation, une prestation, un paiement ou un avantage indu).

Pour revenir aux ressortissants britanniques, ils sont enfin certainement aujourd'hui plus surveillés et contrôlés dans les régions où ils sont massivement établis, en raison des irrégularités dont les CPAM et URSSAF locales ont été alertées.

Ces britanniques se sont-ils trompés sur la France, se sont-ils fait une fausse image ?

Catharine Higginson : Je ne suis pas sûre d’une fausse image, mais je pense que beaucoup se sont égarés. Ils pensent que la vie en France sera comme être en vacances, mais pour les 12 mois de l'année! Lorsque vous êtes en vacances le rythme lent de la vie dans la France rurale, les beaux bâtiments en pierre "pigeonniers", les champs de tournesols sont agréables. Quand vous vivez ici 24/7 la vie de campagne vous rend fous, surtout si vous venez d'une grande ville au Royaume-Uni, le pigeonnier commence à tomber vers le bas et coûte une fortune à réparer et les champs de tournesols vous donne un rhume des foins! 

Très souvent les anglais sont attirés par les prix bas de l'immobilier et cela veut dire qu'ils achètent la où les français sont les  moins intéressés. Ce sont les endroits les plus faibles économiquement, ce qui fait que quand les anglais décident de rentrer dans leur pays, ils se retrouvent avec des maisons qui  valent très peu ou qui vont mettre beaucoup de temps à être vendu sur le marché. Souvent ils dépensent énormément en rénovant et sont incapables de récupérer cet argent par la suite. Dans ce cas, sauf s'ils ont un autre revenu, ils sont coincés car ils ne peuvent pas vendre leur maison au prix qu'elle vaut vraiment. Même s'ils trouvent un acheteur souvent ils ne peuvent pas se payer une maison au Royaume-Uni. Ils n'ont pas de revenus donc ils ne peuvent pas louer non plus. Ils se retrouvent coincés en France. Il n'y a pas de solution à ce problème et c'est le problème majeur qui affecte les anglais voulant retourner dans leur pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cpamoi
- 24/09/2014 - 09:55
Welcome in France !
Les Britanniques sont les bienvenus ! On devrait savoir accueillir plus honorablement nos voisins d'outre-manche ! Mais il est vrai que même pour un citadin français vivre dans un "trou" n'est pas simple !
Paoli
- 23/09/2014 - 15:11
Ben voyons...
Il eut ete utile aux auteurs de lire l'article edifiant du DailyMail d'il y a deux semaines qui y decrit le calvaire de residents Anglais en France qui ou n'ont jamais pu traivaller ou ont du mettre la clefs sous la porte, et qui n'ont jamais eu droit a RIEN.
Extraordinaire tout de meme: des gens qui veulent travailler (et repute comme tel), qui veulent bien gagner leur vie et participer a la vie de la communaute et du pays ou ils se trouvent ne peuvent le faire. En attendant, on est pret a payer tout et n'importe quoi a n'importe qui. Et si on a le malheur d'etre pauvre mais de venir d'un pays riche, alors malheur! on ne peut rien faire pour eux, hein, parce que voyez vous, ce serait scandaleux de les aider ces gens la, vous comprenez?
assougoudrel
- 23/09/2014 - 12:21
Pourquoi venir en France,
terre d'enfer fiscal, au niveau national, régional, départemental et communal? Nos dirigeants préfèrent d'autres immigrés indésirables et leur déroulent le tapis rouges. Les autres européens iront voir ailleurs, tout comme beaucoup de français.