En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
info atlantico
© Reuters
Thomas Thévenoud.
L’autre enjeu de confiance au Parlement
Au-delà du cas Thévenoud, petites confidences sur les dizaines de parlementaires en délicatesse avec le fisc
Publié le 19 septembre 2014
Le cactus Thévenoud inquiète au plus haut point la majorité car, selon nos informations, des dizaines de parlementaires de tous bords auraient actuellement maille à partir avec l’administration fiscale. Révélations.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cactus Thévenoud inquiète au plus haut point la majorité car, selon nos informations, des dizaines de parlementaires de tous bords auraient actuellement maille à partir avec l’administration fiscale. Révélations.

De quoi saper le moral- déjà bien bas- des millions de contribuables accablés par les hausses d’impôt et scandalisés par le peu reluisant exemple de Thomas Thévenoud : à en croire des confessions d’un haut responsable de la majorité, d’autres hommes et femmes politiques seraient actuellement en indélicatesse avec l’administration fiscale. Et ce bien au-delà des cas déjà connus du toujours ministre Jean-Marie Le Guen, de l’ex-secrétaire d’Etat Yamina Benguigui ou du foyer Balkany…

"En refusant de démissionner, confirme le hiérarque socialiste membre du clan hollandais, ce c… de Thévenoud fait prendre des risques considérables à tout le monde car malheureusement son cas est loin d’être isolé. On danse sur un volcan…".  
L’aveu fait d’autant plus froid dans le dos qu’il est confirmé de manière assez explicite dans les couloirs de Bercy. "Il est exact que des parlementaires – députés et sénateurs- sont actuellement en procédure avec l’administration fiscale", reconnait sans détours un spécialiste ministériel de la question.
Leur couleur politique ? "Gauche et droite confondues, les oublis ou le non-respect des règles en vigueur ne sont hélas pas spécialement l’apanage d’une famille politique…".
Leur nombre ? "Plusieurs dizaines…"
Leur nom ? "Secret professionnel … mais certains sont médiatiquement très connus".

Au sujet des personnalités publiques en indélicatesse avec le fisc, Christian Eckert, secrétaire d'Etat en charge du Budget a lui-même déclaré sur BFM sur le plateau de Ruth Elkrief le 11 septembre 2014 : "Je n'informe pas le président de la République ou le Premier ministre des dizaines de cas qui me sont soumis tous les mois".

Le fait est qu’aujourd’hui bien rares sont les députés et sénateurs à exiger la vérité sur ces questions pourtant explosives. Le silence et le malaise règnent très bizarrement du côté des groupes parlementaires pourtant si prompts à revendiquer à tout bout de champ la transparence, le respect des règles déontologiques et la sanction des fraudeurs…

Il semble dont que les élus éprouvent quelques difficultés à se mettre en conformité avec les lois votées par eux- même. "C’est un mal répandu, confirme un ancien inspecteur général des finances, si les absences de de déclaration sont relativement rares, on constate beaucoup de sous-évaluation de déclaration ISF. Les élus propriétaires immobiliers déclarent leurs biens à des niveaux largement inférieurs à leur valeur pour échapper à l’ISF, c’est classique". D’autres, comme ce sénateur adepte de Jérôme Cahuzac, avouent la possession d’un compte à l’étranger et sont traités – en toute discrétion- par la cellule de régularisation du ministère du Budget.

Mais, heureusement pour eux, le secret fiscal qui résiste encore, met tout ce beau monde à l’abri des qu'en dira-t-on et des foudres de l’opinion en périodes électorales. Comme ce ministre, grand donneur de leçons devant l’éternel qui, après avoir été rattrapé par la patrouille du fisc a finalement déposé sa déclaration ISF quatre mois après la date légale. Sans être inquiété…

Les centaines de milliers de contribuables à qui le fisc refuse assez sèchement d’étaler les paiements au-delà de trois mois, auraient bien aimé bénéficier d’un tel traitement de faveur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
socratus
- 21/09/2014 - 19:47
Si je suis abonné à Atlantico, ce n'est pas pour...
... y lire ce que je peux trouver dans Le Point !!
Nous voulons des faits précis, des noms précis, des preuves indiscutables.. C'est la moindre des choses !!
Pourquoi seule la gauche avec Mediapart bénéficie de chiens policiers fureteurs et découvreurs qui saisissent leur proie et ne la lâche plus tant qu'elle n'est pas sous les verrous !!?? surtout si elle est de droite !!

Atlantico se construit une réputation de sérieux, encore faut-il qu'il aille jusqu'au bout et qu'il n'abandonne pas ses lecteurs en milieu de parcours !!!
Fredja
- 17/09/2014 - 23:02
L'exemple vient d'en haut !!
Puisque non content d'avoir triché sur sa situation matrimoniale (il vivait sous statut marital avec Valoche au moment de son investiture), François Hollande a comme par hasard déclaré un patrimoine pile sous la limite de l'ISF. Alors que tout le monde savait qu'il est notoirement sous-évalué, puisque même le dernier crétin venu pouvait faire une estimation du prix de ses biens immobiliers en comparant sur internet... C'est quand même le plus haut personnage de l'état qui est un voyou ! Tant qu'il n'y aura pas de vrai contre-pouvoirs dans ce p... de pays, on n'arrivera pas à s'en sortir !
JG
- 17/09/2014 - 23:00
Faites ce que je dis, pas ce que je fais
Grand adage politique.
Notre mollandouille premier, en concubinage avec Mrs T., s'est bien gardé d'évaluer à son juste prix sa résidence secondaire de Mougins. Evaluée 800 000 euros alors qu'elle en vaut au moins 1 300 000...Ce qui ajouté au reste de son patrimoine et à celui de son ex-concubine notoire, aurait dû lui faire payer l'ISF chaque année depuis belle lurette...
Selon que vous serez riche et puissant ou pauvre et....trop con pour encore voter pour ces abrutis.....
J'espère que ceux qui ont voté socialiste n'ont pas trop la nausée au moment de payer leur 3ème tiers.....les pauvres, se faire mettre à ce point, ça fait mal....