En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 22 min 47 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 23 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 2 heures 58 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 19 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 25 sec
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 36 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 1 heure 47 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 30 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 11 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 20 heures 39 min
© Reuters
Le Dalaï Lama est de moins en moins invité par les chefs d'Etat.
© Reuters
Le Dalaï Lama est de moins en moins invité par les chefs d'Etat.
Pas très zen

Le Dalaï-lama de moins en moins grata chez les chefs d’Etat : un thermomètre de la montée en puissance de la Chine (et des limites du personnage ?)

Publié le 18 septembre 2014
Au début des années 2000, le Dalaï Lama était régulièrement invité par les chefs d'Etat du monde entier. Aujourd'hui, plus du tout. Et pour cause, la Chine devient un tel monstre économique qu'il n'est pas bon de se froisser avec elle.
Loïc Tassé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïc Tassé est chargé de cours au département de Science politique de l’Université de Montréal, spécialiste des questions chinoises.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au début des années 2000, le Dalaï Lama était régulièrement invité par les chefs d'Etat du monde entier. Aujourd'hui, plus du tout. Et pour cause, la Chine devient un tel monstre économique qu'il n'est pas bon de se froisser avec elle.

Atlantico : Depuis les années 2000, le Dalaï Lama est de moins en moins invité par les chefs d'Etat du monde entier. Ainsi il n'a été invité qu'une fois en 2014 contre onze fois en 2001. Pourquoi le Dalaï Lama n'est-il plus invité nulle part ?

Loïc Tassé : Si le Dalaï Lama est désormais persona non grata parmi les chefs politiques, c’est qu'aucun gouvernement ne veut risquer de perdre ses relations commerciales et politiques avec la Chine. Le Tibet, avec ses 6 millions d'habitants, en comptant large, ne fait pas le poids face à une Chine de presque 1,4 milliards de personnes.

D'autre part, le Tibet est en train de subir une colonisation intérieure. Alors qu'auparavant très peu de Chinois Han s'installaient et demeuraient au Tibet, parce qu'il était trop difficile d'y gagner sa vie, aussi bien comme agriculteur que dans les villes, la situation a complètement changé avec l'arrivée du train et l'ouverture de plusieurs aéroports. Le secteur touristique s'est beaucoup développé, et avec lui, toute sorte de commerces liés au tourisme. Or, ce sont des Chinois Hans qui sont pour la plupart propriétaires de ces commerces. Les villes tibétaines comme Lhassa sont maintenant majoritairement peuplées de Chinois Hans. Avec comme résultat que la proportion de population tibétaine au Tibet diminue sans cesse.

Ce sont les Chinois Hans qui contrôlent la vaste majorité des commerces parce que ce sont eux qui détiennent les réseaux de contacts avec le reste de la Chine et parce que les Tibétains parlent mal mandarin. Ajoutons que la population tibétaine est disséminée à travers diverses vallées, ce qui rend plus difficile sa scolarisation.

Quels sont les pays qui l'évitent ? Quelles peuvent être les conséquences économiques pour ceux qui feraient fi des exigences chinoises ?

Les pays totalitaires ou très autoritaires comme la Corée du Nord, l'Arabie Saoudite ou la Birmanie évite totalement d’inviter le chef spirituel tibétain. La plupart des pays latino-américains et africains également. Je pense notamment à l’Afrique du Sud qui a refusé d’accorder un visa au Dalaï Lama par trois fois en cinq ans.

Les pays qui persistent à inviter le Dalaï-lama et qui sont économiquement faibles peuvent s'attendre à recevoir moins d'investissements de la part de la Chine. Pour les autres pays, le gouvernement chinois ne va pas vraiment au-delà de gesticulations diplomatique et d'un ralentissement de diverses négociations qui sont en cours avec les pays concernés.

Concernant le Tibet, qu'est-ce que la non-invitation du Dalaï Lama signifie pour ce pays ? A quel avenir peut-on s'attendre ?

À moins d'événements très inattendus, le Tibet est destiné à recevoir le même destin que la Manchourie, la Mongolie intérieure ou le Xinjiang, c'est-à-dire que le Tibet deviendra une province de Chine comme les autres et ce, d'ici quelques décennies. La culture tibétaine survivra un certain temps, ne serait-ce que parce qu'elle plaît aux touristes, mais elle est menacée de folklorisation à plus long terme.

Le Dalaï-lama est une figure publique aimée et reconnue mondialement, qu'on soit ou non d'accord avec ses positions politiques et religieuses. Il a été un excellent ambassadeur du gouvernement tibétain en exil. Il peut toujours facilement attirer l'attention mondiale des médias. Être moins invité est un problème mineur pour le gouvernement en exil. Le vrai problème sera de lui trouver un remplaçant. Le Dalaï Lama souhaite que ce remplaçant soit un élu. Mais là-dessus, il semble y avoir beaucoup de dissidence parmi les leaders tibétains.

Somme toute, à moins d'événements extraordinaires, la proportion de Tibétains vivants au Tibet va continuer à décroître et le gouvernement tibétain en exil va perdre sa figure de proue lorsque le Dalaï-lama décédera.

Le Dalaï Lama a par ailleurs récemment déclaré qu'il serait le dernier Dalaï Lama. Qu'est-ce que cela signifie ?

A la mort du Dalaï-lama, c'est le Panchen-lama qui prend la relève. C'est aussi lui qui désigne la réincarnation du Dalaï Lama. Or, le Panchen-lama actuel a été éduqué par les autorités de Pékin. Il est donc très pro-chinois. Il est difficilement évitable que le prochain Dalaï-lama soit aussi pro-chinois. C'est la raison pour laquelle le Dalaï-lama a évoqué la possibilité de ne pas se réincarner. C'est la raison pour laquelle le gouvernement chinois a déclaré qu'il ne pouvait pas décider de cela – un comble de la part de dirigeants politiques officiellement athées !

Quoi qu’il en soit, le Dalaï-lama est âgé. Et on peut s’attendre après sa mort à un combat politique pour qu’un jeune enfant soit reconnu comme sa réincarnation. Étant donné le faible niveau de scolarité de la population tibétaine et étant donné la croyance bien enracinée en la réincarnation, il serait surprenant que le Panchen-lama, avec l'aide du gouvernement chinois, ne parvienne pas à faire reconnaître un nouveau Dalaï-lama, qui bien-entendu sera à leur solde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
yeneralobregone
- 18/09/2014 - 11:39
alors qu'elles étaient majoritairement maoiste jusque
dans les années 70, les " élites " occidentales ont largement pris fait et causes pour la cause tibétaine depuis 30 ans, comme elle semble désespèrement tenir aujourd'hui pour un islam qu'elles rèvent tolérant . quelques sympathie que l'on peut avoir pour ce peuple des montagnes, il faut admettre que la société tibétaine que la chine a récupérer au début des années 50, est un système moyenageux et que le peuple tibétain dans sa grande majorité sera au final gagnant par une forte élévation de son niveau de vie.... la chine, comme la russie et probablement les USA, est une nation tellement vaste et peuplée, qu'on ne peut pas la faire capituler, mais la domination du tibet et du xing jiang lui donne encore beaucoup plus de profondeur stratégique. bientot première économie de la planète, elle n'est pas prête de lâcher le morceau...
yeneralobregone
- 18/09/2014 - 11:30
un successeur pour le dalai-lama ?
peut-etre serge lama ? ...
assougoudrel
- 18/09/2014 - 09:33
On ferait mieux d'accueillir un
chef religieux qui prèche l'amour et le compassion, que d'autres qui acceptent la haine comme on voit chez nous en ce moment. Quand au chinois, il préfère mille fois quelqu'un qui leur dit "je suis chez moi et je reçois qui je veux", qu'un autre qui, pour vendre du matériel, s'écrase comme une merde molle devant eux. C'est dans sa nature et il le méprise intérieurement. C'est le cas de Sarkozy et hollande. Merckel fait ce qu'elle veut et elle vend aux chinois beaucoup plus que les autres. Comme quoi...