En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 7 min 51 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 23 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 5 heures 15 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 6 heures 32 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 17 heures 10 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 21 heures 21 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 45 min 10 sec
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 5 heures 24 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 7 heures 59 sec
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 17 heures 25 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 21 heures 36 min
© Reuters
Bruno Le Maire
© Reuters
Bruno Le Maire
Bonnes feuilles

Bruno Le Maire : "notre identité nationale se construit dans le respect de la langue française et de la mémoire qui vit en elle"

Publié le 21 septembre 2014
Ce texte est une lettre que Bruno Le Maire adresse à ses enfants pour leur expliquer sa vision de la France et qui il est : "un Français de cette France ancienne, qui veut en inventer une nouvelle avec eux." Extrait de "À nos enfants", publié chez Gallimard (1/2).
Bruno Le Maire est député LR de l'Eure, et candidat à la primaire de la droite et du centre.Il a été successivement directeur de cabinet de Dominique de Villepin, secrétaire d'État aux Affaires européennes et ministre de l'Alimentation, de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire est député LR de l'Eure, et candidat à la primaire de la droite et du centre.Il a été successivement directeur de cabinet de Dominique de Villepin, secrétaire d'État aux Affaires européennes et ministre de l'Alimentation, de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce texte est une lettre que Bruno Le Maire adresse à ses enfants pour leur expliquer sa vision de la France et qui il est : "un Français de cette France ancienne, qui veut en inventer une nouvelle avec eux." Extrait de "À nos enfants", publié chez Gallimard (1/2).

De tous les liens qui ont uni ma grand-mère à ses petits-enfants et à sa fille, Viviane, la langue française aura été sinon le plus fort, du moins le plus durable. Il ne reste que des mots des sentiments qui ont passé, mais la langue les a gardés vivants, disponibles, il suffit de se replonger dedans. Un jour vous sortirez de France et vous comprendrez qu’il existe non pas un monde, mais mille mondes. Vous verrez ces mille mondes et je suis certain que vous les aimerez. Partez le temps que vous voudrez, laissez derrière vous ce que vous voulez, sauf votre langue. Elle vous rassemblera, comme elle rassemble tous les Français. Elle vous donnera la solidité intérieure qui permet de résister à tous les ébranlements. Apprenez toutes les langues, les plus rares et les plus courantes, puisque les langues étrangères se nourrissent les unes des autres, ne méprisez jamais la langue française, qui restera la langue que vous avez entendue quand vous ne parliez pas encore. Écoutez des musiques différentes, apprenez les mille intonations des mille mondes, forcez votre esprit à la contorsion de la syntaxe allemande, battez-vous avec les aspirations brumeuses et dansantes de la langue anglaise, ne perdez jamais le sens de votre langue. Elle se confond avec vous. Elle est ce que vous deviendrez. Elle est ce que seront vos propres enfants, quand ils commenceront à leur tour à balbutier des syllabes indistinctes, puis à déformer les mots que vous maîtrisez, en leur donnant une poésie nouvelle. Si vous trouvez trop étroite la langue de votre naissance, dites-vous que très loin de France des hommes et des femmes, au Québec, au Sénégal, en Algérie, au Cambodge et ailleurs, continuent de la parler avec des tournures et des accents différents, qui la revivifient. Dites-vous encore que, parmi tous les motifs de respect de votre pays dans le monde, se trouve au premier rang sa langue. Durant sa vie de musicien, Carlos Kleiber, dont je vous ai rebattu les oreilles pendant des mois, a écrit des milliers de lettres. Le plus souvent il s’exprime en allemand, sa langue maternelle, mais par moments il passe à l’italien, à l’anglais, ou au français. Dans une de ces lettres, il explique son refus de diriger le Don Giovanni de Mozart, invoquant tour à tour la figure tutélaire de son père, la difficulté du livret, le temps qui lui manque, la fatigue physique, puis brutalement il coupe : « Maintenant, assez ! Je vais vous parler en français, pour parler clairement. Car on parle clairement en français, nicht wahr ? » Carlos Kleiber a raison, il existe bien une clarté de la langue française, qui est géographique, plus que sonore, ce qui rend si difficile de trouver sa propre musique dans notre langue, sauf à la briser : en allongeant démesurément ses phrases, comme Proust, au risque de paraître « snob et effroya blement compliqué » aux yeux de ma grand-mère, quand il ne fait que suivre à la trace les méandres de nos sentiments ; en brisant la langue, comme Céline ; en la laissant couler comme du sable entre ses doigts, à la manière de La Fontaine. Dans le grand débat qui ressurgit régulièrement sur notre identité nationale, et dont le dernier épisode, en 2009, me laissa un goût amer, parce que ses modalités risquaient de rendre les populations immigrées responsables de nos difficultés, je connais un motif puissant de réconciliation : notre langue. Au lieu de critiquer publiquement ce débat, ce qui me valut une remarque acide du Président de la République en Conseil des ministres, j’aurais été avisé de rappeler simplement, comme je le fais avec vous dans cette lettre, une évidence : notre nation est sa langue. Nous sommes ce que notre langue et ses variations infinies racontent de notre histoire, de la diversité de nos origines, de notre prétention à nous exprimer pour les autres, de nos territoires. Notre identité nationale ? Elle se construit dans le respect de la langue française et de la mémoire qui vit en elle. Nous ne réunirons les Français et ceux qui rêvent de le devenir, au point de quitter leur pays pour le nôtre, souvent par des moyens de fortune, que dans notre langue.

Extrait de "À nos enfants",  de Bruno Le Maire, publié chez Gallimard, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 21/09/2014 - 12:56
Mr Le Maire,
Vous êtes une des fragiles options possibles parmi cette nouvelle génération, alors que d'autres ne sont déjà plus rien. Vous démontrez que ronfler dans un cabinet doré aux frais de la princesse n'est pas votre ambition : c'est déjà un bon point.
http://www.atlantico.fr/decryptage/deux-mois-presidence-ump-mais-deux-ans-et-demi-presidentielle-delicats-enjeux-double-calendrier-nicolas-sarkozy-christelle-1764913.html#comment-466419