En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Flickr
Une nouvelle méthode de contraception pour homme aurait montré des résultats probants.
Contraception pour tous ?
Contraception masculine : pourquoi les nouveautés de ces derniers jours ne risquent pas de révolutionner l’organisation des sociétés
Publié le 16 septembre 2014
La Fondation Parsamus vient d'annoncer avec joie le début de la phase test sur des humains d'une nouvelle méthode contraceptive pour homme qu'elle espère voir commercialisée d'ici 2017. Une date a priori aberrante pour un produit qui de toute façon ne changera pas la face du monde, contrairement à ce que l'on pourrait penser.
Christian Jamin est gynécologue et endocrinologue. Il exerce actuellement à Paris. Spécialiste de la régulation du traitement hormonal chez la femme, il participe activement aux recherches de nouvelles méthodes de contraception. Il s'implique également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Jamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Jamin est gynécologue et endocrinologue. Il exerce actuellement à Paris. Spécialiste de la régulation du traitement hormonal chez la femme, il participe activement aux recherches de nouvelles méthodes de contraception. Il s'implique également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Fondation Parsamus vient d'annoncer avec joie le début de la phase test sur des humains d'une nouvelle méthode contraceptive pour homme qu'elle espère voir commercialisée d'ici 2017. Une date a priori aberrante pour un produit qui de toute façon ne changera pas la face du monde, contrairement à ce que l'on pourrait penser.

Atlantico : Une nouvelle méthode de contraception pour homme aurait montré des résultats probants. Selon la Fondation Parsamus, le Vasalgel pourrait être commercialisé d'ici 2017. Comment fonctionne cette méthode ? Qu'a-t-elle de plus que les autres ?

Christian Jamin : Il s’agit d’une nouvelle version de l’obstruction des canaux déférents, c’est-à-dire des canaux permettant l’acheminement des spermatozoïdes depuis les testicules jusqu’à l’éjaculation. Jusqu’à présent, les méthodes d’obstruction étaient chirurgicales et leur inconvénient majeur était leur irréversibilité.

Le principe du Vasalgel est que l’on injecte un polymère à l’intérieur de ces canaux, une injection qui a pour effet de les obstruer de manière transitoire. Le Vasalgel a donc pour avantage d’être temporaire.

Il est important de préciser cependant que ce produit en est à une étape préliminaire. Seuls des travaux sur des souris et trois babouins ont jusqu’à ce jour étaient effectués. Ce qui n’est bien entendu pas suffisant. Reste à savoir l’efficacité réelle sur l’homme, sa réversibilité et le temps nécessaire à la fin des travaux.

Faut-il vraiment s'attendre à voir apparaître dans un délai aussi court une contraception à laquelle les hommes pourraient se convertir ?

En toute honnêteté, au vu des résultats connus et publiés, je suis assez sceptique concernant la rapidité de mise en œuvre d’un produit aussi compliqué. Comme expliqué précédemment, l’efficacité du Vasalgel est encore à prouver et cela nécessite du temps. D’autant plus, que prouver sa réversibilité demandera tout autant de temps, étant donné que cela ne risque pas d’arriver immédiatement après l’injection.

Où en sommes-nous du développement des contraceptions pour homme ? Quelles en sont aujourd'hui les limites ?

Les contraceptions pour homme existent depuis très longtemps. On a pu assister à de nombreux égarements tant dans leur conception que leur utilisation.

L’une des premières idées était de mimer la contraception féminine, soit la prise d’hormones provoquant l’arrêt d’hypophyse. Etant donné que les hormones mâles ne peuvent être prises oralement car elles donnent un cancer du foie, cette méthode nécessitait une injection ainsi que le port d’un implant, ce qui rendait difficile sa mise en place et son accessibilité. C’est pourquoi on a préféré arrêter les méthodes hormonales.

Actuellement, l’une des pistes privilégiées est d’ordre biochimique, c’est-à-dire que l’on administre des produits qui agissent soir sur le spermatozoïde directement, soit sur son déplacement. Il existe également des contraceptions immunologiques qui consistent à donner des anticorps anti-spermatozoïdes.

Mais pour l’instant, toutes ces pistes sont encore au stade expérimental et on ne peut s’attendre à rien avant de nombreuses années. D’autant plus que depuis je me suis intéressé à la contraception masculine il y a maintenant une quarantaine d’années et qu’aucun progrès n’a pu être constaté jusqu’à présent, hormis l’usage du préservatif.

Que changerait, pour les sociétés, la généralisation de la contraception pour hommes ?

Il ne faut pas oublier que la contraception consiste à éviter les grossesses. Or, ce sont les femmes qui portent les grossesses. Par conséquent, la contraception pour hommes ne peut se concevoir qu’au sein d’un couple dont la confiance est établie et intacte. Autrement dit, cette contraception – si elle voit le jour – ne sera réservée qu’à des couples stables. En dehors de cette condition, il n’est pas question de faire confiance à l’homme. Après tout, c’est la femme qui en paierait le tribut.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Alain Briens
- 16/09/2014 - 10:11
A côté de la plaque le dernier chapitre...
Dire que les femmes sont seules à payer le tribut d'une grossesse non désirée est une sinistre plaisanterie à l'heure des tests de paternité couplées aux assignations en justice.
Demandez à Boris Becker, Albert de Monaco, Dominique Desseigne et tant d'autres moins connus si la contraception masculine ne peut intéresser que les "couples stables".
En vérité, les principaux bénéficiaires seraient les hommes qui, croyant passer une folle nuit avec une maitresse de rencontre se retrouvent le lendemain père de famille et sommés de remplir les obligations financières qui vont avec.