En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 44 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 25 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 39 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 15 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 14 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 12 heures 59 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 30 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 13 heures 54 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 29 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 3 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 heures 50 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 9 heures 50 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 12 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 15 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 24 sec
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 29 min
© Reuters
Oui, le mois de votre naissance a une influence directe sur votre réussite scolaire.
© Reuters
Oui, le mois de votre naissance a une influence directe sur votre réussite scolaire.
La malédiction des juilletistes

Comment le mois de naissance d’un enfant conditionne lourdement sa réussite à l’école

Publié le 10 septembre 2014
Le mois de naissance des enfants a une influence directe sur leur réussite scolaire, leur maturité par rapport à leurs camarades de classe, et même sur le choix de leur orientation professionnelle. Et cela n'a rien à voir avec leur signe astrologique.
Julien Grenet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Grenet est chercheur au CNRS et à l'Ecole d'Economie de Paris. Il est le co-auteur, avec Antoine Bozio, de "Economies des politiques publiques" aux éditions La Découverte. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mois de naissance des enfants a une influence directe sur leur réussite scolaire, leur maturité par rapport à leurs camarades de classe, et même sur le choix de leur orientation professionnelle. Et cela n'a rien à voir avec leur signe astrologique.

Atlantico : Des recherches menées ces dernières années aux Etats-Unis et en France, dont les vôtres en 2010, ont mis en évidence l’influence du mois de naissance sur la réussite scolaire. Outre-Atlantique ce sont les enfants nés en juin-juillet qui connaissent le plus de difficultés, quand en France ce sont les natifs de novembre-décembre. Quelle est votre explication à ce phénomène, qui semble-t-il, ne date pas d’hier (voir ici) ?

Julien Grenet : Le mécanisme tient à la maturité relative des enfants nés aux différents mois de l’année. A six ans, lorsque les enfants entrent en CP, l’écart d’âge entre un enfant né en décembre et un autre en janvier, l’écart est de 11 mois. Cela représente 15% des années qu’ils ont jusqu’ici vécues, ce qui entraîne des écarts de maturité assez forts. Les tests ayant lieu à des dates données, les enfants nés en décembre les passent à un âge plus jeune, et par conséquent connaissent une moins bonne réussite.

Ces écarts sont très forts au CP, puis persistent dans de moindres proportions. Mais contrairement à des idées reçues, ils ne disparaissent pas à la fin de l’école primaire, ils sont toujours là au collège, et disparaissent une fois arrivé au lycée. Ces écarts persistent car en fonction des résultats scolaires, les enfants auront des parcours différents, notamment au moment de l’orientation en fin de 3e. Les élèves nés en décembre sont plus souvent orientés dans la voir professionnelle que ceux nés en janvier. A 15 ans, leurs résultats ne sont pas si différents, mais les natifs de décembre redoublent plus souvent : deux fois plus que les enfants nés en janvier. D’après mes estimations de 2010, à 11 ans 33% des élèves nés en décembre ont redoublé, contre 18% de ceux nés en janvier. Quel que soit l’origine sociale de l’enfant, cette tendance se vérifie. Or le redoublement est un des facteurs pris en compte pour déterminer l’orientation : être né en décembre augmente de 10 % la probabilité d’avoir un diplôme de type CAP ou BEP par rapport au fait d’être né en janvier.

Dans quelle mesure notre mois de naissance a-t-il par la suite une influence sur notre réussite professionnelle ? Là aussi, que disent les chiffres ?

L’effet porte surtout sur le type d’études que l’on est amené à suivre : on s’orientera plutôt vers des études professionnelles que générales. Au plan des salaires, on constate que les personnes nées en décembre ont un salaire plus faible de 1% en moyenne par rapport à celles nées en janvier. Cela représente une perte annuelle d’environ 250 euros au niveau du salaire net moyen. 

Cela voudrait donc dire qu’en France la plupart des capricornes et sagittaires ont soit connu des difficultés pendant toute leur scolarité, soit été forcés à un moment donné de redoubler. En quoi vos observations apportent-elles un regard nouveau dans ce domaine ?

On constate que le redoublement pénalise injustement les élèves les plus jeunes de la classe. On redouble beaucoup plus quand on est de la fin de l’année, alors qu’il n’y aucune raison pour que l’on soit moins doué. Il faudrait donc des interventions plus spécifiques dans les classes.

Faut-il déduire de ces études menées de part et d’autre de l’Atlantique  que l’année scolaire est mal conçue ? Comment faudrait-il réformer notre système éducatif pour que les natifs de la fin de l’année soient  moins "à la traîne" ?

Il faudrait prendre en compte cette donnée du mois de naissance au moment de la notation, ou lorsque l’on oriente les élèves. En Angleterre, proposition a été faite de rassembler les élèves par groupes d’âges.

Une autre proposition, plus radicale, consiste à adopter un barème correcteur dans la notation pour redresser les notes des élèves les plus jeunes de la classe en primaire. Cela permettrait de corriger les écarts de maturité. Certains élèves sont moins affectés que d’autres par cet effet d’âge relatif, certes, mais si on veut éviter de faire redoubler trop souvent les élèves les plus jeunes, ce serait un moyen. On n’est pas forcé de le faire de façon explicite vis-à-vis des élèves, mais il faut au moins qu’une prise de conscience opère du côté des enseignants. Il n’y a de toute façon pas de solution miracle, pour des raisons matérielles on est bien obligé de regrouper les élèves d’âges différents dans une même classe.

Faut-il pour autant en faire une règle générale ? A un ou deux mois près, des parents pourraient céder à un sentiment de culpabilité…

Ce que cette réalité suggère, c’est que pour les parents c’est une très mauvaise idée de faire entrer son enfant un an plus tôt lorsqu’il est né, par exemple, en janvier. Etant les plus jeunes de la classe, cela va forcément peser sur leurs résultats.

Ce phénomène n’a pas influencé les naissances. La saisonnalité des naissances s’explique plus par « l’effet vacances », en été et à Noël. Mais ne dramatisons pas non plus : cela influence légèrement le type d’études que l’on fera, mais n’a pas d’effet massif sur l’insertion professionnelle, les salaires ou l’emploi.

Ce qu’il faut surtout en retirer, c’est que les enfants nés à ce moment de l’année nécessitent une certaine vigilance. Et le problème ne réside pas tant dans ce différentiel de maturité que dans les conséquences en termes de redoublement et d’orientation. Dès lors que cette donnée est prise en compte, le tir peut être corrigé.

Des études sur la question avaient déjà été menées dans les années 60. Comment se fait-il qu’on ait encore aujourd’hui l’impression de découvrir ce problème ?

La doxa de l’époque consistait à dire que l’effet du mois de naissance n’existait qu’en primaire. Mais on n’avait pas regardé ses effets sur l’orientation en 3e, or on voit bien que les effets sont réels et persistants. Le mois de naissance ne pose pas de problème dans certains pays comme l’Angleterre où, tout simplement, on ne redouble pas. Par conséquent les effets du mois de naissance se "fossilisent" moins.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 12/09/2014 - 22:23
Faudrait arrêter
de chercher, le chercheur. Désolée mais pour mon cas (Sagittaire) et mon frère (Capricorne) nous avons fait notre scolarité (études générales puis études supérieures) avec 1 an d'avance (nous n'avons pas été perturbés) et au niveau du travail, il ne manquerait plus qu'on gagne moins que des collègues nés à un autre moment de l'année.
Et d'accord avec Geoffray, le résultat scolaire est très corrélé au milieu social et pour moi c'est cela l'explication (la musique, le sport, la découverte de la France, les abonnements à des journaux, la lecture, peu de TV,...et des bons souvenirs)
GEOFFRAY
- 11/09/2014 - 18:14
Comment le mois de naissance d’un enfant conditionne lourdement
bonjour à vous
comment expliquer alors que les enfants ayant un an d'avance réussissent mieux que les autres?
dans ma famille trois enfants, deux avec un an d'avance, un avec deux ans d'avance
résultat: polytechnique 19 ans , interne des hôpitaux de paris23 ans
sup de co paris21 ans
ma conclusion est que le résultat scolaire est très corrélé au milieu social (en l’occurrence favorisé)
bien à vous
henrykardo
- 09/09/2014 - 22:11
"1% d'écart de salaire entre les salariés nés en décembre et ...
Et qu'elle est la probabilité pour que je me réabonne à Atlantico, tant qu'il donnera la parole à des charlatans du CNRS ... payés avec mes impôts ?