En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 5 heures 30 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 11 heures 15 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 12 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 13 heures 19 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 14 heures 50 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 14 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 14 heures 53 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 7 heures 57 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 9 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 11 heures 56 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 14 heures 21 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 14 heures 50 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 14 heures 54 min
© Capture d'écran
Boa Senior.
© Capture d'écran
Boa Senior.
Adieu langue bo

Et Boa Senior mourut à 85 ans en emportant avec elle une langue qu’elle était la dernière au monde à parler

Publié le 08 septembre 2014
A l'instar de 25 langues chaque année, la langue bo a récemment disparu suite à la mort de sa dernière locutrice, Boa Senior, habitante des îles Andaman dans l'Océan Indien. Une perte irréparable et éternelle pour la diversité linguistique et culturelle mondiale.
Nicolas Quint
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Quint est directeur de recherche en linguistique africaine au laboratoire LLACAN (Langage, Langues et Cultures d'Afrique Noire) rattaché au CNRS.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'instar de 25 langues chaque année, la langue bo a récemment disparu suite à la mort de sa dernière locutrice, Boa Senior, habitante des îles Andaman dans l'Océan Indien. Une perte irréparable et éternelle pour la diversité linguistique et culturelle mondiale.

 

Atlantico : Le 4 février 2010 dernier, Boa Senior, 85 ans, habitante des îles Andaman dans l'Océan Indien s'est éteinte, emportant avec elle la langue bo. Comment cette langue a-t-elle pu disparaître ?

Nicolas Quint : D'après ce que j'ai pu lire sur les sites dédiés, si la langue bo est aujourd’hui disparue, cela est dû à des contacts particulièrement violents avec des populations nouvelles venues, incluant des massacres et des épidémies en masse sur des îles déjà peu peuplées. Par conséquent, la rencontre entre cette communauté et la communauté dominante a été très violente. Au fur et à mesure du déclin démographique et de la perte d’identité des locuteurs du bo, leur langue s'est étiolée, jusqu’à s'éteindre avec le décès de Boa Senior, il y a maintenant quatre ans.

Chaque année selon l'Unesco, à l'instar de la langue bo, 25 langues disparaissent dans le monde. De manière générale, quelles conséquences la disparition d’une langue engendre-t-elle ? Sont-elles les mêmes pour les langues qui ont une tradition de l'écrit ? 

La disparition d’une langue implique plusieurs choses. Dans un premier temps, la perte d’une langue est une perte pour la science. C’est-à-dire que, pour les linguistes (les gens qui étudient les langues), chaque langue est un moyen d’exprimer le génie humain du langage, chaque langue correspond à une manière d’exprimer la réalité perçue par l’Homme, chaque langue détient ses propres solutions linguistiques qui ne sont pas prévisibles – en tout cas pas dans l’état actuel de nos connaissances sur le langage humain et les langues du monde – et que l’on ne pourra tout simplement pas imaginer si cette langue disparaît. Dans une certaine mesure, on peut tout donc comparer, dans le domaine culturel, la disparition d'une langue à la disparition d’une espèce vivante et à l'impact de cette disparition sur la diversité écologique. La perte d’une langue est irréversible.

Par ailleurs, la perte d'une langue signifie aussi une perte culturelle et patrimoniale au sens large. Une langue est l’expression d’une culture liée à un endroit précis, notamment en ce qui concerne des communautés humaine relativement réduites. Il y a toujours une adaptation réciproque entre une communauté, sa langue et son environnement. Par exemple, dans les communautés culturelles vivant dans des zones de montagne, les langues développent souvent tout un système de repérage lié au relief et à la position géographiques (avec des expressions permettant de se situer par rapport à l'amont ou à l'aval d’une vallée). C’est le cas du romanche, une langue parlée dans les Alpes suisses.

De plus, il existe des cérémonies et des traditions propres à certaines communautés. La langue est alors le véhicule privilégié de ces pratiques. Lorsqu’une langue s’éteint, il arrive que tout ou partie de ces traditions perdurent mais, généralement, c’est la culture dans son ensemble qui s’éteint. Une fois que ce patrimoine et perdu, il n'est plus possible de le reconstituer pour en garder un témoignage pour les générations futures.

Finalement, toutes ces langues qui s’éteignent sont autant de possibilités d’expression du langage humain et des cultures associées qui disparaissent.

Pour ce qui est des langues ayant une tradition écrite, il est généralement plus facile pour les communautés concernées de se défendre culturellement, étant donné qu'elles disposent de sources linguistiques aisément accessibles auxquelles se raccrocher. On peut citer par exemple le cas du catalan, langue majoritairement parlée en Espagne. Sous le régime franquiste, cette langue a été combattue très activement et a donc failli disparaître. A la chute de Franco, les locuteurs du catalan ont à nouveau pu pratiquer librement leur langue et la réintroduire dans le système administratif et scolaire sans trop de difficultés grâce à une tradition écrite et à un important corpus de textes en catalan. De plus, le fait qu'une culture repose sur une tradition écrite constitue souvent un motif de fierté pour les locuteurs, ce qui les pousse à assumer leur langue avec plus de force.  

Toujours selon l'Unesco, 3000 sur les 7000 parlées dans le monde seraient menacées de disparition. Qu'est-ce qui explique la disparition d'une langue ? 

La majorité des langues qui disparaissent sont pratiquées par des communautés de taille réduite. Il arrive que les locuteurs de telles communautés changent de langue et adoptent celle d’une population ayant plus de ressources économiques et démographiques qu’eux. Dans d’autres cas, le contact avec des communautés ayant davantage de force politique peut même conduire (suite à des affrontements ou à la diffusion de maladies, comme dans le cas des locuteurs du bo) à la disparition d’une grande partie ou de la quasi-totalité des locuteurs.

De plus, la mondialisation, l’intensification des moyens de communication, la présence de certaines langues en force – et pas uniquement l’anglais – menacent très clairement de nombreuses langues moins bien dotées.

Quelles sont aujourd’hui les langues les plus menacées ? Quelles caractéristiques permettent de comprendre que certaines soient plus vouées à disparaître que d'autres ?

Les langues les plus menacées appartiennent aux communautés les plus faibles politiquement. Cette corrélation est absolue. Cette faiblesse politique peut être de deux ordres : démographique et/ou institutionnel (absence de la langue considérée dans les domaines administratif et scolaire).

Dans le premier cas de figure, si une communauté comptant par exemple 300 personnes, ayant sa propre langue et vivant dans un endroit reculé, vient à rencontrer une communauté plus forte démographiquement, il sera très difficile pour elle de conserver sa langue. Il y a donc là un rapport de force lié au nombre.

En ce qui concerne l'aspect institutionnel, même si une langue est parlée par des millions de personnes, elle peut tout à fait être menacée à moyen terme par sa non-reconnaissance par le système administratif et scolaire d’un pays. C’est le cas de la langue quechua, une langue amérindienne parlée par plusieurs millions de personnes. Or, dans les zones où on parle le quechua, c’est généralement l’espagnol qui est enseigné et utilisé à l’école. Par conséquent, cette langue est menacée dans la mesure où elle est exclue des environnements d’apprentissage et que ses locuteurs ne peuvent utiliser leur langue maternelle pour avoir accès à la modernité (en particulier technologique).

Qu'est-ce qui pourrait permettre de sauver ces langues ? Quelles dispositions ont été mises en place pour les préserver ?

D’une manière générale, l’enseignement d'une langue et son utilisation dans le système administratif sont les seuls moyens de la conserver et d'assurer sa pérennité. Il faut cependant comprendre que même ces moyens ne garantissent pas la survie d’une langue. Par exemple, développer du matériel scolaire et administratif pour de petites communautés reste quelque chose de très compliqué, étant donné qu’il faut des gens compétents, des linguistes spécialisés et des personnes issues de la communauté qui soient réceptives à cette démarche. La motivation de certaines communautés à maintenir leur langue peut diminuer, souvent suite à une oppression ou à une maltraitance de la part des communautés dominantes et, en tout état de cause, on ne peut pas forcer les gens à parler leur langue. Pour maintenir une langue, il faut donc trouver un équilibre entre le respect de l’identité locale et l’accès nécessaire aux ressources du monde extérieur. En tout état de cause, le seuil démographique est un facteur vraiment très important. Ainsi, une langue parlée par un minimum de dix mille personnes a plus de chances de survivre à long terme si elle est respectée par l’Etat dans lequel elle est pratiquée.

Malheureusement, pour l’instant, et malgré les nombreux programmes qui vont dans ce sens, nous n'avons pas les moyens de préserver la totalité des langues du monde. Par conséquent, certains scientifiques essaient actuellement de collecter tout ce qu'il est possible de recueillir de la culture de certaines communautés menacées, notamment des enregistrements vidéo ou sonores de contes, de récits, de témoignages que l'on s'attache à retranscrire. L’idée est de conserver un maximum de données et de témoignages pour le futur au cas où ces cultures et les langues qui leur sont associées viendraient à disparaître. Mais de telles démarches, malgré leur intérêt, ne permettent pas de sauver les langues de la disparition. Ce qu’il faut surtout, c’est une prise de conscience générale, aussi bien de la part des communautés menacées que des autres citoyens, du fait que nous aurions tous avantage à maintenir une certaine diversité linguistique sur notre Planète .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires