En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 25 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 9 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 1 heure 53 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 35 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 36 min 3 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 31 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 27 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 44 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 27 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 30 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 14 min
Quand le New York Times analyse ce qu'il se passe en France
Quand le New York Times analyse ce qu'il se passe en France
Paperasse et longueur de temps

Quand le New York Times se penche sur l’enfer administratif français à travers l’exemple des auto-écoles

Publié le 26 août 2014
Ornikar, une start-up qui souhaite inculquer le code de la route à ses élèves via internet rencontre deux difficultés : la première est liée à la crainte des auto-écoles classiques face à un nouvel arrivant. Quant à la deuxième, elle relève de la réglementation française, peu adaptée aux entreprises du numérique.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Pierre Chasseray
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Chasseray est délégué Général de l'association 40 Millions d'automobilistes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ornikar, une start-up qui souhaite inculquer le code de la route à ses élèves via internet rencontre deux difficultés : la première est liée à la crainte des auto-écoles classiques face à un nouvel arrivant. Quant à la deuxième, elle relève de la réglementation française, peu adaptée aux entreprises du numérique.

Atlantico : Le New York Times s'est penché sur le sort d'Ornikar, jeune start-up qui souhaite s'imposer parmi les auto-écoles classiques en proposant un système entièrement basé sur le web (lire ici). Le quotidien s'étonne de la règlementation française qui oblige par exemple les auto-écoles à détenir un lecteur DVD même s'ils n'en ont pas l'usage. Outre ce détail, en quoi le système en vigueur français est-il une spécificité ?  

Pierre Chasseray : Chaque pays a son propre examen et son propre système. L’une des différences entre le système français et le reste du monde, c’est le coût du permis, qui est élevé en France, ainsi que le délai d’obtention qui est long. Il l’est d’autant plus qu’entre le premier essai et les autres, le candidat est incité à repayer des heures. En outre, la France n’est pas dans l’ère numérique. Nous avons accès à des outils comme les simulateurs mais ceux-ci ne sont pas utilisés, contrairement à d’autres domaines, comme l’aviation par exemple, où les prix d’une heure de vol obligent à trouver des parades pour se former. Cela permettrait pourtant aux élèves de s’initier aux vrais dangers, tout en coûtant moins cher, et qui en plus permettrait de raccourcir les délais entre le début de l’apprentissage et le passage du permis. Le fait que la réglementation oblige cela montre le décalage entre le numérique et l’apprentissage de la conduite. Les autres pays sont bien plus en avance que nous sur ce point. La France et un pays beaucoup plus conservateur que ses voisins.

Après plusieurs années d'augmentation, une heure de conduite est aujourd'hui estimée à 45 euros. Une heure de conduite en Grande-Bretagne équivaut à 25 euros. Comment est évalué le prix d'une heure de conduite ? Comment expliquer ces différences ? 

Pierre Chasseray : La Grande-Bretagne connait deux fois moins d’accidents que la France. La qualité de formation ne dépend donc pas du prix. Plusieurs critères rentrent en compte : le taxes, le prix du véhicule, le coût de la vie… L’objectif en France est pourtant bien de faire baisser le prix du permis. D’où l’intérêt du simulateur. Ce qui coûte le plus cher, ce ne sont pas les 20h de conduites obligatoires qui sont souvent comprises dans un forfait mais les heures supplémentaires.

Face à l'arrivée d’Ornikar, les auto-écoles dénoncent une concurrence déloyale et l'accusent d'enfreindre les règles. L'organisme ayant lancé son site avant d'obtenir son accréditation. Ornikar se défend en expliquant qu'aucune leçon n'a été donnée. Du côté de la préfecture, silence. Elle qui accorde en trois semaines des autorisations d'exercer, n'a toujours pas donné la sienne à Ornikar qui l'attend depuis plus de 250 jours. Pourquoi les auto-écoles, pourtant débordées, souhaitent-elles bloquer l'entrée sur le marché de cette nouvelle auto-école ? Peut-on vraiment parler de concurrence déloyale ?

Erwan le Noan : Le comportement des auto-écoles est traditionnel des entreprises bien installées dans un secteur : personne n’aime voir venir un nouvel entrant qui déstabilise le statuquo, et perturbe les habitudes et leur confort. C’est compréhensible : les auto-écoles raisonnent dans leur intérêt propre (comme tout le monde d’ailleurs) ; malheureusement, cet intérêt n’est pas celui de leurs clients : alors qu’un vendeur a toujours intérêt à augmenter ses marges, le consommateur a lui toujours intérêt à voir les prix baisser. Et le meilleur moyen d’avoir des marges élevées, c’est de contraindre la concurrence par une loi qui l’interdit.

Ce qui est intéressant dans le cas d’Ornikar, c’est que cela montre que les auto-écoles comprennent que ce nouveau modèle révolutionnera leur secteur demain. Il faut être réaliste : ce n’est pas un seul site Internet qui va tout changer et faire disparaître les auto-écoles de France, mais il est l’annonce d’un nouveau modèle de fonctionnement. Les auto-écoles ne devraient pas s’inquiéter : si leurs prix sont justifiés par la qualité de leurs prestations, alors leurs clients ne les quitteront pas.

Un autre aspect a surpris : les candidats au permis de conduire doivent attendre plusieurs semaines et bien souvent, plusieurs mois avant de repasser leur permis. Dans cet intervalle il paie de nouveaux cours à l'auto-école. Ainsi, si un candidat rate l'épreuve, l'auto-école s'enrichit. Comment expliquer que ce système persiste encore bien qu'un échec de la formation se révèle plus enrichissant qu'un succès ? 

Pierre Chasseray :  L’auto-école n’a pas intérêt à ce que l’élève rate le permis, les places étant attribuées à chaque école selon ses résultats.

La loi française oblige toute auto-école à disposer d'un bureau avec un accès pour les personnes en fauteuil roulant, une télévision etc… Une règle à laquelle Ornikar s'est pliée bien qu'affirmant ne pas avoir l'intention d'utiliser le local, puisque l'organisme souhaite dispenser des cours en ligne. Y a-t-il un décalage entre la loi française et l'apparition du numérique ? Quel impact sur la concurrence cela peut-il avoir ? 

Erwan le Noan : Le numérique agit comme un révélateur des archaïsmes de la réglementation française. Par exemple sur le marché du travail : le droit français pense en termes de CDI / CDD ou d’une foultitude de contrats rigides, alors qu’aujourd’hui, le travail peut être beaucoup plus diversifié et ponctuel, grâce à Internet. On a fait l’auto-entrepreneur, mais il faut aller plus loin. La révolution d’Internet agit aux marges, mais elle montre de manière criante que la France est sclérosée par sa réglementation. Mais ce n’est pas spécifique à notre pays : la réglementation ne se change pas facilement où que l’on soit dans le monde (le processus administratif est toujours long). Ce qui est propre à notre pays, c’est d’être hyper-réglementé. Du coup, pour nous, tout changement de réglementation est de la même manière hyper-difficile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires