En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 23 min 51 sec
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 2 heures 58 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 3 heures 42 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 5 heures 45 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 2 heures 50 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 3 heures 25 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 20 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Esclavage moderne

Après les stades du Qatar, les musées d’Abu Dhabi : les esclaves des rêves de grandeur culturelle des Emirats Arabes Unis

Publié le 25 août 2014
A Abou Dhabi se construisent un musée du Louvre, un musée Guggenheim, des hôtels et restaurants de luxe... Autant de chantiers où les pratiques s'apparentent à un véritable esclavage moderne.
Emmanuel Daoud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Daoud est un avocat spécialisé dans le droit pénal international. /www.vigo-avocats.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Abou Dhabi se construisent un musée du Louvre, un musée Guggenheim, des hôtels et restaurants de luxe... Autant de chantiers où les pratiques s'apparentent à un véritable esclavage moderne.

Atlantico : Que sait-on des conditions dans lesquelles travaillent les ouvriers du chantier de construction du Louvre Abou Dhabi ? En quoi sont-elles assimilables à de l'esclavage ?

Emmanuel Daoud : Le Louvre Abou Dhabi est un musée dont le chantier a démarré en 2010 et dont la livraison était en principe prévue pour 2015. Dès le démarrage du chantier, les ONG ont dénoncé les conditions de travail des travailleurs migrants, en particulier Human Right Watch dans son rapport de mai 2009. Les travailleurs indiens et bengalis notamment ont été recrutés dans leur pays d'origine sur la base de frais de recrutement exorbitants et de promesses de salaires élevés mensongères.

Une fois sur place , le système de parrainage (kafala) mis en place par les employeurs leur interdit de quitter leur emploi, sauf à être renvoyés dans leur pays sans indemnité. Leurs passeports sont confisqués, les cadences de travail sont excessives, les rémunérations pas toujours versées en temps et en heure (et il s'agit de salaires de misère sans rapport avec le temps de travail effectif), les conditions de travail sous une chaleur accablante et sans temps de pause adapté conduisent à de nombreux accidents de travail graves et trop souvent mortels par rapport aux standards occidentaux pour ce type de chantier du BTP. Bien évidemment, aucune indemnité n'est versée aux accidentés ou à leurs ayants-droits. En outre, les conditions d'hébergement, en particulier des salariés des sous-traitants, sont dignes de taudis.

Si l'on rapproche les éléments rappelés ci-dessus des définitions légales telles qu'elles ressortent par exemple de la loi française du 5 août 2013, l'on peut considérer que les conditions de travail des travailleurs migrants à Abu Dhabi s'apparentent à des pratiques esclavagistes :

- le crime de réduction en esclavage est le "fait d'exercer à l'encontre d'une personne l'un des attributs du droit de propriété "( Code Pénal, nouvel article 224-1,A).

- "le travail forcé est le fait, par la violence ou la menace, de contraindre une personne à effectuer un travail sans rétribution ou en échange d'une rétribution manifestement sans rapport avec l'importance du travail accompli"( Code Pénal, nouvel article, 225-14-1).

- concernant la servitude, degré intermédiaire entre l'esclavage et le travail forcé, c'est le "fait de faire subir, de manière habituelle, l'infraction prévue à l'article 225-14-1 à une personne dont la vulnérabilité ou l'état de dépendance sont apparents ou connus de l'auteur ".

La majorité des travailleurs seraient des personnes d'origine étrangère venues travailler dans ces pays. D'où viennent ces travailleurs ? Quelles pressions exercent les pays dans lesquels ils travaillent afin de les empêcher de partir ?

Le Qatar compte 1,4 million de travailleurs étrangers en majorité népalais, indiens et philippins alors que le pays compte 2 millions d'habitants. De même que dans les Émirats Arabes Unis, les travailleurs étrangers sont soumis à des pratiques esclavagistes, totalement soumis au pouvoir de leurs employeurs qui contrôlent totalement leurs salaires, leurs conditions d'emploi, ont le pouvoir d'attribuer des permis de résidence (ne pas en avoir peut conduire en prison), peuvent refuser au travailleur un changement d'emploi, leur ont confisqué  leur passeport  ou leur refusent un visa de sortie du territoire (ce qui les condamne à rester contre leur gré dans le pays ou à le fuir dans des conditions d'extrême précarité et de dangerosité au péril de leur vie ). Le kafala oblige tout travailleur à avoir un parrain qatari, le plus souvent son employeur , qui aura droit "de vie ou de mort sociale " sur lui puisqu'il décidera s'il peut changer d'emploi ou bien encore quitter l'émirat. 

Quels sont les recours juridiques à disposition des victimes ? Une fois revenues dans leur pays d'origine, peuvent-elles attaquer les entreprises qui les ont exploitées ?

En pratique, les travailleurs migrants ne peuvent rien réclamer, leurs salaires sont souvent payés en retard, leurs conditions de travail et de logement sont indignes et enfin ils ne peuvent rentrer chez eux. 

De retour dans leur pays, les travailleurs migrants peuvent-ils faire valoir leurs droits et demander des sanctions ou réparation de leurs préjudices ? La réponse est en principe positive car l'arsenal juridique existe. 

Pourtant, à ma connaissance, aucun recours d'envergure à ce jour n'a été engagé et l'on peut s'interroger sur l'impuissance des juridictions nationales des pays d'origine de ces travailleurs migrants et de façon plus large sur l'impuissance de la communauté internationale. Cette communauté est-elle complice, désireuse  de ne pas déplaire aux puissances économiques incontournables que sont devenus les États du Golfe Persique aux taux de croissance insolent dans le marasme ambiant ? Les entreprises du G20 sont-elles les premières à exercer des pressions sur leurs gouvernement pour que ceux-ci n'adoptent pas des discours trop virulents afin de ne pas mettre en péril les juteux grands contrats et les futurs appels d'offres?

Suite au rapport publié par Amnesty international le 17 novembre, The Dark Side of Migration: Spotlight on Qatar’s construction sector ahead of the World Cup, le côté sombre de la migration : pleins feux sur le secteur du bâtiment du Qatar en préparation de la Coupe du Monde, la communauté internationale a exprimé sa colère face à ces conditions. Mais aucune mesure n'a été prise pour endiguer ce problème. Comment l'expliquer ? Manque t-elle de moyens juridiques pour agir ?

De la loi relative à l'esclavage (adoptée à Genève le 25 septembre 1926) à la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains (adoptée à Varsovie le 16 mai 2005), en passant par la Convention de l'Organisation internationale du travail sur l'interdiction du travail forcé (Convention n°105 de l'OIT adoptée à Genève le 25 juin 1957), les États se sont engagés à reconnaître l'esclavage comme un crime et à lutter contre la pratique des servitudes et des travaux forcés en tous genres. N'oublions pas non plus les différentes déclarations universelles des droits de l'Homme, textes à valeur supra-nationale et applicables par les juges nationaux. Enfin, la pénalisation accrue de ces pratiques à travers le monde constitue une arme à l'attention de tous types d'acteurs, personnes morales physiques ou morales, entreprises nationales ou transnationales.

Pourtant, 21 millions de personnes seraient soumises aujourd'hui à des conditions de vie et de travail qui s'apparentent à de l'esclavage (OIT,Global Estimate of Forced Labour 2012: Results and Methodology, 1er juin 2012).

Face à ce constat et pour  répondre à votre question, je ne crois pas à l'impuissance de la communauté internationale mais bien à une forme de complicité qui est induite par la sauvegarde d'intérêts économiques placés au-dessus de la défense réelle des droits de l'Homme et en particulier des droits des travailleurs migrants .

En réalité, à l'heure où la globalisation des activités économiques entraîne un effacement des frontières, et alors même que les entreprises françaises par exemple  (Bouygues, Vinci avec sa filiale QDVC [joint-venture avec le fonds d'investissements Quatari Diar ]) sont très présentes et actives dans le Golfe (mais elles ne sont pas les seules) dans la réalisation de travaux publics d'envergure ou la construction de grand projets, il est indéniable qu'une répression efficace des pratiques esclavagistes doit passer par la concrétisation du risque pénal en droit du travail. L'Etat français, à travers les différents engagements par lui souscrits, a une réelle obligation de moyen dans la lutte contre l'esclavage .

C'est pourquoi il ne faudra pas hésiter à solliciter l'autorité judiciaire française  pour qu'elle poursuive les auteurs français (personnes morales ) des infractions évoquées au début de notre entretien, au moins sur le terrain de la complicité, sans qu'ils puissent se retrancher derrière le voile de la sous-traitance. En effet, la connaissance et la conscience d'un système attentatoire aux doits des travailleurs migrants est un facteur qui renforce le risque pénal de l'entreprise et de  ses dirigeants, dès lors que l'élément intentionnel de l'exploitation est défini, comme "l'apparence ou la connaissance" par l'auteur de la réduction en esclavage au sens large. A travers cet élément intentionnel existe donc un risque sérieux qu'une responsabilité sociétale de l'entreprise se matérialise en responsabilité pénale .

En conclusion, les outils juridiques existent. Il appartient donc aux ONG de défense des droits de l'Homme et aux  confédérations syndicales de se mobiliser et d'engager les actions juridiques pertinentes. De même, les citoyens doivent interpeller les pouvoirs publics silencieux et hypocrites au nom de la défense de l'emploi, de la bonne santé de nos entreprises nationales et au mépris par conséquent des droits et souvent de la vie des travailleurs migrants.

À titre d'exemple, la communauté internationale se grandirait en exerçant les pressions suffisantes et nécessaires sur la FIFA pour qu'elle retire au Qatar l'attribution du Mondial 2022, si celui-ci n'améliore pas immédiatement et de façon concrète et vérifiable par des observateurs indépendants le sort, les conditions de travail et de logement du million de travailleurs migrants asservis pour le moment sur l'autel du sport-spectacle !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 26/08/2014 - 08:01
Pas étonnant qu'ils soient les copains de Hollande
Ils emploient les mêmes méthodes, mais eux, ils ne font pas dans la repentance ! Et puis ils sont musulmans DONC ils ont raison !
Hugues001001
- 25/08/2014 - 17:39
Et ?
"Vous allez nous faire croire qu'ils sont tous esclaves" ? L'auteur n'a pas dit ça. Et quand bien même cela ne concernerait "que" 1% de ce nombre d'étrangers, cela suffirait pour dénoncer cette situation ignoble. Le fait que les étrangers issus des pays pauvres (Népal, Bangladesh, Inde, Philippines) soient traités comme des chiens sans aucun droit sinon celui de se taire est de notoriété publique dans ces pays (Arabie saoudite, Qatar, EAU). Il serait grand temps que nos politiciens toujours si prompts à faire la morale aux entrepreneurs, à accuser le libéralisme de tous les maux de la société aient les couilles de taper du poing sur la table pour que ces potentats noyés dans le luxe et le pognon et qui accessoirement financent le terrorisme et des groupes d'assassins comme l'État islamique, se comportent comme des hommes envers ceux qui les font vivre.
Deneziere
- 25/08/2014 - 16:24
Amalgame grossier

L'article fait un amalgame débile entre les Émirats et le Qatar. Entre un stade et un musée.

Il charge les Émirats, qui, en l’espèce, ne le méritent pas, au prix de plusieurs inexactitudes factuelles, en appelant à la rescousse un papier datant de 5 ans, publié par une OMG droit-de-lhommiste.

Il y a 8 millions d'habitants aux Émirats, dont 6,5 millions d'immigrés. Vous allez nous faire croire qu'ils sont tous esclaves ?

Quand on veut faire du journalisme de qualité, il ne faut pas aller voir un avocat.